Mon troisième accouchement d’un bébé pas pressé

Publié le

Avez-vous entendu la nouvelle ? La famille À Dada ! s’est agrandie, accueillant notre Bébé Gaufrette en juillet dernier. Et encore une fois, j’ai accouché d’un bébé pas pressé… quoique…

troisième accouchement d'un bébé pas pressé

Encore un bébé qui n’était pas pressé !

J’ai accouché de Colombe à J+5 et de Petit O’ à J+3, et l’obstétricienne qui a pratiqué mon deuxième accouchement m’avait prévenu : après deux dépassements de terme, j’avais beaucoup de chance de dépasser le terme à chaque grossesse.

Pourtant en arrivant au terme de cette troisième grossesse, j’espérais gagner quelques jours… Et malgré mon expérience, le temps m’a paru long ! Et ce troisième bébé ne semblait pas plus pressé d’arriver que les autres ne l’avaient été !

View this post on Instagram

🤰🏼41sa : j'ai le droit d'être fatiguée, d'en avoir marre, d'espérer que mon accouchement se déclenchera naturellement, d'espérer ne pas avoir une deuxième césarienne même si ça ne serait pas un drame. 🍓J'ai le droit de ne plus avoir envie de profiter de la rétention d'eau, des crampes qui me réveillent la nuit, des maux d'estomac et des remontées gastriques, des contractions de faux travail, des insomnies… J'aime sentir les petits coups de pieds dans mon ventre, mais après neuf mois il est temps que je récupère mon corps. Et je sentirai tout aussi bien les petits pieds de mon bébé quand il sera posé sur moi. 👣Je sais que j'ai de la chance. Que certaines n'arrivent pas à avoir d'enfant. J'ai même fait longtemps partie de ces mamans au ventre vide mais au cœur déjà plein. Je sais que certaines accouchent prématurément, mais en avoir marre à 41sa ne signifie en rien qu'on envie la maman qui accouche à 35sa. 🤰🏼 Bref. On a toute le droit d'être fatiguée, d'avoir hâte, d'en avoir marre, et d'avoir une préférence sur ce qui va nous arriver. Je trouve l'accouchement à domicile de mon amie merveilleux, mais ça n'est pas pour moi. Je suis à jamais reconnaissante envers l'équipe qui m'a fait une césarienne en urgence, sauvant ainsi la vie de ma fille, mais je n'en souhaite pas pour autant une autre. Je me suis préparée à accoucher sans péridurale parce qu'on me l'aurait exigé à Dubaï, mais je suis heureuse qu'on m'impose la péri en France (imposition liée à ma première césarienne). Nos choix sont liés à notre histoire et on ne peut pas les imposer aux autres. En revanche on peut se passer de jugement. #choix #accouchement #40sa #41sa #bebejuillet2020 #bebegaufrettre #cesarienne #vbac #accouchementnaturel

A post shared by Maman À Dada (@adadaetaudodo) on

Finalement cette fois encore j’ai gagné un peu de temps, puisque c’est à J+2 que Bébé Gaufrette est arrivée !

Dépassement de terme : de rendez-vous en rendez-vous

Les rendez-vous de dépassement de terme ça me connaît : pour Petit O’ j’en avais eu 3. Alors je sais qu’on y arrive incrédule et qu’on en ressort avec désillusion…

Nous sommes le 15 juillet 2020, jour du terme et j’arrive à l’hôpital en sachant au fond de moi que ça n’était pas encore le moment. Mais j’avais espoir qu’on m’annonce que la dilatation avait commencée. Un mois avant j’étais déjà dilatée à 2, ce qui m’avait valu le faux espoir d’accoucher un peu avant le terme. La sage-femme m’examine : ça n’a pas bougé, je suis toujours à 2. Voilà la désillusion ! Si ça n’a pas bougé en un mois, pourquoi espérer que ça change dans les jours qui viennent ?

