Latest Event Updates

5 choses à ne jamais dire à un parent qui instruit son enfant à la maison

Publié le

En instruisant à la maison, nous sortons un peu du modèle traditionnel d’éducation et ne passons pas inaperçus. Nous suscitons souvent la curiosité, parfois l’envie, parfois la peur, mais une chose est certaine : nous ne laissons pas indifférent ! Et nous en entendons de belles à notre sujet ! Si certaines choses nous font sourire, d’autres nous hérissent le poil ! Alors vous êtes prévenus : voici 5 choses à ne pas dire à un parent qui instruit ses enfants à la maison !

5 choses à ne jamais dire à un parent qui instruit son enfant à la maison !

1- “Mais comment il va se faire des copains ce petit ?! Il va se sentir seul !”

La fameuse question de la socialisation revient tellement souvent qu’il fallait bien que je lui accorde la première place !

Alors soyons bien clairs : les enfants instruits à la maison ne vivent pas enfermés ! Ils ont une vie sociale riche, se font plein de copains au parc, dans leurs activités sportives et culturelles, et pendant les réunions de familles en ief (instruction en famille). Ils ont aussi des cousins, des cousines, des voisins… Et comme leur quotidien n’est pas confiné dans une salle de classe remplie de congénères tous nés la même année civile, ils comptent souvent des amis aussi divers que : Jean-Ebenezer, le boucher avec qui ils discutent foot et astronomie, Eugénie-Gontrande, la vieille voisine qui leur apprend à tricoter en leur racontant sa jeunesse, et Jenny-Kimberley, la petite gardée par la nounou du quartier, qui court partout et leur apprend la patience ! Et pour peu que vous ayez plusieurs enfants, ils deviendront des pros de la socialisation, car soyons honnête, les rapports entre frères et sœurs sont rythmés par les conflits à gérer et les “je t’aime, moi non plus”. Alors si vos enfants parviennent à vivre en harmonie (la plupart du temps) avec leurs frères et sœurs avec qui ils passent le plus clair de leur temps, ils seront capables de vivre avec n’importe qui.

2- “Tu fais l’ief ? Quelle chance tu as ! J’aurais tellement aimé mais on ne pouvait pas !”

Bien évidemment, cette réflexion est recevable venant de personnes vivant dans un pays où l’ief est illégal, ou en désaccord avec leur conjoint sur le sujet. Mais bien souvent, elle est émise par des personnes qui considèrent que nous pratiquons l’ief simplement parce que nous sommes plus avantagés que d’autres…

Si instruire ses enfants à la maison est une chance, alors c’est une chance qu’on se créé soi-même. Pour la plupart des familles, cela signifie des sacrifices financiers et souvent un changement de mode de vie. C’est beaucoup de travail sur soi, car bien qu’on les aime, vivre constamment avec ses enfants relève parfois d’un défi de patience ! Et c’est aussi énormément de travail pédagogique pour s’assurer que les enfants apprennent correctement, et pour convaincre les autorités durant les contrôles.

Eh oui, nous avons de la chance de profiter de nos enfants et de créer un noyau familial fort. Mais la vie en instruction en famille n’est pas toujours rose. Il y a des conflits, et peu d’espace pour faire redescendre la pression. Il y a la peur de l’échec, les jugements permanents et parfois le manque de soutien des proches. Et il y a aussi la peur de voir nos droits diminuer comme ça a été le cas récemment en France, mais aussi dans d’autres pays.

3- “Mais tu as la formation pour faire ça ?”

Avez-vous suivi une formation pour apprendre à vos enfants à marcher, à parler ou à manger ? Non. Parce que ce sont des apprentissages naturels et qu’il suffit aux parents d’être curieux et attentifs pour accompagner leur enfant. Si le théorème de Pythagore et les règles d’accord du participe passé ne sont pas des apprentissages naturels, il n’en reste pas moins que l’envie d’apprendre est naturelle. Les enfants sont curieux et veulent apprendre si on sait leur montrer l’utilité de ce qu’on leur présente. Et c’est cette envie d’apprendre qu’il faut cultiver ! Alors je ne dis pas que se charger de l’instruction d’un enfant peut se prendre à la légère, mais notre formation se fait sur le terrain en nous informant, en lisant des livres, en discutant avec des personnes qui sont passées par là (d’autres parents en ief, ou des professeurs) ! Et le plus beau dans tout ça ? C’est que nous nous formons non pas à enseigner au plus grand nombre, mais à cette petite personne unique qui est en face de nous. Nous nous servirons ensuite de nos apprentissages pour instruire nos cadets, et nous apprendrons encore, car chaque enfant est différent.

4- “Mais tu vas t’arrêter un jour quand même ?”

Si vous avez allaité, porté, “cododoté”… vous avez entendu cette réflexion. Et si vous envisagez l’instruction en famille, il faut vous y préparer, vous l’entendrez encore ! Mais la bonne nouvelle c’est que vous y êtes familier maintenant.

