Jeux de société

Eco Mania – 1000 questions pour gagner des millions !

Publié le

Dans la famille À Dada ! on ne perd pas une occasion de s’amuser ! Il y a bien-sûr les jeux que l’on fait avec les enfants, mais Papa À Dada ! et moi ne sommes pas en reste en matière d’amusement, et parmi nos passions communes se trouvent les jeux de société ! Nous adorons nous réunir avec nos amis et lancer une partie souvent ponctuée de rires ! Nous apprécions beaucoup les jeux de questions car ils parviennent souvent à mêler bonne ambiance et apprentissage (eh oui, apprendre est aussi une de nos passions communes !). Alors quand les éditions Marabout m’ont proposée de découvrir le jeu “Eco-Mania” un jeu de questions sur l’économie (domaine qui m’est presque complètement étranger, j’avoue !) je n’ai pas hésité une seconde !

Eco mania : la boîte de jeu

Eco mania, le jeu

Comme je le disais plus haut, Eco Mania est un jeu de questions sur l’économie. Il est divisé en 6 catégories auxquelles correspondent 6 séries de cartes :

  • Politiques et systèmes économiques : Croissance, PIB, hommes politiques…
  • Histoire économique : Théories économiques, géographie…
  • Economie internationale : Euro, Europe, firmes étrangères…
  • Votre argent : Banque, bourse, moyens de paiement…
  • Les entreprises et les entrepreneurs : Distribution, transports, télécom…
  • Economie digitale : High-tech, start-up, économie numérique…

éco mania boîte de jeu

eco mania, les catégories

Le jeu est donc composé de 240 cartes, un livret d’explication et un dé dont chaque face représente une catégorie. J’ai beaucoup aimé présentation du jeu : tout tient dans la boîte et il n’y a rien à sortir si ce n’est le dé. Pas de perte de temps dans l’installation d’un plateau et une fois le jeu terminé on repose le dé dans la petite case qui lui est réservée et on ferme la boîte !

Le mode de jeu est simple : à partir de 2 joueurs, seul ou en équipe, on tire le dé pour choisir la catégorie puis on tente de répondre à l’une des questions de la carte. Si la réponse est juste, on remporte la carte. Le but du jeu est de remporter une carte pour chaque catégorie et ainsi gagner 10000 € (les 10000 € ne sont pas fournis avec la boîte de jeu).

Nul en économie ? Même pas vrai !

Voilà ce qu’on peut lire en titre du livret explicatif du jeu Eco-Mania. Et c’est plutôt bien résumer ce jeu ! Les questions sont très diverses et font souvent appel à la culture générale. Alors même si nous n’avons pas toujours trouvé les réponses (sinon le jeu aurait été trop facile et n’aurait eu aucun intérêt) nous avons apprécié de trouver des questions qui nous étaient abordables grâce à notre culture G, mais aussi par déduction ! Le jeu remplit complètement son contrat : nous prouver qu’on n’est pas complètement nul en économie et que sous couvert de noms savants, c’est un domaine qui fait partie de notre quotidien.

eco mania : les questions

D’un point de vue de l’amusement, ce jeu m’a beaucoup surprise. J’étais assez sceptique sur le côté ludique d’un jeu sur l’économie (mais je n’aime pas rester sur mes a priori ) et finalement les questions ne sont pas si difficiles. Et en faisait appel à son esprit de déduction, on est souvent amené au débat avec ses adversaires ou ses coéquipiers. Voilà un jeu qui amène au dialogue dans la bonne humeur !

