Vie de famille

Maman expat’ : Die Franzoesin en Allemagne

Publié le

Après le Japon, la Chine et l’Angleterre, nous partons de nouveau en voyage avec une maman expat’ qui nous présente sa vie dans son pays d’accueil ! Cette fois c’est l’Allemagne que nous allons découvrir ! Je suis Die Franzoesin depuis l’ouverture de mon blog il y a plus de 4 ans ! Son blog me rappelle mon année d’Erasmus à Hannovre ! Alors forcément quand j’ai ouvert ce rendez-vous, j’ai pensé à elle ! Je lui laisse maintenant la parole :

1- Pour commencer, je te propose de te présenter, de nous présenter ta famille, le pays d’où vous venez, et celui où vous vivez maintenant !

Bonjour ! Je m’appelle Alice, je suis française et j’habite en Allemagne – plus précisément au nord de la Westphalie, pas très loin de la frontière avec les Pays-Bas – depuis huit ans. Je suis la maman de deux petits garçons franco-allemands de deux et quatre ans.

Crocs France-Allemagne

2- Qu’est-ce qui vous a amenés dans ce pays ?

Le papa est allemand ! Je l’ai rencontré pendant mes vacances, en 2008, et après trois années de relation à distance et de fréquents trajets dans le Thalys il nous a fallu faire un choix pour enfin vivre ensemble. J’habitais alors à Paris et commençais à vouloir en partir : le rejoindre dans sa jolie ville m’a semblé être une belle opportunité ! J’ai toujours eu le goût du voyage, des langues et de l’étranger de toute façon. 

"Die franzoesin"

3- Décris-nous un peu ta vie ici

Je voulais absolument trouver un emploi avant de déménager et je crois que c’était une bonne décision : cela a clairement facilité mon intégration et accéléré mes progrès en langue allemande.

Les premiers mois n’ont pas été faciles malgré tout : mes amis me manquaient, m’exprimer toute la journée en allemand était très fatigant. Mais finalement les choses se sont mises en place progressivement. 

Bureau "Die franzoesin"

4- Quel est le changement culturel qui t’a donné le plus de mal pour d’adapter à ta nouvelle vie ?

La culture allemande est très proche de la notre. Ce qui me choque toujours un peu, c’est leur absence de tact, leur côté très direct. Je ne m’y suis pas encore habituée. 

Leur rapport à la nourriture et à l’argent est aussi différent. Pour faire court, ici, lorsqu’on fait ses courses en promotion chez Aldi, c’est un objet de fierté, l’occasion de montrer à quel point on est malin. En France mes amis sont plutôt fiers d’aller au marché acheter des produits frais et de saison, qu’ils cuisinent eux-mêmes… 

5- Et l’aspect culturel que tu adores dans ton pays d’adoption ?

J’aime l’apparence plus naturelle des femmes : depuis que j’habite ici il m’arrive souvent de sortir sans maquillage, mal épilée… Je ne porte plus de talons et j’ai décidé d’assumer mes cheveux blancs. Avant je voyais tout cela comme un défaut, une forme de négligence et de mauvais goût. C’est vrai que, lorsque je rentre en France, dans les beaux quartiers de Paris ou de la Côte d’Azur notamment, j’admire les belles tenues et les silhouettes qui les portent. Mais pour ce qui me concerne, j’ai gagné énormément de liberté dans mon rapport à la féminité. 

6- Quelle est la place de la mère et de l’enfant dans le pays dans lequel tu vis ?

Ici, et très particulièrement dans l’Allemagne de l’Ouest catholique où j’habite, ils ont une place presque sacrée. L’accouchement naturel est largement favorisé, l’allaitement aussi. La très grande majorité des femmes prennent au moins un an de congé parental après chaque naissance – il faut ajouter que ce congé est généreusement indemnisé. Il est totalement admis que les bébés partagent la chambre de leur parent au moins jusqu’à un an. Et tout ce qui fait l’éducation bienveillante en France est plutôt standard ici : absente de châtiments corporels comme la fessée, absence de punition…

Les petits de un à six ans sont pris en charge dans des jardins d’enfants. Les enfants ne sont scolarisés qu’après et toujours avec des horaires très aménagés : ils sortent au plus tard à 15 heures.