Cette petite phrase peut avoir deux sens. Le premier : “Mais à un moment tu n’auras plus le niveau pour enseigner à ton enfant !”. Là, je vous renvoie au point précédent. L’essentiel est de donner aux enfants le goût d’apprendre. Et d’ici à ce qu’ils atteignent un niveau que nous ne pourrons plus du tout suivre, j’espère que nous en aurons fait des êtres curieux et capable d’indépendance dans leurs apprentissages !

Le deuxième sens est plus critique : c’est une accusation de refuser de couper le cordon. Pour certains, instruire ses enfants à la maison serait un délire de mère possessive… Mais tout d’abord, je dois rappeler que c’est un choix qui doit être partagé par les deux parents pour qu’il soit possible. Alors les hormones féminines ont bon dos ! Ensuite, nos enfants ne sont pas enfermés. Nous les ouvrons au monde. Nous avons choisi de les instruire différemment et bien souvent nous ancrons leurs apprentissages dans le monde réel ! Instruire ses enfants en famille signifie alors leur laisser la liberté d’aller vers les autres et de prendre leur propre chemin d’apprentissage. Et cela demande une bonne dose de lâcher-prise !

5- “Je fais l’ief : quand mes enfants rentrent de l’école, je leur prépare toujours plein d’activités pédagogiques !”

C’est une phrase qu’on lit régulièrement sur les groupes de discussion autour de l’ief et qui nous donne l‘impression que certains réduisent l’instruction en famille à quelques activités pédagogiques. Mais ce choix d’instruction implique bien plus que la préparation de quelques activités.

Car bien-sûr, en ayant fait le choix d’instruire nos enfants à la maison, nous cherchons toujours de nouvelles idées d’activités pédagogiques. Mais nos préoccupations et les sujets sur lesquels nous aimerions échanger vont plus loin que ça. Comment gérer l’instruction de plusieurs enfants de niveaux différents ? Comment faire l’instruction en famille et cumuler un emploi ? Comment gérer les tâches ménagères dans une maison toujours en mouvement ? Comment trouver du temps pour soi ? Qu’en est-il de nos droits suite aux dernières lois ?

Car l’instruction en famille ne se résume pas à l’instruction ! C’est un mode de vie qui bouleverse notre quotidien. Nous avons donc besoin d’échanger nos expériences avec des personnes qui vivent vraiment la même chose, et nous n’aimons pas être réduits au statut de parent qui a affiché l’alphabet dans son salon.

Après ces 5 choses à ne pas dire à un parent qui instruit ses enfants à la maison, vous allez nous trouver susceptibles. Et vous n’auriez peut-être pas tout à fait tort… Mais le sujet nous tient à cœur et nous constatons régulièrement que la liberté d’instruction se réduit partout dans le monde… Et nous aimerions protéger nos droits et mieux faire connaître notre mode d’éducation. Alors, la semaine prochaine je vous confie la liste des 5 choses que nous adorons entendre !

J’adore vous lire, alors n’hésitez pas à me laisser un commentaire ! Vous instruisez à la maison ? Qu’est-ce que vous n’aimez pas qu’on vous dise à ce sujet ? Vous n’êtes pas concerné ? Peut-être avez-vous des questions ?

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest

As-tu rempli un seau aujourd’hui ? Le bonheur quotidien expliqué aux enfants

Publié le

As-tu rempli un seau aujourd’hui ? Remplir un seau ? Mais avec quoi ? Avec du bonheur ! As-tu rempli un seau aujourd’hui ? est un livre de Carol McCloud et David Messing, sur le bonheur quotidien expliqué aux enfants.

As-tu rempli un seau aujourd'hui ?

As-tu rempli un seau aujourd’hui ? Le bonheur quotidien expliqué aux enfants

As-tu rempli un seau aujourd'hui ?

Les livres expliquant les émotions aux enfants sont très à la mode en ce moment ! Et ils sont très utiles !

Mais As-tu rempli un seau aujourd’hui ? va au-delà de l’explication des émotions. Il apprend aux enfants ce qu’est le bonheur, comment le cultiver au quotidien pour soi, mais aussi avec les autres

As-tu rempli un seau aujourd'hui ?
Tout le monde porte un seau invisible.

Dans le monde, chaque personne porte un seau invisible qui contient ses bonnes pensées et ses bons sentiments vis-à-vis d’elle-même. Et c’est en remplissant son seau et celui-des autres que nous atteignons le bonheur !

Le bonheur se partage. Nous remplissons le seau des personnes que nous rendons heureuses. Mais nous remplissons aussi le nôtre par la même occasion !

As-tu rempli un seau aujourd'hui ?
En pillant le seau des autres, nous pillons notre propre seau !

A l’inverse, nous pillons le seau des personnes à qui nous faisons du mal. Et même si nous avons parfois l’impression que nous servir dans le seau des autres pourraient nous rendre heureux, en réalité, le bonheur de se dérobe pas, il se partage ! En pillant le seau des autres, nous pillons notre propre seau !

