Voyageons Ludique

Rainforest Cafe Dubaï : manger en pleine jungle !

Publié le

Lors d’une de nos visites de Dubaï Mall (l’un des plus grands centres commerciaux du Monde) nous avons remarqué le Rainforest Cafe. Je connaissais cette enseigne pour l’avoir vue à Disney Village, mais je n’y avais jamais mangé. Le lieux nous paraissait tellement impressionnant que nous avons vite eu envie d’y prendre un repas. D’autant que ça n’est pas tous les jours qu’on peut se retrouver en pleine forêt au cœur de Dubaï !

L’ambiance du Rainforest Cafe Dubaï

L’ambiance de jungle est très marquée dès l’entrée. Nous passons d’abord par le magasin de jouets (par lequel il faudra aussi ressortir, histoire que les enfants repèrent bien qu’ils pourraient demander un cadeau !), puis l’on emprunte un petit chemin pavé et un gros serpent nous souhaite la bienvenue !

Serpent sur une branche

Nous avons tout de suite été pris en charge par notre serveuse qui nous a attribué une table confortable face au temple et à l’aquarium en nous disant que d’ici nous pourrions apprécier les animations.Le temple Inca est situé devant le grand aquarium du centre commercial ce qui le rend très impressionnant et vraiment très beau ! Nous n’avions donc pas à nous plaindre de la vue ! Régulièrement, ce temple s’animait : il s’illuminait et les serpents en pierre se mettaient à rugir et à cracher de la fumée et tous les animaux du restaurant se mettaient à bouger et à crier.

Temple devant le grand aquarium

Toutes ces animations mêlées à la vue des requins et raies de l’aquarium étaient très impressionnantes pour les enfants mais aussi pour les adultes ! Ces animations ont lieu à peu près toutes les 15 minutes, on a donc largement le temps de les apprécier pendant son repas. La première fois, Colombe (4 ans 1/2) et Petit O’ (2 ans 1/2) sont restés bouches bées. Les fois suivantes, ils ont eu envie d’aller voir tous les animaux du restaurant.

éléphant

Nous étions assis juste à côté des ces éléphants animés. Les voir bouger et les entendre barrir a été l’occasion pour les enfants d’apprendre ou de revoir du vocabulaire, notamment en anglais ! Et au fur et à mesure du repas nous avons fait de même avec les autres animaux du restaurant en errant entre les tables ! Il y a d’ailleurs pas mal de place entre les tables, ce qui permet aux enfants de se promener pour admirer le spectacle sous différents points de vues.

Gorilles dans la jungle

Gorille dans la jungle

L’ambiance générale est vraiment réussi puisqu’elle est présente du sol au plafond !

Ciel étoilé au Rainforest café dubaï

Le menu et le repas au Rainforest Cafe Dubaï

Comme dans nombres de restaurants à Dubaï, les enfants sont accueillis avec un coloriage et des crayons pour patienter. Ils ont aussi un menu spécial qui je dois le dire est plutôt varié ! Il y a bien sûr les traditionnels hamburgers et nuggets, mais il y a aussi des plats plus originaux comme des beignets de crevettes, et on peut demander du riz ou des légumes à la place des frites.

La carte des adultes est variée également, assez originale et les plats sont bons. Le seul bémol concerne le prix assez élevé. Mais lorsqu’on a l’application The Entertainer qui met des coupons de réductions à disposition, on peut avoir environ 50% sur l’addition.

Notre impression

Les enfants ont adoré ce restaurant et ils auraient très envie d’y retourner ! Ils ont aimé observer les animaux, aller voir l’aquarium et découvrir l’environnement de cette forêt. D’un point de vue pédagogique, cela a donné lieu à de belles conversations et pas mal d’apprentissages.

J’ai aimé l’ambiance : la lumière n’est pas trop violent et elle permet de garder les enfants calmes. Les animations régulières occupent bien les enfants pendant un repas qui peut parfois leur sembler long. Et j’ai aimé l’espace que les enfants avait pour se promener sans déranger dans le restaurant !

Grenouille

 

Cet article est ma participation au rendez-vous Voyageons Ludique du blog Pa’Man ! C’est une longue histoire…, sur le thème La Forêt.