Je demande alors à la sage-femme si elle peut essayer de décoller la membrane. La sage-femme n’avait pas réussi à le faire dans les jours qui ont précédé mon deuxième accouchement, mais ses manipulations avaient tout de même aidé le travail à se mettre en route. Cette fois, ça marche ! Je repars chez moi certes, mais avec la membrane décollée et l’espoir d’un travail imminent…

17 juillet 2020, 6h00 du matin : pour la première fois de ma vie des contractions me réveillent. Des contractions j’en ai eu dans ma vie : à partir de 18 SA pour les 2 premières grossesses, et à 26 SA pour celle-ci. Mais jamais aucune contraction ne m’avait réveillée. Alors cette fois je sais : même si elles ne sont pas régulières, ces contractions sont le signe d’un début de travail. C’est pour bientôt !

14h : J’ai toujours ces mêmes contractions espacées de 10 à 15 minutes mais très irrégulières. J’arrive à mon deuxième rendez-vous de dépassement avec confiance. La sage-femme m’examine. Et là c’est la douche froide : toujours à 2 ! Ça n’a pas bougé ! La sage-femme me renvoie chez moi en me conseillant de marcher. “Ça peut aider…” et en me disant que si rien ne se passe d’ici-là, j’entrerai à l’hôpital 2 jours après pour un déclenchement le lendemain. Mais en me disant au revoir, elle a un petit sourire qui laisse apercevoir sa pensée : “vous n’aurez pas à attendre pas jusqu’à dimanche”.

Retour à la maison… et appel de la gynéco !

Je rentre encore à la maison. Toute la famille est surprise car cette fois, car mes contractions avaient été plus forte que d’habitude et je pensais vraiment rester à l’hôpital.

La sage-femme m’a dit d’aller marcher… Ma mère me propose donc de les accompagner, mon père et elle, jusqu’au supermarché à quelques centaines de mètres. Nous nous mettons en route, doucement… Le ventre de 9 mois, les 12 kg de plus sur la balance, les poumons compressés, tout ça me ralenti beaucoup et la moindre sortie est devenue un expédition.

Sur le chemin je reçois un message de la gynécologue qui a suivi le début de ma grossesse à Dubaï. Elle se souvient que je devais accoucher ces jours-ci et vient aux nouvelles. En lisant son message, soudain… “Oh !”

Je viens de perdre les eaux, en pleine rue, et je suis en train d’inonder le trottoir !

Ma mère retourne à la maison pour garder Colombe et Petit O’ et pour que mon mari puisse venir me chercher en voiture.

Je reste avec mon père, sur le bord du boulevard, près d’un arrêt de bus très fréquenté et en pleine heure de pointe… Les eaux continuent de se déverser en petit ruisseau sur le trottoir… Niveau discrétion on a fait mieux. Mais par chance, il fait près de 30°, au moins je n’ai pas froid.

Il est 16h30 et dès la rupture de la poche des eaux les contractions se sont intensifiées considérablement et sont devenues très régulières et rapprochées de seulement 5 minutes. Comme ses frères et sœurs, Bébé Gaufrette arrivera avec plusieurs jours de retard, mais le travail semble se mettre en route rapidement. Alors elle est peut-être un peu plus pressée que les autres finalement !

Après 3 contractions, mon mari arrive en voiture. Nous filons aux urgences de la maternité…

troisième accouchement d'un bébé pas pressé
Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest

3 commentaires sur “Mon troisième accouchement d’un bébé pas pressé

    Sophie SoAddict - Les idées SoAddict a dit :
    07/09/2020 à 16:14

    Eh ben tu en as eu du courage. Moi une fois et c’était très dur.
    J’ai raconté aussi mon accouchement sur mon blog et c’était pas fameux.
    Tu peux le découvrir ici, si le coeur t’en dis : https://ideessoaddict.blogspot.com/2019/12/deroulement-accouchement.html
    Si ça peut t’intéresser j’ai publié aujourd’hui cet article ci sur la trottinette Mini de Micro Mobility : bit.ly/3lZKp2P
    Bises
    Sophie

      mamanadada a répondu :
      09/09/2020 à 11:12

      Merci pour ton témoignage ! J’irai lire cela tout à l’heure !
      ça n’est pas facile de se remettre d’un accouchement difficile. j’ai connu ça pour mon premier accouchement, et heureusement, les 2 suivants ont été bien plus doux !

    […] en pleine heure de pointe ! Si vous n’avez pas lu ce récit, la séance de rattrapage est ici […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.