Pourquoi nous adorons ce livre

J’affectionne beaucoup les livres pour enfant qui parlent des émotions. Mon Petit O’ (4 ans) est un grand impulsif, alors la lecture de ces livres le guide pour trouver des moyens de retrouver son calme lorsque la colère monte. Mais As-tu rempli un seau aujourd’hui ? va plus loin car il explique à l’enfant que ses actions ont une véritable incidence sur le bonheur des autres. L’enfant n’est plus seulement acteur de son propre bonheur, il participe à celui des autres en devenant un “remplisseur de seau” !

Ce fût une révélation pour mon Petit O’ ! L’image du seau est très parlante pour les enfants qui saisissent tout de suite les enjeux du remplissage. Lui qui s’emportait pour de petites contrariétés, a compris que son énervement se répercutait sur les autres. Il fait plus attention à ses réactions et aux réactions des autres.

As-tu rempli un seau aujourd'hui ?
Nous sommes devenus des remplisseurs de seau !

Quand il perd son calme, je lui rappelle que cela va finir par vider le seau des autres membres de la famille, alors que régler nos problèmes posément pourrait les remplir. Quand il voit que je suis énervée moi-même, il vient souvent pour “remplir mon seau” (et souvent l’entendre me dire qu’il va m’aider à remplir mon seau suffit à me détendre !).

Voilà comment nous sommes devenu une famille de remplisseurs de seau ! Nous veillons au bonheur des uns et des autres, et grâce à cela la vie est bien plus douce ! Finalement, le bonheur est simple comme un jeu d’enfant !

Cet article est ma participation au rendez-vous “Chut les enfants lisent” organisé tous les mercredis par le blog Devine qui vient bloguer ?

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest

Paroles d’expat’ : Les Mamans Winneuses en Angleterre

Publié le

Je reviens avec une nouvelle présentation de maman expat ! Cette fois c’est Aurélie, du site participatif d’idées de sorties Les Mamans Winneuses qui nous parle de sa vie en Angleterre ! Je lui laisse donc la parole !

Les Mamans Winneuses- partage de sorties en famille !

1- Pour commencer, je te propose de te présenter !

Hello. Je suis Aurélie maman de 2 garcons Eliot et Charlie. Je suis française et je ne suis expatriée avec ma famille en Angleterre.

2- Qu’est-ce qui vous a amenés dans ce pays ?

Concrètement le travail de mon mari mais avant et surtout l’envie d’une expérience à l’international. J’aime le fait que mes enfants apprennent l’anglais. Ils parlent mieux que moi maintenant !

3- Décris-nous un peu ta vie ici.

Je travaillais à mon compte en France et j’ai continué ici. Ce qui change réside plus dans le quotidien et la culture. J’en apprend tous les jours. D’abord par la langue différente mais aussi par la façon de vivre, les habitudes.

4- Quel est le changement culturel qui t’a donné le plus de mal pour d’adapter à ta nouvelle vie ?

La nourriture 😂 Il a fallut que je m’adapte. Que je trouve des produits qui nous correspondent mais j’en ai aussi découvert que j’aime beaucoup. 

5- Et l’aspect culturel que tu adores dans ton pays d’adoption ?

Le côté business est, je trouve, bien plus facile. Les anglais aiment la créativité et considère cet art comme un vrai travail.

6- Quelle est la place de la mère et de l’enfant dans le pays dans lequel tu vis ?

Il n’y a pas grande différence avec la France de ce côté là.

7- Comment se passe la scolarité de tes enfants ?

Nous avons fait le choix d’inscrire nos enfants à l’école publique anglaise comme la plupart des enfants anglais. Malgré un début difficile (l’un de mes enfants n’avait pas de place à l’école du coup nous avons changé d’école) ça se passe super bien. Ici, il y a école tous les jours de la semaine jusqu’à 15h10. Tous les enfants restent à l’école pour la pause déjeuner. C’est soit la cantine, soit le lunch bag. L’école termine plus tard qu’en France, jusqu’à fin juillet. Ils n’ont qu’un mois de vacances d’été mais il y a 1 semaine en plus en juin.

8 – En quoi cette éxpérience a-t-elle été enrichissante pour ta famille ? Et pour toi ?

Je pars du principe que l’expatriation est une expérience enrichissante en soi. Ce n’est pas facile car on perd ses repères mais ça ouvre d’autres horizons. D’autres façons de penser, de se débrouiller.

9- Si je viens passer quelques jours chez toi, qu’est-ce que tu m’emmènes visiter ?

haha. Pleins de trucs. Londres évidemment, plus précisément le magasin Liberty. On ira prendre un breakfast au Bill’s, un cupcake chez Peggy Porshen. Et puis on ira à la mer ! Ben oui, c’est une île 😁 On boira une bière au pub.

10- Et après ? Vous restez ? Vous rentrez dans votre pays d’origine ? Vous partez ailleurs ? Quelles sont vos souhaits pour l’avenir ?

Si ça ne tenait qu’à moi on partirai encore plus loin ! Mais en réalité, on va revenir en France (peut être été 2020?) pour j’espère mieux repartir.