Voyageons Ludique

Bac sensoriel de la Reine des Neiges – Voyageons Ludique

Publié le

Ce mois-ci, le rendez-vous Souris… Maman, nous proposait d’explorer les neiges éternelles pour son rendez-vous Voyageons Ludique. Le choix de l’activité s’est imposé de lui-même car pour Noël, Colombe a reçu une boîte de figurines de la Reine des Neiges ! Comme les enfants jouent toujours beaucoup avec les bacs sensoriels que je leur propose, j’ai décidé de leur proposer ce jeu sous la forme de bac, comme je l’avais fait pour Le monde de Némo. Alors certes, les neiges de la princesse Elsa ne sont pas éternelles, mais pour cette fois j’avais plus envie de faire plaisir à mes enfants, plutôt que de tenter de leur inculquer des notions de géographie ! Alors voici notre bac sensoriel de la Reine des Neiges !

Bac sensoriel de la Reine des Neiges

J’ai recouvert le bac d’un morceau de ouatine pour faire la neige. Le château d’Elsa est symbolisé par quelques arcs de notre tout nouvel arc-en-ciel de Grimms (Père Noël a été généreux). Sur le « sol » j’ai parsemé quelques uns de nos galets brillants dont les couleurs vont parfaitement dans le thème ! Pour les blocs de glace que Kristof découpe au départ, j’ai posé quelques glaçons en plastique (je ne les ai pas fait congeler avant car mes petits n’aiment généralement pas manipuler des objets froids). Enfin, pour créer un lac gelé, j’ai recouvert un morceau de carton avec du papier aluminium.

Bac sensoriel de la Reine des Neiges

Guimauve content de son bac sensoriel

Olaf

Kristof et Sven

Comme à chaque fois que je leur prépare un bac sensoriel, Colombe (3 ans 1/2) et Petit O’ ( 2 ans) étaient ravis ! Ils se sont inventé de nombreuses histoires, ont rejoué l’histoire originale et ont recréé des amitiés entre les personnages. Tout cela entrecoupé d’assauts de Guimauve (oui, le monstre de la Reine des Neiges s’appelle « Guimauve », j’ai vérifié !) interprété par la douce voie de Petit o’ : « Bouaaaaaargh ! »

Si vous cherchez d’autres idées pour faire un bac sensoriel de la Reine des Neiges, je vous conseille d’aller voir celui du blog Humeurs Créatives.

Save

Save

Une carte postale d’Irlande – Voyageons ludique

Publié le

Ce mois-ci, Voyageons Ludique, le rendez-vous de Souris Maman nous emmène en Irlande ! Pour moi, c’était l’occasion de replonger dans les photos d’un voyage que j’avais fait en 2003, de redécouvrir les paysages et les photos d’enseignes Guinness qui me plaisaient tant ! À l’époque j’avais fait le tour de l’Irlande en voiture, dormant dans les auberges de jeunesse et les campings qu’on trouvait sur notre route (et le camping en Irlande pour les fêtes de fin d’année, il n’y fait pas très chaud !). Cela reste un très beau souvenir de jeunesse !

album-irlande

photos-guinness

Le Comptoir Irlandais nous met dans l’ambiance

Un nouveau voyage en Irlande n’est pas prévu pour le moment, même s’il me ferait très plaisir. Alors pour retrouver l’ambiance chaleureuse de ce beau pays, j’ai fait un petit tour au Comptoir Irlandais. Comme son nom l’indique, c’est un magasin dans lequel on trouve toutes sortes de produits venant d’Irlande : de la bière et du whisky (hihi ! bien sûr !) mais aussi de magnifiques pulls, du thé, des mugs très britanniques, des confiseries improbables en France ! Cette enseigne compte 45 magasins en France et certains d’entre eux proposent un service très particulier : poster une carte postale comme si elle venait d’Irlande !

Le comptoir Irlandais

Une carte postale d’Irlande !

Dans certains Comptoir Irlandais, dont celui de Rouen où je me suis rendue, on peut trouver une jolie boîte aux lettres toute verte dans laquelle on peut poster une carte postale d’Irlande faire comme si elle venait vraiment de là-bas ! Et tout y est : les cartes postales aux paysages d’Irlande et les timbres ! Les boîtes aux lettres sont relevées une fois par semaine et les cartes transitent par la poste centrale de Cork avant d’atteindre leur destination !

boîte aux lettres irlandaise

poster une carte d'Irlande

Curieuse de nature, j’ai voulu essayer, et comme ce rendez-vous est toujours l’occasion de partager, j’ai écrit un petit mot aux copines ! Une semaine après l’envoi, Souris… maman, Je ne suis pas une super maman… mais j’y travaille, et moi avons reçu nos cartes postales d’Irlande.

carte-postale-irlande

 Et voilà, le temps d’une carte postale, j’ai pu replonger dans mes souvenirs ! Je remercie le Comptoir Irlandais de Rouen pour son accueil et ses explications (malgré mes enfants impatients d’aller au parc !) et si vous avez l’une de ces boutiques près de chez vous, je vous invite à y faire un tour. Dépaysement garantit !

