activité manuelle

On prépare carnaval en fabriquant des masques d’animaux

Publié le

La période du carnaval est là et c’est toujours l’occasion pour les enfants de s’imaginer de grandes aventures en se mettant dans la peau de personnages fantastiques ! Ils aiment fouiller dans leur malle de déguisement et revêtir leurs plus belles tenues. Alors ils viennent me voir et je fais semblant de ne pas les reconnaître : « Bonjour madame la princesse, je suis enchantée ! Mais savez vous où est ma fille ?« , « Bonjour monsieur le tigre ! Non ! Ne me mangez pas, je cherche simplement mon petit garçon » ! Ce petit jeu amuse énormément Colombe (4ans) et Petit O’ (2 ans) qui partent alors dans de grands fous rires ! Mais pour ne pas être reconnu, il n’y a guère mieux qu’un masque, et malheureusement nous n’en avions pas beaucoup jusque-là. Le cahier de coloriage « Masques d’animaux » des éditions Gründ et Crayola était donc l’activité toute trouvée pour ces derniers jours !

Masques d'animaux à colorier et à découper

Ce cahier de coloriage contient 24 masques à colorier puis à découper et 6 crayons de cire de la marque Crayola qui correspondent aux couleurs nécessaires à l’activité. Les feuilles du cahier sont détachables ce qui permet de les colorier et de découper les masques sans être gêné, mais aussi de faire colorier plusieurs enfants en même temps. Avec plusieurs enfant, c’est un détail que j’apprécie énormément ! Les crayons de cires sont rangés dans une petite boîte transparente fixée dans la couverture. C’est un moyen de rangement très pratique et idéal pour utiliser ce coloriage pendant les longs voyages par exemple !

Rangement des crayon de cire dans la couverture

Il y a deux types de masques : ceux dont les contours sont noirs, c’est alors à l’enfant de déterminer les couleurs, et ceux dont les couleurs correspondent à la couleurs qui doit être utilisée. Ce dernier type est assez sympa si l’on veut un masque aux couleurs cohérentes avec la réalité (mais sinon la fantaisie ne fait pas de mal !) mais aussi pour les plus petits qui apprennent les couleurs !

Masque de cerf à colorier

Masque de chat à colorier

Colombe, Petit O’ et moi nous sommes donc mis au travail il y a quelques jours, choisissant chacun un animal. Le chat pour Colombe, la vache pour Petit O’ et la Girafe pour moi. Si le travail de coloriage est encore un peu difficile pour Petit O’, il a tout de même apprécié de détailler les partie du visage de la vache et de nommer ses couleurs. Colombe, elle s’est beaucoup appliqué au début, notamment dans le choix des couleurs, puis elle a terminé sur quelques fantaisie. Malgré tout je suis impressionnée car il est rare qu’elle termine un coloriage en une seule fois ! Et moi… eh bien j’ai fait de mon mieux pour ne pas déborder (je suis nulle en coloriage !).

Colorier un masque chat

À la fin de notre coloriage, j’ai découpé les masques d’animaux (il suffit de suivre les pointillés !) puis j’y ai fixé un élastique pour qu’on puisse porter les masques. Les enfants étaient ravie du résultat et se sont empressés de se déguiser !

Masque de girafe et de chat
Si Petit O’ était partant pour se déguiser, il l’était beaucoup moins pour faire une photo ! Du coup, vous ne verrez que Colombe et moi !

Madame girafe son coloriage "masques d'animaux"

Et Madame Girafe est venue me voir pour me dire qu’elle voulait refaire des masques d’animaux très bientôt !

Dans la même collection, nous avons également reçu « Princes et Princesses », fait exactement sur le même principe (sauf qu’il s’agit de coloriage simple et qu’il n’y a rien à découpé). Nous avons également commencé ce cahier, mais le réservons plus particulièrement pour les longs trajets de départ en vacances !