Merci Aurélie pour tes réponses !

Et si vous ne la connaissiez pas encore, allez-vite faire un tour si son compte Instagram qui est une explosion de couleurs et de créativité ! Et bien-sûr, allez faire un tour sur le site Les Mamans Winneuses pour trouver des idées de sorties en famille en France, et à l’étranger (il paraît même qu’il y a des idées de sorties à Dubaï !) !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest

Notre bac sensoriel de la mer : les animaux marins et les sirènes

Publié le

Après notre visite de l’Aquarium de Dubai Mall, Colombe (6 ans) et Petit O’ (4 ans) ont tout naturellement ressorti les figurines des animaux marins et ont commencé à recréer des scènes de vie qu’ils avaient observées. Pour ajouter une dimension au jeu, je leur ai préparé ce bac sensoriel de la mer avec ce que nous avions à la maison !

Bac sensoriel de la mer

Les éléments du bac sensoriel

Pinterest et Instagram sont remplis d’images des plus beaux bacs sensoriels, remplis joliment par les soins d’une maman qui aura acheté chaque élément afin de créer l’harmonie. Et c’est magnifique !

Mais le but premier du bac sensoriel doit rester la découverte et le jeu. Les sensations doivent être créées par l’élément principal du bac qui doit être très simple (de l’eau, du riz, de la terre…). Et pour le jeu ? Il n’y a pas meilleur jouet pour un enfant que celui qu’il possède déjà. Et mettre ce jouet en scène dans un élément inhabituel apportera tout autant de découverte pour l’enfant que si on lui avait acheté un nouveau jouet !

bac sensoriel de la mer

Alors pour les bacs sensoriel, je fais simple. J’ai utilisé de l’eau et des jouets que nous avions déjà.

  • de l’eau
  • nos figurines d’animaux (type Schleich/ Papo)
  • nos poupées Barbie sirènes
  • deux petits dauphins siffleurs de la marque Plan Toys
  • nos galets brillants et quelques pierres de verre que nous utilisons habituellement avec notre boîte lumineuse
  • des coquillages ramassés sur le plage
Coquillages, perles de verre et galets brillants

Nos jeux autour du bac sensoriel de la mer

Chacun des enfants s’est précipité sur l’élément qui lui plaisait le plus dans ce bac. Pour Colombe, ce fut ses poupées Barbie sirènes pour lesquelles elle a inventé des aventures incroyables ! Pour Petit O’, ce fut les animaux qu’il a mis en scène dans un combat pour la survie de l’espèce et la raison du plus fort !

bac sensoriel de la mer
bac sensoriel de la mer
bac sensoriel de la mer

Puis les enfants se sont beaucoup intéressés aux dauphins siffleurs pour la plus grande joie de mes oreilles !

Dauphin siffleur de la marque Plan Toys
Dauphin siffleur de la marque Plan Toys

Les enfants ont également joué avec les coquillages et le sable que certains avaient encore en eux. Et finalement les sirènes ont rencontré les animaux pour encore plus d’aventure et d’exploration !

bac sensoriel de la mer
bac sensoriel de la mer
bac sensoriel de la mer

Voilà ! Notre bac sensoriel aussi simple soit-il a su occuper mes enfants pendant plusieurs jours ! Comme quoi les choses simples sont souvent les plus efficaces !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest

DIY : nos lanternes orientales en papier

Publié le

Le Ramadan vient de commencer, et qu’on soit musulman ou non, c’est une période de l’année très importante à Dubaï. C’est donc tout naturellement que nos lectures et nos bricolages avec Colombes (6 ans) et Petit Olivier (4 ans) tournent autour de ce thème. Pour égayer notre table d’étude à la nuit tombée, nous avons fabriqué de jolies lanternes orientales dont je vous montre le tuto en photo !

Nos lanternes orientales en papier

Le matériel nécessaire

  • Des feuilles de couleur (ici des feuilles noires)
  • Du papier de soie d’une autre couleur
  • un crayon à papier
  • une paire de ciseaux
  • du scotch
matériel nécessaire pour fabriquer des lanternes orientales

Fabriquer des lanternes orientales

Pour commencer, j’ai plié la feuille de papier de couleur en 4. Puis j’ai dessiné des motifs sur les bords.

Plier le papier en 4 et dessiner des motifs à découper sur les bords

J’ai ensuite découpé ces motifs en prenant soin de bien garder la feuille pliée afin de créer les trous qui laisseront passer la lumière dans nos lanternes.

Découper les trous de notre lanterne

Une fois tous les motifs découpés, j’ai déplié la feuille et ai découpé des morceaux du papier de soie à la taille de chacun des espaces vides. je les ai ensuite collés avec du scotch.

recouvrir les espaces vides avec du papier de soie
recouvrir les espaces vides avec du papier de soie

Enfin, j’ai refermé la lanterne avec du scotch.

Refermer la lanterne avec du scotch

Et nos lanternes orientales sont prêtes !

