Occuper bébé

DIY : une palette de couleurs tranparente

Publié le

Ça n’est pas toujours facile pour nos enfants de comprendre comment sont composées les couleurs. Ils ont d’abord appris à les reconnaître, ce qui n’a pas toujours été facile : le souvenir de Petit O’ se braquant dès qu’on lui parlait de couleur me revient instantanément ! Mais je me rappelle aussi qu’il a su les nommer toutes quasiment du jour au lendemain ! Actuellement, Petit O’ (2 ans et demi) comme Colombe (4 ans) apprennent comment les couleurs se forment. Chacun en est à un stade différent, mais tous deux aiment faire leurs petites expériences pour comprendre les couleurs. Colombe s’était d’ailleurs bien amusée avec nos jeux de mélange des couleurs l’an dernier. Mais le déménagement arrivant (oui, mon DIY date d’il y a 5 mois, alors que nous étions encore à Cannes) je voulais proposer aux enfants une activité qu’ils pourraient faire et emporter partout ! Voilà d’où m’est venue l’idée de cette palette de couleurs transparente !

Palette de couleurs transparente

Matériel nécessaire

  • des intercalaires ou pochettes plastiques de couleurs et transparents.
  • une attache parienne ou
  • 2 boutons et du fil
  • une paire de ciseau
  • une perforatrice
  • un feutre
  • un morceau de feuille cartonnée

matériel nécessaire pour une palette de couleurs transparente

Réalisation

Dessinez et découpez un gabarit en forme de pétale dans la feuille cartonnée puis reproduisez le sur chacune des feuilles de plastique.

Découpez les pétales dans les feuilles de plastique et faite un trou dans chacun à l’extrémité la plus fine.

 

assembler la palette de couleurs transparente

Assemblez la palette en accrochant les pétales ensemble soit avec l’attache parisienne, soit en attachant 2 boutons ensemble de chaque coté du trou (cette deuxième solution est beaucoup plus solide !).

Et voilà ! La palette est prête !

Palette de couleurs transparente

Le jeu

Bien que j’ai fabriqué ce petit jouet il y a déjà 5 mois, les enfants jouent toujours avec !

Ils s’amusent à assembler les couleurs pour voire ce que produit chaque combinaison. Ils jouent également avec les formes car en espaçant plus ou moins les pétales, on obtient des formes très différentes allant de la fleur aux lunettes de soleil ! Enfin, ils se servent de leur fleur comme d’un attrape lumière avec la lumière du jours !

palette de couleurs transparente comme attrape soleil

Ce jouet facile à fabriquer à peu de frais est plutôt rentable ! Les enfants ont aimé y jouer à la maison, mais il a aussi l’avantage de pouvoir nous suivre partout. Il n’est pas lourd et prend très peu de place, ce qui le rend idéal pour les voyages ! D’ailleurs il a fait le déménagement avec nous jusqu’à Dubaï !

Alors, ça vous tente ?

Guide de survie pour voyager en voiture avec de jeunes enfants

Publié le

Ah ! Les vacances sont là ! Vous rêvez de calme, de détente et d’évasion, et d’ailleurs vous avez peut-être prévu de partir. Vous rêvez déjà au repos dont vous allez profiter, aux beaux paysages, aux gens que vous allez rencontrer. Mais un point noircit le tableau : pour vous rendre sur votre lieu de vacances, il va falloir faire de la route mais longs trajets en voiture et enfants en bas-âge font rarement bon ménage… Alors comme je suis une habituée de ces longs trajets, je vous livre quelques-unes de mes astuces pour survivre en voiture avec mes deux petits pendant toute une journée (voir plus !).

Occuper ses enfants en voiture :

Pour qu’un voyage se passe dans le calme, il est vital d’avoir des activités à proposer à ses enfants. Bien évidemment vos enfants vous réclameront de la peinture, de la pâte à modeler ou une partie de cache-cache, l’impossibilité de s’occuper de la sorte rendant ces activités bien plus attrayante que d’habitude. Il faut donc rivaliser d’ingéniosité et d’originalité pour capter l’attention de nos petits. Pour cela la première règle est celle du panier rempli de jouets. J’ai opté pour un grand panier souple qui se glisse parfaitement entre les deux sièges autos de mes enfants afin qu’ils aient les jouets à portée de main. Alors évidemment, les jouets se retrouvent petit à petit aux pieds des enfants (là, le passager peut encore les rattraper) ou coincés entre le siège et la portière. Peu importe, je vous rappelle qu’il faut faire une pause toute les 2h : c’est l’occasion de se dégourdir les jambes et de remettre un peu d’ordre dans la voiture ! Et si le panier est suffisamment rempli, je vous assure qu’il occupera les enfants pendant plus de 2h. (Je ne réponds de rien quant aux enfants qui sont dans leur période « vider-remplir » ou « je jette tout », pendant ces périodes là… restez chez vous…?)