Jean-Marc Sylvestre, Julien Gagliardi, Eco Mania, Marabout
de 2 à 12 jouers
Durée : 30 minutes
Prix : 16,90

Cet article est ma participation au rendez-vous 1,2,3 jouez du blog Maman & Pipelette, les autres participations :

Dixit – 1, 2, 3 Jouez

Publié le

Les adultes aussi ont le droit de jouer ! Et Papa À Dada ! adorons les jeux de société, alors chaque mois, dans le cadre du rendez-vous 1, 2, 3… Jouez de Maman & Pipelette je vous présente un des jeux de société qui occupent nos longues soirées d’hiver (et aussi nos soirées d’été !). Aujourd’hui j’ai envie de vous présenter un jeu plein de poésie et dont les illustrations sont de véritables œuvres d’art : Dixit des éditions Libellud.

La boîte contient :

  • un plateau de jeu intérieur (piste de score)
  • 84 cartes aux sublimes illustrations
  • 36 cartons “vote” de 6 couleurs différentes, numérotés de 1 à 6
  • 6 pions “lapin” en bois

Contenu de la boîte du jeu Dixit

La règle du jeu :

Les joueurs ont chacun plusieurs cartes entre les mains (le nombre de cartes dépend du nombre de joueur), ils peuvent les regarder mais ne les montrent pas aux autres. L’un des joueurs, le conteur, choisit une de ses cartes et énonce une phrase (ou un mot, une onomatopée) qui selon lui correspond à l’illustration de cette carte.

Les autres joueurs observent leur pli et choisissent une carte qui correspond au mieux à la phrase énoncée par le conteur et il la lui donne. Le conteur mélange alors les cartes choisies (la sienne et celles des autres joueurs) et les places face découverte sur le plateau. Les autres joueurs doivent alors tenter de désigner la carte du conteur. On compte alors les points selon un barème très subtile : le conteur doit réussir à faire reconnaître sa carte, mais pas par tous les joueurs. Et les joueurs qui auront réussi à faire passer leur carte pour celle du conteur gagnent des points également.

La beauté du jeu

Le principe de ce jeu est évidemment un exercice de style. La règle paraît assez simple, mais il faut faire preuve de beaucoup de subtilité pour trouver une évocation correspondant à son image mais qui pourra aussi facilement s’adapter à une autre image !

Quant aux illustrations, elles nous plongent dans un monde fantastique ! Elles sont toutes plus belles les unes que les autres et nous présentent des situations qui invitent à la rêverie ! Cela rend le jeu convivial et incite à se raconter de belles histoires !

Dixit : illustrations de Marie Cardouat
Cartes du jeu Dixit, illustrées par Marie Cardouat

 

Dixit des éditions Lubellud
auteur : Jean-Louis Roubira
illustratrice : Marie Cardouat
à partir de 8 ans
3 à 6 joueurs
durée : 30 minutes
Ce jeu a reçu de nombreux prix et a été décliné dans plusieurs versions toutes plus belles les unes que les autres.

 

Autres participations au rendez-vous ce mois-ci :

Maman & Pipelette :

Blabla et Cie : sélection de jeux de société pour Halloween

Maman mais pas que : Labyrinthe du Génie (Haba)

L’Esprit vient en jouant : Vocamots où comment utiliser les syllabes pour résoudre une énigme ! Un jeu Haba !!!

 

Save

Save

Save

Concept – 1,2,3, jouez

Publié le

Parce qu’il n’y a pas que les enfants qui ont le droit de jouer, mon amie Maman & Pipelette nous invite chaque mois à vous faire découvrir un jeu de société. Ce mois-ci j’ai choisi un jeu qui a déjà connu un grand succès et qui a d’ailleurs gagné l’As d’or au Festival International des jeux de Cannes en 2014 ! Ceux qui le connaissent auront bien sûr reconnu l’excellent Concept !