Coloriage "princes et princesses"

Coloriage princesse

Masques d’animaux, éd. Gründ Jeunesse
à partir de 3 ans
prix : 5,95 €

Princes et princesses, éd. Gründ Jeunesse
à partir de 3 ans
prix : 5,95 €

Merci aux éditions Gründ pour leur confiance et pour l’envoi de ces jolis coloriages qui plaisent beaucoup à mes petits !

Save

Save

Save

Save

Mobile Stalactite – L’art est un jeu d’enfant

Publié le

Ce mois-ci le thème de L’art est un jeu d’enfant, le rendez-vous artistique du blog Le Pays des Merveilles est « Aglagla il fait froid ». Le thème est bien d’actualité car la France vient de subir une importante vague de froid qui n’a épargné personne. Si si, je vous assure, même ici sur la Côte d’Azur, les températures sont descendues en-dessous de 0°. Nous n’avons pas eu de neige près des côtes, mais les plans d’eau étaient bels et bien gelés. D’ailleurs, voir les poissons nager dans leur bassin sous un couche de glace a généré un grand intérêt pour Colombe (4 ans) et Petit O’ (2 ans). J’ai alors voulu mener l’expérience des guirlandes de glaçons trouvée chez Maman Nougatine, mais je m’y suis prise un peu tard et le redoux était déjà le redoux était déjà là ! Il me fallait donc trouver une nouvelle idée pour le rendez-vous, et de toute évidence, je ne pouvais plus profiter de la météo (vous ne rêvez pas, je suis bien en train de me plaindre des températures plutôt douces de ces derniers jours… ). C’est alors que j’ai trouvé l’idée de ce mobile stalactite chez Kids Craftroom qui me paraissait très simple à faire pour un résultat très joli !

Stalactites en aluminium

Mobile stalactite en aluminium

Le matériel

J’ai un peu changé la manière de faire car (pour une fois) je ne souhaitais pas mettre de paillettes sur cette activité (ok, je n’avais pas envie de ramasser des paillettes partout une fois le mobile accroché !). Mais ce que j’ai apprécié dans cette idée c’est qu’elle est facilement réalisable avec du matériel qu’on a tous à la maison !

  • du papier aluminium
  • de la peinture bleu et des pinceaux
  • du fil
  • une branche ou un morceau de bois pour servir de base au mobile.
  • un ruban
  • un tuteur

préparation des stalactites à peindre

La réalisation

Avant de proposer l’activité aux enfants, j’ai découpé 5 morceaux de papier aluminium que j’ai ensuite pliés de manière à former un cône.

plier une feuille d'aluminium pour en faire un stalactite

Puis j’ai proposé aux enfants de peindre ces cônes d’alu avec la peinture. Colombe (4 ans) s’est appliquée à mettre beaucoup de peinture partout et y a passé beaucoup de temps alors que je pensais qu’elle serait plus rapide que son frère. Petit O’ (2 ans) lui était plutôt dans la découverte. Il a bien observer la peinture qui se déposait sur l’aluminium, a essayé de peindre différents endroits du cône pour voir si les sensations étaient les mêmes. Puis il a constaté qu’il avait de la peinture sur les mains et a décidé d’en rajouter un peu et de peindre la tablette de sa chaise haute.

Ma fille peint son stalactite d'aluminium

Mon fils peint son stalactite

Mon fils essaye de transperser sa feuille d'aluminium

Mon fils peint la tablette de sa chaise haute

Une fois les cônes peints, il m’a suffit de replier l’extrémité la plus large sur un fil accroché à la branche qui sert de support au mobile. J’ai ajouté un ruban à la branche pour suspendre le mobile et je l’ai accroché sur un tuteur avec du washi tape et je l’ai posé dans les bacs de plantes sur mon balcon.

Fixation de notre mobile stalactite

La déco de mon balcon

La déco de mon balcon

Mobile stalactite en aluminium

Mobile stalactite en aluminium

Dans une ambiance coloré notre mobile apporte un peu de lumière à la décoration de notre terrasse, pour le plus grand bonheur de Maurice (notre nain de jardin) et de Rosy (notre flamant rose) ! Alors, vous aimez ?