Voici donc le contenu de mon panier aux merveilles lors de notre dernier voyage :

jouet-emporter-voiture

  • Des petits livres de bébé en carton ou en tissus : ces livres datent un peu, mais comme les enfants ne les utilisent plus à la maison, ils sont parfois contents de les reprendre dans la voiture. C’est un peu comme redevenir bébés que de lire ces livres, et avouons-le les enfants adorent régresser de temps à autres !
  • Un « quiet book » ou « livre d’activités en feutrine », je vous montrais la réalisation de celui de ma fille ici.
  • Notre livre pour apprendre à tracer les lettres. En voiture, Colombe l’utilise sans craie (qui ferait trop de poussière), comme un livre de lettres rugueuses.
  • Un caléïdoscope
  • Des ardoises magnétiques : il en faut une par enfant car ce jouet a beaucoup de succès en général et si l’un des enfants la trouve, l’autre en aura envie aussi. Et en avoir plusieurs permet aussi d’organiser des petits jeux comme des concours de dessins.
  • Des petites figurines comme des Pet Shop ou My little Poney, et des petites voitures. Tout finira vite par terre, mais ça occupe tout de même !
  • Un labyrinthe aimanté : nous avons ce labyrinthe de la marque Haba depuis plusieurs mois et il plaît beaucoup aux enfants (et aux parents aussi).
  • Notre boîte pour apprendre à boutonner et différents jeux de manipulation (ici le morceau de fromage et sa souris pour apprendre à passer un fil dans un trou)
  • Notre jeu du cherche et trouve en bouteille et notre cherche et trouve les lettres.
  • Des bouteilles sensorielles et autres hochets en bouchons. Ce sont des jouets de bébé, mais comme je l’ai dit, une petite régression fait toujours plaisir !
  • Un de nos lecteurs de musique.
  • On peut ajouter quelques livres de coloriage ou des catalogues de jouets qui passionnent toujours les enfants !

Et voici les livres que nous emportons pour nos longs trajets en voiture :

Bien évidemment, pour occuper ses enfants en voiture, il n’y a pas que les jouets. Les livres permettent aussi un moment de calme, à condition de bien les choisir. Si vos petits ne savent pas lire, évitez à tout prix les histoires que vos enfants ne connaissent pas. Vous seriez obligés de leur lire (ce qui en soit n’est pas un problème) mais si vous êtes placé à l’avant de la voiture, ça n’est pas facile ensuite de montrer les images aux enfants. Voici donc un aperçu de livres utiles en voiture :

  • Le premier de notre liste de livre à emporter en voiture est bien évidemment : Comment s’amuser en voiture quand on aime bien voyager en voiture mais que c’est un peu long… de voyager en voiture… (oui, oui, tout ça c’est le titre !)
  • Ensuite vient le livre Mes premières activités pour être calme et concentré. La plupart des activités peuvent être faite sans matériel et sans forcément bouger. Il y a beaucoup de jeux de tracés à suivre avec le doigt ou de jeu de méditation qui peuvent être pratiqués attaché dans son siège auto.
  • Un livre à toucher et à regarder. Cette fois nous avions pris : Mon grand imagier à toucher. Certes, Colombe (4 ans) et Petit O’ (2 ans) sont un peu grand maintenant pour ce genre de livres, mais comme je l’ai dit plus tôt, une petite régression de temps à autres fait toujours plaisir ! Et quand on ne sait pas lire et qu’on a personne pour nous faire la lecture, les livres à manipuler sont bien plus intéressant que les autres.
  • Nous avons également pris notre livre Mes années pourquoi : Paris puisque nous allions y faire une halte, et notre atlas du monde. Ces livres sont remplis d’images et de petits détails. J’ai l’habitude de les feuilleter avec les enfants, alors ils reconnaissent quelques éléments par-ci par-là. Pour le reste, ils font leurs découvertes et passent de longs moments d’observation.
  • Nous prenons également des livres d’histoires que les enfants connaissent bien. Cette fois nous avons pris Violette Mirgue, Le ballet des couleurs à Paris, mais nous aurions pu prendre aussi Violette Mirgue, Une semaine pour sauver Noël, ou bien La Chenille qui fait des trous. Comme les enfants connaissent ces histoires presque par chœur, ils n’ont pas besoin d’un adulte pour leur faire la lecture et peuvent se raconter l’histoire simplement en regardant les images.
  • En voiture, je privilégie également les livres audios car les enfants peuvent garder le livre en main et suivre l’histoire pendant qu’on fait jouer le CD dans la voiture. La dernière fois nous avions pris Zoë et le goéland, mais nous avons aussi l’histoire de Tétère la grenouille.
  • Pour chaque grand départ, je prends des livres qui correspondent aux intérêts des enfants. Petit O’ adore les animaux et passe des heures à les observer dans les livres, c’est pour cela que j’ai mis quelques livres sur le sujet.
  • Nous aurions pu prendre aussi nos petits imagiers de langue des signes ici, et ici, car même si nous ne signons plus à la maison (Petit O’ parle bien maintenant) les enfants peuvent s’amuser à reproduire les signes et se rafraîchir un peu la mémoire !
  • Nous aurions pu prendre également des petits livres d’observation comme  cherche et trouve les Monsieurs-Madame, les animaux car ces livres occupent toujours bien les petits !