Boîte du jeu Concept

Le matériel

  • 1 plateau d’icônes universelles
  • 5 séries de pions (une séries verte composée d’un pion vert “concept principal” et de 10cubes de même couleur et de 4 séries (bleu, rouge, jaune, noir) composées d’un pion “sous-concept” et de 8 cubes pour chaque couleur)
  • 110 cartes Concept avec chacune 9 concept sur 3 difficultés différentes.
  • des jetons points (simple et double)
  • 4 aides de jeu
  • 1 bol de rangement

Matériel du jeu Concept

Le but du jeu

Le jeu est incroyablement simple : on tire une carte Concept et on choisit un concept à faire deviner aux autres joueurs. Pour le faire deviner, pas besoin de parler : on utilise les pions “concept principal” et “sous-concept” que l’on pose sur les icônes présentées sur le plateau, et on affine en posant des petits cubes. Pour mieux comprendre, voici un exemple en image !

plateau de jeu et concept à deviner
Concept principal (vert) : un personnage fictif, à la télé, carré/rectangulaire et jaune Sous-concept (rouge) : habitat/maison, eau/liquide Alors c’est ? Mettez vos réponses en commentaire !

La règle du jeu est assez libre car le but de Concept est de s’amuser. On peut choisir de ne pas prononcer un mot, ou d’acquiescer quand les joueurs sont sur la bonne voie, ou même de donner quelques indices. Le joueur qui a deviné gagne un point double, et le joueur qui a fait deviner un point simple. La partie se termine lorsque 12 jetons point double ont été gagnés, et le joueur qui a le plus de points a gagné. Mais ici nous ne distribuons pas les points pour 2 raisons. D’abord parce qu’on trouve que les parties sont trop courtes quand on les distribue ! Et oui, chez les À Dada ! quand on sort Concept c’est pour y jouer pendant des heures ! La deuxième raison réside dans le fait que nous y jouons un peu en coopération : les joueurs qui doivent deviner finissent toujours par s’échanger des idées, faire le point ensemble… On félicite toujours le joueur qui a trouvé la réponse, mais généralement sa réponse est le fruit d’un raisonnement commun.

Comme je le disais, Concept est un jeu auquel nous jouons beaucoup. Nous adorons les jeux de société et spécialement les jeux qui demandent une réflexion, et c’est le cas de Concept. C’est aussi un jeu qui va au-delà des langues. Nous avons eu l’occasion d’y jouer avec une amie qui ne parle pas beaucoup le français : munie de son petit traducteur pour d’éventuelles vérifications, elle a joué avec nous et a deviné et fait deviner sans problème !

Et si on jouait à Concept avec les enfants ?

Colombe (3 ans 1/2) nous voit souvent jouer à Concept et elle est très attirée par ce plateau de jeu aux jolis dessins colorés. Elle nous voit poser nos petits pions et nos cubes et le jeu lui paraît simple. Alors elle veut prendre part au jeu et parfois elle s’installe avec nous et nous débite une liste de mots pris au hasard en espérant donner la bonne réponse. Le jeu est conseillé à partir de 10 ans, et je pense que cette limite est réaliste. Lorsque Colombe donne ses réponses, nous la félicitons toujours, mais elle n’arrive pas à lier les images ensemble, alors ce qu’elle nous dit est généralement bien loin du concept à trouver !

Mais comme elle a très envie de jouer, je lui ai inventé 2 règles de jeu accessibles pour son âge.

La première est simple : je lui demande juste de me montrer où se trouve telle ou telle chose. Le plateau de jeu montre un panel de concept très large, alors on révise aussi bien le vocabulaire des couleurs, des transports, du corps, de la météo, des formes… On peut demander à l’enfant de trouver une icône en particulier (sur la photo j’ai demandé à Colombe de trouver la nuit) ou alors de trouver un détail (j’aurais pu lui demander de trouver une étoile, Colombe m’aurait montré la même image, mais également l’image “étoile” dans la section “formes”).

concept-icone-nuit

La deuxième est un peu plus compliquée : je lui demande de me désigner tous les mots qu’elles voient et qui appartiennent à un champ lexical donné. Par exemple sur la photo, je lui demandais de me montrer les parties du corps. Elle s’est bien évidemment dirigée vers la section “corps” du plateau, mais elle pouvait aussi désigner les parties du corps des personnages représentés sur les premières icônes du plateau !

concept-enfant-champ-lexical

De tous les jeux de société, Concept est celui auquel je joue le plus ! L’idée est simple, mais très efficace. Le jeu garantit un bon moment, des fous rires, et aussi quelques tortures cérébrales ! Et attention, plus le concept à faire deviner vous paraît simple, plus il est trompeur ! Notre record ? 45 minutes pour faire deviner “seau” !