Les enfants n’ont pas vraiment participé au rendez-vous ce mois-ci (même s’ils ont visité la boutique avec moi) : nos vacances de la Toussaint ont été très chargées et fatigantes, le rythme de l’école est également difficile, alors nous faisons un peu moins d’activités à la maison ces temps-ci !

Save

It’s a small world – Le Monde des poupées

Publié le

Au début des vacances de La Toussaint nous avons emmené les enfants à Disneyland Paris. C’était une grande première pour eux et ils ont été ébahis ! Tous les manèges, la rencontre avec les personnages, les spectacles et l’ambiance générale du lieu leur a mis des étoiles dans les yeux ! Mais il y a une attraction qui leur a plu tout particulièrement : « It’s a small world », le Monde des poupées ! Mais si, vous savez cette attraction à la musique entêtante ! Colombe et Petit O’ ont tellement aimé se promener en barque à travers le monde et admirer toutes ces poupées vêtues de costumes de chaque pays et région de la Terre, que nous avons fait ce manège 2 fois ! Et on en redemande ! Une fois notre séjour terminé, Colombe fredonnait encore la musique (ce qui n’est pas surprenant, cette musique pourrait obtenir le prix de la musique qui reste le plus longtemps en tête !). Mais voilà à force de « Lalala it’s a small small world… » j’en ai eu un peu marre de chanter en yaourt. Alors je suis allée chercher des vidéos sur internet afin d’apprendre les paroles !

It's a small world à Disneyland Paris

Un peu d’histoire !

Avant de vous parler de la chanson (si si, vous ne rêvez pas c’est bien de cette chanson tant redoutée que je vais vous parler !), j’ai envie de vous parler de l’histoire de cette attraction, car elle n’a pas été créée par hasard. La compagnie PepsiCo sponsorisait le pavillon de l’UNICEF pour la Foire Universelle de New York en 1964-1965 et elle a fait appel aux équipes de Disney pour concevoir une attraction qui collerait au principe : « La paix au travers de la compréhension ». C’est ainsi qu’est né ce voyage en bateau à travers le monde ! À la fin de la Foire Universelle, l’attraction avait connu un succès tel que Disney l’a déplacée dans son parc Disneyland (en Californie). Et aujourd’hui, elle est présente dans tous les parcs Disney du monde !

Accueil de l'attraction "It's a small world" à Disneyland Paris

L’attraction

Le visiteur monte dans une grande barque (environ 4 personnes par rangée) et traverse le Monde au rythme de la musique. Chaque continent est représenté et les poupées sont habillés avec les plus beaux habits des régions du monde présentes :

  • La Scandinavie,
  • Les Îles britanniques,
  • L’Europe occidentale,
  • L’Europe de l’Est,
  • Le Moyen-Orient,
  • L’Asie,
  • L’Afrique,
  • L’Antarctique,
  • L’Amérique du Sud,
  • L’Australie et les îles du Pacifique Sud,
  • L’Amérique et le Canada.

Le dernier tableau réuni les enfants de tous les pays, tous habillés dans leur costume traditionnel, mais tous de blanc vêtus. On y constate une certaine uniformité qui renforce le message de paix de ce manège : qu’importe d’où l’on vient on se ressemble tous, et finalement le monde est tout petit !

It's a small world : Suisse

It's a small world : Thaïlande

It's a small world : îles du Pacifique

It's a small world : îles du Pacifique

It's a small world : Indiens d'Amérique

La chanson

À l’origine, Walt Disney voulait que la bande son de l’attraction soit composée des hymnes nationaux des pays représentés chantés par des enfants. Mais cela aurait créée une cacophonie insupportable. Il a donc été décidé que l’attraction se déroulerait au son d’une mélodie unique dont les paroles seraient chantés dans des langues différentes en fonction des tableaux présentés. Ce choix fut très judicieux car lorsqu’on vogue à travers l’attraction le changement de langue de la chanson se fait tout en douceur et sans qu’on s’en aperçoive réellement. Et si cette chanson reste en tête des jours et des jours durant, c’est qu’elle a été écrite dans ce but ! Les compositeurs, les frères Sherman, sont des grands noms de la chanson dans l’univers Disney puisqu’en plus de « It’s a small world », ils ont également composé la musique de Mary Poppins, Les Aristochats et Le livre de la Jungle !