Toute ressemblance avec un personnes existantes ou ayant existé ou pas, et ayant la capacité de recouvrir la terre de neige en plein été est purement fortuite.

 

L'art est un jeu d'enfant

DIY : fabriquer un tablier en recyclant une vieille chemise

Publié le

Comme vous le savez, dans la famille À Dada ! on aime beaucoup les activités manuelles ! Mais comme on a aussi envie de garder nos vêtements dans un état acceptable, le port du tablier est obligatoire dans la plupart des cas ! J’ai donc testé un certain nombre de modèles et j’ai pu me rendre compte que tous n’étaient pas très efficaces (les tabliers en plastique par exemple permettent de ne pas tâcher le vêtement, mais si on n’essuie pas tout de suite l’encre ou la peinture qui se dépose dessus, on en met absolument partout autour de soit…). Mais surtout j’ai eu l’occasion de me rendre compte que les tabliers pour enfants, aussi mignons soient-ils, sont souvent assez chers ! Alors j’ai cherché un moyen d’en faire moi-même et pour que la tâche soit facile, économique et respectueuse de l’environnement, j’ai tout simplement décidé de fabriquer un tablier en recyclant une vieille chemise.

Matériel nécessaire :

  • De vieilles chemise en coton et en taille adulte (ainsi on n’a pas besoin de refaire des tabliers à chaque poussée de croissance des enfants). Ici j’ai recyclé les chemises usées de mon mari.
  • Du fil élastique
  • Fil, aiguille, voire une machine à coudre pour aller plus vite !
  • Une paire de ciseaux

Réaliser un tablier en recyclant une chemise

Il faut d’abord couper le col de la chemise car cette partie un peu rigide pourrait gêner l’enfant dans ses mouvements.

Couper le col de la chemise

Coupez également les étiquettes de la chemise qui pourrait gratter.

Couper les étiquettes

Coupez le bout des manches puis repliez le pour former un tube que vous aller coudre. Passez le fil élastique à l’intérieur du tube et fermez à la taille du poignet de l’enfant.  Les coutures peuvent être faites grossièrement, cela ne se verra pas (et honnêtement c’est un tablier pour faire des activités manuelles qu’on coud, pas une robe de mariée).

Manche du tablier

Le tablier est prêt ! Ici nous l’utilisons pour la peinture et toutes les activités qui tâchent, mais aussi pour faire la cuisine ! Comme mon mari avait plusieurs chemises à mettre à la poubelle, j’ai pu fabriquer plusieurs tabliers et cela ne m’a rien coûté au final ! Et comme c’est du recyclage, j’ai l’impression d’avoir fait un petit geste pour la planète !

Colombe cuisine avec son tablier

Colombe écrit sur son tableau, bien protégée des tâches par son tablier !

J’avoue que  j’adore faire du neuf avec du vieux et trouver des solutions pas chères et bonnes pour la planète comme celle-ci, pas vous ?

 

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Des galets brillants à observer à la lumière

Publié le

Ce mois-ci, le thème du rendez-vous L’Art est un jeu d’enfant du blog Le Pays des Merveilles était : « Tout ce qui brille » ! Bien évidemment, ce qui brille nous inspire beaucoup ici, d’ailleurs je le dis souvent : « Les paillettes c’est la vie ! ». Il restait donc à trouver une idée d’activité. J’ai décidé de fabriquer des galets brillants à observer avec notre boîte lumineuse. Cette boîte est mon alliée pour les temps calmes car observer les objets sous sa douce lumière apaise les enfants. Pour varier les plaisirs et stimuler l’attention des enfants, je change souvent d’objets à observer (des idées ici) et quoi de plus captivant que des objets brillants ! J’ai donc sorti les paillettes et le pistolet à colle et Colombe (3 ans 1/2) et moi nous sommes mises au travail !