Concept, un jeu d’Alain Rivollet et Gaëtan Beaujannot
4 à 12 joueurs (mais quand on ne compte pas les points on peut aussi y jouer à 2 ou 3)
à partir de 10 ans
Durée : 40 minutes (enfin quand on n’essaye pas de faire deviner “seau”)
Prix : 30 €
Je vous conseille d’aller faire un tour sur la page Facebook du jeu qui propose un concept à deviner chaque jeudi !

Les autres participations au rendez-vous 1,2,3, jouez :

Timeline Cannes & Cinéma – 1,2,3 Jouez

Publié le

En plein Festival de Cannes, je ne pouvais pas vous présenter un autre jeu que “Timeline Cannes et Cinéma” pour le rendez-vous 1,2,3 jouez organisé tous les 15 du mois par Le blog d’une maman Pipelette.

Boîte en métal de "Timeline Cannes et Cinéma"

Le jeu n’est pas sortie à l’occasion du Festival du Film qui vient de débuter, mais pour les 30 ans du Festival du Jeu en février dernier (vous savez, je vous en ai parlé ici). Le thème était tout trouvé car la ville de Cannes est intimement liée au cinéma. En amoureuse des jeux de société, amatrice de cinéma et cannoise, je ne pouvais pas passer à côté de ce jeu.

Timeline_cannes_contenu

Dans une jolie boîte en métal pratique pour le transport, on trouve 110 cartes correspondant à des films primés à Cannes. Les cartes sont éditées en double avec une différence : une moitié est en français, l’autre en anglais. Et c’est un point que je critiquerai un peu. D’abord parce que cela réduit le nombre de cartes pour jouer, et que concrètement la moitié du jeu ne nous sert pas. Ensuite, parce que tant qu’à faire, les titres auraient pu être dans la langue originale du film. Pour une partie plus longue, on peut tout de même réunir les cartes avec celle d’un autre Timeline (le “Musique et Cinéma” s’y prête bien). Concernant les cartes, toujours, je les trouve un peu petites, et surtout certains éléments sont difficile à lire. Le nom du réalisateur par exemple est écrit si petit qu’on le distingue à peine.

Timelinecannes_cinema_cartes

J’arrête mes critiques. Les illustrations de Pierô sont vraiment très jolie.

timeline_cannes_partie

Le principe du jeu est simple et identique pour toutes les versions de Timeline : chaque joueur a 4 cartes dans les mains (ou plus pour une partie plus longue). Les joueurs posent leurs cartes devant eux sans jamais les retourner, afin de ne pas laisser apparaître la face “date”. On place une carte au centre face “date” visible. À tour de rôle les joueurs placent leurs cartes dans l’ordre chronologique. S’ils y parviennent, ils ne prennent pas de nouvelle carte. S’ils échouent, ils piochent une carte. Le premier joueur qui place sa dernière carte remporte la partie.

Le jeu est intéressant mais pas toujours facile ! L’âge minimum indiqué est de 8 ans, ce qui sur le principe est tout à fait possible car les règles sont simples. Mais à moins d’un enfant vraiment passionné par le cinéma et qui connaîtrait (au moins de nom) des films très déconseillés pour son âge, je ne crois pas que cette version soit vraiment adaptée aux enfants. En revanche, elle plaira aux adolescents et adultes cinéphiles. Nos parties nous ont permis de nous remémoré des films vus il y a longtemps, nous ont donné envie d’en voir ou d’en revoir d’autres. En somme, c’est un bon moment de jeu qui nous amène à en savoir plus sur l’univers du Cinéma de Cannes.