En tant que maman, j’aime énormément ce modèle et j’estime que c’est une chance de pouvoir en profiter. Je suis ravie d’avoir pu rester aussi longtemps auprès de mes bébés, et d’en profiter encore chaque jour dès 15 heures. 

Évidemment, comme on ne peut pas tout avoir, c’est en revanche un modèle très néfaste pour le travail féminin – ou en tout cas tout espoir de carrière. C’est sans doute la raison pour laquelle beaucoup de femmes ici choisissent encore de renoncer à la maternité.

Anniversaire allemand

7- Comment se passe la scolarité de tes enfants ?

Mes deux garçons vont dans un jardin d’enfants allemand. Le prix que nous payons est indexé sur nos revenus, plus tard l’école allemande sera gratuite. Pour favoriser leur apprentissage du français, en plus de notre relation évidemment, ils vont à un cours de français pour enfants bilingues une après-midi par semaine.

Il n’existe pas d’école française dans notre ville mais finalement ce n’est pas un trop grand regret. Je ne sais pas si j’aurais voulu qu’ils se considèrent comme expatriés dans leur pays. Et puis le système éducatif allemand, ses valeurs et son organisation, me conviennent vraiment bien pour le moment, peut-être même davantage que ce que je perçois du système français.

Sac de crèche

8 – En quoi cette expérience a-t-elle été enrichissante pour ta famille ? Et pour toi ?

Mes enfants sont parfaitement bilingues et je pense que c’est un beau cadeau pour leur avenir, pour leur manière d’appréhender la vie, en termes de tolérance et d’ouverture d’esprit par exemple. Mon aîné s’intéresse déjà beaucoup aux autres langues. 

Mon déménagement a changé toute la trajectoire de ma vie, je ne peux plus imaginer ce qu’elle aurait été sinon. D’ailleurs cette année, je vais franchir une nouvelle étape en ce sens en demandant la nationalité allemande.

9- Si je viens passer quelques jours chez toi, qu’est-ce que tu m’emmènes visiter ?

Je te propose une belle promenade en vélo : ici tous les déplacements peuvent se faire sans problème ainsi ! Nous pourrons découvrir notre très beau centre-ville – où Louis XIV a séjourné !, passer par le château où je travaille parfois et pousser jusqu’au bord du lac savourer une bière. 

10- Et après ? Vous restez ? Vous rentrez dans votre pays d’origine ? Vous partez ailleurs ? Quelles sont vos souhaits pour l’avenir ?

Nous souhaitons élever nos enfants dans notre région actuelle. J’y ai mon petit réseau désormais, des habitudes, des amis, et je n’ai pas envie de tout recommencer à zéro. Et puis c’est la région d’origine de mon mari et il y tient.

Parfois nous disons qu’à la retraite, nous irons nous installer en France mais c’est un rêve lointain. Je pense que ça dépendra de beaucoup de choses, notamment du lieu de vie que choisirons nos enfants. 

Merci mille fois à Die Franzoesin de s’être prêtée au jeu ! Si vous voulez en savoir plus sur la vie et la maternité en Allemagne, je vous conseille vivement d’aller faire un petit tour sur son blog ! Vous y trouverez des articles sur le bilinguisime, les modes d’accueil des enfants en Allemagne et aussi des comparatifs entre la France et l’Allemagne !

5 choses que les parents qui instruisent à la maison adorent entendre !

Publié le

La semaine dernière, je vous confiais les 5 choses à ne jamais dire à un parent qui instruit en famille. Si je m’étais arrêtée là, j’aurais laissé l’image de parents susceptibles à qui on ne peut rien dire ! Il est donc tout à fait normal que cette semaine je vous confie ces petites phrases qui nous font plaisir et qui ouvrirons sans doute de chouettes conversations ! Voici donc les 5 choses que les parents qui instruisent à la maison adorent entendre !

5 choses que les parents qui instruisent à la maison adorent entendre

1- “Comme il est à l’aise avec les autres !”

Les gens ont souvent des craintes quant à la socialisation des enfants instruits en famille. C’est un sujet qui revient à chaque fois et qui devient lassant. Alors c’est une petite victoire quand les gens en observant nos enfants, remarquent qu’ils sont très ouverts, à l’aise avec les autres enfants et avec les adultes aussi.