It's a small world : union entre les peuples

Les paroles sont un message de paix et c’est en cela que cette attraction est si touchante. Mais je vous laisse les découvrir par vous même !

« Au bout du Pole Nord ou sur l’Équateur,
On a toujours l’air de venir d’ailleurs,
Mais quand on fait le tour de nos joies, nos ennuis,
On a tous la même vie !

Car le monde est tout petit !
Devant le ciel on se dit
Que nous sommes des fourmis,
Le monde est petit. »

Extrait des paroles écrite par les frères Robert et Richard Sherman

Et si vous voulez découvrir les paroles complètes dans toutes les langues représentées dans l’attraction, je vous laisse regarder cette vidéo :

Les paroles complètes en français et en anglais se trouvent ici :

Et si vous voulez voir l’attraction comme si vous y étiez, c’est ici :

J’espère que la promenade vous aura plu et que vous ne m’en voudrez pas trop de vous avoir mis cette chanson dans la tête ! Mes enfants ont tellement aimé l’attraction que nous la chantons tous les jours et que nous regardons des vidéos dès que nous en avons l’occasion ! J’ai cherché à acheter un CD avec la musique, mais ce sont de vieilles éditions qui coûtent un peu cher maintenant, alors ça attendra ! Et entendre mes enfants chanter ce message de fraternité me fait oublier tous les CD du monde !

Enfin, je voulais vous partager l’hypothèse émise par le blog Le Monde de Disney : la musique est diffusée sans interruption pendant 16h par jour dans chacun des parcs à thème Disney du Monde, ce qui fait, par le jeu des fuseaux horaires, qu’elle est diffusée 24h sur 24h et ce depuis 1983 (ouverture de Disneyland à Tokyo). C’est un beau symbole d’espoir de considérer que ce message de paix et de fraternité est potentiellement la musique la plus diffusée actuellement !

 

It's a small world : union entre les peuples

Cet article est ma participation au rendez-vous À tout bout d’chant du blog La cour des petits.

Les autres participations au rendez-vous :

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Activité pour apprendre à se situer dans le Monde -Voyageons Ludique

Publié le

Avec cette nouvelle année scolaire que a redémarré, nous reprenons le rendez-vous Voyageons Ludique proposé par ma copine Souris… Maman. Et cette fois, le sujet sur lequel nous devions plancher était : « Voyageons à travers le Monde ». J’ai d’abord pensé à fabriquer un petit passeport pour Colombe (3 ans 1/2) et à lui présenter un planisphère pour l’aider à situer les pays dont nous avions déjà parlé l’an dernier, mais je me suis vite rendue compte que toutes ces notions de localisation était très abstraite pour Colombe ! D’ailleurs lorsque j’ai demandé à Colombe ce qu’était le Monde ou encore la France, elle était incapable de me répondre précisément. Elle sait que nous habitons Cannes, mais elle a du mal à comprendre quelles sont ses limites et à quoi cela correspond vraiment. Alors je me suis inspirée d’une activité qu’on retrouve sur beaucoup de blog américain : « Me on the map », littéralement « moi sur le carte ». Cette activité consiste à présenter à l’enfant une représentation de son habitat à différents niveaux (maison, ville, région) emboîtés les uns dans les autres à la manière de poupées gigognes.

apprendre à se situer dans le monde

apprendre à se situer dans le monde

L’activité pour apprendre à se situer dans le Monde

C’est moi qui ai fabriqué ce petit jouet car Colombe me semblait un peu trop jeune pour réaliser les dessins elle-même. J’ai donc coupé des cercles dans des papiers de couleurs différentes et tous légèrement plus grand que le précédent. À L’intérieur de ces cercles j’ai représenté les différents niveau de localisation en les dessinant au recto et en indiquant leur nom au verso. J’ai ensuite plastifié chaque cercle, et je les ai reliés entre eux à l’aide d’un fil passé dans un petit trou que j’ai fait.

J’ai organisé les lieux comme suit :

  • Moi
  • Ma maison
  • Ma ville
  • Ma région/mon département
  • Mon pays
  • Mon continent
  • Le Monde

Moi, ma maison dans le monde

Ma ville
Je vous assure que c’est Cannes que j’ai dessiné ! Quoi ? Vous ne reconnaissez pas le Palais des Festivals et son mythique tapis rouge ?! Bon, vous reconnaissez le palmier quand même ?

Moi et la France

moi dans le monde

Et Colombe sait-elle se situer dans le monde maintenant ?