En complément nous prenons également beaucoup de musique avec nous. Des albums de comptines, des chansons de dessin animé. La voiture se transforme souvent en karaoké, et l’ambiance est plutôt bonne ! Et quand on pense que la durée moyenne d’un album de musique est de 3/4 d’heure on se dit qu’on a déjà gagné pas mal de temps !

La place des jouets et des livres dans la voiture :

Panier de jouet placé entre les sièges des enfants

Comme je l’ai expliqué, je place les jouets dans un panier souple qui se glisse entre les 2 sièges. Mais il existe également les organiseurs de voiture que l’on fixe au dos du siège passager et du siège conducteur et dans lequel l’enfant peut ranger ses affaires. Ces organiseurs me semblent très bien pour les enfants un peu grands, mais les petits attachés fermement dans leur sièges-auto ne peuvent certainement pas les atteindre. C’est pour cela que j’ai choisi le panier.

Si je ne suis pas gênée à l’idée que les jouets se retrouvent éparpillés dans la voiture, je préfère garder un contrôle sur les livres, de peur qu’ils ne s’abîment. Je les range donc dans un grand sac que je garde à ma porter. Je distribue les livres au fur et à mesure et bien-sûr, une fois qu’un livre a été lu, je le récupère pour le ranger.

Manger : le joker pour occuper ses enfants en voiture

Les enfants ont lu tous les livres, les jouets sont éparpillés dans la voiture, tous les albums de musique ont été écoutés, et vos enfants commencent à s’agiter. Il serait bon de s’arrêter mais d’une vous aimeriez bien vous rapprocher de votre destination parce qu’une pause tous les 50 km ça fait beaucoup, et de deux, vous sentez bien que si les enfants descendent de voiture, ils ne voudront jamais remonter !

Dans ces moment-là j’organise généralement un petit pique-nique dans la voiture. Pour tous les grands départs, j’installe une glacière derrière le siège du conducteur, ainsi, le passager (le parent qui ne conduit pas… donc en fait c’est moi.) y a accès et peut distribuer boissons et nourritures à tous. Lorsque les enfants s’agitent un peu trop, je leur propose souvent de prendre un petit en cas. Mais alors je choisi toujours des aliments qui vont être manger lentement (car le but est bien de gagner du temps !) : du raisin que je distribue grain par grain, des petits gâteaux dont on ne fait qu’une bouchée (car les gâteaux dans lesquels on croque font des miettes) distribués à l’unité là encore. Et pour les boissons, nous nous limitons généralement à de l’eau (ça serait contre-productif de gaver les enfants de sucre alors qu’on veut qu’ils se tiennent tranquilles) que je verse dans leurs verres qui ne se renversent pas.

 

Avec tout ça, les enfants sont occupés pendant un petit moment ! En faisant des pauses régulières durant lesquelles nous permettons aux enfants de courir, et en rassemblant les activités régulièrement, nous parvenons à maintenir un environnement serein. Comme beaucoup de parents, nous programmons notre départ en fonction du rythme des enfants. Nous privilégions le début d’après-midi ou le milieu de la nuit pour que les enfants dorment dans la voiture autant que possible. Car malgré toutes les astuces du monde, avouons-le, me meilleur moyen d’avoir un enfant calme en voiture, c’est d’avoir un enfant qui dort !

 

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Des galets brillants à observer à la lumière

Publié le

Ce mois-ci, le thème du rendez-vous L’Art est un jeu d’enfant du blog Le Pays des Merveilles était : « Tout ce qui brille » ! Bien évidemment, ce qui brille nous inspire beaucoup ici, d’ailleurs je le dis souvent : « Les paillettes c’est la vie ! ». Il restait donc à trouver une idée d’activité. J’ai décidé de fabriquer des galets brillants à observer avec notre boîte lumineuse. Cette boîte est mon alliée pour les temps calmes car observer les objets sous sa douce lumière apaise les enfants. Pour varier les plaisirs et stimuler l’attention des enfants, je change souvent d’objets à observer (des idées ici) et quoi de plus captivant que des objets brillants ! J’ai donc sorti les paillettes et le pistolet à colle et Colombe (3 ans 1/2) et moi nous sommes mises au travail !

Nous avons utilisé deux techniques différentes pour faire nos objets à observer. La première consistait à décalquer une forme (sur du papier cuisson), la peindre avec de la colle pailletée, puis la recouvrir avec la colle chaude du pistolet à colle. Décalquer a été un véritable exercice pour Colombe qui s’est parfois heurtée à des formes encore un peu complexes (et surtout longues à faire) comme le flocon de la photo (que nous n’avons d’ailleurs pas terminé !).

Décalquer un motif

Mais elle s’est bien débrouillée pour réaliser ce papillon que je vous montre en court de réalisation, puis une fois terminé. Je précise que jamais Colombe n’a touché au pistolet à colle car elle est encore bien trop jeune. De mon côté j’ai réalisé une montagne dont j’apprécie le relief (le papier cuisson gondolait lorsqu’on posait la colle pailletée)

papillon dessiné avec des paillettes

Papillon et paillettes observé sur une boîte lumineuse

Montagne pailletée

La deuxième technique est bien plus simple puisque sur du papier cuisson Colombe posait des petits flocons et des étoiles brillants (initialement il s’agissait de décorations de table), puis elle versait des paillettes, et par dessus je formais des petits galets avec le pistolet à colle.

verser des paillettes sur une feuille

paillettes et flocons

galets brillants observés sur une boîte lumineuse

galets brillants à la lumière du soleil

Nous avons maintenant une belle collection de petits galets à observer, mais aussi pour jouer et construire des univers (ne me dites pas que vous n’avez pas fait le rapprochement entre la couleur de mes paillettes et la Reine des Neiges !), ou juste à faire briller à la lumière du soleil !

Save

Save

Jouer avec la nature – éditions Dunod

Publié le

Si vous me suivez depuis un moment, vous savez que j’aime découvrir la nature avec mes enfants, mais étant un pur produit de la ville, je ne suis pas toujours à l’aise dans ces activités. Alors aujourd’hui j’ai décidé de vous parler non pas d’une activité mais de tout un livre d’activités : Jouer avec la nature d’Elise Mareuil aux éditions Dunod. Il s’agit d’un livre très complet puisqu’en plus de proposer 70 idées d’ateliers d’éveil du jeune enfant (de 0 à 3 ans), il offre une véritable réflexion sur l’intérêt d’apprendre à nos enfants à se rapprocher de la nature.

Elise Mareuil, Jouer avec la Nature

Jouer avec la nature : une recommandation de nombreux pédagogues

Le livre s’ouvre sur une constatation : avec la désertification des campagnes, l’éducation donnée aux enfants s’est progressivement éloignée de la nature, et certains gestes du quotidien de nos grands-mères sont devenus pour nous et nos enfants des activités peu habituelles. Il y a pourtant de nombreux enjeux qui rendent indispensable la sensibilisation des nouvelles générations au respect de la nature. D’ailleurs, les pédagogues les plus reconnus n’ont cessé de prôner cette proximité de l’enfant et de la nature. Le livre nous offre donc un tour d’horizon des grands noms de la pédagogie et de leur manière d’aborder les choses.

Un livre très complet

Jouer avec la nature est un livre très complet qui incite à une véritable réflexion articulée autour de plusieurs thèmes :

  • La nature et nous
  • La nature de l’enfant
  • La nature et l’enfant
  • Des espaces-temps de découverte de la nature

Tout au long de ces réflexions, des ateliers en rapport avec le sujet sont proposés. Au fil des activités l’enfant découvrira la nature, mais aussi sa propre nature puisque de nombreuses activités ont pour but de stimuler ses sens et d’éveiller son corps. Enfin, certaines activités vont au-delà de la simple découverte de la nature et incite à une vie dans la nature (recyclage, cuisine bio…)

Les activités sont clairement expliquées, mais le livre contient aussi du matériel pour les mettre en place : des fiches détachables en couleur. Enfin, lorsqu’il faut du matériel qui n’est pas fourni dans le livre, celui-ci indique toujours un moyen de le fabriquer avec des éléments de récupération. Eh oui ! Ça serait contradictoire de sensibiliser ses enfants à la nature en les initiant en même temps à la surconsommation, alors la revalorisation est privilégiée !

Jouer avec la nature

Une activité nature à la maison

Découvrir la nature, c’est se promener en forêt ou au bord de la mer et observer l’environnement, c’est cueillir des fleurs et ramasser des feuilles mortes… Et les activités peuvent continuer à la maison. Avec nos fleurs et nos feuilles, nous faisons de beaux bouquets, nous nous en servons comme pinceaux, nous les observons en détails, ou tout simplement, nous les mettons dans un bac et nous jouons avec, librement ! Quel plaisir pour Petit O’ (23 mois) de pouvoir manipuler les feuilles, les déchirer, les écraser sans se soucier du bazar et des saletés que cela pourrait faire ! Et pour moi, finalement il a suffit d’un coup d’aspirateur pour que mon salon soit de nouveau propre !

Garçon joue avec des feuilles

Garçon joue avec des feuilles

Élise Mareuil, Jouer avec la nature, ed. Dunod
prix : 15,90 €

Save

Save

Le jeu du chef d’orchestre- À tout bout d’chant

Publié le

Chaque mois, le blog La cour des Petits nous propose de participer à son rendez-vous « À tout bout d’chant » autour de la musique. Cela fait quelques temps que je n’avais pas participé faute de temps, mais ce mois-ci j’avais envie de vous partager un petit jeu simple, sans préparation préalable et à faire avec le matériel qu’on trouve sous la main : le jeu du chef d’orchestre.

Matériel nécessaire

Il n’y a pas de matériel strictement nécessaire pour le jeu du chef d’orchestre puisqu’on peut y jouer en tapant des mains, en sifflant ou en fredonnant. Mais on peut aussi se servir d’un xylophone, d’un tambourin (ou tout autre objet en guise de tambour). Si l’enfant joue d’un instrument, pourquoi ne pas l’utiliser (si l’adulte en joue aussi, chacun jouera à tout de rôle, sinon l’adulte peut fredonner).

nos instruments de musique

Le jeu du chef d’orchestre

L’adulte se met face à l’enfant et produit une combinaison formant un petit rythme ou une série de notes. Quand l’adulte a terminé, l’enfant tente de reproduire le rythme ou les notes (ou même les deux). Le niveau de difficulté augmente en fonction de ce que l’on attend de l’enfant. S’il est très jeune, on peut lui faire suivre un rythme, s’il est plus vieux et qu’il connaît un peu la en musique il peut tenter de reproduire les notes après avoir regardé l’adulte jouer. Et si son niveau en musique est vraiment bon, il peut reproduire une série de notes qu’il a juste entendues.

On peut demander à l’enfant de reproduire un rythme ponctuellement ou bien de le reproduire en boucle. Alors l’adulte lui fera un signe lorsqu’il devra s’arrêter, et même un signe pour reprendre.

faire du tamtam sur les Bilibo

Les bénéfices du jeu du chef d’orchestre

Ce jeux permet d’apprendre le rythme et entraîne l’oreille musicale de l’enfant. Mais globalement c’est surtout un exercice d’écoute, de concentration et d’observation. Il apprend également à l’enfant à obéir à une consigne et à s’arrêter lorsqu’on lui demande, ce qui le prépare à la vie de l’école (les enseignants de vos enfants vous remercieront d’avoir joué à ce jeu).

On peut jouer au jeu du chef d’orchestre à la maison avec des instruments, mais aussi dans le bus ou dans une salle d’attente à condition de ne faire que des petits bruits de bouche discret ou de taper doucement dans ces mains. D’ailleurs, jouer à ce jeu dans ces différents contexte apprend à l’enfant que si l’on peut parfois faire du bruit, il faut aussi rester discret à d’autres moments ! C’est un jeu auquel ma Colombe (3 ans 1/2) aime jouer. Je lui ai proposé l’année dernier parce que je constatait qu’elle avait parfois du mal à être attentive pendant son cours de musique. Elle exécutait les exercices, mais ne regardait pas toujours le professeur et oubliait parfois de s’arrêter. Depuis qu’on y joue, j’ai remarqué des progrès au niveau de son attention, mais aussi du sens du rythme. Aujourd’hui j’y joue avec Petit O’ (21 mois) aussi. Il a beaucoup plus de mal à s’arrêter quand je lui demande, mais l’exercice de rythme lui plaît beaucoup !

Et vous, vous connaissez des jeux liés à la musique ?

Autres participations au rendez-vous ce mois-ci :

Les idées du samedi : DIY instruments de musique et concert de légumes

La Cour des petits : Mon grand livre-disque des comptines

Mamoumi : Amawolé

Save

Save

La méthode La Garanderie à la maison

Publié le

Je n’ai pas l’habitude de vous parler de méthodes pédagogiques ici. Je ne peux pas prétendre donner des conseils sur la manière d’appliquer une méthode ou une autre. Je ne souhaite pas non plus appliquer avec mes enfants une seule méthode de manière rigide car je préfère prendre l’inspiration par-ci par-là au gré des besoins et des envies de mes enfants. C’est pourquoi j’aime faire des découvertes et apporter de nouveaux éléments à nos jeux et nos apprentissages. Lorsque j’ai vu le livre La méthode La Garanderie à la maison de Bénédicte Denizot, j’ai été très intéressée. Je n’avais jamais entendue parler de cette méthode et je me suis dit que ce serait une bonne occasion d’apporter un vent nouveau dans notre quotidien !

La méthode La Garanderie à la maison : couverture

La méthode La Garanderie

L’introduction du livre présente la méthode La Garanderie et son fondateur (Antoine de La Garanderie), un ancien mauvais élève qui a pu progresser lorsque ses enseignants ont compris qu’il n’entendait pas. Il s’est inspiré de ses difficultés pour définir les éléments indispensables pour être attentif aux apprentissages :

  • avoir l’intention de restituer un savoir
  • représenter les savoirs sous forme d’images, de son ou de mot
  • savoir faire appel à ces évocations

La méthode aide les enfants (et leurs parents) à comprendre s’ils sont plutôt visuels, auditifs ou même tactiles, et par de petits jeux, elle leur apprend à créer des schémas d’apprentissages qu’ils finiront par intégrer naturellement dans leur éducation.

Le livre : La méthode La Garanderie à la maison

Le livre propose des activités sous forme de jeu ou d’évocation triées en 4 catégories :

  • Jeux pour apprendre avec sa tête
  • Jeux pour apprendre avec son corps
  • Jeux pour apprendre comme les grands
  • Jeux pour apprendre quand on sait lire et écrire

Les jeux s’adresse à des enfants de 3 à 6 ans environ, mais il n’y a jamais d’âge indiqué pour les activités car chaque enfants fait ses acquisitions lorsqu’il est prêt. Certains enfants seront très réceptifs aux apprentissages corporels, alors que d’autres se montreront plus doués dans les exercices d’autonomie. C’est pourquoi le livre rappel qu’il ne faut pas faire pression sur l’enfant, mais juste lui proposer des jeux, et l’assister pour le faire continuer ou au contraire passer à autre chose. Quant au matériel nécessaire (et c’est une des choses qui m’a beaucoup plu dans ce livre), il ne s’agit que d’éléments qu’on possède tous à la maison (crayons, ciseaux, catalogues à découper…).

Jeux pour apprendre avec sa tête

garanderie-jeux-lire-ecrire

Jeux pour apprendre comme les grands

Jeux pour apprendre quand on sait lire et écrire

Notre expérience de la méthode La Garanderie

Voilà plusieurs mois que j’ai reçu ce livre (oui, je suis parfois très longue pour écrire mes articles…) nous avons donc eu l’occasion de nous en servir régulièrement. Il nous a permis d’improviser de petits jeux dans les moments d’ennuis, et Colombe y a toujours pris du plaisir et cela l’a aidé à apprendre de nouvelles choses. C’est grâce à deux petits exercices du livre qu’elle commence à être capable de nommer ses doigts par exemple !

Colombe apprend le nom des doigts

Et il y a les jeux auxquels elle était moins réceptive. Enfin c’est ce que je croyais ! L’un de jeu propose à l’enfant de mémoriser un trajet et de guider l’adulte tout au long du chemin. J’avais décidé de proposer à Colombe d’apprendre le trajet de la maison jusqu’à la crèche (car c’est un trajet qu’elle connaissait déjà bien en fait). Mais à chaque fois que je lui proposais de me montrer par où passer, Colombe se renfermait sur elle-même. Je passais alors à autre chose en lui expliquant que ça n’était pas grave si elle n’en avait pas envie. Et finalement un jour alors que nous nous trouvions dans le centre ville (un endroit où nous allons de temps en temps, mais pas quotidiennement), Colombe m’a d’elle-même dit : « Suis moi maman, je connais le chemin, je vais te montrer ! ». J’ai donc obéit à ses ordres et l’ai suivi sans intervenir. Et devinez où elle m’a emmenée ? Au manège qui était 3 rues plus loin ! Tant d’effort méritait une petite récompense !

Bénédicte Denizot, La méthode La Garanderie à la maison, éditions Eyrolles
à partir de 2 ans
prix : 19,90€

Merci aux éditions Eyrolles pour l’envoi de ce livre et la belle découverte de la méthode La Garanderie ! C’est un livre parfait pour trouver une activité pour toute une après-midi ou juste un petit jeu de quelques instants !

Jouer à coller et décoller du washi tape

Publié le

J’ai l’impression que cela fait une éternité que je n’ai pas proposé d’activité pour les enfants sur le blog ! Il faut dire que depuis la rentrée des classes notre rythme a bien changé et qu’avec la fatigue, nous privilégions la lecture ou le jeu « libre » à la maison. Mais mon Petit O’ (20 mois) est tout de même en demande car il passe beaucoup de temps seul maintenant. C’est en le voyant essayer de décoller méticuleusement le washi tape qui fixe les dessins sur les murs de la chambre que j’ai eu l’idée de cette activité !

plateau rempli de washi tape à coller et décoller

Le matériel :

  • un plateau en plastique
  • du wahi tape, plein de rouleaux différents pour varier les couleurs et les motifs

Le Jeu :

Lorsque j’ai proposé ce plateau à Petit O’, il se l’est approprié tout de suite. Enfin, juste le temps d’un petit regard approbateur de ma part car c’est paradoxale de lui interdire de toucher au washi tape sur les murs et de lui permettre sur ce plateau. Il a tout de suite essayé de décoller les premiers scotch, et y est parvenu sans problème !

coller et décoller du washi tape

Il a alors voulu recoller les morceaux de washi tape sur le plateau, mais la tâche s’est avérée bien plus difficile ! Il posait le morceau sur le plateau, mais bien évidemment le morceau restait collé à son doigt. Il a alors essayé de le passer d’une main à l’autre puis de le reposer sur le plateau, mais ça n’était pas non plus très concluant. Finalement, après plusieurs minutes de concentration (il m’a impressionnée !) il a attrapé les 2 extrémités du morceau de washi tape et l’a coller délicatement sur le plateau ! Il fallait voir la satisfaction dans son regard après ça et dans mon regard l’admiration béate de la maman complètement gaga !

coller et décoller du washi tape

coller et décoller du washi tape

coller et décoller du washi tape

coller et décoller du washi tape

Ce jeu l’a bien occupé et il y a passé 20 bonnes minutes la première fois (et un peu moins les fois suivantes). Colombe (3 ans 1/2) a aimé aussi jouer avec le plateau, même si elle finissait souvent par se coller un morceau de scotch en guise de pansement sur un bobo imaginaire ! Et à ma grande surprise, le plateau plaît aussi au plus grands ! Le fils d’une amie (un petit garçon de 6 ans) s’est tout de suite mis à jouer avec lorsqu’il l’a vu. Il a construit un magnifique château aux airs un peu japonais, et m’a précisé qu’il avait mis des scotchs jaunes pour les fenêtres, car j’avais mis des scotchs gris, alors la lumière était éteinte dans ma maison ! Voilà un détail dont je me souviendrai la prochaine fois !