Le résultat

Nos lanternes orientales sont posées sur notre table d’étude du Ramadan avec des livres, des fiches sur la lunes et ses différentes phases, un plat oriental que je rempli parfois de dattes, et une petite Koutoubia souvenir de Marrakech.

notre table d'étude du ramadan avec nos lanternes orientales

A la tombée de la nuit, nous allumons des bougies et nos lanternes accompagnent nos rituels du soir.

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest

L’Aquarium de Dubai Mall

Publié le

Lorsqu’on se promène dans Dubai Mall, il est impossible de rater l’aquarium et sa vitre gigantesque (la 2ème plus grande au monde, elle supporte jusqu’à 10 millions de litres d’eau) ! J’emmène régulièrement mes enfants l’admirer de l’extérieur où l’on peut déjà voir les raies, les requins et les plongeurs qui se risquent auprès d’eux. Mais pour une fois, nous avons décidé d’entrer dans le tunnel de l’aquarium de Dubai Mall et de visiter son zoo sous-marin ! Je vous emmène avec nous !

Aquarium de Dubai Mall

La visite de l’Aquarium de Dubai Mall

Une fois les guichets d’entrée passés, nous avons longé la grande vitre de l’aquarium. Cette grande vitre qu’on voit habituellement derrière des barrières, nous avons enfin pu nous en approcher et la toucher ! Mes enfants ont pris un grand plaisir à observer les animaux, et là où beaucoup passent sans s’arrêter, nous avons profité du spectacle pendant de longues minutes ! Colombe (6 ans) semble même s’être fait un copain puisque ce mérou ne la quittait plus des yeux !

Aquarium de Dubai Mall
mérou

Puis, en contournant la vitre, nous sommes arrivés à l’entrée du tunnel sous-marin où nous nous retrouvons à marcher sous l’eau, survolés par les requins et avec des poissons exotiques comme compagnons de route.

Aquarium de Dubai Mall
Requins
Aquarium de Dubai Mall

L’ambiance est complètement hors du temps.Nous étions émerveillés ! Et là encore nous avons passé un long moment à admirer les fonds marins comme si nous marchions auprès des poissons. Mais l’attraction qui a le plus impressionné mes enfants est sans nul doute ces deux plongeurs qui nettoyaient l’aquarium !

Aquarium de Dubai Mall
Dans le tunnel

Une fois le tunnel traversé, nous sortons de l’espace de visite pour nous retrouver dans le centre commercial. Nous montons au 2ème étage visiter le zoo sous-marin (underwater zoo).

Le zoo sous-marin de l’aquarium de Dubai Mall

Au 2ème étage du centre commercial, au-dessus du tunnel, nous entrons dans le zoo sous-marin (underwater zoo). Cette grande pièce aménagée comme une jungle comporte de nombreux bassins et des serres, ainsi que des oiseaux en (semi) liberté. Les chouettes ont un espace de vol limité par des filets (et heureusement vu que l’une d’entre elles a réussi à attraper la robe de ma fille qui a eu une belle frayeur !). Les perroquets, eux, sont libres de leurs mouvements et il est bien spécifié qu’on ne leur a pas coupé les plumes.

Aquarium de Dubai Mall
Aquarium de Dubai Mall

Sur l’un des côtés du zoo sous-marin se trouve un sol transparent. De là on peut observer les bassins de soin et cages dans lesquelles les plus courageux plongent avec les requins. Là encore, cette partie du spectacle a fasciné mes enfants !

Aquarium de Dubai Mall

La visite de l’espace des animaux nocturnes nous a permis d’observer les caméléons de très près.

Nous sommes ensuite retourné dans l’espace de visite des aquariums pour observer des espèces toutes plus colorées les unes que les autres. Et nous avons fini la visite par un petit coucou aux manchots (qui sautaient dans l’eau et faisaient la course beaucoup trop vite pour que j’ai une photo correcte !).

Aquarium de Dubai Mall
Aquarium de Dubai Mall
grenouilles

Détails pratiques et avis

L’aquarium de Dubai Mall a beaucoup plu à mes enfants. Ça n’est pas l’aquarium le plus chouette que j’ai visité mais le passage dans le tunnel sous-marin reste très impressionnant !

L’aquarium propose différentes activités. Vous pouvez faire la visite simple comme nous l’avons fait, ou ajouter la visite des locaux de soin des animaux. Les plus valeureux d’entre-vous choisirons peut-être de plonger dans le grand aquarium pour rencontrer les requins !

Les prix dépendent beaucoup de ce que vous choisissez et il y a des promotions constamment. Les sites de réservation de billets en ligne, vous proposeront des offres pour un très bon prix. Et vous pouvez également aller voir les offres directement sur le site de l’aquarium de Dubai Mall.

Accessible en métro ou en voiture (garez-vous dans le parking du centre commercial et n’oubliez pas l’astuce pour ne perdre ni sa voiture, ni ses enfants !).