Timeline Cannes & Cinéma
De 2 à 8 joueurs à partir de 8ans.
Durée moyenne de la partie : 15 minutes
Prix conseillé : 15€

Le Jeu aux Mille Titres (+concours)

Publié le

Il y a quelques jours en vous racontant ma visite au Festival International des Jeux de Cannes, je vous avais promis de vous reparler de mon plus gros coup de cœur : Le Jeu aux Mille Titres. Ce jeux des éditions Oya était en compétition pour l’As d’Or dans la catégorie “Enfant”, je l’ai donc découvert lors de la cérémonie de remise des prix. Lorsque les membres du jury en ont parlé, ils avaient l’air de s’être si bien amusés avec qu’ils m’ont donnée l’envie d’y jouer aussi ! C’est donc le premier jeu que je suis allée découvrir, et le premier que j’ai acheté !

jeu_aux_mille_titres_fillette

Mais pourquoi ça s’appelle “Le Jeu aux Milles Titres” et pas “La fillette sous les drapeaux” comme on le voit sur la photo ? Ce jeu a été édité à 4830 exemplaires. Chaque boîte est unique et numérotée : chaque dessin représente un personnage du jeu situé à un endroit du plateau et c’est la combinaison des deux qui donne son titre à la boîte. Cela donne au jeu les noms les plus drôles comme les plus poétiques !

amoureuse_sur_le_parvis

le_peintre_face_a_son_destin

Mais avec tout ça, je ne vous ai pas encore expliquer en quoi consiste ce jeu ! À première vue il s’agit d’un Memory : on place des tuiles représentant des personnages face cachée à des endroits déterminés à l’avance sur le plateau, et il faut ensuite retourner deux tuiles dans le but de retrouver un couple. Ci-dessous, j’ai trouvé le balayeur et la balayeuse.

jeu_mille_titre_plateau

Mais ! Ça n’est pas tout à fait ça… En fait le jeu est bien plus riche qu’un Memory, et les éditeurs le qualifient de jeu de “souvenir” et non de jeu de “mémoire”.
Lorsqu’un joueur retourne une tuile, il doit énoncer le personnage qu’il voit et le lieu sur lequel il se trouve. Cette association d’idées aide à se souvenir de la place des personnages car on s’invente une petite histoire. Par exemple, mon balayeur est chez le fleuriste car un grand coup de vent a fait tomber les pétales de toutes les fleurs et la boutique avait besoin d’un bon coup de ménage ! Si l’énonciation de cette histoire n’est pas demandée dans la règle originale, elle anime tellement le jeu qu’elle devient vite une tradition ! Et cette “fabrique à histoires” comme l’appellent ses éditeurs, offre plusieurs niveaux de jeux, permettant les récits les plus fantasques et les sous-entendus en tous genres. Ainsi, j’ai expliqué un jour à mon mari que le papa était chez le fleuriste car il offre un bouquet à sa femme chaque semaine… La grand-mère monte au 7ème ciel dans l’avion… et j’en passe.

papa_fleuriste

grand_mere_avion

pompier_toit

vampire_ambulance

Le jeu est indiqué à partir de 5 ans, mais en l’adaptant un peu, on peut sans problème jouer avec un enfant plus jeune s’il maîtrise bien le langage. Nous y avons joué plusieurs fois avec Colombe (3 ans) : nous avons retiré certaines tuiles pour que le jeu ne soit pas trop long et parce qu’il y a certains personnages qu’elle ne connaît pas à son âge (le vampire, l’avocat… l’association de ces deux personnages dans cette parenthèse est purement fortuite !). Les histoires sont alors très terre à terre : la reine va à la poste pour envoyer une lettre, ou ici, la factrice est sur le skate board pour distribuer le courrier plus vite !