Chateau japonais en washi tape

Le washi tape a bien vécu, et après une semaine d’utilisation, je viens de ranger le plateau. Mais cette activité est tellement simple à réaliser que je la proposerai de nouveau aux enfants ! Elle stimule la motricité fine (idéal pour les petits), mais aussi l’imagination. Et l’explication des créations par les enfants est toujours un moment de partage magique pour les parents ! D’autant que maintenant je sais qu’elle plaît à tout âge !

Et pour la petite histoire : Petit O’ continue de retirer les washi tape qui tiennent les dessins sur les murs de la chambre !

Amusez-vous – L’art est un jeu d’enfant

Publié le

« Dis Petit O’, tu te souviens du jour où maman avait mis une grande feuille de papier par terre, qu’elle avait sorti tous nos tubes de peinture et qu’elle nous avait dit : « amusez-vous » ?

– Ah oui ! Je me souviens ! C’était un peu bizarre ! Et même que maman, elle nous a retiré nos vêtements alors que d’habitude elle nous met des tabliers qui nous donne chaud. Elle était quand même super détendue ce jour-là !

-Oui, même qu’au début je n’avais pas bien compris ce qu’elle voulait qu’on fasse ! Je lui avais même demandé et tu te rappelles elle m’avait répondu : « Faites ce que vous voulez, vous êtes libre. Amusez-vous ».

-Bon bah moi au départ j’ai pris les pinceaux, parce que moi j’aime bien les pinceaux. Et j’ai peindu la feuille avec de la peinture !

-Petit O’, on dit j’ai peint.

-Ah. Bah n’empêche que c’était marrant mais c’est plus pratique quand on peint assis à une table parce que là j’avais les pieds sur la feuille et après je me mettais de la peinture dessus… Et puis je glissais aussi un peu, et ça j’ai pas aimé.

-Oui, mais moi ça m’avait donné une idée. J’ai demandé à maman si je pouvais mettre de la peinture sur mes pieds pour faire des empruntes. Et là j’ai été étonnée parce que maman a dit : « Vous faites ce que vous voulez. C’est vous qui choisissez ». Du coup je me suis quand même demandé si elle nous cachait pas quelque chose parce que normalement c’est jamais nous qui décidons !

-Ah bah ça Colombe t’as raison on décide jamais. D’ailleurs je ne sais pas pourquoi parce que nous on a des idées plus drôle que papa et maman. Si on décidais plus on s’amuserait plus ! Tient… Faut que je pense à leur en parler ! Et voilà Colombe, j’ai encore une bonne idée !

-Bah moi j’ai arrêté de demandé à maman ce que j’avais le droit de faire et je me suis occupée de peindre puisqu’elle voulait qu’on fasse tout tout seul. J’ai bien aimé m’en mettre partout, c’était rigolo !

-Moi j’ai bien aimé mélanger les couleurs et vider les pots de peinture.

-Oui, d’ailleurs t’avais mis trop de peinture et la feuille s’est déchirée.

-Et alors ? Je vois pas le problème. D’ailleurs j’ai pas aimé quand maman a changé la feuille. Comme tous les grands artistes je suis incompris. Alors je suis parti.

-Bah moi j’ai continué et puis c’était rigolo parce que je voulais faire des traces de pas en courant sur la feuille et maman, elle m’a aidé à le faire ! Dis Petit O’, tu t’es quand même amusé ?

– Oui, c’était rigolo, surtout au début.

-Et t’as vu Petit O’ ? Depuis qu’on a fait ça, maman elle a accroché nos grandes feuille à la maison. T’es peut-être pas si incompris que tu le penses ! »

Peindre avec des pinceaux

Peindre avec des pinceaux

Peindre avec ses pieds

Peindre avec ses pieds

Peindre sa main

Peindre avec sa main

Peindre librement

Empreintes de pas sur une feuille

Affiche : on ne met pas les pieds sur la table !

Cette activité est notre participation au rendez-vous « L’art est un jeu d’enfant » du blog Le pays des merveilles sur le thème libre « Amusez-vous ».

l-art-est-un-jeu-d-enfant1

Jouer avec des bouchons

Publié le

Voilà une activité totalement improvisée et que l’on peut facilement reproduire chez soi ! Je suis sûre que comme moi vous avez quelque part un gros stock de bouchons de plastique qui attendent d’être déposés dans les associations qui les collectent ! À cela s’ajoutent deux gros bacs : comme nous avons fait beaucoup de rangement ces derniers jours, nous avons vidé 2 grosses caisses en plastique très solides dont j’ai pu me servir pour cette activité. Enfin, j’ai sorti quelques pinces et une louche que j’avais dans ma cuisine. J’ai déposé le tout sur la terrasse à disposition des enfants et je les ai laissés jouer.

bacs et bouchons de plastique

bouchons de plastique, louche

attraper des bouchons avec une louche ou un pince

Bacs et bouchons

Les enfants ont pris beaucoup de plaisir à attraper les bouchons avec la louche ou avec les pinces, s’entraînant à la motricité fine au passage. Ils ont transvasé les bouchons d’un bac à l’autre, les ont lancé en visant les bacs, ont renversé les bacs par terre puis remis les bouchons dedans. Ils ont même fini par transformer les bacs en baignoire et m’ont affirmé « prendre un bain de bouchons ». Bref, à peu de frais ils se sont amusés pendant de longues minutes. Les bacs resteront sur la terrasse encore quelques jours durant lesquels je suis certaine que les enfants s’inventeront encore de nombreux jeux !

bouchons

Des mini Bilibo ? Qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert ?

