Latest Event Updates

L’arrivée à Dubaï

Publié le

Dans mon dernier article, je vous racontais les préparatifs de notre expatriation à Dubaï, ainsi que l’arrivée à l’aéroport. Nous voici donc devant la porte d’embarquement, Colombe, Petit O’ et moi, et on appelle enfin les familles à embarquer.

L’embarquement

Nous voyagions sur Emirates Airlines et comme dans beaucoup de compagnies, les familles avec de jeunes enfants sont appelées à embarquer avant les autres passagers. Cela permet aux petits de traverser les couloirs sans être bousculés et aux parents d’avoir le temps d’asseoir les enfants et de ranger les bagages tranquillement.

Bizarrement, lorsque l’appelle des familles retenti, c’est toute la salle d’embarquement qui se lève… Je prends donc mes deux enfants, mon sacs à dos, leurs sacs à dos et ma valise et je commence à faire la queue pour l’embarquement. Par chance (ou juste parce qu’en fait c’est normal, c’est moi qu’on a appelé !) on me dirige vers une file plus rapide. Je commence donc à faire la queue avec un enfant dans chaque main, et les papiers bah… Comme je peux. Je lâche la main de Colombe une seconde, elle décide d’aller chatouiller son frère. Là je perds patience et je m’énerve… Oui, j’étais sous tension…

Nous avons finalement pu embarquer. L’avion n’était pas rempli (nous arrivions à Dubaï pendant le Ramadan et en plus à une période de grosse chaleur, donc pas vraiment la saison où il y a le plus de touristes), je n’ai donc eu aucun mal à ranger mes bagages.

Le vol

J’ai assis Colombe près du hublot pour qu’elle profite de la vue pendant le décollage, Petit O’ côté couloir et je me suis mise entre deux. Après notre périple, Petit O’ était épuisé et avant même que les portes de l’avion ne se ferment, il s’était endormi ! Colombe et moi avons donc profité tranquillement du décollage.

Paysage vu d'avion

Je n’ai pas grand chose de spécial à dire sur le vol. Nous voyagions sur la compagnie Emirates Airlines, qui est réputée la meilleure au monde actuellement, et j’avoue que le service était à la hauteur. Les hôtesses étaient charmantes et très attentionnées. Comme il y avait beaucoup de place à l’arrière, elles ont proposé à certains passager d’aller s’y reposer (et de s’allonger sur les rangées du milieu). Les enfants ont eu des petits coloriages, des casques audio à leur taille, et nous avons eu une photo souvenir de notre voyage. Les hôtesses ont été très gentilles avec les enfants et même très compréhensives avec Petit O’ qui après 6h d’avion à rester calme n’a pas voulu s’attacher pour l’atterrissage (je vous rassure on a réussi à l’attacher, mais calmement et sans le gronder !). Et quand elles ont su que nous emménagions à Dubaï, celles qui y vivaient m’ont donné quelques conseils pour notre installation et nos prochaines visites.

Photo souvenir de notre voyage en avion
Je vous ai laissé le grand sourire de mon Petit O’

J’avais prévu des livres et des jeux, mais on avait un catalogue de films tellement grand à notre disposition que les enfants n’ont voulu faire quasiment que cela. Il y avait des films en anglais et en arabe, des grosses productions américaines comme des films de Bollywood et même des émissions de télévision. Colombe et Petit O’ ont été ravis de regarder Pat Patrouille en boucle, mais aussi Docteur LaPeluche, Némo, et plein d’autres dessins animés nouveaux pour nous ! De mon côté j’ai commencé à regarder Lala Land, mais interrompue toutes les 2 minutes par des : « T’as vu maman Chase il est monté en haut de la tour de contrôle » ou « Le papa de Némo il est triste parce qu’il a perdu son fils », je n’ai pas accroché.

écran de télévision dans l'avion

écran de télévision dans l'avion

occuper son enfant dans l'avion

À peine le temps de dire ouf (en fait si on a eu le temps, le vol dure 6h30 quand même) et nous étions arrivés à Dubaï.

arrivée à Dubaï

L’arrivée à Dubaï

Une fois l’avion atterri, il nous restait tout de même quelques étapes avant de retrouver enfin Papa À Dada ! Entre la fatigue, l’impatience et pour moi le stress d’entrer dans un tout nouveau pays (qui plus est avec un visa et pas en simple touriste) cette étape nous a paru bien longue.

Il a d’abord fallu traverser le long, très long couloir entre l’avion et la douane. Pour tout vous dire j’ai eu l’impression de marcher plusieurs kilomètres. Heureusement nous étions aidés par les tapis roulants, mais il me fallait tout de même gérer Petit O’ qui allait dans toutes les directions et tombait quand il tirait trop fort (son sac à dos était relié à moi par une laisse) et Colombe qui s’amusait sur les tapis roulant ! Je crois que ce spectacle a fait rire plus d’un passager !

Enfin arrivée devant la douane, on m’interpelle et me dit d’aller tout au fond (encore de la marche !) pour passer avec les passagers de classe affaire ! Voilà mon premier contact avec Dubaï : ici lorsque vous vous présentez avec des enfants, on fera tout pour vous rendre la vie facile. Et notamment vous passerez en priorité.

Nous arrivons donc au guichet de la douane réservé à la classe affaire et effectivement il n’y a personne devant nous (et on nous ouvre même tout le chemin en zigzag afin que je n’ai pas à le parcourir avec mes enfants et mes valises !). Je donne nos passeports et nos visas. Pour les enfants tout est ok. Moi, il faut que je regarde une caméra sans bouger ni le visage ni les yeux. Avez vous déjà essayer de fixer une caméra pendant que vos enfants sont en train de se balancer sur une barrière pour l’un et d’escalader un poteau de l’autre côté de la douane pour l’autre ? Non ? Moi oui ! La dame de la douane est restée impassible. Mais malgré son voile intégral, j’ai bien vu aux yeux de la dame qui attendait derrière nous que cela la faisait beaucoup rire ! Voilà ma deuxième rencontre avec Dubaï : ici les gens ne s’énervent pas du comportement des enfants, ils s’en amusent.

On récupère les bagages

Nous avons passé la douane ! Un dernier contrôle au rayon X se présente. Cette fois on ne me demande pas de retirer les appareils électroniques. Je pose donc tous mes sacs sur le tapis roulant et nous passons le portique de sécurité. Tout va bien, mais la dame à l’écran de contrôle me dit « C’est quoi tous ces papiers dans votre gros sac ? Des billets ? De l’argent ? » moi : « euh… non… des livres et des coloriages pour les enfants… » (Cela dit j’aurai préféré des billets !)

Nous arrivons devant le tapis roulant pour récupérer nos bagages en soute. Je commence à guetter avec la peur que nos valises soient perdus ou complètement abîmées (parce qu’avouons-le c’est quand même beaucoup demander à une valise, même de bonne qualité, que de lui faire traverser le monde chargée comme un mulet). J’aperçois une valise, puis la deuxième, la troisième, le sac. Bref ils sont tous arrivés en même temps. J’assois les enfants sur un banc avec ordre de ne pas bouger puis je récupère les bagages, les pose sur un charriot, je vois Colombe qui fait l’idiote, je lui ordonne de se rasseoir, je finis de poser les bagages sur le charriot en me demandant si celui-ci va supporter la charge et si je vais réussir à le pousser…

Je cherche la sortie et demande mon chemin à une personne de l’aéroport. Je lui demande si j’ai encore beaucoup à marcher. Il me regarde avec un peu de pitié et me dit : « Un peu oui… ».

J’accroche le harnais de Petit O’ à mon poignet, j’ordonne à Colombe de rester près de moi et je leur explique que dans quelques minutes nous serons avec papa et que mieux ils se comporterons, plus vite on arrivera. Nous faisons quelques dizaines de mètres non sans mal car le charriot est lourd (près de 120kg de bagages) et nous voyons enfin les portes de sorties ! J’entame un dernier élan lorsqu’un homme m’interpelle, me demande de changer de direction et me dit ! « X Rays ». Mon sourire vient de partir. Je suis fatiguée, angoissée à l’idée de perdre un des enfants et trop impatiente de retrouver mon mari. J’arrête donc mon charriot devant l’appareil à rayons X, je prends mes enfants par la main et dis aux deux hommes qui se trouvent là : « Désolée, mais c’est trop lourd, je ne pourrais pas tenir les enfants en place et descendre les valises seules ». Et voilà comment ces charmants messieurs ont retiré et remis toutes mes valises sur mon charriot ! (et toc !)

Le dernier contrôle est passé, nous pouvons repartir mais les enfants ne veulent plus marcher. Je les installe donc tous deux sur le charriot par dessus les valises (face à moi et entre mes bras, je pouvais les rattraper au moindre problème je vous rassure) et j’ai maintenant 150 kg à pousser… Mais il ne reste que quelques mètres et nous passerons les portes qui nous permettrons de voir Papa À Dada !

Les retrouvailles avec Papa À Dada !

Le voilà, nous l’apercevons enfin. Il passe la barrière et vient nous rejoindre. Il prend les enfants dans les bras et ils ont tous 3 un grand sourire. Papa À Dada ! et moi nous serrons dans les bras rapidement. Pas de grand baiser, les gestes d’affections ne sont pas tolérés en public ici. Se prendre dans les bras est déjà limite, mais nous sommes à l’aéroport, c’est un lieu de retrouvailles et les gens peuvent comprendre.

Nous entamons alors le retour vers notre nouvel appartement et notre nouvelle vie, mais ça… c’est une autre histoire !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Le départ pour Dubaï

Publié le

Voilà presque un mois que Colombe, Petit O’ et moi avons rejoint Papa À Dada ! à Dubaï. Comme je vous l’expliquais ici, nous ne sommes pas partis tous ensemble puisqu’au début du contrat de travail de mon mari, il était le seul à avoir un visa de résident. Plutôt que d’entrer dans le pays avec un visa touristique que nous aurions converti en visa de résident, nous avons décidé que les enfants et moi resterions en France le temps que Papa À Dada ! s’occupe de toutes les démarches administratives. Notre séparation aura duré 2 mois quasiment jour pour jour. Ça n’était pas si long quand on y repense, mais pour ma Colombe qui a 4 ans, et plus encore pour mon Petit O’ qui n’a que 2 ans 1/2 ça a sans nul doute été une éternité ! Le 22 juin 2017, visa d’entrée en poche, le grand départ est arrivé !

Les valises et la préparation du voyage

La préparation des valises a été une très grande étape. Grande par son importance, mais aussi par sa durée car j’ai commencé à planifier la composition de nos valises environ 4 mois avant le départ ! D’ailleurs elle fût tellement importante que j’y consacrerai un article. Il faut dire que nos valises allaient nous servir pour déménager, et non juste pour partir quelques jours où quelques mois. Car lorsque nous avons pris la décision de partir vivre à Dubaï, nous avons également décidé de ne pas faire partir nos affaires par conteneur. Nous avons vendu tous nos meubles en France, stocker chez des proches les affaires auxquelles on tenait mais qu’on ne pouvait pas emporter, et nous avons évalué ce qui nous semblait nécessaire pour notre nouvelle vie. Nous n’avons cependant pas fait un tri drastique et nous avons gardé beaucoup d’objets qui ne nous étaient pas nécessaires mais qui nous rendaient heureux (ceux qui connaissent Mari Kondo auront reconnu sa philosophie !).

4 mois avant le départ, j’ai commencé à vendre nos meubles, à trier nos vêtements, à trier et vendre nos livres et ceux des enfants, et bien-sûr à trier les jouets des enfants. J’ai mis de côté tous les jouets et les livres des enfants qu’il me semblait indispensable d’emporter, et je les ai pesés ! En effet, nous allions emporter toutes nos affaires avec nous dans l’avions, et il nous fallait respecter le poids maximum autorisé par la compagnie, soit 30kg en soute et 7kg en cabine par personne.

2 mois avant le départ, nous quittions notre appartement de Cannes pour rejoindre nos familles en Normandie, et Papa À Dada ! partait pour Dubaï. Là, nous ne vivions plus qu’avec nos valises « provisoires », c’est à dire nos valises avec nos habits pour Dubaï, mais aussi nos habits un peu plus chauds pour passer le printemps en France.

1 semaine avant le départ je préparais enfin les valises définitives. J’ai de nouveau trié nos habits : les habits légers dans nos valises pour partir, les habits plus chauds, les pulls et les manteaux dans des valises dans la cave de mes parents pour nos prochains séjour en Normandie ! J’ai ensuite ajouté les jouets et les livres des enfants, les stocks de médicaments et de crèmes que je n’étais pas certaines de retrouver à Dubaï, et quelques affaires qui nous tenaient à cœur. Pendant une semaine, j’ai rempli, vidé, transvaser d’une valise à l’autre et surtout pesé, pesé, pesé… Je pesais sur le pèse personne de mes parents (cet objet ignoble qui m’avait rajouté 2 kg quand je me suis pesée le premier jour !) et avec un petit pèse valise. J’avais noté le poids de chaque bagage afin d’équilibrer la charge le mieux possible.

Après une semaine de pesées régulières, une valise cassée à la veille du départ, et de nouveaux tris effectués, j’ai bouclé nos bagages ! Nous avions un peu plus de 90kg en soute (oui nous avions un léger excédent) répartis en 3 grosses valises et un sac de sport, et une vingtaine de kilos en cabine dans une valise et mon sac à langer.

Le départ pour l’aéroport

Nous avions tant de bagages que nous n’aurions pas pu les mettre dans la voiture de mes parents et tous rentrer ensuite ! Des amis de mes parents sont donc venus chercher nos valises la veille du départ et nous nous sommes retrouvés sur le chemin de l’aéroport au petit matin. L’avantage de partir très tôt c’est que les enfants ont dormi pendant tout le trajet. Et moi, j’ai profité des paysages de campagne et j’ai lu tous les petits mots que vous m’envoyiez sur Facebook ou Instagram pour me souhaiter bon voyage !

On n'a pas beaucoup dormi mais on a profité d'un joli levé de soleil ! #leverdesoleil #aube #sunrise #nofilter

A post shared by Maman À Dada (@adadaetaudodo) on

Arrivés 3h avant le décollage, j’ai pu faire enregistrer les bagages tranquillement (enfin ouvrir les valises pour transvaser quelques trucs afin qu’aucune valise ne dépasse les 30 kg autorisés) sans même attendre mon tour tant nous étions peu nombreux. Nous avons pris le temps d’un dernier café ensemble, puis est venu le moment de nous dire au revoir. La séparation a été accompagnée de quelques larmes, et je suis partie, déchirée entre la tristesse de laisser mes parents avec qui je venais de passer 2 mois super, et le bonheur de revoir enfin mon mari…

Seule dans l’aéroport avec 2 enfants !

Voilà la partie que je redoutais le plus : celle où je me retrouvais seule dans l’aéroport avec 2 enfants de 4 ans et 2 ans 1/2 et 120 kg de bagages. J’avais d’ailleurs tout prévu pour me simplifier la vie. Avant tout j’avais habillé les enfants avec des vêtements très colorés afin de les voir de loin et au dépend du bon goût !

Je leur ai également accroché une étiquette (de bagages !) à la ceinture avec dessus leur nom, prénom, adresse (à Dubaï tant qu’à faire), mon numéro de portable français et le numéro de portable de leur papa à Dubaï (parce qu’ils pouvaient tout autant se perdre en France qu’aux Émirats !).

Enfin, j’avais équipé mon Petit O’ d’un sac à dos attaché à un laisse (oui, oui !) afin de ne surtout pas le perdre. Petit O’ avait alors du mal à donner la main en promenade (ça va un peu mieux maintenant) et je ne pouvais pas m’encombrer d’une poussette en plus de ma valise. Garder cette « laisse » attachée à mon poignet était la sécurité d’avoir toujours mon garçon près de moi, même s’il décidait d’aller explorer quelque recoin de l’aéroport.

sac à dos harnais
Photo prise quelque jours avant le départ lors d’un essai du sac à dos.

Nous voilà donc partis tous les 3 dans l’aéroport. Première étape : la douane. Il n’y avait trop de monde donc nous n’avons pas beaucoup attendu. Nous avons ensuite dû passer toutes les affaires aux rayons X, et c’est là que l’épreuve commence. Retirer le sac de chaque enfant, retirer tous les objets électroniques des sacs, tenir le petit, passer au détecteur, reprendre tous les sacs, remettre les objets électroniques dedans, courir après le petit qui veut jouer au loup, me rendre compte que je n’ai pas repris mon sac à main, rattacher le petit…

Nous avons fait un passage au Duty free pour acheter un bonne bouteille de whisky comme cadeau de la fête des pères pour Papa À Dada ! Eh oui, l’alcool n’est pas facile à trouver à Dubaï et surtout il est cher ! Eh puis en achetant la bouteille au Duty free son poids ne comptait pas dans le poids de mes bagages ! (eh pas folle la guêpe !).

Puis nous avons fait un passage au McDonald pour prendre un deuxième petit-déjeuner. Il était presque 10h et le petit-déjeuner avalé à 5h du matin nous semblait bien loin ! Donner la main à Colombe, surveiller Petit O’ accroché à sa laisse, porter le plateau un peu lourd de l’autre main, chercher une place, en trouver une, allant dans cette direction en veillant à ne pas trop tirer Petit O’ qui va à l’opposé. Zut il est tombé ! Ne pas perdre l’équilibre, demander à Colombe de l’aider à se relever, entendre Petit O’ dire « mais lâche moi », lui expliquer que sa soeur veut juste l’aider, le laisser se relever tout seul quitte à ce qu’il tire sur la laisse, tenter encore de ne pas perdre l’équilibre, constaté que la table convoitée est maintenant prise…

Nous avons finalement réussi à manger ! Nous décidions alors de faire un passage aux toilettes. Je vous épargne les détails de cette aventure. Mais avez vous déjà remarqué comme les toilettes des lieux publics sont étroites ? Finalement c’est quand on y va à 3 avec une valise et 3 sacs qu’on le réalise vraiment !

Enfin nous nous installons près de la porte d’embarquement. Il y a déjà des personnes qui attendent alors je tente de tenir les enfants un peu en place. Mais je sens leur besoin de bouger, et plus je les retiens, plus ils bouillonnent. Ils sautent sur place et parle plus en plus fort. Alors nous allons à la fenêtre pour voir les avions de près. Cela les intéresser quelques minutes, puis ils recommencent à avoir envie de chahuter. Alors on trouve un coin avec un peu d’espace. Je les laisse courir et faire du bruit. Les personnes autour n’ont pas l’air toutes ravies, mais lorsque nous serons tous enfermés dans l’avion pendant 7h, elles me remercieront sans doute d’avoir laissé mes enfants se défouler !

Arrive enfin l’appelle pour l’embarquement… Mais ça, je vous le raconterai la prochaine fois !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

J’ai pas sommeil !

Publié le

La semaine dernière, je vous parlais du livre Mon temps calme avec Noah le panda et je vous expliquais qu’il avait connu un grand succès  auprès de mes enfants. La collection Petit Zen, le bien-être des petits compte d’autres livres, dont J’ai pas sommeil  ! que nous avons le plaisir de pouvoir lire depuis quelques jours.

J'ai pas sommeil, éd. Fleurus

J’ai pas sommeil !

J’ai pas sommeil ! est un recueil de 4 histoires autour du sommeil.

J'ai pas sommeil : j'ai encore envie de jouer, moi !

J’ai encore envie de jouer, moi !

Max le petit chat trouve qu’il est trop tôt pour rentrer à la maison. Il aimerait faire une partie de cache-cache avec sa maman, mais elle dit qu’il est trop tard et lui propose des activités plus calmes pour se préparer au coucher.

J'ai pas sommeil : je veux mon livre à moi !

Non ! Non ! Et non ! Je veux mon livre à moi !

Alors qu’il est l’heure de se coucher, Sidonie la souris ne trouve pas son livre préféré. Hors de question pour elle d’aller au lit sans l’avoir relu ! Son papa et sa maman lui montre alors qu’il peut être intéressant de changer parfois.

J'ai pas sommeil : le train du sommeil

Le train du sommeil de Lucien

Lucien le petit loup se couche sans histoire, mais une fois couché, il a soif, il a chaud… Bref, il a toujours une bonne raison de se relever. Papa et maman sont tellement habitués qu’ils anticipent ses demandes ! Mais ils ont aussi trouvé un bon moyen de donner envie à Lucien de rester coucher !

J'ai pas sommeil : j'ai peur dans la nuit !

Maman, Papa, j’ai peur dans la nuit !

Lulu le lapin a très peur dans la nuit. Il aimerait dormir, mais ses peurs le rattrapent et il lui est impossible de fermer l’œil. Heureusement, papa et maman connaissent de bonnes astuces pour chasser les peurs !

Le principe du livre

Les enfants peuvent facilement s’identifier à l’une des histoires car les 4 scénarios proposés brassent un large panel de problème qu’on peut rencontrer au coucher. Au cours de chaque histoire, le petit héros trouve des solutions à son problème que le petit lecteur pourra essayé à son tour.

J'ai pas sommeil : activité relaxante

À la fin de chaque histoire,  le livre nous propose une activité calme qui pourrait devenir un rituel du coucher : parler des moments importants de la journée écoulée, faire un massage…

J'ai pas sommeil : préface

La préface du recueil est une série de conseils et d’explications destinée aux parents. Elle aborde les besoins de l’enfant et les éventuelles peurs qu’il peut rencontrer face au sommeil, mais on voit aussi quel place peut tenir le parent face à cela.

Ce que nous en avons pensé

Ce livre tombait à pic ! Si généralement Colombe (4 ans) et Petit O’ (2 ans 1/2) ne posent pas de problème pour aller se coucher, depuis quelques semaines leur papa est loin (nous partons vivre à Dubaï) et cette séparation les perturbes. Comme souvent quand un enfant vit une période difficile, c’est au moment du coucher que leurs émotions sont les plus difficiles à gérer.

(cet article a été écrit avant notre départ à Dubaï. Nous avons maintenant rejoint Papa à Dada ! à Dubaï mais le livre nous est toujours utile, surtout pour Petit O’ qui ressent beaucoup de peurs la nuit depuis quelques jours)

J'ai pas sommeil, le livre à lire avant de se coucher !

La collection Petit Zen

La collection Petit Zen est toute nouvelle aux éditions Fleurus. Écrite par une psychologue, Louison Nielman, elle propose déjà 3 autres titres qui peuvent être bien utiles dans la vie de jeunes enfants : « Mon temps calme avec Noah le panda« , « Martin le lapin a trop de choses dans la tête », et « Anémone l’oursonne est en colère ».

J’ai pas sommeil !
9,90 €

Merci aux éditions Fleurus pour l’envoi de ce livre qui se révèle être une très belle découverte !

Ce billet est ma participation à « Chut les enfants lisent« , le rendez-vous du blog Devine qui vient bloguer ?

 

 

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Faire la pluie et le beau temps -expérience scientifique

Publié le

Qui ne rêverait pas de pouvoir faire la pluie et le beau temps ? Et d’ailleurs, comment on fait la pluie ? Lors de notre séjour en Normandie (oui, aborder le thème de la pluie sous prétexte qu’on est en Normandie et malgré la canicule qu’on a eu, c’est très cliché ! ) les enfants et moi avons mené une petite expérience pour comprendre comment se formait la pluie. Il faut dire que depuis notre arrivée à Rouen, Colombe (4 ans) avait remarqué qu’en Normandie il y a souvent de gros nuages gris (oui, même pendant la canicule !).

Faire la pluie !

Faire la pluie n’est pas bien difficile à condition qu’on ne veuille pas la faire dans le ciel ! Avec peu de matériel, nous avons réussi à reproduire les conditions climatiques pour faire tomber la pluie dans un grand bocal !

Matériel nécessaire :

Expérience sur le cycle de l'eau

  • un grand bocal transparent
  • une feuille de papier aluminium
  • quelques glaçons
  • de l’eau bouillante

Expérience :

Après avoir rempli notre bocal d’eau bouillante, nous l’avons fermé avec la feuille de papier aluminium.

verser de l'eau bouillante dans un bocal
Franchement cette bouilloire n’est pas très avantageuse pour ma silhouette…

Bocal rempli d'eau chaude et scellée par un papier aluminium

Puis nous avons ajouté les glaçons sur la feuille d’aluminium.

Expérience pour faire tomber la pluie

Enfin, nous n’avons plus eu qu’à observer. La vapeur d’eau venue se collée le long des parois du bocal et sur la feuille d’aluminium est refroidie par les glaçons qui la fait tomber en gouttelettes de pluie (la photo ne rend pas bien compte du phénomène).

Expérience pour faire la pluie

Nous avons trouvé cette idée d’expérience dans le livre La Terre en 3 minutes Chrono qui nous a également été très utile pour comprendre le cycle de l’eau.

La Terre en 3 minutes Chrono

Avant d’aborder l’activité, Colombe, Petit O’ et moi avons feuilleté plusieurs fois le livre La Terre en 3 minutes Chrono et notamment le chapitre sur le cycle de l’eau.

Le livre « La Terre en 3 minutes Chrono » est un livre très illustré pour expliquer une trentaine de phénomènes terrestres de manière simple et ludique. Les mots clés du livre pourraient être : « lis, apprends, découvre, explore et comprends ».

 

La Terre en 3 minutes Chrono

Chaque chapitre se compose ainsi :

  • La page d’explications à gauche, avec : le texte principal, un résumé lisible en 3 secondes, et un encart donnant des précisions, des anecdotes ou proposant une petite expérience scientifique (comme celle que nous avons réalisé).
  • La page d’illustrations à droite : des illustrations très explicites et colorées, et quelques légendes pour reprendre ou préciser les explications de la page de gauche.

La Terre en 3 minutes chrono : sommaire

Bien que très abordable, ce livre n’en reste pas moins complet. Il comporte un index, une liste de livres, vidéos ou sites internet pour aller plus loin dans le sujet, et des glossaires regroupant les principaux mots importants pour chaque sujet.

La Terre en 3 minutes chrono

 

Si je conseillerais ce livre à partir de 7 ou 8 ans pour un enfant qui le lirait seul, il est tout à fait utilisable avec des enfants plus jeunes. Petit O’ (2 ans 1/2) aime beaucoup regarder  les images. Il n’est bien-sûr pas encore capable de comprendre les explications scientifiques, mais il commence à reconnaître les différents éléments représentés : la mer, le dessert, une tornade… Colombe (4 ans) s’intéresse plus aux explications et comme vous avez pu le voir, elle aime beaucoup les petits expérience proposées.

En tant que maman pratiquant l’instruction en famille, je trouve que ce livre est une bonne base pour une première approche  des phénomènes terrestres. Les expériences et observations proposées sont ludiques et faciles à réaliser sans matériel coûteux. Et comme dit plus tôt, je pense que ce livre pourra toujours intéresser mes enfants dans quelques années.  Il a donc une « durée de vie » importante !

La boutique science et vie

Je ne vous le cache pas, ce livre m’a été offert par la boutique science et vie. Ce fut l’occasion pour moi de découvrir cette boutique en ligne qui propose de nombreuses références autour des sciences et technologies. Vous y trouverez sans doute votre bonheur si vous cherchez un cadeau éducatif pour un enfant, un ado, ou un papa geek par exemple !

Le panel de produits proposés est large puisqu’il va du magazine Science et Vie au fauteuil relaxant ! Il y en a donc pour tous les budgets ! Et pour tous les goûts : les sciences physiques ou naturelles, les nouvelles technologies, les transports, les mots… Le site propose de nombreux livres, gadgets ou kits d’activités pour s’instruire !

Et avec les grandes vacances qui approchent à grand pas, je suis certaines que vous trouverez sur cette boutique, plein de livres ou de coffrets d’expérience sympas à faire avec les enfants !

 

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

La cathédrale de Lumière – le spectacle de l’été à Rouen

Publié le

Chaque soir d’été, à la nuit tombée, la cathédrale de Rouen se pare de lumière pour nous offrir  un moment magnifique.  Cette année, la cathédrale de lumière ce son et lumière est composé de 2 spectacles qui sont projetés 2 fois chacun. Le premier spectacle projeté, « Fiers et conquérants » est une création nouvelle, tandis que le second spectacle, « Jeanne(s) » a déjà été projeté les années précédentes.

 

Rouen, cathédrale de Lumière

Fiers et Conquérants

Fiers et Conquérants est bien sûr l’événement à ne pas rater pour les fidèles de la Cathédrale de Lumière à Rouen, puisqu’il s’agit d’une nouvelle création de la société Cosmo AV. Comme son nom l’indique, ce spectacle retrace l’histoire de Guillaume le Conquérant, l’un des pères fondateurs de la Normandie et le grand conquérant de l’Angleterre.

Rouen, cathédrale de Lumière, l"Fiers et conquérants"

Rouen, cathédrale de Lumière, la bataille d'Hastings

Le spectacle est dynamique, la bande son contribue à se plonger dans l’ambiance des batailles, des invasions, mais aussi dans la beauté des paysages et des monuments d’histoire de la Normandie. Les images sont sublimes, très originales et surprenantes ! En quelques instants on est entraîné dans l’histoire et ébloui par cette projection spectaculaire !

Et si vous voulez en voir un peu plus, voici un petit avant-goût du spectacle :

Jeanne(s)

Jeanne(s) retrace l’histoire de Jeanne d’Arc, symbole important de la ville de Rouen. On y découvre les lieux importants dans son parcours, les paysages Normands. Le tableau se clôture par la présentations d’autres « Jeannes », des femmes, des bébés, des petites filles, autant de personne qui perpétue la mémoire de celle qui a combattu pour la France.

Rouen, cathédrale de Lumière, Jeanne(s)

Rouen, cathédrale de Lumière, Jeanne(s)

Là encore, ce spectacle original et dynamique est une création de la société Cosmo AV. La cathédrale est sublimée par les atours qu’elle revêt. Mais si vous voulez le voir, il est en intégralité sur la chaîne Youtube Métropole Rouen Normandie :

 

Infos pratiques

La Cathédrale de Lumière est un spectacle gratuit et ouvert à tous. Je n’y ai pas encore emmené mes enfants, mais j’ai l’intention de le faire car même à 2 et 4 ans je pense que ce spectacle va les impressionner. Projeté sur la cathédrale la plus haute de France, le spectacle est visible sans gène où que l’on soit placé. Si vous avez un peu de retard par rapport à l’heure de début de projection pas de problème puisque chaque spectacle est projeté deux fois de suite (en boucle sans interruption).

Alors si vous êtes dans la région, venez profiter de la cathédrale de Lumière, ce spectacle époustouflant tous les soirs jusqu’au 23 septembre.

Horaires :

Du 3 juin au 31 juillet 2017 : 23h
Du 1er au 15 août 2017 : 22h30
Du 16 août au 31 août 2017 : 22h
Du 1er au 23 septembre 2017 : 21h30

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à contacter l’office de tourisme de Rouen.

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Mon temps calme avec Noah Le Panda

Publié le

Un de mes plus gros défi de maman de jeunes enfants, est de faire retomber l’excitation après une longue journée ou un moment ou l’on a joué à faire les « foufous » (oui, à la maison on aime bien cette expression !). Pas facile, de faire redescendre la tension quand l’énervement pointe le bout de son nez car généralement,  les enfants en redemande ! C’est donc avec beaucoup de curiosité (et d’espoir !!!) que j’ai découvert la collection Petit Zen des éditions Fleurus, et notamment Mon temps calme avec Noah le Panda !

Mon temps calme avec noah le panda

L’histoire de Noah

Noah est un petit dont on va suivre la journée. Son réveil et ses étirements tout en douceur, sa promenade au grand air et un bon moment de détente avec sa maman sont autant de moments partagés avec le petit panda. Tout au long de sa journée, Noah est très attentif à son environnement et aux sensations. Il inspire fort, écoute chaque bruit et même profite du silence…

Mon temps calme avec Noah

Le principe

Mon temps calme avec Noah est une invitation à s’initier à la sophrologie avec son enfant. À chaque scène, Noah pratique un petit exercice : inspirer très fort, se frotter différentes parties du coup, se concentrer  sur les bruits ambiants. L’enfant peut écouter l’histoire tout simplement, ou imiter Noah dans ses exercices et prendre conscience de son corps et de son environnement.

À La fin du livre, « le coin des parents » guide le parent  lecteur dans la démarche. On nous conseille de faire le calme avant la lecture, de choisir un moment propice  à l’attention de l’enfant, et on nous explique les bénéfices de la sophrologie ludique.

Ce que nous en avons pensé

Même s’il est conseillé de choisir un moment de calme pour débuter la lecture du livre, il m’arrive de l’utiliser pour apaiser les enfants. Colombe (4 ans) et Petit O’ (2 ans et demi) apprécient beaucoup le personnage de Noah et n’ont donc pas de mal à se concentrer sur l’histoire. Il faut dire que Noah est vraiment mignon et les illustrations sont toutes douces.

Jusque-là Petit O’ n’a jamais reproduit les exercice avec Noah, il se contente d’écouter l’histoire ou de la commenter. Colombe au contraire s’est très vite prise au jeu (avant même la fin de la première lecture si mes souvenir sont bons). Pour cette raison, j’aime surtout lui lire en tête à tête afin de l’aider à se concentrer et pour qu’elle ne soit pas perturbée par les commentaires de son petit frère.

Personnellement, ma curiosité a été récompensée car j’apprécie beaucoup ce livre. La raison en est simple, il parvient très rapidement à son but, soit l’apaisement de l’enfant. Le petit plus, sa lecture est un moment de partage et de complicité plus important encore que dans la lecture d’un simple livre.

La collection Petit Zen

La collection Petit Zen est toute nouvelle aux éditions Fleurus. Écrite par une psychologue, Louison Nielman, elle propose déjà 3 autres titres qui peuvent être bien utiles dans la vie de jeunes enfants : « J’ai pas sommeil » (au titre évocateur et dont je vous parle très bientôt), « Martin le lapin a trop de choses dans la tête », et « Anémone l’oursonne est en colère ».

Mon temps Calme avec Noah le panda, éditions Fleurus
9,90 €

Merci aux éditions Fleurus pour l’envoi de ce livre qui se révèle être une très belle découverte !

Ce billet est ma participation à « Chut les enfants lisent« , le rendez-vous du blog Devine qui vient bloguer ?

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Mai, fais ce qu’il te plaît ! – À Travers leurs yeux d’enfants

Publié le

Avant propos : Si vous suivez un peu nos aventures, Papa À Dada !, les enfants et moi partons bientôt vivre à Dubaï. En fait Papa À Dada ! y est déjà et comme les histoires de visas et de papiers c’est toujours compliqué, les enfants et moi attendons patiemment le feu vert pour le rejoindre ! Donc voilà, le blog se fait multinational et comme toute entreprise d’envergure, je sous-traite ! Bon, trêve de plaisanterie, j’ai beaucoup à faire avec ce changement de vie et à cause de tous les bouleversements qu’il cause chez mes enfants. Alors je délaisse un peu le blog… L’envie d’écrire ne me manque pas, mais le temps si. Et comme je tiens à ce rendez-vous, j’ai demandé à ma bonne amie Madame De BonneFamille ! de m’aider à tenir les délais ! C’est donc sa plume que vous allez pouvoir apprécier aujourd’hui !

Quand mars commence à chanter l’alouette, avril ne se découvre pas d’un fil, Ô qu’elle est douce la magie du printemps… À peine le temps d’une danse et il est arrivé le temps du joli mois de mai ou fleurit le muguet qui agite ses petits grelots au bord de l’eau pour que puisse s’épanouir son odeur au sein de la splendeur du Zéphyr. Une fois n’est pas coutume, mais ce thème m’ayant inspiré, ce sont des notes dansantes et poétiques qui ouvrent ce nouveau rendez-vous. Qu’il est fascinant de percevoir, “à travers leurs yeux d’enfants”, leur vision de cette liberté tantôt terre à terre, tantôt empreinte d’un brun de folie ! Ainsi au mois de Mai, fais ce qu’il te plait ! En voilà un joli thème inspirant, gorgé de liberté, de poésie, de douceur et de folie pour nos apprentis photographes !

Notre participation à “Mai, fais ce qu’il te plait !”

Cette nouvelle participation du petit photographe de la maison fut l’occasion ici de vivre un moment magique du quotidien et d’aborder le thème du mois par une porte dérobée ! Vous savez ce genre d’instant tout à fait ordinaire mais extraordinaire par leur évidence et leur simplicité ! À l’annonce du nouveau thème proposé par Maman À Dada ! , j’en ai discuté avec le petit photographe de la maison. Son regard semblait interrogatif et ses pensées ailleurs… Disons sur la lune… Disons dans une autre sphère galactique… Disons… Bon vous avez compris l’idée ! Environ une semaine plus tard, j’étais occupée, il est venu me trouver. Il arborait un large sourire mêlant satisfaction, excitation et joie. Sa petit voix, encore dans l’énergie de cet instant, me dit :
“- Maman j’ai pris ton téléphone et j’ai pris des photos !” Je rajouterais qu’il a fait ce qu’il lui plaisait !! `
C’était la première fois qu’il prenait l’initiative de prendre des photos sans que je l’accompagne dans sa démarche. J’en profite donc pour remercier Maman À Dada ! car, grâce à ce rendez-vous, une découverte supplémentaire s’ajoute à sa curiosité du monde ! Le petit photographe explore toujours les détails depuis qu’il a découvert le gros plan lors de notre dernière participation !

Mai, fais ce qu'il te plaît !

Mai, fais ce qu'il te plait !

Votre interprétation de « Mai, fais ce qu’il te plaît ! »

Chez Extraordinaire Maman Pivert, petit poussin à des idées par millier de ce qui lui plait !

Chez Mon Joli Petit Bureau, Ethan et Emmy partagent leurs activité du moment en toute simplicité !

Chachou et ses trésors nous présente des photos pleines de nature et de petits détails qui rendent heureux !

Chez Je ne suis pas une super maman… mais j’y travaille, on fait des selfies, on aime les graffitis et les arcs-en-ciel !

Chez Natmumbidouille, Ti Loup nous montre ses jouets préférés du moment, et la minette nous partage une jolie collection !

Chez Appellation Maman, Anakin a eu quartier libre et a fait des photos qui selon sa maman, le représente bien !

Chez Rêves de Fribouilles, Mai signe le retour des vide-greniers et la transmission de belles valeurs écologiques !

Chez Les Petits Petons, on fait une belle balade pleine de nature,  de sourires et d’amitiés !

Enfin chez les À Dada ! C’est Petit O’ (2 ans et demi) qui a pris une photo de ce qui lui plaisait pour l’envoyer à son papa qui est loin !

Tétine

Le prochain rendez-vous

Merci à tous nos photographes qui font vivre ce rendez-vous chaque mois avec beaucoup d’inventivité et merci à Maman A dada, nous attendons avec impatience le thème du mois de Juin..! Ici un petit thème « Ça roule ? » ferait un heureux !

Madame De BonneFamille !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Gus le Clown – Livre audiomagique

Publié le

À la maison, nous avons un vrai petit clown : Petit O’ (2 ans). Il ne perd pas une occasion de faire rire la galerie et n’oublie pas de nous rappeler qu’il cherche à nous amuser : « Je suis clown moi ! ». Alors tout naturellement, quand il lit ses livres, il aime les histoires… de clowns ! Gus Le Clown, le nouveau livre « audiomagique » des éditions Gründ rencontre donc un large succès !

 

Gus le Clown, éditions Gründ Jeunesse

L’histoire de Gus Le Clown

Connaissez-vous cette célèbre chanson « Gugusse avec son violon » ? Mais si vous savez, c’est celui « qui fait danser les filles et les garçons » ! Le livre raconte l’histoire de ce clown farceur qui vient perturber les numéros des autres artistes du cirque, parfois au dépend de sa propre sécurité ! Mais heureusement, tout se termine bien, et Gus termine le spectacle par sa jolie musique !

 

Audiomagique

Gus le Clown est un livre « audiomagique », autrement dit, « un livre qui lit tout seul » ! À chaque fois que l’on tourne une page, une narratrice raconte l’histoire. C’est très pratique pour avoir un peu de calme et un enfant bien occupé qui va pouvoir lire et relire la même histoire 100 fois (ou encore la même page 100 fois, parce que contrairement à maman, la narratrice ne se fatigue jamais !).

Audiomagique : le livre qui lit tout seul

Les premières fois, Petit O’ a eu un peu de mal à bien utilisé le livre car il faut que les pages soient ouverte selon un certain angle pour qu’elle soit lue correctement (et pas juste 10 fois le premier mot parce qu’on aura bougé un peu). Mais il a vite pris l’habitude. Il sait maintenant exactement comme ouvrir les pages pour que l’histoire soit lue sans répétition.

Et lorsque j’ai envie de lire l’histoire avec lui, il me suffit d’éteindre le haut parleur du livre grâce au bouton situé à l’arrière.

Notre avis

La prise en main de ce livre un peu spéciale n’a pas été évidente, car comme je l’ai dit au moindre mouvement le texte se répétait. Mais après quelques lectures, nous avons pris l’habitude de son fonctionnement et nous n’avons plus eu de soucis.

Du côté de l’histoire, Petit O’ apprécie beaucoup l’histoire de ce clown taquin, et il aime danser sur l’air joué en fin d’histoire. Il aime beaucoup ce livre et demande à le lire presque quotidiennement !

Gugusse avec son violon

Tiago Americo, Gus Le Clown
Editions Gründ Jeunesse
Prix : 14,95 €

Cet article est ma participation au rendez-vous « Chut les enfants lisent » du blog Devine qui vient bloguer ?

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

C’est le printemps ! -À travers leurs yeux d’enfants

Publié le

C’est le printemps ! Les jardins sont en fleurs et chaque promenade nous offre un spectacle de couleurs magnifiques ! Et pour en profiter et encourager nos petits à observer la nature qui se réveille, « C’est le printemps » est le thème que nous avions choisi pour notre rendez-vous photographique « À Travers leurs yeux d’enfants…« .

C’est le printemps chez les  À Dada !

Ce thème a largement inspirée ma Colombe qui a tenu à prendre en photo chaque parterre de fleurs qu’elle voyait tout au long du mois !

C'est le printemps : fleurs

C'est le printemps : fleurs

C'est le printemps : fleurs

C'est le printemps : fleurs

C'est le printemps : fleurs

C'est le printemps : fleurs

C'est le printemps : fleurs

Avec ce thème, Colombe a beaucoup observé le paysage qui l’entourait, remarquant que même en ville, le printemps offre un spectacle ravissant ! Elle a admiré la richesse des couleurs et les nombreuses variétés de fleurs sauvages ou cultivées. Du point de vue de la technique, même si elle a toujours du mal à ne pas mettre son doigt sur l’objectif, elle cadre mieux ses photos et parvient de mieux en mieux à faire la mise au point.

C’est le printemps chez les autres aussi !

Comme chaque mois, les enfants ont été très inspirés, et grâce à leurs clichés un vent de fraîcheur a soufflé sur la toile !

Chez Extraordinaire maman Pivert, comme chaque mois, Petit Poussin s’est donné beaucoup de mal. Et pour le thème, il a décidé de prendre en photo des fleurs de toutes les couleurs !

Chez Mon Joli Petit Bureau on découvre la photo en famille ! Emmy apprend les différentes possibilités de prise de vue, et Ethan pique l’appareil photo en douce pour laisser parler son âme artistique !

Chez Appellation Maman, Anakin prend son rôle très au sérieux et dirige les opérations tel un vrai metteur en scène !

Chez Ma vie de maman Louve, les enfants ayant complètement investi leur tout nouveau jardin, les sujets de photos n’ont pas été difficiles à trouver !

Chez Rêves de Fripouilles « le bonheur est aussi simple qu’une pluie de fleurs… »

Natmum Bidouille participait pour la première fois. La Minette (8 ans) et le Ti Loup (5 ans) ont pris des photos de fleurs que j’adore ! (bah non je ne vous dit pas lesquelles, je garde le suspens !)

Chez Méli-Mélo de ma vie, Cacahuète (5 ans) fait preuve d’une grande patience pour parvenir prendre en photo le sujet convoité, et Crevette (8 ans) nous fait voir les petits détails…

Chez les P’tits Petons, 2 petits Loulou ont pris de supers  photos malgré leur jeune âge !

Chez Maman Fatiguée et Fatigante, le jardin est bien fleuri et Petit Chou et Petit Lou y ont installé des petits hommes bleus !

Enfin voici la photo de Noa et les explications de sa maman Cindy (publiées ici car Cindy n’a pas de blog)

C'est le printemps : lila

Noa ( 6 ans et demi ) participe pour la seconde fois à ce joli rendez vous !! Il a tout de suite été inspiré par le thème du printemps !! Il m’a dit qu il souhaitait attendre que le lilas sorte pour faire sa photo. C est chose faite pendant les vacances et il a donc fait sa photo des Lilas du Jardin.