factrice_skate_board

Le jeu est avant tout un bon exercice de vocabulaire : le plateau représentant une petite ville et tous les lieux qu’on y trouve généralement (boucherie, école, dentiste, route, poste…) il permet aux plus petits d’apprendre ces lieux et leur fonction. Il offre aussi une leçon de grammaire puisqu’il aide à apprendre les prépositions locatives (vous savez, “on va au café”, et “chez le coiffeur” !). Enfin il est une invitation à la discussion : on crée des histoires, mais on peut aussi raconter sa propre histoire. Lorsque les enfants ne vont pas bien, il est parfois plus facile de les faire parler à travers le jeu. Le plateau présentant de nombreux lieux que fréquentent les enfants (l’école, le parc…) on peut essayer de passer par une petite mise en scène afin de comprendre ce qui ne va pas.

Voilà donc pourquoi ce jeu est mon coup de cœur : il a une règle du jeu officielle, mais il est tellement riche en possibilités qu’on peut facilement l’adapter selon les situations et les besoins. C’est un jeu qui peut réunir parents et enfants sans que personne ne trouve le temps long : si en tant qu’adulte on se plaît à raconter des histoires à nos enfants, c’est un véritable émerveillement lorsque les rôles s’inversent !

Le Jeu aux mille Titres, Oya
Auteur : PampukDesign : Inti Ansa
2 à 6 joueurs à partir de 5 ans.
Prix conseillé : 30€

Et j’ai tellement aimé ce jeu que j’ai décidé d’en faire gagner une boîte à l’un ou l’une d’entre vous : “La Factrice sur le Toboggan”.

Boîte du Jeu aux mille titres "La fatrice sur le toboggan"

Pour jouer c’est très simple, vous avez vu des photos de plusieurs personnages sur des lieux différents dans cet article, alors en commentaire, indiquez que vous tentez votre chance et racontez-moi l’histoire d’un de ces personnages ! N’hésitez pas à être drôle ou poétique, c’est aussi le but de ce jeu !

Vous pouvez également aimer la page Facebook du blog (ici) et partager le concours sur les réseaux sociaux, cela ne vous apportera pas de chance supplémentaire, mais cela me fera toujours plaisir !

Vous avez jusqu’au 24 avril 0h00 pour jouer.

Le gagnant sera désigné par tirage au sort dans les jours qui suivront et sera indiqué en édit de ce post. Il aura ensuite 72h pour me contacter via à contact@adadaetaudodo.com .
Jeu réservé à la France Métropolitaine.
Une seule participation par foyer.

Concours terminé ! Le tirage au sort par des mains innocente a déterminé la gagnante et c’est :

tirage_au_sort_mille_titres

gagnant_mille_titres

Bravo à toi Reb ! Je te laisse me contacter pour m’envoyer tes coordonnées afin que je t’envoie le jeu au plus vite !

Cet article est ma participation au rendez-vous “1, 2, 3 jouez” de Maman & Pipelette.

Délirolinguo et Étymolingo : deux jeux de société autour des langues

Publié le

Aujourd’hui je participe pour la première fois au rendez-vous 1-2-3 jouez ! de Maman & Pipelette où l’on parle jeux de société. Pour inaugurer ce rendez-vous, j’ai choisi de vous parler de 2 petits jeux pour plutôt pour adultes (bah quoi, nous aussi on a le droit de jouer !) autour des langues : Délirolinguo et Étymolinguo tous deux édités chez Assimil (vous savez, les méthodes pour apprendre à parler les langues rapidement rapidement !).

Amoureuse des langues, c’est tout naturellement que j’ai été attirée par le stand de présentation de ces deux jeux lors de ma visite au salon du jeu à Rouen en décembre dernier. Et c’est l’auteur lui-même qui m’a reçue sur son stand : Henrri-S. Erhard est professeur de français, latin et grec, mais il a aussi enseigné l’espéranto et est sans cesse désireux d’apprendre de nouvelles langues étrangères.

delirolinguo

Délirolinguo :
2 à 6 joueurs dès 11 ans.durée du jeu : 20 minutes.