Les différents niveaux de localisation restent difficiles à comprendre pour Colombe. Cela fait longtemps qu’elle sait dans quelle ville nous vivons, mais elle a du mal à comprendre que ses grands-parents vivent dans une autre ville et que celle-ci est très loin. Pour l’aider, je lui rappelle les longues heures passés en voiture à chaque fois que nous leur rendons visite ! Mais ce petit jeu lui permet d’apprendre l’ordre de grandeur, même si sa représentation est encore un peu floue !

Et après on fait quoi ?

J’ai beaucoup aimé ce sujet car le monde et ses différents découpages n’est pas une chose facile à comprendre pour un enfant. Je pense que l’on va aborder le sujet encore longtemps et je souhaite aller plus loin. Je pense investir dans un joli atlas pour enfant afin de situer les lieux dont on parler dans les prochains rendez-vous !

Créer des visages à la manière de Picasso

Publié le

Ce mois-ci, Voyageons Ludique, le rendez-vous de Souris Maman nous emmène en emmène en Espagne. Je vous l’avoue tout de suite, c’est un pays que je connais mal ! Mais je n’ai pas pris part au rendez-vous depuis deux mois et je ne voulais pas faire faux bon une fois de plus. Alors j’ai choisi d’aborder le thème à travers un artiste que j’aime bien : Pablo Picasso.

Mug Guernica de Pablo Picasso
Mon mug Guernica, souvenir de mon périple dans les musées de Madrid !

Pour l’anecdote, je suis allée à Madrid quand j’étais étudiante. J’y étais pour un séminaire et j’avais peu de temps libre, mais je voulais absolument voir Guernica. Alors un matin je me suis levée aux aurores et j’ai fait l’ouverture du musée du Prado. J’ai pris tout mon temps pour la visite et c’est arrivée à la fin que j’ai ouvert mon guide touristique, m’étonnant de ne pas avoir vu le tableau de Picasso. J’ai donc vite compris mon erreur : Guernica est exposé au musée Reina Sofia. J’ai quitté le Prado, me suis rendue au Reina Sofia le plus vite possible, j’ai visité ce musée au pas de course et j’ai finalement vu Guernica. Je suis entrée dans une grande salle (enfin c’est le souvenir que j’en ai) et la toile était là ! Mon étourderie m’aura au moins permis de visiter un peu plus que je ne pensais possible dans le temps qui m’était imparti !

Revenons-en à notre activité ! Après avoir présenté quelques tableau de Picasso à Colombe(mais pas Guernica car à 3 ans, c’est peut-être un peu sombre comme tableau), je lui ai fait remarqué que le peintre présentait des yeux de côté, d’autres de face, qu’il y avait des bouches qui semblaient trop petites, que les couleurs étaient très nombreuses et tout cela sur un même tableau. Pour ma petite de 3 ans ça a été l’occasion de parler de perspective et de point de vue (bon, on a juste aborder le sujet, hein !). Je lui ai alors proposé de faire des portraits sur le même modèle.

Matériel nécessaire :

  • des magazines à découper
  • des ciseaux
  • de la colle
  • des crayons de couleur ou des feutres

Réalisation :

Comme nous étions prises par le temps, c’est moi qui ai cherché et découpé les éléments dans les magazines. J’ai donc présenté des yeux, des nez, des bouches et des oreilles à Colombe et lui ai proposé de les coller sur une feuille pour former un visage.

materiel_visage_picasso

Et c’est à 4 mains que nous avons créé nos visages. En plus de l’exercice de collage, ça a été l’occasion de revoir les parties du visage (enfin ça a été utile pour Petit O’ (17 mois) plus que pour Colombe), et de travailler le vocabulaire (parce que « un oeil », « des yeux » mine de rien ça n’est pas si facile à maîtriser).

Visage à la manière de Picasso
Les coups de crayons sont les cheveux. Cette femme a beaucoup de cheveux car « les mamans ont les cheveux très longs ».

visage_maniere_picasso_2

 visages_maniere_picasso

La conclusion de ma Colombe est : « Ils sont bizarres ces visages. Moi je n’ai jamais vu de visages comme ça. » . Je suppose qu’elle sous entend que ces représentations sont loin de la réalité, mais au moins cette activité l’aura amenée à se poser quelques question. Nous avons passer un bon moment et je pense que je vais ajouter une petite « boîte à visages » dans notre boîte à découper : je laisserai des magazines à la disposition de Colombe pour qu’elle y découpe des éléments et nous jouerons à créer de nouveaux personnages !