Nous avons utilisé deux techniques différentes pour faire nos objets à observer. La première consistait à décalquer une forme (sur du papier cuisson), la peindre avec de la colle pailletée, puis la recouvrir avec la colle chaude du pistolet à colle. Décalquer a été un véritable exercice pour Colombe qui s’est parfois heurtée à des formes encore un peu complexes (et surtout longues à faire) comme le flocon de la photo (que nous n’avons d’ailleurs pas terminé !).

Décalquer un motif

Mais elle s’est bien débrouillée pour réaliser ce papillon que je vous montre en court de réalisation, puis une fois terminé. Je précise que jamais Colombe n’a touché au pistolet à colle car elle est encore bien trop jeune. De mon côté j’ai réalisé une montagne dont j’apprécie le relief (le papier cuisson gondolait lorsqu’on posait la colle pailletée)

papillon dessiné avec des paillettes

Papillon et paillettes observé sur une boîte lumineuse

Montagne pailletée

La deuxième technique est bien plus simple puisque sur du papier cuisson Colombe posait des petits flocons et des étoiles brillants (initialement il s’agissait de décorations de table), puis elle versait des paillettes, et par dessus je formais des petits galets avec le pistolet à colle.

verser des paillettes sur une feuille

paillettes et flocons

galets brillants observés sur une boîte lumineuse

galets brillants à la lumière du soleil

Nous avons maintenant une belle collection de petits galets à observer, mais aussi pour jouer et construire des univers (ne me dites pas que vous n’avez pas fait le rapprochement entre la couleur de mes paillettes et la Reine des Neiges !), ou juste à faire briller à la lumière du soleil !

Save

Save

Des pommes de pin pour le sapin

Publié le

Nous continuons nos décorations de Noël maison et cette fois, c’est la nature qui m’a inspirée. Sur le chemin de l’école, nous croisons de nombreux pins et bien évidemment, nous ramassons souvent des pommes de pin ! Alors je me suis dit que cela pourrait être joli de décorer le sapin avec des pommes de pin ! J’ai donc sorti le matériel de peinture et nos plus jolies paillettes et Colombe (3ans 1/2) et moi (non, je ne vous dirai pas mon âge !) nous sommes mises au travail !

Peinture, paillettes et pommes de pin

Je n’ai donné aucune consigne précise à Colombe et l’ai laissée peindre les pommes de pin, les épines, et les branches comme elle le voulait. Je me suis installée près d’elle et nous avons commencé à peindre toutes les deux. J’ai choisi la peinture de chez IKEA pour ses couleurs vives, mais elle ne tiendra sûrement pas très longtemps sur nos pommes de pins et il est peu probable qu’on les conserve. J’ai commencé par des couleurs traditionnelles comme l’argent et le doré. Puis j’ai laissé parlé ma créativité et j’ai fait une pomme de pin arc-en-ciel (et rose sur l’envers) qui me plaît beaucoup. Colombe l’a trouvé « très jolie, mais tu fais toujours des arcs-en-ciel toi ».

Peindre une pomme de pin en doré

Pomme de pin arc-en-ciel

Pomme de pin rose

Colombe a préféré les paillettes à la peinture (parce que c’est bien connu, plus il y a de paillettes, plus c’est joli !). Elle a donc étalé des paillettes violettes et argentées sur ses pommes de pin.

Pommes de pin pailletées

Après une petite séance de peinture de 45 minutes (pour 6 pommes de pin), nous les avons laissé sécher 24h puis nous les avons mises dans notre sapin, et voilà le résultat !

Pomme de pin doré dans le sapin

Pomme de pin pailletée dans le sapin

Sapin décoré de pommes de pin et de rouleaux de papier toilette !

Alors, ça vous plaît ? J’avoue que j’adore ma pomme de pin arc-en-ciel !

Et si vous brûlez d’envie de découvrir le tuto pour réaliser des décorations de Noël en rouleaux de papier toilette, c’est ici !