Aquarium de Dubai Mall
Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest

Kit de survie pour parent épuisé en voyage

Publié le

En voyage, la place dans les bagages est souvent bien réduite et pourtant on aimerait prendre tellement de jeux pour occuper les trajets qui paraissent souvent bien long pour les enfants. Alors dans ces cas là, les petits jeux de cartes sont parfaits ! C’est exactement le cas de ce jeu de cartes : Kit de survie en voyage pour parent épuisé qui se joue simplement et partout !

Kit de survie en voyage pour parent épuisé

Le kit de survie en voyage pour parent épuisé est un petit jeu de cartes qui propose des défis. Les joueurs n’ont pas besoin de se regarder, de se passer les cartes ou de se déplacer pour jouer, ce qui permet de jouer en voiture, en train ou même en avion.

Chaque carte propose un défi. Certains défis sont plutôt drôles : “toucher son nez du bout de la langue”, “commencer toutes ses phrases par le même mot”, ou “parler avec un accent pendant 3 minutes”. D’autres défis sont plus éducatifs : “réciter une poésie”, “citer 3 capitales”, “épeler un mot choisi par un autre joueur”… Et d’autres défis sont plus reposants pour les parents comme “faire semblant de dormir pendant 5 minutes”

Il y a 54 cartes proposant chacune un défi original, ce qui permet d’occuper même de longs trajets ! Et la plupart des défis peuvent être relevé même par des petits puisque le jeu s’adresse à un public de 4 à 99 ans.

A tour de rôle, les joueurs piochent une carte et réalise le défi. Il n’y a pas de gagnant ni de perdant, le but est juste de s’amuser !

Notre avis sur le kit de survie en voyage

J’ai été séduite par le concept de ce jeu de carte en le voyant en magasin et j’avais hâte de découvrir ces cartes. Je ne suis pas déçue. Les défis sont simples et ce sont parfois des défis auxquels on aurait pu penser sans les cartes, mais avouons-le, sur la route on n’a pas toujours la tête à trouver des défis ! Personnellement je tourne souvent autour de “Lequel d’entre vous pourra trouver le plus de voitures blanches sur la route ?”.

Le format est pratique puisqu’il se glisse dans un petit sac. Les cartes sont résistantes et assez grandes pour la manipulation par de petites mains encore maladroites !

Et bien-sûr, le fait qu’il n’y ait pas de gagnant est un grand plus ! Il n’y a pas pire à gérer que la frustration d’un enfant qui perd alors qu’on est confiné dans une voiture ou que la gentille dame à côté de nous dans le train nous jette des regards noirs !

1, 2, 3… jouez

Cet article est ma participation au rendez-vous 1, 2, 3… jouez organisé par ma copine Maman & Pipelette qui nous propose de présenter un jeu de société 2 fois par mois. Pour retrouver les autres participations :

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest

La ville fantôme d’Al Madam

Publié le

Le désert est bien mystérieux, et si l’on ose s’y aventurer, on peut y faire des découvertes incroyables ! C’est le cas de la ville fantôme d’Al Madam, abandonnée et en partie ensevelie, ce village offre une ambiance très particulière et le spectacle fascinant de la nature qui reprend ses droits.

La ville fantôme d'Al Madam
Al Madam Ghost town
Al Madam Ghost town

Pourquoi Al Madam a été abandonnée ?

La ville d’Al Madam est située dans l’émirat de Sharjah, à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Dubaï, près de la frontière avec le Sultanat d’Oman. La ville existe toujours bel et bien, mais à sa limite se trouve le hameau enseveli communément appelé “Al Madam Ghost Town” (ville fantôme d’Al Madam).

L’histoire de ce hameau, et pourquoi il a été abandonné, n’est pas très claire. La ville aurait connu une expansion dans les années 70 ou 80 grâce au trafic généré par les échanges avec le Sultanat d’Oman. Mais ce trafic ayant connu une baisse, ces habitations auraient été abandonnées.

Al Madam Ghost town

Une autre version prétend que les personnes vivant là auraient été chassées par des Djinns, les génies du désert qui seraient d’ailleurs toujours présents sur le site. Ainsi, certains parlent d’une ambiance glaciale sur le site et d’apparitions étranges. Qu’on y croie ou non, cette version apporte un côté mystérieux et attirant.

Al Madam Ghost town

Visiter le village fantôme d’Al Madam

Al Madam Ghost Town est assez facile à trouver puisqu’un chemin y mène directement depuis la route principale. Mais comme le chemin est en partie enseveli, et si vous voulez garer votre voiture dans le village (et éviter une longue marche), il faut rouler en 4×4. Mais je vous rassure, le chemin est facile à emprunter, pas besoin d’être un pro de la conduite sur les dunes.

Al Madam Ghost town

Le village (ou plutôt hameau vu sa taille !) est composé de quelques maisons alignées le long d’une grande rue, et d’une mosquée au bout. Les portes et fenêtres des bâtiments ont complètement disparu, laissant un accès libre à la visite. On peut ainsi entrer dans les maisons, accéder à leurs “jardins”, mais le sable a tellement envahi le lieu, qu’il faut parfois grimper pour accéder à l’intérieur des bâtiments.