Gummibärchenampelmännchen -Voyageons Ludique

Publié le

voyageons-640x640

Gummibärchenampelmännchen ? Je vous entends déjà me dire : « Mais c’est quoi ce titre ?! Tu es sûr que c’est un seul mot ? » ou pour les plus subtils : « À tes souhaits ! ». Eh bien c’est de l’allemand car aujourd’hui nous voyageons ludique et dans le texte !

Ma copine Souris… Maman nous propose de découvrir le Brésil, l’Italie ou l’Allemagne. Les premières destinations vous auraient peut-être plus fait rêver, mais ayant fait une partie de mes études en Allemagne, c’est tout naturellement que j’ai choisi cette destination ! Et pourquoi voyagerons-nous « dans le texte » ? Je vous rassure, je ne vais pas me mettre à rédiger dans la langue de Goethe, mais pour trouver l’inspiration, j’ai sorti quelques livres de ma bibliothèque.

Tout d’abord l’équivalent exacte de nos imagiers Fleurus, « Dein Buntes Wörterbuch Deutschland » (ou l’imagier de l’Allemagne) :

dein_buntes_worterbuch_deutschland

Et le livre présentant la cuisine la plus saine de la terre « Das Grosse Haribo Buch » (le gros livre Haribo, avec de supers recettes, des jeux palpitants et plein d’idées de décoration ! je ne vous ment pas, c’est marqué dessus !)

haribo_buch

J’ai vite eu l’idée d’une petite activité très simple faire avec des Ampelmännchen et des bonbons.

Les Ampelmännchen sont les petits bonshommes emblématiques de l’ex-Allemagne de l’Ouest où ils indiquaient lorsque les piétons pouvaient traverser la rue. Quant aux bonbons, j’ai bien évidemment utilisé des Ours Or, ou Goldbären : l’ours étant l’emblème de Berlin, ces bonbons sont incontournables en Allemagne.

Colombe et moi avons alors feuilleté l’imagier afin qu’elle y repère les Ampelmännchen, nous les avons comparés avec les bonhommes que nous voyons à nos passages piétons et avons remarqué qu’ils étaient assez différents. Nous avons également constaté sur l’imagier que l’or était l’emblème de la ville de Berlin et avons feuilleté le livre de recettes dont il fait la couverture (et dont d’ailleurs je vous partagerai peut être quelques recettes !).

Puis je lui ai proposé un petit exercice de tri des couleurs en me servant de deux emporte-pièces à la forme de ces petits bonshommes. Comme elle a récemment appris qu’on traverse lorsque le petit bonhomme est vert et qu’on attend s’il est rouge, je lui ai fait remarqué qu’un des bonhommes était arrêté alors que l’autre semblait avancer.

preparation_ampelmanner_gummibarchen

Ampelmanner_bonbons

Elle a alors un peu joué avec le bonhomme qui avance puis s’est mise au « travail ». Le paquet de bonbons que nous avons utilisé ne comprenait pas assez d’oursons rouges pour remplir l’emporte-pièce, j’ai donc fait remarquer à Colombe que le rouge et le orange se ressemblent beaucoup. L’activité de tri étant un peu facile pour Colombe, cela a permis de mettre en relation les différentes nuances de couleurs.

ampelmann_court

moules_ampelmanner

Une fois les emporte-pièces remplis de bonbons, l’exercice est terminé (si vous voulez les passer au four pour leur donner la forme des bonshommes, utiliser plutôt des bonbons durs qui se démouleront facilement, alors que les oursons gélifiés colleront trop pour donner un résultat correct). En revanche, l’heure est venue de déguster les bonbons !

gummibaerchen_ampelmannerAlors nos Ampelmännchen, comment vous les trouvez ?

Manger avec des baguettes dès 18 mois (DIY maki en feutrine) – Voyageons Ludique

Publié le

Vous êtes-vous déjà demandé à quel âge en Asie, les enfants commençaient à apprendre à manger avec des baguettes ? Parce que moi oui (oui, je sais, j’ai de ces questions !). J’ai alors immédiatement interrogé des amies asiatiques et elles étaient formelles, dès 18 mois c’est possible ! Comment ?! Quelle surprise, les asiatiques seraient des surdoués de la motricité fine en plus d’être super forts au ping-pong (je sais, je sais… on dit tennis de table) !