Pour nous, c’est une évidence : nos enfants sont tout aussi sociables que leurs camarades qui vont à l’école. Ils le sont parfois même plus, car ils sont souvent très à l’aise avec les adultes (là où les enfants scolarisés ont parfois un rapport de hiérarchie plus marqué). Alors cela nous fait vraiment plaisir lorsque des personnes, souvent dubitatives au début, constatent finalement que nos enfants sont tout à fait à l’aise dans le monde !

2- “Qu’ils sont curieux d’apprendre/ cultivés !”

Eh oui ! Le but premier de l’instruction en famille est de cultiver leur savoir et de donner l’envie d’apprendre à nos enfants ! Je ne parle pas ici d’en faire des enfants en avance sur le programme ou des petits “singes savants”. Mais bien des enfants curieux, qui vont poser des questions et dont on sent qu’ils prennent plaisir à découvrir et apprendre.

Alors quand lors d’une visite au musée, le guide nous dit qu’il a rarement vu un enfant aussi intéressé, ou quand Grand-tonton Marcel-Eugène s’extasie sur la culture générale du petit, cela nous donne l’impression d’avoir réussi !

3- “C’est génial de respecter autant le rythme de ses enfants !”

Le but premier de nombreux parents qui instruisent à la maison est de respecter le rythme d’apprentissage des enfants en ne leur imposant pas des connaissances qui correspondraient à leur âge selon les programmes. Nous préférons les laisser libres d’aller à leur rythme et selon leurs prédispositions du moment.

Pour certaines personnes, c’est une position qui risque de mettre nos enfants en retard et de leur poser problème pour l’avenir. Mais d’autres voient plus loin, et c’est agréable. En imposant leurs apprentissages à nos enfants, on risque de se retrouver face à un mur. Alors que lorsqu’on sait attendre le bon moment, les apprentissages se font avec fluidité et surtout avec plaisir !

4- “Qu’ils ont l’air épanouis tes enfants !”

L’instruction en famille nous donne la possibilité de respecter le rythme d’apprentissage de nos enfants, mais aussi leur rythme de vie. Je me rappelle que les journées épuisantes de l’école provoquaient la colère de ma fille, les quelques mois où elle y est allée… Maintenant qu’elle a la possibilité de dormir autant qu’elle veut (et quand elle en a besoin plutôt que quand des adultes l’ont décidé !), elle est beaucoup plus épanouie !

Certaines personnes s’imaginent que les enfants en ief sont refermés sur eux-mêmes (voir le premier point sur la socialisation) et parfois contraints dans ce choix par leurs parents. Mais nous œuvrons en fait pour l’épanouissement de nos enfants, et respecter leur rythme demande beaucoup d’écoute et d’adaptation (et encore plus quand on a plusieurs enfants). Voilà encore une de nos petites victoire !

5- “Tu es la meilleure maman (papa) du monde parce que tu nous apprends plein de choses !”

Récemment, j’ai entendue le plus beau compliment sur l’instruction en famille, et je ne m’y attendais pas. Ma fille de 6 ans m’a déclarée “meilleure maman du monde” (on est toute la meilleure maman aux yeux de nos enfants) et la raison m’a bouleversée : je lui apprends plein de choses.

Toutes les remarques venant de l’extérieur me font plaisir, mais cette reconnaissance de la part de mes enfants est le plus beau cadeau qui soit, et sans doute ma plus belle preuve de réussite !

Parce que finalement, si nous avons choisi l’instruction en famille, c’est avant tout pour le bonheur, l’épanouissement et le bon développement de nos enfants. Cela nous demande beaucoup de travail, mais ça n’est rien quand on voit nos enfants réussir et être heureux !

5 choses que les parents qui instruisent à la maison adorent entendre

Et vous, avez-vous déjà entendu ou prononcé une de ces 5 choses que les parents qui instruisent à la maison adorent entendre ? Quelle est la plus belle chose que vous ayez entendue sur l’instruction à la maison ? Vos enfants ont-ils prit conscience de ce que cela représentait ? Qui est votre meilleur soutien ?

5 choses à ne jamais dire à un parent qui instruit son enfant à la maison

Publié le

En instruisant à la maison, nous sortons un peu du modèle traditionnel d’éducation et ne passons pas inaperçus. Nous suscitons souvent la curiosité, parfois l’envie, parfois la peur, mais une chose est certaine : nous ne laissons pas indifférent ! Et nous en entendons de belles à notre sujet ! Si certaines choses nous font sourire, d’autres nous hérissent le poil ! Alors vous êtes prévenus : voici 5 choses à ne pas dire à un parent qui instruit ses enfants à la maison !

5 choses à ne jamais dire à un parent qui instruit son enfant à la maison !

1- “Mais comment il va se faire des copains ce petit ?! Il va se sentir seul !”

La fameuse question de la socialisation revient tellement souvent qu’il fallait bien que je lui accorde la première place !

Alors soyons bien clairs : les enfants instruits à la maison ne vivent pas enfermés ! Ils ont une vie sociale riche, se font plein de copains au parc, dans leurs activités sportives et culturelles, et pendant les réunions de familles en ief (instruction en famille). Ils ont aussi des cousins, des cousines, des voisins… Et comme leur quotidien n’est pas confiné dans une salle de classe remplie de congénères tous nés la même année civile, ils comptent souvent des amis aussi divers que : Jean-Ebenezer, le boucher avec qui ils discutent foot et astronomie, Eugénie-Gontrande, la vieille voisine qui leur apprend à tricoter en leur racontant sa jeunesse, et Jenny-Kimberley, la petite gardée par la nounou du quartier, qui court partout et leur apprend la patience ! Et pour peu que vous ayez plusieurs enfants, ils deviendront des pros de la socialisation, car soyons honnête, les rapports entre frères et sœurs sont rythmés par les conflits à gérer et les “je t’aime, moi non plus”. Alors si vos enfants parviennent à vivre en harmonie (la plupart du temps) avec leurs frères et sœurs avec qui ils passent le plus clair de leur temps, ils seront capables de vivre avec n’importe qui.

2- “Tu fais l’ief ? Quelle chance tu as ! J’aurais tellement aimé mais on ne pouvait pas !”

Bien évidemment, cette réflexion est recevable venant de personnes vivant dans un pays où l’ief est illégal, ou en désaccord avec leur conjoint sur le sujet. Mais bien souvent, elle est émise par des personnes qui considèrent que nous pratiquons l’ief simplement parce que nous sommes plus avantagés que d’autres…

Si instruire ses enfants à la maison est une chance, alors c’est une chance qu’on se créé soi-même. Pour la plupart des familles, cela signifie des sacrifices financiers et souvent un changement de mode de vie. C’est beaucoup de travail sur soi, car bien qu’on les aime, vivre constamment avec ses enfants relève parfois d’un défi de patience ! Et c’est aussi énormément de travail pédagogique pour s’assurer que les enfants apprennent correctement, et pour convaincre les autorités durant les contrôles.

Eh oui, nous avons de la chance de profiter de nos enfants et de créer un noyau familial fort. Mais la vie en instruction en famille n’est pas toujours rose. Il y a des conflits, et peu d’espace pour faire redescendre la pression. Il y a la peur de l’échec, les jugements permanents et parfois le manque de soutien des proches. Et il y a aussi la peur de voir nos droits diminuer comme ça a été le cas récemment en France, mais aussi dans d’autres pays.

3- “Mais tu as la formation pour faire ça ?”

Avez-vous suivi une formation pour apprendre à vos enfants à marcher, à parler ou à manger ? Non. Parce que ce sont des apprentissages naturels et qu’il suffit aux parents d’être curieux et attentifs pour accompagner leur enfant. Si le théorème de Pythagore et les règles d’accord du participe passé ne sont pas des apprentissages naturels, il n’en reste pas moins que l’envie d’apprendre est naturelle. Les enfants sont curieux et veulent apprendre si on sait leur montrer l’utilité de ce qu’on leur présente. Et c’est cette envie d’apprendre qu’il faut cultiver ! Alors je ne dis pas que se charger de l’instruction d’un enfant peut se prendre à la légère, mais notre formation se fait sur le terrain en nous informant, en lisant des livres, en discutant avec des personnes qui sont passées par là (d’autres parents en ief, ou des professeurs) ! Et le plus beau dans tout ça ? C’est que nous nous formons non pas à enseigner au plus grand nombre, mais à cette petite personne unique qui est en face de nous. Nous nous servirons ensuite de nos apprentissages pour instruire nos cadets, et nous apprendrons encore, car chaque enfant est différent.