Al Madam Ghost town

On se retrouve à toucher le plafond à l’intérieur des maisons ou à passer d’une maison à l’autre en grimpant sur une dune formée par-dessus le mur de séparation des deux habitations. Cela fait de la visite une véritable aventure pour les enfants et les parents !

Al Madam Ghost town
Al Madam Ghost town
Al Madam Ghost town

Le lieu est impressionnant, magique et très excitant. Mais lors de la visite, aucun de nous n’a senti de présence maligne ou d’ondes négatives. Alors, que les raisons de l’abandon de Al Madam Ghost Town soient économiques ou surnaturelles, elles n’ont pas empêché à notre visite d’avoir un petit goût d’aventure !

Infos pratiques

Al Madam Ghost Town se trouve sur la route E44. Pour y aller, utilisez Waze plutôt que Google Maps.

La visite est gratuite, libre et peut se faire de jour comme de nuit (prévoyez tout de même les lampes-torches !)

N’oubliez pas de prendre de l’eau car vous n’en trouverez pas sur place ! Et bien évidemment, veillez à reprendre tous vos déchets avec vous… le ramassage des ordures ne passe pas par là et par endroits malheureusement ça se voit !

Al Madam Ghost town
Al Madam Ghost town
Al Madam Ghost town
Al Madam Ghost town


Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest

Des cubes de pavage comme quand on était petits

Publié le

J’ai quelques souvenirs des jeux qu’on nous proposait en maternelle, et parmi eux se trouve des petits cubes sur lesquels étaient représentées des figures géométriques et avec lesquels nous reproduisions ou inventions des motifs. C’est sur le blog de Activités maison que j’ai appris que ce jeu appelé Puzlasco n’était plus édité mais qu’on en trouvait de temps à autres sur des vide-greniers. La possibilité de trouver un vide-grenier présentant du matériel pédagogique français des années 1970 étant assez faible, j’ai décidé de fabriquer mes petits cubes moi-même !

cubes de pavage

DIY des cubes de pavage

Pour fabriquer mes cubes de pavage j’ai acheté des petits cubes en bois de 3 cm de hauteur.

cubes de pavage

Je les ai peins avec de la peinture acrylique et ai utilisé du washi tape pour plus de précision.

cubes de pavage

Peu importe les motifs qu’on choisit de créer sur ses cubes, le plus important est de bien vérifier que les faces sont bien placées de la même manière sur chaque cube. Ainsi quand l’enfant fait un motif, s’il prend une rangée de cubes complète et la retourne, il obtiendra un motif qui suivra aussi un algorithme. Cela demande de l’attention mais cela vaut le coup (dit la fille qui a fait une boulette sur 1 cube !)

Au final voici les 6 faces de mes cubes :

cubes de pavage

La manipulation des cubes de pavage

Depuis que les cubes sont prêts, il ne se passe pas une journée sans que Petit O’ (4 ans) ou Colombe (6 ans) ne jouent avec. Je commence souvent en leur présentant un modèle à reproduire, puis je les laisse inventer leurs propres modèles et cela a donné naissance à des motifs très chouettes et auxquels je n’avais pas pensé !

motif avec cubes de pavage

Ce genre de jeu offre de nombreux avantages : la manipulation des cubes plaît aux enfants, elle entraîne leur main et les aide à penser l’espace (d’où encore une fois l’intérêt de bien faire correspondre les faces quand on peint les cubes !). Quand l’enfant reproduit un modèle, il doit chercher la bonne face et le bon sens !

Cela entraîne la discrimination visuelle. J’ai d’ailleurs volontairement fait des faces parfois très ressemblantes et j’ai je me suis limitée à 5 couleurs. L’enfant doit trouver la bonne face et la placer dans le bon sens. S’il fait une erreur, il peut se corriger seul puisque le motif dénotera.

autocorrection avec des cubes de pavage

Les motifs que nous avons créés

Voici quelques idées de motifs que je demande aux enfants de reproduire ou qu’ils ont inventés eux-mêmes.

Un pavage simple où il faut faire correspondre les triangles de couleur.

motif avec cubes de pavage

Deux pavages visant à recréer les cercles de la bonne couleur et donc trouver la bonne face parmi deux qui se ressemblent beaucoup.

motif avec cubes de pavage
motif avec cubes de pavage

Avec les mêmes cubes on peut proposer des motifs plus gros et plus simple, ou des motifs plus en détails.

motif avec cubes de pavage
motif avec cubes de pavage
motif avec cubes de pavage
Il y a une erreur sur ce modèle…
motif avec cubes de pavage

On peut jouer sur les détails et rendre les modèles bien plus difficiles au point que même un adulte doive se concentrer pour y arriver !

motif avec cubes de pavage
motif avec cubes de pavage
motif avec cubes de pavage

Enfin, on peut se laisser surprendre par les créations des enfants comme celle de Colombe ci-dessous.

motif avec cubes de pavage

Je vais sans doute imprimer certains de ces modèles (ceux qui ne comportent pas d’erreur !) afin que les enfants puissent les reproduire en autonomie. Mais je ne vais pas en imprimer trop car je trouve aussi beaucoup d’intérêt à ce qu’ils fassent preuve d’imagination !