En fait d’enfants surdoués, il s’agit surtout de choisir les bons outils ! Puisque nous avons des couverts dont la forme et la taille sont adaptées aux mains de nos tout-petits, il est tout à fait logique que la même chose existe pour les baguettes ! Et c’est ainsi que j’ai découvert les baguettes d’apprentissage munie d’anneaux.

apprendre_manger_baguettes

Si j’ai eu quelques doutes sur la facilité d’utilisation lorsque j’ai reçu mes baguettes (commandées sur Ebay), ces doutes se sont complètement envolés lors de la première utilisation. Colombe (3 ans) a besoin d’un peu d’aide pour mettre les baguettes correctement : il faut mettre le pouce dans l’anneau fixe puis insérer l’index dans l’anneau supérieur de la deuxième baguette, et le majeur dans l’anneau inférieur. Une fois les baguettes mises correctement, manger devient un jeu d’enfant ! Et pour preuve voici une photo de Colombe les utilisant pour la première fois !

Ces baguettes sont géniales ! Colombe (2 ans 1/2) mangé ses sushis avec une facilité déconcertante !!! #baguettes #baguettesdapprentissage #sushi #sushitime #elledevientgrande

Colombe adore tellement se servir de ses baguettes que j’ai décidé de lui fabriquer de petits makis en feutrine pour qu’elle puisse s’entraîner dès qu’elle le voudrait (parce qu’on ne mange pas de sushis tous les jours non plus !). Et aujourd’hui je vous explique comment j’ai fait !

Matériel :

  • de la feutrine blanche
  • de la feutrine noir
  • quelques chutes de tissu orange (j’ai coupé un vieux T-shirt)
  • du kapok
  • de la colle pour tissu
  • du fil une aiguille

Réalisation :

Dans la feutrine blanche  coupez 6 rectangles de 6,5 cm sur 3 cm et 12 cercles de 2 cm de diamètre.

patron_sushi_feutrine

Cousez un cercle et un rectangle ensemble de manière à former un cylindre.

tuto_sushi_feutrine

Remplir le cylindre avec du kapok, puis fermez-le avec le deuxième cercle de feutrine blanche.

sushi-feutrine_rempli

Coupez 6 rectangles de feutrine noire de 8 cm par 3 cm, puis cousez (ou collez) une bande autour de chaque cylindre.

 

coudre_nori_sushi

Coupez grossièrement 12 petits cercles de tissus orange et collez en un sur chaque extrémité des cylindres !

 

solle_saumon_sushi

Et voilà ! Les makis sont prêts à déguster !

baguettes_apprentissage_sushis

Alors, qu’en dites-vous ? Et si on apprenait à nos petits à manger avec des baguettes ?

Notre petit jardin zen – bac sensoriel – Voyageons Ludique

Publié le

voyageons-640x640

Comme promis pour le rendez-vous Voyageons Ludique, nous allons parcourir l’Asie et aujourd’hui je vous emmène au Japon.

C’est en regardant cet épisode de Mouk intitulé « Le jardin Japonais » que j’ai eu l’idée de présenter à Colombe un bac sensoriel reprenant le concept de ces jardins.

Au Japon, les jardins zen sont des espaces de contemplation. Constitués essentiellement de minéraux et de quelques végétaux, ce sont des jardins secs. L’eau est symbolisée par les sillons tracés par des râteaux.

Avec très peu de moyen, j’ai reproduit un jardin zen dans notre bac sensoriel.

Matériel nécessaire :

  • un bac en plastique
  • un kilo de semoule
  • un petit râteau
  • quelques végétaux (ici du bambou coupé sur ma terrasse et un sapin Playmobil)
  • quelques pierre ou objet rappelant le Japon (ici un Maneki Neko, le chat qui dit bonjour)

materiel_bac_jardin_japonais

Activité :

J’ai présenté à Colombe le bac déjà rempli et aménagé comme un jardin zen. Je lui ai expliqué rapidement le concept qu’elle connaissait déjà du dessin animé et lui ai laissé les outils pour qu’elle aménage son propre espace.

bac_jardin_japonais

bac_maneki_neko

bambou_bac_jardin_japonais

Ma Colombe s’est alors emparée du râteau et a modelé l’espace en traçant des sillons comme je l’avais fait, mais aussi en écartant de grandes pelletées de semoule.  Elle a aimé prendre la semoule à pleines mains et a essayé de remplir le petit chat (qui en fait est une tirelire). En créant des ruisseaux et des montagnes, nous avons fait fonctionné notre imagination et appris un peu de vocabulaire.

bac_jardin_zen

bac_jardin_zen_rateau

bac_jardin_japonais_action

Et comme la semoule ne présente aucun danger, une fois les éléments fragiles enlevés, Petit O’ a pu lui aussi profiter de ce bac. Le bac de semoule est un bon jeu de manipulation qui plaît généralement beaucoup aux petits ! Et pour tout vous avouer, moi-même j’aimerais bien plonger les mains dedans, pas vous ?