4- “Mais tu vas t’arrêter un jour quand même ?”

Si vous avez allaité, porté, “cododoté”… vous avez entendu cette réflexion. Et si vous envisagez l’instruction en famille, il faut vous y préparer, vous l’entendrez encore ! Mais la bonne nouvelle c’est que vous y êtes familier maintenant.

Cette petite phrase peut avoir deux sens. Le premier : “Mais à un moment tu n’auras plus le niveau pour enseigner à ton enfant !”. Là, je vous renvoie au point précédent. L’essentiel est de donner aux enfants le goût d’apprendre. Et d’ici à ce qu’ils atteignent un niveau que nous ne pourrons plus du tout suivre, j’espère que nous en aurons fait des êtres curieux et capable d’indépendance dans leurs apprentissages !

Le deuxième sens est plus critique : c’est une accusation de refuser de couper le cordon. Pour certains, instruire ses enfants à la maison serait un délire de mère possessive… Mais tout d’abord, je dois rappeler que c’est un choix qui doit être partagé par les deux parents pour qu’il soit possible. Alors les hormones féminines ont bon dos ! Ensuite, nos enfants ne sont pas enfermés. Nous les ouvrons au monde. Nous avons choisi de les instruire différemment et bien souvent nous ancrons leurs apprentissages dans le monde réel ! Instruire ses enfants en famille signifie alors leur laisser la liberté d’aller vers les autres et de prendre leur propre chemin d’apprentissage. Et cela demande une bonne dose de lâcher-prise !

5- “Je fais l’ief : quand mes enfants rentrent de l’école, je leur prépare toujours plein d’activités pédagogiques !”

C’est une phrase qu’on lit régulièrement sur les groupes de discussion autour de l’ief et qui nous donne l‘impression que certains réduisent l’instruction en famille à quelques activités pédagogiques. Mais ce choix d’instruction implique bien plus que la préparation de quelques activités.

Car bien-sûr, en ayant fait le choix d’instruire nos enfants à la maison, nous cherchons toujours de nouvelles idées d’activités pédagogiques. Mais nos préoccupations et les sujets sur lesquels nous aimerions échanger vont plus loin que ça. Comment gérer l’instruction de plusieurs enfants de niveaux différents ? Comment faire l’instruction en famille et cumuler un emploi ? Comment gérer les tâches ménagères dans une maison toujours en mouvement ? Comment trouver du temps pour soi ? Qu’en est-il de nos droits suite aux dernières lois ?

Car l’instruction en famille ne se résume pas à l’instruction ! C’est un mode de vie qui bouleverse notre quotidien. Nous avons donc besoin d’échanger nos expériences avec des personnes qui vivent vraiment la même chose, et nous n’aimons pas être réduits au statut de parent qui a affiché l’alphabet dans son salon.

Après ces 5 choses à ne pas dire à un parent qui instruit ses enfants à la maison, vous allez nous trouver susceptibles. Et vous n’auriez peut-être pas tout à fait tort… Mais le sujet nous tient à cœur et nous constatons régulièrement que la liberté d’instruction se réduit partout dans le monde… Et nous aimerions protéger nos droits et mieux faire connaître notre mode d’éducation. Alors, la semaine prochaine je vous confie la liste des 5 choses que nous adorons entendre !

J’adore vous lire, alors n’hésitez pas à me laisser un commentaire ! Vous instruisez à la maison ? Qu’est-ce que vous n’aimez pas qu’on vous dise à ce sujet ? Vous n’êtes pas concerné ? Peut-être avez-vous des questions ?

Paroles d’expat’ : Les Mamans Winneuses en Angleterre

Publié le

Je reviens avec une nouvelle présentation de maman expat ! Cette fois c’est Aurélie, du site participatif d’idées de sorties Les Mamans Winneuses qui nous parle de sa vie en Angleterre ! Je lui laisse donc la parole !

Les Mamans Winneuses- partage de sorties en famille !

1- Pour commencer, je te propose de te présenter !

Hello. Je suis Aurélie maman de 2 garcons Eliot et Charlie. Je suis française et je ne suis expatriée avec ma famille en Angleterre.