Un souvenir d’enfance !

Je prends beaucoup de plaisir à jouer aux cubes de pavage avec mes enfants ! Je remercie d’ailleurs Anne-Cécile Pigache du blog Activité à la Maison et Madeleine Deny de la boutique Si tu veux (jouer) (et aussi auteures du Grand guide des pédagogies alternatives ) qui m’ont toutes deux rappelé l’existence de ce jeu par leur publications sur leur blog ou compte Instagram. Ce jeu est un vrai retour en enfance pour moi !

Des cubes de pavage comme quand on était petits

Et vous ? Avez-vous connu ce genre de cubes lorsque vous étiez à l’école maternelle ? Est-ce que vous en connaissez une version encore éditée ?

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest

Les plus belles histoires du Prince de Motordu

Publié le

Je ne participe plus très souvent à “Chut les enfants lisent” le rendez-vous littérature jeunesse organisé le mercredi par Devine qui vient bloguer? , mais il faut dire qu’à Dubaï, trouver des livres en français n’est pas toujours chose facile. Avant de m’installer ici, j’espérais pouvoir me faire envoyer des colis de livres par la poste, mais la poste ici… C’est une longue histoire. Et finalement il y a quelques jours, je suis allée chez Culture & Co, la librairie francophone de Dubaï (bon, en fait la seule librairie francophone de tous les Émirats Arabes Unis !) et j’y ai trouvé des trésors ! Et le plus beau des trésors est celui qui me replonge en enfance : Le Prince de Motordu !

Les plus belles histoires du prince de Motordu

Les plus belles histoires du prince de Motordu

Petite, j’adorais les fantaisies du prince de Motordu. J’avais bien-sûr “La Belle lisse poire du prince de Motordu“, mais aussi “Le livre de Nattes” et “Les belles lisses poires de France” que j’ai lus et relus. Alors quand j’ai découvert ce recueil, je me suis dit que c’était l’occasion de partager ce monument de la littérature enfantine française avec ma Colombe (6 ans) et mon Petit O’ (4 ans).

Le recueil contient 6 titres, et je dois vous l’avouer, je n’en connaissais qu’un !

  • Le Petit Motordu
  • La belle lisse poire du prince de Motordu
  • Motordu Papa
  • L’ami vert cerf du prince de Motordu
  • Le voyage en bras long de la famille Motordu
  • Motordu et Rikiki

C’est donc avec plaisir que j’ai relu “La belle lisse poire du prince de Motordu” et que j’ai découvert en même temps que mes enfants les 5 autres histoires !

Mais qui est le prince de Motordu ?

Alors pour ceux qui ne le connaissent pas le prince de Motordu mène la belle vie dans son Chapeau, il y fait des parties de tartes dans la salle à danger et va se promener sur sa toiture de course. Car le prince parle en mots tordus, et c’est bien là ce qui est drôle dans ses aventures.

La belle lisse poire du prince de Motordu

Le gentil prince fera la rencontre de la princesse Dézécolle, une charmante institutrice qui lui apprendra le français (mais pas trop tout de même puisque ses aventures et son parler tordu continuent !), qu’il épousera et avec qui il aura des petites billes et des petits glaçons !

Le prince de Motordu et la Princesse Dézécolle

Et le prince de Motordu a eu son petit succès à la maison !

Je me souvenais que j’adorais les aventures du prince de Motordu lorsque j’étais enfant, mais je ne me souvenais qu’elles étaient si bien écrites ! Le vocabulaire est recherché, les jeux de mots sont fins et drôle. Le parent prend autant de plaisir que l’enfant dans la lecture de ces histoires !

Parmi les découvertes que j’ai faites dans cet album, j’ai beaucoup aimé Motordu et Rikikie qui fait un lien entre le prince et d’autres héros de la littérature enfantine française. Un bel hommage qui m’a permis de trouver de nouvelles idées de lectures pour mes enfants !

Motordu et Rikikie

Colombe a beaucoup aimé ces histoires. Au point que nous les avons dévorées en moins de 2 jours ! Elles cherchent encore parfois à comprendre certains jeux de mots, mais cela enrichit son vocabulaire ! La famille du prince l’a beaucoup touchée, et elle apprécie particulièrement le Voyage en bras long où la famille parcours le monde !

Le voyage en bras long

Petit O’ a aimé aussi, mais à 4 ans, ces histoires lui sont moins accessibles. Il aime que je lui en lise une de temps en temps mais ne réclame pas le livre entier d’un seul coup comme sa sœur !

Je ne peux donc que vous conseiller ce recueil ou tout autre édition du prince de Motordu ! D’ailleurs j’ai commencé à faire la liste des prochains titres que je vais acheter !

PEF, Les plus belles histoires du prince de Motordu, Gallimard Jeunesse

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest