Latest Event Updates

Les prises électriques à Dubaï – À Dada à dos de Chameau !

Publié le

Lorsqu’on voyage, l’une des préoccupations récurrentes est le branchement des appareils électriques ! Et cette question est encore plus vraie lorsqu’on s’expatrie ! Vais-je pouvoir brancher mon ordinateur ? Dois-je acheter des adaptateurs pour utiliser mon matériel électrique ? À Dubaï la question a été très vite réglée !

Les prises électriques à Dubaï

Dubaï utilise un courant à 220v et les prises électriques sont les mêmes qu’en Angleterre : 3 fiches rectangulaires.

Prise d'un appareil électrique à Dubaï

Certaines prises peuvent se refermer sur elle-même afin de prendre moins de place dans le transport. Et ça, je trouve cela super pratique !

Prise d'un appareil électrique à Dubaï

Et comme en Angleterre, les prises au murs ont un interrupteur qu’il ne faut pas oublier d’allumer pour que les appareils fonctionnent ! Combien de fois me suis-je demandé pourquoi mon aspirateur ne s’allumait pas après l’avoir brancher ? Et la surprise d’un téléphone déchargé le matin parce qu’on a oublié d’appuyer sur l’interrupteur n’est pas arrivée qu’à moi !

Prise au mur à Dubaï

Les adaptateurs

Et voilà la bonne surprise de Dubaï (et sur ce point, je pense que Dubaï diffère de l’Angleterre) : nous n’avons pas acheté d’adaptateur pour brancher nos appareils français, mais seulement des multiprises !

Les prises multiples, même celles qu’on trouve dans les toutes petites supérettes de quartier, présentent des trous légèrement plus grands que ceux nécessaires pour faire rentrer les prises locales. Ainsi nos prises françaises aux fiches rondes rentrent sans problème ! Et cela pour le prix d’une simple prise multiple !

à Dubaï, une prise multiple peut servir d'adaptateur

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

L’éveil musical d’après la pédagogie Montessori

Publié le

La musique a une place très importante dans notre famille : Papa À Dada ! et moi l’avons tous deux étudiée lorsque nous étions enfants et nous souhaitons que nos enfants fassent de même. Colombe a eu la chance d’assister à un éveil musical chaque semaine depuis ses 2 ans et demi, et elle a beaucoup aimé. Mais notre déménagement a chamboulé notre rythme et nous n’avons pas ici les mêmes opportunités de cours que nous avions en France. Tout comme j’ai pris en main l’instruction générale de mes enfants, j’ai décidé de prendre en main leur instruction musicale (du moins pour le moment !). Le livre L’éveil Musical d’après la pédagogie Montessori dès la naissance me sert de base pour diriger nos activités.

L'éveil musical d'après la pédagogie Montessori

L’éveil Musical d’après la pédagogie Montessori

Le coffret L’éveil musical d’après la pédagogie Montessori se compose d’un livre pour guider le parent dans les activités, de cartes de nomenclature des instruments, de cartes pour déterminer le type de musique, son intensité, le rythme, mais aussi si l’enfant l’apprécie ou non.

Coffret L'éveil musical d'après la pédagogie Montessori, Eyrolles

Le gros point positif de ce livre est de présenter des activités pour les enfants dès la naissance. Je trouve cela très intéressant car on sait à quel point l’éveil à la musique des tout-petits leur est bénéfique. La musique apaise, mais elle aide aussi à l’apprentissage du langage.

Activité d'éveil à la musique dès la naissance

Les activités proposées développent de nombreuses compétences : l’écoute, la reproduction de sons, de rythmes, ou la manipulation et la construction d’instruments.

Les deux dernières parties du livre présentent des activités du langage et de l’écoute d’œuvres. Même si certaines sont difficiles pour les plus petits, ces activités comportent souvent plusieurs niveaux et sont adaptables selon l’âge et les intérêts de l’enfant. On peut par exemple se servir du CD d’écoute pour faire découvrir une œuvre à un tout-petit en créant juste un temps calme. Mais avec un plus grand on pourra ajouter les cartes pour définir le rythme, le type de musique et les instruments présents.

 

Ce que nous avons pensé de cet éveil musical

Je dois vous avouer qu’en tant que maman et « instructrice », j’apprécie énormément ce coffret car il est très complet ! Il se compose du livre dont je viens de parler, et de cartes pour accompagner les activités. Il y a des cartes de nomenclatures des instruments qui permettent leur découverte, mais qui aide également l’enfant dans son apprentissage de la lecture.

Les cartes de nomenclature des instruments

Les cartes de nomenclature des instruments

Les cartes de nomenclature des instruments

Les cartes de nomenclature des instruments

Colombe (4 ans 1/2) et Petit O’ (2 ans 1/2) aiment beaucoup les petits jeux proposés. Certains sont plus physiques et correspondent bien à leur besoin de bouger. D’autres m’aident à les canaliser pour des moments plus calmes. Le jeu qu’ils préfèrent est sans doute celui du danseur et du musicien : l’un joue de la musique (un petit rythme tapé sur un Bilibo en marquant des silences) et l’autre danse en rythme. Même s’ils ont du mal à inverser les rôles (Colombe aime danser, Petit O’ beaucoup moins), cet exercice favorise l’écoute, la concentration et le travail d’équipe ! (je vous rassure, ce jeu ne se termine pas toujours dans le calme ! Mes enfants sont normaux !)

Le danseur et le musicien

Le danseur et le musicien

Le danseur et le musicien

Le livre proposant des activités pour les enfants jusqu’à 12 ans, il aura sans doute une bonne longévité ici ! Et si c’est un bon outil de sensibilisation à la musique, je pense aussi qu’il est une très bonne base pour un apprentissage plus profond ensuite. Le livre amène l’enfant à s’intéresser à la musique et à aller la découvrir par lui-même (et en cela le livre respecte parfaitement la pédagogie Montessori) !

J'aime la musique !

Lydie Maud, Brigitte Ekert (dir.), L’éveil musical d’après la pédagogie Montessori, Eyrolles
à partir de la naissance et jusqu’à 12 ans
prix : 24,90€

Cet article est ma participation au rendez-vous mensuel « À tout bout d’chant » du blog La Cour des Petits. Les autres participation du mois sont :

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Calinours va à l’école – Chut les enfants lisent

Publié le

Cette année, Colombe (4 ans 1/2) et Petit O’ (2 ans 1/2) n’iront pas à l’école. Cela ne les empêchera sans pas d’apprendre beaucoup de choses et d’arriver à peu près aux mêmes acquisitions que les autres enfants de leur tranche d’âge. Mais ces acquisitions se feront par des chemins détournés : des promenades, des observations, une vie sociale axée sur la diversité des âges (et des origines puisque nous vivons à Dubaï !)… Pour ce 2ème rendez-vous « Chut les enfants lisent » depuis la rentrée des classes, j’avais très envie de vous parler de ce livre qui parle de l’école… ou pas… Calinours va à l’école !

Calinours va à l'école

Calinours va à l’école

Calinours est un joli petit ourson blanc qui prends le chemin de l’école. Mais en traversant la forêt qui mène jusqu’à sa classe, il rencontre plusieurs animaux qui lui proposent de partager leurs activités. Il s’arrête donc pour faire de la peinture, de la pâte à modeler, et pour cueillir des fleurs… Et arrivé à l’école, la classe est fini et tous ses camarades sont rentrés chez eux. Il offre donc ses œuvres à sa maîtresse qu’il aime beaucoup et lui promet d’arriver le premier le lendemain !

Calinours va à l'école

Calinours va à l'école

Ce que nous en avons pensé

Nous avions reçu Calinours va à l’école alors que Colombe allait encore à l’école l’année dernière et il correspondait bien à sa façon de flâner avec son petit panier sur le chemin de la classe. Elle se reconnaissait donc beaucoup dans ce petit ours qui profitait tant de tout ce qu’il pouvait apprendre sur le chemin de l’école.

Cette année, Colombe et Olivier n’allant pas à l’école, je continue à leur lire le livre, mais j’insiste sur le fait que Petit Ours apprend beaucoup sur le chemin, et qu’au final il a autant appris que ses camarades en classe.

J’ai beaucoup aimé cette possibilité d’adapter la lecture de ce livre aux enfants qui vont à l’école comme à ceux qui pratiquent l’instruction en famille. Un bon moyen de se rappeler qu’on peut apprendre partout !

Calinours va à l'école

A. Broutin, F. Stehr, Calinours va à l’école, L’école des loisirs
dès 3 ans
à partir de 5€

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Reconnaître les lettres… les yeux fermés !

Publié le

Dans son apprentissage de la lecture, Colombe (4 ans 1/2) apprend évidemment à reconnaître les lettres sous leurs différentes formes (majuscules, minuscules). Cet apprentissage passe par le son, la vue, mais aussi par le toucher. Et c’est en m’inspirant d’une activité trouvée dans le livre Mes premières activités pour être calme et concentré que j’ai eu l’idée de ce nouveau petit jeu : reconnaître les lettres en les touchant !

Mes premières activités pour être calme et concentré

J’ai présenté ce livre ici il y a 2 ans. À l’époque il m’avait permis d’apaiser ma Colombe le soir après la crèche. Ce livre nous a suivi depuis car nous l’utilisons encore régulièrement. Colombe y trouvait parfois des activités calmes pour s’apaiser après l’école. Petit O’ l’a également utilisé rapidement car il aime les activités qui demandent de la concentration. Aujourd’hui, alors que mes enfants ne vont plus à la crèche ni à l’école depuis près de 5 mois, ils l’utilisent souvent pour se détendre avant de dormir.

Mes premières activités pour être calme et concentré

Mes premières activités pour être calme et concentré

Ce livre propose une activité qui consiste à placer de petits objets dans une chaussette et à demander à l’enfant de reconnaître ces objets uniquement en les touchant !

Le matériel nécessaire pour cette activité

Le jeu est très simple et nécessite peu de matériel. Il faudra une chaussette (ou un petit sac) et un puzzle de lettres (ou des petites lettres).

Puzzle de lettres

Nous avons utilisé le puzzle de lettres de la marque Melissa & Doug que j’ai acheté ici à Dubaï. Ça n’est sans doute pas le meilleur exemple qui existe car les lettres sont un peu stylisées, mais il présente les lettres majuscules et minuscules, et ça c’est plutôt sympa ! En revanche, je ne sais pas s’il existe un modèle francophone, mais celui que nous venons d’acheter est clairement destiné à des enfants anglophones : sous chaque lettre se trouve un mot qui illustre cette lettre en anglais. Ainsi on trouve une pomme (apple) sous le A, et une pieuvre (octopus) sous le O.

Puzzle de lettres Melissa & Doug

Reconnaître les lettres en les touchant

J’ai choisi quelques lettres en veillant de ne pas mélanger majuscules et minuscules. Je les ai montrées à Colombe et nous les avons nommées ensemble. Puis je les ai glissées dans une chaussette et ai demandé à Colombe de mettre sa main dans la chaussette. Je lui ai dit de toucher les lettres et de bien réfléchir aux formes qu’elle touchait, puis je lui ai demandé de sortir une lettre en particulier.

Lettres majuscules du puzzle Melissa & Doug

Si je n’ai pas mélangé majuscules et minuscules, c’est pour que Colombe ne fasse pas de confusion entre les deux. Mais nous avons joué plusieurs fois à ce jeu alors il m’est arrivée de le faire avec les deux types de lettres. Avant chaque partie je lui précisais toujours avec quel type de lettres nous nous apprêtions à jouer.

Lettres minuscules du puzzle Melissa & Doug

Colombe a beaucoup aimé ce jeu et il m’a permis de situer où elle se trouvait dans sa reconnaissance des lettres. Du côté des majuscules elle n’a pas de problème, mais elle connaît moins bien les minuscules. Comme ce jeu lui plaît, nous y jouons souvent car il la motive beaucoup (d’ailleurs on aperçoit son sourire lorsqu’elle me tend la lettre que je lui ai demandée! !).

Reconnaître les lettres les yeux fermés !

Ce jeu aide dans l’apprentissage des lettres, mais il est aussi un bon exercice pour développer le toucher. C’est un sens qu’on met souvent de côté, et si vous essayez ce jeu avec vos enfants, essayez avec eux de reconnaître les lettres sans les voir ! Vous verrez que ça n’est pas toujours si facile !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

La séparation hommes-femmes dans le métro de Dubaï – À Dada à Dos de chameau #3

Publié le

Voilà maintenant 3 semaines que je partage avec vous des petits détails surprenants de ma vie quotidienne à Dubaï dans ma série d’article intitulée « À Dada à Dos de chameau », et cela semble vous plaire ! Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’un sujet qui m’intriguait lorsque j’étais en France : la séparation des hommes et des femme dans le métro à Dubaï.

Ce qu’on m’avait dit lorsque j’étais en France

Je suis venue vivre à Dubaï sans y avoir jamais mis les pieds avant, je n’avais donc que peu de connaissances du lieu. Dans mon entourage, de nombreuses personnes avaient passé des vacances à Dubaï, avaient vu une émission sur la ville ou bien avaient le cousin de la voisine de leur boucher qui y avait passé une semaine il y a 5 ans. Parmi les « préjugés » entendus sur Dubaï, il y en a un qui m’a particulièrement surprise : les hommes et les femmes ne montent pas dans les mêmes rames dans le métro !

La séparation homme-femmes dans le métro de Dubaï

En réalité, le métro de Dubaï est mixte ! Hommes et femmes peuvent donc sans problème voyager dans la même rames, ce qui évite clairement de séparer les familles ! Mais le métro (et le tramway) comprend un espace dédié aux femmes et aux enfants dont l’accès est interdit aux hommes sous peine d’amende. Elle est facilement reconnaissable car  sur le quais du métro, son entrée est marquée par un panneau montrant une femme et un enfant, et au sol on remarque aisément la grosse bande rose marquée « Women and children only » (femmes et enfants uniquement)

L'entrée de la zone réservée aux femmes dans le métro de Dubaï

L’espace réservé aux femmes et aux enfants est séparé des autres zones du métro par une simple ligne rose. Il ne s’agit donc pas de séparer hommes et femmes afin qu’ils ne se fréquentent pas, mais juste de créer un espace plus tranquille pour les femmes et les enfants.

Séparation hommes-femmes dans le métro à Dubaï

Cet espace permet aux femmes qui voyagent seules de ne pas être gênées par la présence et le regard d’hommes autour. Il permet également aux enfants de ne pas se sentir importunés ou juste mal à l’aise. Comme je l’ai expliqué dans un précédent article, les gens ici se montrent parfois très proches des enfants (jusqu’à les prendre dans les bras sans rien demander) et cela a souvent mis mes enfants mal à l’aise. Lorsque je prends le métro seule avec Colombe et Olivier, je m’installe donc généralement dans cette zone car les hommes les intimident beaucoup plus que les femmes.

Plus qu’une véritable séparation, il s’agit donc d’un espace de tranquillité comme on trouve dans le métro de Tokyo également !

Pour l’anecdote, on reconnaît facilement les touristes qui n’ont pas compris que les autres parties du métro sont mixtes : les femmes sont d’un côté de la ligne rose, et les hommes de l’autre !

Le métro de Dubaï comporte plusieurs classes

Le métro de Dubaï comporte une autre séparation puisqu’il existe plusieurs classes. La classe « silver » (argent) est la classe ordinaire, celle dans laquelle se trouve la zone réservée aux femmes. La classe « gold » (dorée) est la première classe : son entrée est signalée par une ligne dorée, les fauteuils y sont plus grands, et cette fois, la zone est séparée des autres par une porte.

Entrée de la "gold class" dans le métro de Dubaï

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

7 Milliards de visages – Chut les enfants lisent…

Publié le

Avec la rentrée des classes, les rendez-vous blog reprennent, et bien sûr, l’incontournable « Chut, les enfants lisent » organisé par Devine qui vient bloguer ? ne fait pas exception ! Chaque mercredi, ce rendez-vous nous propose de faire découvrir un livre destiné aux enfants que nous avons particulièrement apprécié ! En ce début de mois de septembre, notre vie a beaucoup changé puisque nous vivons maintenant à Dubaï. J’ai donc décidé de vous faire découvrir un livre tout particulier et qui représente bien la nouvelle ville dans laquelle nous vivons : 7 milliards de Visages.

7 milliards de visages

7 milliards de visages

Nous sommes maintenant 7 milliards sur Terre. « Près de sept milliards de personnes… et pas deux semblables ! ».

Ce livre nous présente les différences entre les êtres humains dans le monde : nous avons tous un physique différent, nous n’avons pas la même couleur de peau, d’yeux, nous avons des chevelures très différentes.

7 milliards de visages et des physiques différents

Nous n’avons pas tous les mêmes croyances ni les mêmes pratiques. Certains croient en un Dieu, d’autres en plusieurs, certains n’y croient pas.

7 milliards de visages et des croyances variées

Il y a des centaines de manières d’écrire et environ 200 langues différentes, mais au final nous avons tous le besoin de nous exprimer.

7 milliards de visage et un besoin universel de s'exprimer

7 milliards de visages nous présente nos différences, mais aussi nos ressemblances. Car si nous sommes tous uniques, nous sommes tous des êtres humains et nos besoins sont très semblables. Nous jouons tous, mais juste pas de la même manière.

7 milliards de visage et une même envie de s'amuser

Nous sommes 7 milliards, avec nos ressemblances et nos différences qui rendent le monde plus beau !

Notre avis sur 7 milliards de visages

Nous vivons à Dubaï, ville d’un million et demi d’habitants dont 95 % sont des étrangers. Ici, toutes les nationalités du monde sont représentées, ou presque… Lorsqu’on se promène dans les rues nous croisons des femmes entièrement voilée de noir, des femmes en sari aux couleurs chatoyantes, des femmes en pantalon et simple T-shirt, et des femmes en robe courte au décolleté plongeant… Nous croisons des hommes et des enfants à la peau noire, très bronzée ou même très très claire. Nous entendons parler arabe, anglais, philippin… et nous parlons français…

7 milliards de visages, illustration

Notre vie ici ressemble tellement à ce livre ! Alors nous le lisons régulièrement. Colombe (4 ans et demi) en profite pour me demander pourquoi certaines femmes ici on le visage complètement caché. Petit O’ me demande pourquoi il n’y a pas d’église dont on entendrait les cloches comme chez grand-père et grand-mère, et il me fait remarquer qu’à la place on entend le muezzin chanter ! 7 milliards de visage est toujours l’occasion pour nous de discuter de notre nouvelle vie, des différences entre nous et les gens que nous croisons quotidiennement et de l’enrichissement que ces différences nous apportent ! Car imaginez un monde dans lequel tout le monde se ressemblerait !

Le monde serait terne si nous étions tous pareils...

Sept milliards de visages

Peter Spier, 7 milliards de visages, L’école des loisirs
à partir de 5€
conseillé à partir de 7 ans pour une lecture seul, on peu le proposer à des enfants beaucoup plus jeunes s’ils sont accompagnés.

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Le courrier à Dubaï… -À Dada à dos de chameau #2

Publié le

À Dada à Dos de chameau est une série d’articles hebdomadaires dans lesquels je vous parle d’un détail de la vie quotidienne dubaïote qui m’aurait intriguée, fait sourire ou pourquoi pas énervée. Aujourd’hui je vais vous parler de la poste et du courrier à Dubaï ! Et je suis certaine que vous vous demandez bien ce que j’ai à vous raconter à ce sujet. Et pourtant dès mes premiers jours ici, un détail m’a frappée (et ça n’est pas peu dire).

Envoyer du courrier de Dubaï

Envoyer du courrier de Dubaï n’est pas très compliqué. Comme dans toutes les grandes villes touristiques, on trouve facilement des cartes postales et les magasins qui en vendent proposent aussi généralement les timbres qui permettent de les envoyer dans le monde entier.

Cependant au moment de les mettre dans une boîte aux lettres, on se rend compte qu’elles sont assez peu nombreuses ici ! On peut alors soit chercher un bureau de poste (ils ne sont pas nombreux non plus, et sont parfois cachés au fin fond d’une zone d’activité !). Mais le plus simple est de flâner dans un quartier touristique car c’est là qu’elles sont plus nombreuses.

Boîte aux lettres à Dubaï

 

Recevoir du courrier à Dubaï

Et voilà ce qui m’a surprise en découvrant notre nouvel appartement à Dubaï : en passant dans l’entrée de l’immeuble, je n’ai pas remarqué de boîtes aux lettres. Je me suis alors demandé si le gardien récupérait le courrier et le distribuait directement dans les appartements, mais non. Et après ma petite investigation :

Il n’y a pas de distribution de courrier à Dubaï !

J’avoue que c’est sans doute un des détails de la vie quotidienne qui m’a le plus marquée moi blogueuse habituée à recevoir de beaux produits par la poste ! .

Les personnes ou entreprises qui veulent recevoir du courrier doivent louer une boîte postale afin de le recevoir. Et pour les particuliers devant recevoir du courrier ponctuellement, la solution la plus simple est de se le faire envoyer au travail. Quant aux achats par correspondance, beaucoup d’enseignes proposent une livraison par coursier. Car si le courrier n’est pas distribué, la livraison à domicile est chose très courante ici à Dubaï !

 

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Notre arbre des saisons- DIY

Publié le

À 4 ans 1/2 Colombe connaît bien le nom des saisons et elle sait les associer à des événements particuliers. Par exemple elle a bien compris qu’en hiver il y a parfois de la neige (oui même si nous vivions à Cannes, elle est persuadée qu’en hiver on voit toujours de la neige) et que c’est d’ailleurs ce qui décide la Père Noël à passer dans les maisons ! Elle aussi très bien qu’en automne les arbres perdent leurs feuilles, qu’on peut jouer dedans, les ramasser, en faire de beaux bouquets ou de jolies créations. Mais voilà, nous vivons à Dubaï et je ne suis pas certaine que les saisons soient très marquées… Ne voulant pas que ma Colombe perde ses acquis, j’ai décidé de mettre en place une table des saisons à la maison, et l’élément principal pour marquer la période de l’année ne pouvait être autre qu’un arbre des saisons !

Qu’est-ce qu’un arbre des saisons

Un arbre des saisons est tout simplement un arbre représenté sur 4 faces, chacune présentant l’une des 4 saisons de l’année.

La réalisation de notre arbre des saisons

Colombe maîtrisant assez bien le sujet, je lui ai seulement donnés 4 feuilles blanches sur lesquelles j’avais dessiné les contours d’un arbre. Je lui ai alors demandé de représenté un arbre à chaque saison. Elle a eu besoin d’un peu d’aide pour ne pas s’emmêler les pinceaux et éviter de dessiner 2 fois la même saison, mais elle est parvenue seule à déterminer quels détails marqueraient chaque moment de l’année.

un arbre et 4 saisons différentes

J’ai laissé Colombe complètement libre de son dessin car je voulais qu’il soit vraiment comme elle le voulait (et non comme je l’imaginais ou comme je l’aurais vu sur Pinterest !). Je voulais qu’elle soit complètement impliqué dans la réalisation de cet arbre afin de lui donner l’envie d’en parler avec son petit frère une fois qu’il serait terminé.

J’ai écrit le nom de chaque saison puisque Colombe commence à s’intéresser à la lecture. En bas à gauche en français, en bas à droite en anglais qui est la langue la plus parlée ici à Dubaï.

Une fois les quatre dessins terminés, je les ai pliés en deux sur la longueur et les ai collés ensemble dans l’ordre des saisons de manière à ce qu’il forme un panneau à 4 faces que l’on pourrait tourner.

L’utilisation de l’arbre des saisons

J’ai placé notre arbre des saisons sur notre table des saisons et j’essaye de le remettre face « été » apparente lorsque je passe devant. Mais il arrive que Colombe et Petit O’ (2 ans 1/2) passe devant et déplace l’arbre afin de le regarder. Colombe aime montrer à son petit frère que chaque face correspond à une saison et qu’il s’agit du même arbre à différents moments de l’année. Et c’est pour ce genre d’explications que je voulais que l’arbre ne soit pas parfait, mais bien à l’image de ma fille. Elle a su suffisamment se l’approprier pour avoir envie d’en parler à son petit frère. D’un côté elle consolide ses acquis en les répétant, de l’autre, son frère apprend sans doute bien plus que si je lui avais expliqué moi-même le principe des saisons (parce que « Maman c’est sans doute très intéressant, mais quand est-ce qu’on mange ?« ).

l'arbre du printemps

 

l'arbre de l'été

l'arbre de l'automne

Notre table des saisons est change très souvent mais j’aimerais que cet arbre en soit un des points forts. Pour le moment nous avons un immense soleil qui nous rappelle la chaleur qu’il fait à Dubaï (où nous vivons actuellement), un livre qui présente la ville de Dubaï aux enfants (puisque nous découvrons notre nouvelle ville depuis le début de l’été), et un petit livre sur une journée à la plage (non pas que nous ne fréquentions la plage par les 45 qu’il fait ici, mais je rêve d’une sortie en bord de mer !)

Notre table de l'été à Dubaï

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Ça roule ? – À Travers leurs yeux d’enfants

Publié le

Ça roule ? En cette fin d’été j’espère que vous allez bien. Comme vous l’avez sans doute constaté, nous avons été très occupés dernièrement puisqu’en  cette fin août, je me mets seulement à la rédaction du récapitulatif du rendez-vous À travers leurs yeux d’enfants du 20 juin. Et le thème de ce rendez-vous était « Ça roule ? » (vous avez vu comme je suis forte en intro ?)

À Travers leurs yeux d'enfants...

Notre interprétation de « Ça roule ? »

Nous étions encore en Normandie pour le défi de juin et Colombe (4 ans 1/2), comme beaucoup des participants,  a fait un inventaire de ce qui roulait autour d’elle. Mais notre activité principale lors de nos derniers moments en France était de profiter de la nature (ce dont je suis particulièrement contente maintenant que je suis enfermée chez moi au milieu du désert (à Dubaï pour ceux qui n’ont pas suivi c’est ici, ici, et ici). Et lors d’une promenade d’observation de la nature, Colombe a remarqué une fougère enroulée sur elle-même et m’a dit : « Tu as vu maman, ça roule aussi ! ». Nous avons donc pris le temps de faire une jolie photo et j’ai fait découvrir le mode « macro » de mon téléphone à Colombe.

fougère enroulée

Votre interprétation de « Ça roule ? »

Chez Rêves de Fripouilles les 4 enfants nous proposent un inventaire à la Prévert de tout ce qui roule et qui se trouvait sur le chemin de leurs vacances !

Chez Appellation Maman, Anakin fait une séance photo avec 2 magnifiques modèles !

Chez Extraodinaire Maman Pivert, Petit Poussin est toujours aussi précis et méticuleux !

Chez Ma Vie de Maman Louve, P’tit Loup prends des photos de sa passion du moment !

Chez Tu me fais grandir, une nouvelle petite photographe se lance dans l’aventure !

Chez Natmum Bidouille, quand on pense qu’on n’aura pas la photo du thème, finalement on peut être surpris et trouver un sujet à prendre en photo à la dernière minute !

Et enfin, le petit d’Anne-Claire nous propose un inventaire de tout ce qui roule dans la maison ! Absolument tout, même le rouleau de papier toilette ! Je publie ici sa photo puisqu’Anne-Claire na pas de blog.

inventaire de tout ce qui roule à la maison

Merci encore à tous les participants ! Je suis tellement heureuse de voir que malgré une fin d’année scolaire bien chargée pour tout le monde, vous avez encore été nombreux à participer !

Le prochain rendez-vous

Mon déménagement à Dubaï m’a beaucoup occupée ces derniers mois et c’est la raison pour laquelle je publie ce récapitulatif du mois de juin avec 2 mois de retard. Notre prochain rendez-vous aura donc lieu le 20 septembre et le thème sera « Promenons-nous dans les bois ! » J’espère que ce thème inspirera vos petits ! De notre côté, je ne sais pas quelle illustration nous allons bien pouvoir trouvé dans le fin fond de notre désert !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

Les antennes relais à Dubaï – À Dada à Dos de Chameau ! #1

Publié le

Je sais que vous aimez suivre mes aventures à Dubaï depuis mon arrivée ! Alors je vous propose d’inaugurer maintenant une nouvelle série d’articles dans lesquels je partagerais des détails insolites et éléments de mon quotidien qui m’auront intriguée ou fait sourire ! Et tout naturellement, cette série d’article s’appellera À Dada à Dos de Chameau ! (du nom de la catégorie de tous les articles qui parent de Dubaï sur le blog)

Pour commencer, je vous propose de vous faire découvrir un élément discret du paysage dubaïote. Un palmier…

Palmier antenne relais à Dubaï

À première vue, rien d’exceptionnel et l’on trouve des milliers de palmiers à Dubaï… Oui, mais celui-là est un peu particulier… Si, si, regardez bien !

Palmier antenne relais à Dubaï

Ce palmier n’est autre qu’une antenne relais pour le réseau de téléphonie mobile ! Toutes les antennes relais de Dubaï ne sont pas camouflées de la sorte, mais on trouve tout de même pas mal de ces palmiers antennes si l’on observe bien le paysage. Voilà une idée plutôt originale et jolie pour intégrer les antennes relais au paysage !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+