2- Qu’est-ce qui vous a amenés dans ce pays ?

Concrètement le travail de mon mari mais avant et surtout l’envie d’une expérience à l’international. J’aime le fait que mes enfants apprennent l’anglais. Ils parlent mieux que moi maintenant !

3- Décris-nous un peu ta vie ici.

Je travaillais à mon compte en France et j’ai continué ici. Ce qui change réside plus dans le quotidien et la culture. J’en apprend tous les jours. D’abord par la langue différente mais aussi par la façon de vivre, les habitudes.

4- Quel est le changement culturel qui t’a donné le plus de mal pour d’adapter à ta nouvelle vie ?

La nourriture 😂 Il a fallut que je m’adapte. Que je trouve des produits qui nous correspondent mais j’en ai aussi découvert que j’aime beaucoup. 

5- Et l’aspect culturel que tu adores dans ton pays d’adoption ?

Le côté business est, je trouve, bien plus facile. Les anglais aiment la créativité et considère cet art comme un vrai travail.

6- Quelle est la place de la mère et de l’enfant dans le pays dans lequel tu vis ?

Il n’y a pas grande différence avec la France de ce côté là.

7- Comment se passe la scolarité de tes enfants ?

Nous avons fait le choix d’inscrire nos enfants à l’école publique anglaise comme la plupart des enfants anglais. Malgré un début difficile (l’un de mes enfants n’avait pas de place à l’école du coup nous avons changé d’école) ça se passe super bien. Ici, il y a école tous les jours de la semaine jusqu’à 15h10. Tous les enfants restent à l’école pour la pause déjeuner. C’est soit la cantine, soit le lunch bag. L’école termine plus tard qu’en France, jusqu’à fin juillet. Ils n’ont qu’un mois de vacances d’été mais il y a 1 semaine en plus en juin.

8 – En quoi cette éxpérience a-t-elle été enrichissante pour ta famille ? Et pour toi ?

Je pars du principe que l’expatriation est une expérience enrichissante en soi. Ce n’est pas facile car on perd ses repères mais ça ouvre d’autres horizons. D’autres façons de penser, de se débrouiller.

9- Si je viens passer quelques jours chez toi, qu’est-ce que tu m’emmènes visiter ?

haha. Pleins de trucs. Londres évidemment, plus précisément le magasin Liberty. On ira prendre un breakfast au Bill’s, un cupcake chez Peggy Porshen. Et puis on ira à la mer ! Ben oui, c’est une île 😁 On boira une bière au pub.

10- Et après ? Vous restez ? Vous rentrez dans votre pays d’origine ? Vous partez ailleurs ? Quelles sont vos souhaits pour l’avenir ?

Si ça ne tenait qu’à moi on partirai encore plus loin ! Mais en réalité, on va revenir en France (peut être été 2020?) pour j’espère mieux repartir.

Merci Aurélie pour tes réponses !

Et si vous ne la connaissiez pas encore, allez-vite faire un tour si son compte Instagram qui est une explosion de couleurs et de créativité ! Et bien-sûr, allez faire un tour sur le site Les Mamans Winneuses pour trouver des idées de sorties en famille en France, et à l’étranger (il paraît même qu’il y a des idées de sorties à Dubaï !) !

L’Aquarium de Dubai Mall

Publié le

Lorsqu’on se promène dans Dubai Mall, il est impossible de rater l’aquarium et sa vitre gigantesque (la 2ème plus grande au monde, elle supporte jusqu’à 10 millions de litres d’eau) ! J’emmène régulièrement mes enfants l’admirer de l’extérieur où l’on peut déjà voir les raies, les requins et les plongeurs qui se risquent auprès d’eux. Mais pour une fois, nous avons décidé d’entrer dans le tunnel de l’aquarium de Dubai Mall et de visiter son zoo sous-marin ! Je vous emmène avec nous !

Aquarium de Dubai Mall

La visite de l’Aquarium de Dubai Mall

Une fois les guichets d’entrée passés, nous avons longé la grande vitre de l’aquarium. Cette grande vitre qu’on voit habituellement derrière des barrières, nous avons enfin pu nous en approcher et la toucher ! Mes enfants ont pris un grand plaisir à observer les animaux, et là où beaucoup passent sans s’arrêter, nous avons profité du spectacle pendant de longues minutes ! Colombe (6 ans) semble même s’être fait un copain puisque ce mérou ne la quittait plus des yeux !