Save

Save

Save

Nos suspensions de Noël en rouleau de papier toilette

Publié le

Quand on est blogueuse parentale option loisirs créatifs, il est un matériaux que l’on travaille tout particulièrement, et c’est le rouleau de papier toilette.  Il n’est pas cher, on en a toujours chez soi (en tout cas il y en a toujours un qui s’apprête à se vider), et on peut faire des choses sympa avec (si si !). Cette année, il m’a inspiré pour les décorations de Noël, puisque j’aime les fabriquer avec les enfants, et j’ai décidé d’orner mon sapin de petites suspensions de Noël en rouleau de papier toilette (dis comme ça, je sais, j’envoie du rêve !).

Suspensions de Noël en rouleau de papier toilette

Le Matériel

  • Des rouleaux de papier toilette vide.
  • Des perles de couleur.
  • Du fil (on essaye d’en prendre un joli, j’en ai choisi un doré).
  • Une aiguille (non il n’y a rien à coudre, c’est juste pour faire des trous)
  • Une paire de ciseaux ou un cutter.
  • De la peinture.

La réalisation

J’ai coupé chaque rouleau de papier toilette en 3 tubes de tailles à peu près égales, puis j’ai demandé à Colombe (3 ans 1/2) d’en peindre l’intérieur puis l’extérieur dans des couleurs choisies au préalables. Nous avons ensuite coupé des morceaux de fils d’une quinzaine de centimètres, nous y avons enfilé une perle sur chaque puis nous avons fait un nœud. Il doit y avoir un peu d’espace entre la perle et le noeud, mais la plus grande longueur doit être vers l’autre extrémité (je ne suis pas claire ? Heureusement, je mets des images !).

attacher la perle

Puis j’ai percé deux petits trous dans chaque tube à l’aide d’une aiguille, et j’ai enfilé un bout du fil dans chaque trou. J’ai fait un nœud au bout du fil pour former la boucle qui permettra d’accrocher ces suspensions. Colombe était un peu petite pour réaliser ces étapes minutieuses, mais un enfant plus âgé pour le faire sans problème !

percer un rouleau de papier toilette avec une aiguille

Suspension de Noël en rouleau de papier toilette

Et voilà nos suspensions de Noël en rouleau de papier toilette sur le sapin !

Suspensions de Noël en rouleau de papier toilette

Suspensions de Noël en rouleau de papier toilette

Save

Calendrier de l’Avent pour les grands-parents

Publié le

Comme je l’ai dit il y a quelques jours, il n’y a pas de raison que seuls les enfants aient le droit à un calendrier de l’Avent ! Alors après le calendrier de Papa À Dada ! je vous présente aujourd’hui le calendrier destiné aux grands-parents de Colombe et Petit O’ ! J’ai eu l’idée de ce calendrier en parlant avec ma maman ces derniers jours. Elle me disait qu’ils n’avaient pas besoin de cadeaux pour Noël et qu’un dessin des enfants leur ferait bien plus plaisir que n’importe quel cadeau acheter ! Étant en pleine préparation de calendriers en ce moment (eh oui, le temps presse !) j’ai tout de suite fait l’association, et j’ai décidé faire fabriquer un calendrier de l’Avent par mes enfants, et notamment par Colombe (3 ans 1/2).

Le matériel nécessaire

Préparer le calendrier de l'Avent

  • Deux grandes feuilles rigides comme celles qu’on utilise pour le scrapbooking
  • un crayon à papier
  • des feutres, stylos ou crayons de couleur
  • un cutter
  • de la colle
  • un feutre doré ou argenté
  • une « grille* » pour aider à tracer les cases (facultatif)

*grille : lorsqu’on achète un jeu de société, les différentes pièces en carton sont souvent présenté sous forme de planche sur laquelle ces pièces sont prédécoupées. Je garde souvent les planches après avoir retiré les pièces du jeu.