Encore une fois, vous avez été nombreux à participer, et cela me fait toujours chaud au cœur de savoir que ce rendez-vous plaît ! Les enfants sont à chaque très inspirés et très impliqués dans leur travail et on remarque de belles évolutions ! Comme à chaque fois, je vous remercie de votre présence et de votre  fidélité !

Le prochain rendez-vous

Le prochain rendez-vous qui aura lieu le 20 mai aura pour thème « Mai, fais ce qu’il te plaît ! ». Thème inspiré par plusieurs mamans qui semblaient avoir très envie de voir leurs petits laisser libre court à leur imagination ! À suivre…

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Aventbirthday : le calendrier d’avant l’anniversaire !

Publié le

Lorsqu’on est blogueuse, on participe à beaucoup de salons (enfin on essaye quand ils sont près de chez nous et qu’on a le budget pour y aller) et sur ces salons on fait parfois de belles découvertes ! C’est une de ces belles découvertes dont je vais vous parler aujourd’hui : Aventbirthday !

Aventbirthday : le calendrier de l'avent de l'anniversaire !

Le concept Aventbirthday

« Maman, c’est quand que c’est mon anniversaire ? », « Papa, mon anniversaire c’est dans 2 dodos ? », « Moi j’ai envie que ça soit mon anniversaire tout de suite ! ». Quel parent n’a pas entendu ces phrases à l’approche de l’anniversaire d’un enfant ? Les notions de temps sont longues à acquérir et quand en plus il faut attendre patiemment ses cadeaux, c’est encore plus difficile ! Mais on a tous remarqué que les calendriers de l’Avent aident beaucoup les enfants à attendre Noël. Le calendrier de l’Avent est même parfois tout aussi important que Noël pour les petits qui se font une fête d’ouvrir leur petite fenêtre en carton chaque jour pour découvrir quelle surprise l’attend ! C’est le constat qu’ont fait les créateurs d’Aventbirthday en observant leurs propres enfants. Alors ils se sont dit : « Et pourquoi pas un calendrier de l’Avent mais pour les anniversaires ? ». L’idée est simple mais j’avoue qu’il fallait y penser (et honnêtement je n’avais jamais vu ce concept avant !).

Voilà ! Aventbirthday est un concept simple mais original et surtout il a son utilité ! « Maman, c’est quand mon anniversaire ?«  « Compte les petites cases à ouvrir et tu verras ! »

Comment fonctionne Aventbirthday ?

Aventbirthday se présente comme un livre. En ouvrant la couverture on a d’un côté 14 fenêtres à ouvrir pour dévoiler 14 questions en rapport avec le programme de la classe dans laquelle se trouve l’enfant, et de l’autre côté, 14 fenêtres derrière lesquels se cachent des friandises. 2 semaines avant son anniversaire, l’enfant ouvre la première fenêtre « question » de son calendrier. Il doit alors répondre à une question de mathématique, de français, de géo, d’histoire ou de culture générale, en rapport avec son niveau scolaire. Car on choisit son calendrier en fonction de la classe dans laquelle l’enfant se trouve. Il existe des calendriers du CP au CM2, et j’ai de la chance car pour ce test, chez Aventbirthday, ils ont jugé que je serai capable de me confronter au niveau CM2 !

 

Pour obtenir la réponse, il ouvre la fenêtre « friandise » correspondant. D’un côté il y trouvera la réponse et de l’autre, la friandise (qu’il a le droit de manger même s’il n’a pas su répondre à la question, hein ! )

C’est donc un concept ludique et instructif, puisque même si l’enfant ne trouve pas la réponse, il pourra au moins l’apprendre après coup ! Et cela aide l’enfant à patienter un peu !

Les bons points d’Aventbirthday :

En tant que maman j’ai noté quelques points particuliers qui m’ont séduite. Il y a le concept ludique et instructif bien sûr, mais j’en ai déjà parlé. Il y a aussi la fabrication française, effort qu’il faut souligner car de nos jours on a souvent du mal à trouver des produits français. Enfin, une fois le calendrier terminé, l’enfant est invité à le jeter en respectant le tri sélectif, geste écologique que j’apprécie fortement !

Aventbirthday : fabriqué en France

Aventbirthday et le tri sélectif

Un autre détail m’a séduite : le rappel 30 jours avant l’anniversaire. Penser à acheter son calendrier de l’Avent pour Noël n’est pas très compliqué, à cette période il y en a plein les magasins. Mais les anniversaires tombent toute l’année et parfois, 30 jours avant on n’y pense pas encore. Mais imaginé la tête du petit s’il n’a pas eu son calendrier alors que le grand frère avait pris tant de plaisir avec le sien ! Pour éviter ce genre de drame, Aventbirthday propose de s’enregistrer pour un rappel 30 jours avant l’anniversaire. Ainsi on a le temps de commander son calendrier et de le recevoir plus de 15 jours avant la date d’anniversaire !

Une marque à l’écoute de ses clients et en constante évolution !

L’Aventbirthday commence à partir du CP mais très bientôt (courant septembre, juste pour mon anniversaire en fait !), il y aura une version « Baby » adaptée aux enfants de maternelle. Ce calendrier sera plus petit : il ne durera que 8 jours, qui seront bien suffisants pour des petits de moins de 6 ans. Les questions seront très illustrées afin d’être attractives, les friandises sans doute un peu plus saines, et enfin il y aura une grosse surprise à la fin. Le dernier jour, les enfants découvriront un jeu dans le jeu afin de donner une deuxième vie au calendrier ! Bref, j’ai hâte de voir ce nouveau calendrier, pas vous ?

Une autre belle initiative vient d’une demande un peu spéciale : il y a quelques temps Aventbirthday a envoyé un calendrier vide pour un petit garçon qui n’a pas le droit au sucre. Il n’y a pas de raison que les enfants qui ont des restrictions alimentaires soient privés de tous les plaisirs, la marque a décidé de proposer très prochainement une option « calendrier vide » que les parents pourront remplir eux-mêmes avec des friandises autorisées par le régime de leur enfant !

Comment se procurer Aventbirthday

Tous les calendriers sont disponibles sur le site pour 16,90 €.

Vous pouvez retrouver tous les calendriers Aventbirthday sur le site internet Aventbirthday.fr, et n’oubliez pas de les suivre sur Facebook, Instagram et Twitter pour ne manquer aucune nouveauté !

Save

Save

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+