Des livres sur l’Asie -Voyageons Ludique

Publié le

voyageons-640x640

En prévision du Nouvel An chinois, ce mois de janvier est consacré à l’Asie pour notre rendez-vous Voyageons Ludique organisé par Souris… Maman. Et vous allez voir, cette destination m’inspire !

Je commence donc notre voyage par une petite sélection de livres. Ces livres sont destinés aux enfants, mais pas aux petits comme Colombe, et je vous avoue les avoir choisis pour moi ! Je ne sais pas vous, mais il m’arrive souvent de puiser mes lectures au rayon jeunesse tant je le trouve riche en ouvrages intéressants !

Meihua_couverture

Le premier livre que je vous présente s’appelle Meihua, La petite Chinoise et comme son nom l’indique, il présente la Chine à travers le quotidien d’une petite fille.

meihua_identite

Il s’ouvre sur une fiche d’identité de la petite fille.

meihua_repas

meihua_calligraphie

Puis viennent la présentation de sa maison, de son école, de son quotidien à travers de belles illustrations.

cahier_meihua

meihua_calligraphie_bonheur

Après avoir parlé de l’histoire de la Chine et de ses traditions, s’ouvre la partie intitulée « Le cahier de Meihua » . Comme la petite chinoise, le lecteur pourra compter en chinois ou apprendre la calligraphie.

meihua_biscuits

Seul point que je déplore dans ce livre : il présente la recette des « biscuits porte-bonheur ». Mais ces biscuits, dont le nom d’origine est « fortune cookies » ne sont pas chinois mais américains ! Ils ont été inventés par les restaurants asiatiques des Etats-Unis… J’aurais préféré une recette un peu plus typique…

Christel Proupuech, Meihua, la petite Chinoise, Mila editions

DSCN1984

Le Deuxième livre s’appelle Kawaii, le livre 100% Japon. Je vous préviens tout de suite, on entre dans un univers rose, girly, « trop mignon » (c’est marqué sur la couverture), bref, Kawaii (mignon en Japonais). Ce livre se présente comme un petit guide à l’usage d’une pré-adolescente qui aimerait préparer un voyage au Japon.

Japon_kawaii_en_bref

Chaque double page présente un thème. Le premier thème, « le Japon en bref » fait une petite présentation du pays. Les suivants présentent des traditions japonaises, des aspects de la vie quotidienne ou des phénomènes de mode.

Japon_kawaii_fiche_pratique

Au fil du livre on trouve plusieurs pochettes « atelier ». Sur la page de gauche se trouve un petit questionnaire portant sur les chapitres précédents et sur la page de droite, une pochette remplie de papiers avec des instructions pour faire des origamis, dessiner des mangas ou faire des sushis.

kimono_kawaii

concombre_coeur_pasteque_carre

Les illustrations sont à la hauteur du côté « Kawaii » annoncé dans le titre, et le livre est rempli d’anecdotes telles ces concombres en forme de cœur ou ces pastèques carrés. Le gens de choses indispensables pour les Japonais !

C’est un livre que je recommande pour sa richesse en informations et sa manière ludique de les présenter. Je ne lui reprocherai que son côté « fille » un peu insistant. Je connais au moins autant d’ado garçon qui s’intéressent au Japon que de filles, et cette ligne éditoriale pourrait les faire passer à côté d’un livre plutôt intéressant…

Carla Cino, Kawaii, Le Livre 100% Japon, Larousse

Asie_couverture

Voici mon grand coup de cœur. Un livre très généraliste sur l’Asie qu’il traite de la Turquie aux Philippines.

Asie_Coree_sud

Asie_Irak_carte

Asie_boue_mer_morte

Sur chaque double pages on découvre un ou deux pays à travers un texte, une carte, des photos de lieux importants, et des anecdotes.

Asie_eau

À noter aussi la présence de double pages sur des thématiques liées au continent, comme ici, l’enjeu de l’eau.

Je n’ai que peu de choses à dire sur cet ouvrage : il s’agit d’un livre de géographie complet et de bonne qualité. C’est une base intéressante pour s’informer ou préparer un devoir. Bref, si vous avez des ado qui s’intéressent un peu à l’Asie je vous le conseille !

Sakina Boukhaima, Geneviève Clastres, Philippe Pataud Célérier, L’Asie, Gallimard Jeunesse

Voilà pour mes lectures. Comme je vous l’ai dit, l’Asie m’inspire, alors je reviendrai très vite pour continuer à voyager ludique !