Règles du jeu :
Chaque joueur tire une carte sur laquelle une des 12 langues les plus répandues au Monde lui est attribuée et qu’il doit annoncer avant de cacher sa carte. Sur cette carte figure une liste d’expressions dans cette langue (la liste est la même pour toutes les langues). Le premier à jouer tire une carte orange sur laquelle figure une des expressions de la liste traduite dans les 12 langues. Il doit alors lire l’expression dans la langue correspondante à chaque joueur.

Mon avis :
C’est un petit jeu de mémoire bien sympathique et grâce auquel on peut apprendre un peu d’anglais, espagnol, allemand, portugais, italien, russe, chinois, arabe, turc, hindi, japonais et… français ! Le but premier n’est pas l’apprentissage des langues, même si vous apprendrez quelques rudiments à votre insu, mais plutôt de s’amuser et d’entraîner sa mémoire à retenir une association (langue-personne) changeante au cours du jeu. Cependant, si vous êtes curieux et aimez apprendre, vous pourrez vous amuser à retenir les principales expressions d’une langue, et pourquoi pas, pour ajouter un degré de difficulté supplémentaire, vous amuser à les réciter par chœur ! De même, si vous maîtrisez déjà une langue, pourquoi ne pas traduire l’expression demandée et comparer avec ce qui est écrit sur la carte ? (oui, je suis très joueuse !) Bref, Délirolinguo est un jeu divertissant et dans lequel on peut aussi apprendre. Il se joue très rapidement, et peut donc être l’occasion d’une petite partie autour d’un apéro entre amis ! De quoi passer un bon moment !

étymolinguo

Étymolingo :
En équipes de 2 joueurs dès 12 ans.
30 à 40 minutes

Règles du jeu :
Sur chaque carte figure une racine ancienne, d’un côté une racine latine, de l’autre la même racine mais grecque. On détermine d’abord quelle racine on choisit, puis un “maître du jeu” tire une carte, énonce la racine et chaque équipe essaye de trouver le maximum de mots français dérivés de cette racine. En fonction de la difficulté et de la rareté du mot, il lui sera attribué entre 1 et 3 points.

Mon avis :
Un petit jeu de vocabulaire et de culture générale. Si vous êtes un amoureux de la langue française, ce jeu est pour vous ! Et n’allez pas croire qu’il est trop facile : vous trouverez certainement des mots qui ne figurent pas sur les cartes, mais en vérifiant leur étymologie, vous serez peut-être surpris ! Étymologie inconnue alors que vous pensiez que le lien était évident, ou encore étymologie lointaine et insoupçonnée, la langue française nous réserve de nombreuses surprises !
Ce jeu est aussi un très bon outil pédagogique : sous forme de jeu, les élèves découvrent le sens d’origine des mots et établissent un lien entre les mots de même famille. Étymolinguo est l’occasion d’un apprentissage ludique, et d’ailleurs son auteur s’en sert en classe (je vous rappelle qu’il est prof de français !).

Si vous êtes intéressé par ces jeux, vous les trouverez facilement au rayon “langues” de vos librairies et grands magasins, et non pas au rayon jeu… (cette stratégie peut être discutée, mais Assimil devait choisir un positionnement et a préféré rester dans la catégorie “apprentissage des langues”, même si le but réel de ces 2 produits est plutôt le jeu). Et pour en savoir plus sur la genèse de ces 2 jeux, je vous invite à aller lire le récit détaillé écrit par Henrri-S. Erhard sur le blog Assimil : ici.

Alors ces jeux vous intéressent ? Et pour conclure j’ai décidé de vous mettre dans le bain de Délirolinguo : nin jue de he shi ma? (c’est du chinois ^^)

Les autres participations au rendez-vous 1… 2… 3… Jouez
Maman & Pipelette : 10 Min to killL’Esprit vient en jouant : Playa Playa
Step by Step : Marrakech
Lucky Sophie : Lapins Crétins en furie