Publié le

Si vous connaissez un peu la famille À Dada ! vous savez qu’entre le Bilibo et nous est née une véritable histoire d’amour. Je vous parlais de notre jouet fétiche dans mon article « Un Bilibo ? Qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert ?« , et sur Instagram, je poste régulièrement des photos de nous jouant avec ! Alors non, je ne vais pas vous reparler de cette grosse carapace de tortue qui nous fait tourner la tête mais plutôt de ses petits frères et sœurs, les mini Bilibo ! Eh oui, les Bilibo existent en petit !

Des mini Bilibo, mais qu’est-ce que c’est ?

Bon, en général, les gens qui me posent cette question ne connaissent pas le Bilibo. Alors ma réponse est la même pour les deux jouets : ce sont des coques de plastique de couleur, formant une demi-sphère aux bords en forme de vagues et percée de 2 trous. Et pour compléter la définition on peut ajouter qu’il s’agit de jouets (mais si vous avez envie de dire que c’est une corbeille à fruit, personne ne vous en empêche, sauf que dans les mini Bilibo il faudra mettre des mini fruits !).

Une fois le concept expliqué, on m’interroge toujours sur l’intérêt de posséder les Bilibo dans des tailles différentes. Et surtout, puisqu’on ne peut pas s’asseoir dans les mini Bilibo et s’en servir de toupie, on me demande souvent à quoi ils peuvent bien servir !

Mais à quoi ça sert d’avoir des mini Bilibo ?

Comme pour le grand Bilibo, la réponse est : la seule limite à leur utilisation est l’imagination. Et comme l’imagination des enfants est débordante, les mini Bilibo servent à tout finalement ! Alors à la question : « À quoi ça sert d’avoir des mini Bilibo ? » je répondrai : ça sert à élargir le champs des possibles.

Mes petits testeurs habituels, Gros Nounours et Petit Ourson se sont prêtés au jeu, aidés de mes enfants, pour vous montrer quelques unes des possibilités de jeu des mini Bilibo !

Gros Nounours et Petit Ourson se déguisent avec leurs mini BilibosLes mini Bilibo sont avant tout de superbes accessoires pour se déguiser. Leur panel de couleur en fera des chapeaux toujours en accord avec votre tenue, et vous permettra d’égayer vos pieds avec ces chaussures du plus bel effet !

Gros Nounours fait du ski sur ses mini BiliboLes petits s’inventent d’incroyables aventures avec leur mini Bilibo comme ici : Gros Nounours est venu me voir pour me montrer comme il faisait bien du ski !

Mini Bilibo : escargotsOn glisse ses doigts dans les trous et c’est parti pour la course d’escargots !

Prendre le goûter avec les mini BiliboPetit Ourson et Gros Nounours adorent prendre leur goûter dans les mini Bilibo. Ils les retournent, les remplissent de bonbons colorés et grâce à ces jolies coupelles on obtient une table de fête ! Et quand on se promène ? Il suffit de glisser ses petits doigts dans le trous et on obtient une assiette nomade !

Mini Bilibo alignésmini_bilibo_tri_couleursLes mini Bilibo développent la motricité fine et la capacité à reconnaître les couleurs. Placez-les les uns à côté des autres et organisez une grande chasse au trésor à la maison avec vos petits ! Le but est de remplir chaque mini Bilibo avec des objets qui correspondent à sa couleur !

Mini Bilibo à la piscineLes mini Bilibo sont faits dans un plastique résistant (et recyclable !). On peut donc y jouer partout : à la plage, à la piscine, dans le jardin, dans la neige ou tout simplement tranquillement dans sa chambre !

Mini Bilibo à la plage

Transvaser du sable d'un Bilibo à l'autre

Bilibo château de sableÀ la plage, ils servent à creuser, transvaser, transporter le sable et l’eau et même a faire des Châteaux en forme de Bilibo !

Moluk Design

Les mini Bilibo font maintenant partie de nos jouets indispensables tout comme leur grand frère le Bilibo. Nous les avons adoptés il y a plusieurs mois déjà. En grandissant, les enfants ne s’en lassent pas car ils découvrent de nouveaux usages adaptés à leurs besoins et aux acquisitions du moment. En somme comme je vous le disais, la seule limite de ce jeu est l’imagination !

Les mini Bilibo sont vendus par 6, chacun de couleur différente : bleu, vert, jaune, orange, rouge et rose. Il existe deux coffrets différents : un coffret avec 6 mini Bilibo (dès la naissance), et un coffret avec 6 mini Bilibo et le jeu Pixel (dès 4 ans).

Les mini Bilibo sont créés par Moluk Design, une société suisse qui a imaginé une gamme de jeux originaux, au magnifique design épuré, qui sont compatibles entre eux, et qui font tous énormément appel à l’imagination des enfants ! Je vous invite vivement à aller découvrir cette société pour laquelle j’ai eu un véritable coup de cœur !