Réaliser le calendrier de l’Avent

Tracer 25 cases sur la première feuille ou fixer la grille en laissant 25 cases apparentes (laisser la grille sur la feuille aidera l’enfant à contenir son dessin dans les cases). Demandez à l’enfant de faire un dessin dans chaque case. Si l’enfant est jeune, il aura peut être besoin qu’on l’aide à trouver l’inspiration. Mais si on le laisse libre, il aura sans doute des idées surprenantes. C’est ainsi que Colombe a repassé un coup de crayon sur le dessin figurant déjà sur la feuille, pour un résultat très sympa. Mais c’est un peu long de dessiner dans les 24 cases, alors il faudra peut être plusieurs séances. Si le temps presse, vous pouvez faire comme Colombe et terminer en mettant quelques autocollants, mais attention, veillez à choisir vos plus jolis autocollants (dans ce domaine, La Reine des Neiges est une valeur sûre !).

préparer les cases du calendrier de l'Avent

dessins d'enfants pour le calendrier de l'Avent

dessins d'enfants pour le calendrier de l'Avent

Reportez les cases sur la deuxième feuille en veillant à ce que leur emplacement corresponde à celui des cases de la première feuille. Puis découpez 3 côtés de chacune des cases. Collez la deuxième feuille sur la première (sans mettre de colle sur les cases). Puis numérotez les cases de 1 à 25.

découper les cases du calendrier de l'Avent

Calendrier de l'Avent en dessins d'enfant

case du calendrier : dessin de bonhomme

Case du 25 décembre : Joyeux Noël

Et voilà ! Je suis sûre que ce calendrier de l’Avent par les enfants ravira mes parents ! Et pourquoi 25 cases ? Eh bien pour souhaiter un joyeux Noël à Grand-Père et Grand-Mère le 25 décembre, puisque nous n’aurons pas la chance d’être avec eux !

Save

Jouer à coller et décoller du washi tape

Publié le

J’ai l’impression que cela fait une éternité que je n’ai pas proposé d’activité pour les enfants sur le blog ! Il faut dire que depuis la rentrée des classes notre rythme a bien changé et qu’avec la fatigue, nous privilégions la lecture ou le jeu « libre » à la maison. Mais mon Petit O’ (20 mois) est tout de même en demande car il passe beaucoup de temps seul maintenant. C’est en le voyant essayer de décoller méticuleusement le washi tape qui fixe les dessins sur les murs de la chambre que j’ai eu l’idée de cette activité !

plateau rempli de washi tape à coller et décoller

Le matériel :

  • un plateau en plastique
  • du wahi tape, plein de rouleaux différents pour varier les couleurs et les motifs

Le Jeu :

Lorsque j’ai proposé ce plateau à Petit O’, il se l’est approprié tout de suite. Enfin, juste le temps d’un petit regard approbateur de ma part car c’est paradoxale de lui interdire de toucher au washi tape sur les murs et de lui permettre sur ce plateau. Il a tout de suite essayé de décoller les premiers scotch, et y est parvenu sans problème !

coller et décoller du washi tape

Il a alors voulu recoller les morceaux de washi tape sur le plateau, mais la tâche s’est avérée bien plus difficile ! Il posait le morceau sur le plateau, mais bien évidemment le morceau restait collé à son doigt. Il a alors essayé de le passer d’une main à l’autre puis de le reposer sur le plateau, mais ça n’était pas non plus très concluant. Finalement, après plusieurs minutes de concentration (il m’a impressionnée !) il a attrapé les 2 extrémités du morceau de washi tape et l’a coller délicatement sur le plateau ! Il fallait voir la satisfaction dans son regard après ça et dans mon regard l’admiration béate de la maman complètement gaga !

coller et décoller du washi tape

coller et décoller du washi tape

coller et décoller du washi tape

coller et décoller du washi tape

Ce jeu l’a bien occupé et il y a passé 20 bonnes minutes la première fois (et un peu moins les fois suivantes). Colombe (3 ans 1/2) a aimé aussi jouer avec le plateau, même si elle finissait souvent par se coller un morceau de scotch en guise de pansement sur un bobo imaginaire ! Et à ma grande surprise, le plateau plaît aussi au plus grands ! Le fils d’une amie (un petit garçon de 6 ans) s’est tout de suite mis à jouer avec lorsqu’il l’a vu. Il a construit un magnifique château aux airs un peu japonais, et m’a précisé qu’il avait mis des scotchs jaunes pour les fenêtres, car j’avais mis des scotchs gris, alors la lumière était éteinte dans ma maison ! Voilà un détail dont je me souviendrai la prochaine fois !

Chateau japonais en washi tape

Le washi tape a bien vécu, et après une semaine d’utilisation, je viens de ranger le plateau. Mais cette activité est tellement simple à réaliser que je la proposerai de nouveau aux enfants ! Elle stimule la motricité fine (idéal pour les petits), mais aussi l’imagination. Et l’explication des créations par les enfants est toujours un moment de partage magique pour les parents ! D’autant que maintenant je sais qu’elle plaît à tout âge !

Et pour la petite histoire : Petit O’ continue de retirer les washi tape qui tiennent les dessins sur les murs de la chambre !

Amusez-vous – L’art est un jeu d’enfant

Publié le

« Dis Petit O’, tu te souviens du jour où maman avait mis une grande feuille de papier par terre, qu’elle avait sorti tous nos tubes de peinture et qu’elle nous avait dit : « amusez-vous » ?

– Ah oui ! Je me souviens ! C’était un peu bizarre ! Et même que maman, elle nous a retiré nos vêtements alors que d’habitude elle nous met des tabliers qui nous donne chaud. Elle était quand même super détendue ce jour-là !

-Oui, même qu’au début je n’avais pas bien compris ce qu’elle voulait qu’on fasse ! Je lui avais même demandé et tu te rappelles elle m’avait répondu : « Faites ce que vous voulez, vous êtes libre. Amusez-vous ».

-Bon bah moi au départ j’ai pris les pinceaux, parce que moi j’aime bien les pinceaux. Et j’ai peindu la feuille avec de la peinture !

-Petit O’, on dit j’ai peint.

-Ah. Bah n’empêche que c’était marrant mais c’est plus pratique quand on peint assis à une table parce que là j’avais les pieds sur la feuille et après je me mettais de la peinture dessus… Et puis je glissais aussi un peu, et ça j’ai pas aimé.

-Oui, mais moi ça m’avait donné une idée. J’ai demandé à maman si je pouvais mettre de la peinture sur mes pieds pour faire des empruntes. Et là j’ai été étonnée parce que maman a dit : « Vous faites ce que vous voulez. C’est vous qui choisissez ». Du coup je me suis quand même demandé si elle nous cachait pas quelque chose parce que normalement c’est jamais nous qui décidons !

-Ah bah ça Colombe t’as raison on décide jamais. D’ailleurs je ne sais pas pourquoi parce que nous on a des idées plus drôle que papa et maman. Si on décidais plus on s’amuserait plus ! Tient… Faut que je pense à leur en parler ! Et voilà Colombe, j’ai encore une bonne idée !

-Bah moi j’ai arrêté de demandé à maman ce que j’avais le droit de faire et je me suis occupée de peindre puisqu’elle voulait qu’on fasse tout tout seul. J’ai bien aimé m’en mettre partout, c’était rigolo !

-Moi j’ai bien aimé mélanger les couleurs et vider les pots de peinture.

-Oui, d’ailleurs t’avais mis trop de peinture et la feuille s’est déchirée.

-Et alors ? Je vois pas le problème. D’ailleurs j’ai pas aimé quand maman a changé la feuille. Comme tous les grands artistes je suis incompris. Alors je suis parti.

-Bah moi j’ai continué et puis c’était rigolo parce que je voulais faire des traces de pas en courant sur la feuille et maman, elle m’a aidé à le faire ! Dis Petit O’, tu t’es quand même amusé ?

– Oui, c’était rigolo, surtout au début.

-Et t’as vu Petit O’ ? Depuis qu’on a fait ça, maman elle a accroché nos grandes feuille à la maison. T’es peut-être pas si incompris que tu le penses ! »

Peindre avec des pinceaux

Peindre avec des pinceaux

Peindre avec ses pieds

Peindre avec ses pieds

Peindre sa main

Peindre avec sa main

Peindre librement

Empreintes de pas sur une feuille

Affiche : on ne met pas les pieds sur la table !

Cette activité est notre participation au rendez-vous « L’art est un jeu d’enfant » du blog Le pays des merveilles sur le thème libre « Amusez-vous ».

l-art-est-un-jeu-d-enfant1

Compter les jours jusqu’à la rentrée

Publié le

Dans une semaine, Colombe fera sa première rentrée à l’école. Elle s’y prépare activement : elle a visité l’école, elle sait comment y aller (et a essayé de me convaincre hier qu’elle serait tout à fait capable de faire le trajet seule), a choisi son cartable et voulu le remplir. Il ne se passe pas une journée sans qu’elle ne me dise : « C’est aujourd’hui que je vais à l’école ? Non ? Alors c’est demain ? ». Bref, l’impatience est à son comble et c’est assez difficile à gérer à un âge où la notion de temps n’est pas encore précise. J’ai alors repensé à une guirlande pour décompter les jours que j’avais vu sur Le Pays des Merveilles et j’ai proposé à Colombe d’en fabriquer une aussi.

Le matériel :

  • une ou plusieurs feuilles de papier coloré (Colombe peint des mètres et des mètres de papier. Je garde ces peintures (sans grand intérêt puisque sa vrai dessin dessus) et m’en sers de papier cadeau ou de base pour nos bricolages comme ici)
  • une paire de ciseaux
  • un stylo
  • une règle
  • une agrafeuse

matériel

La réalisation :

Après avoir tracé des lignes sur l’envers de la feuille, j’ai demandé à Colombe de couper le papier.

Découper du papier en suivant une ligne

Puis elle a former des anneaux avec les bandes de papier et les a agrafer en les faisant passer les uns dans les autres pour qu’ils forment une guirlande. C’était l’étape la plus difficile car notre agrafeuse est un peu grosse pour les petites mains de Colombe. Je l’ai donc beaucoup aidée.

agrafer du papier

En seulement quelques minutes, notre guirlande était prête ! Je l’ai agrafée à un morceau de papier sur lequel j’ai écrit : « Demain je vais à l’école ». Si j’ai choisi cette phrase c’est que nous allons déchirer chaque anneau le soir avant de nous coucher. Le Pays des Merveilles avait fait une « guirlandes des dodos » mais ma Colombe n’a jamais aimé dormir et elle traîne beaucoup pour le coucher en ce moment. Lorsque je lui ai parlé d’une guirlande de dodos, elle m’a tout de suite dit : « Mais je ne veux pas me coucher moi ! ». Déchirer un anneau qui symbolise un jour de plus de passé, c’est se donner une motivation pour aller au lit et se dire qu’ainsi le grand jour viendra plus vite (c’est une technique qui a fait ses preuves avec ma fille). Chaque enfant a une sensibilité différente. Ma fille compte les jours terminés, mais d’autres enfants préféreront compter les dodos.

Demain je vais à l'école

Colombe a tenu à accroché sa guirlande sur le frigo plutôt que dans sa chambre. Et une fois en place, elle m’a demandée de faire une photo d’elle devant son oeuvre ! Cette photo terminera bien évidemment dans son album de souvenir, et un jour (vers l’adolescence quand elle traînera des pieds pour aller en cours !) je lui rappellerai à quel point elle était impatiente d’aller à l’école pour la toute première fois !