Aquarium de Dubai Mall
mérou

Puis, en contournant la vitre, nous sommes arrivés à l’entrée du tunnel sous-marin où nous nous retrouvons à marcher sous l’eau, survolés par les requins et avec des poissons exotiques comme compagnons de route.

Aquarium de Dubai Mall
Requins
Aquarium de Dubai Mall

L’ambiance est complètement hors du temps.Nous étions émerveillés ! Et là encore nous avons passé un long moment à admirer les fonds marins comme si nous marchions auprès des poissons. Mais l’attraction qui a le plus impressionné mes enfants est sans nul doute ces deux plongeurs qui nettoyaient l’aquarium !

Aquarium de Dubai Mall
Dans le tunnel

Une fois le tunnel traversé, nous sortons de l’espace de visite pour nous retrouver dans le centre commercial. Nous montons au 2ème étage visiter le zoo sous-marin (underwater zoo).

Le zoo sous-marin de l’aquarium de Dubai Mall

Au 2ème étage du centre commercial, au-dessus du tunnel, nous entrons dans le zoo sous-marin (underwater zoo). Cette grande pièce aménagée comme une jungle comporte de nombreux bassins et des serres, ainsi que des oiseaux en (semi) liberté. Les chouettes ont un espace de vol limité par des filets (et heureusement vu que l’une d’entre elles a réussi à attraper la robe de ma fille qui a eu une belle frayeur !). Les perroquets, eux, sont libres de leurs mouvements et il est bien spécifié qu’on ne leur a pas coupé les plumes.

Aquarium de Dubai Mall
Aquarium de Dubai Mall

Sur l’un des côtés du zoo sous-marin se trouve un sol transparent. De là on peut observer les bassins de soin et cages dans lesquelles les plus courageux plongent avec les requins. Là encore, cette partie du spectacle a fasciné mes enfants !

Aquarium de Dubai Mall

La visite de l’espace des animaux nocturnes nous a permis d’observer les caméléons de très près.

Nous sommes ensuite retourné dans l’espace de visite des aquariums pour observer des espèces toutes plus colorées les unes que les autres. Et nous avons fini la visite par un petit coucou aux manchots (qui sautaient dans l’eau et faisaient la course beaucoup trop vite pour que j’ai une photo correcte !).

Aquarium de Dubai Mall
Aquarium de Dubai Mall
grenouilles

Détails pratiques et avis

L’aquarium de Dubai Mall a beaucoup plu à mes enfants. Ça n’est pas l’aquarium le plus chouette que j’ai visité mais le passage dans le tunnel sous-marin reste très impressionnant !

L’aquarium propose différentes activités. Vous pouvez faire la visite simple comme nous l’avons fait, ou ajouter la visite des locaux de soin des animaux. Les plus valeureux d’entre-vous choisirons peut-être de plonger dans le grand aquarium pour rencontrer les requins !

Les prix dépendent beaucoup de ce que vous choisissez et il y a des promotions constamment. Les sites de réservation de billets en ligne, vous proposeront des offres pour un très bon prix. Et vous pouvez également aller voir les offres directement sur le site de l’aquarium de Dubai Mall.

Accessible en métro ou en voiture (garez-vous dans le parking du centre commercial et n’oubliez pas l’astuce pour ne perdre ni sa voiture, ni ses enfants !).

Aquarium de Dubai Mall

La ville fantôme d’Al Madam

Publié le

Le désert est bien mystérieux, et si l’on ose s’y aventurer, on peut y faire des découvertes incroyables ! C’est le cas de la ville fantôme d’Al Madam, abandonnée et en partie ensevelie, ce village offre une ambiance très particulière et le spectacle fascinant de la nature qui reprend ses droits.

La ville fantôme d'Al Madam
Al Madam Ghost town
Al Madam Ghost town

Pourquoi Al Madam a été abandonnée ?

La ville d’Al Madam est située dans l’émirat de Sharjah, à une soixantaine de kilomètres au sud-est de Dubaï, près de la frontière avec le Sultanat d’Oman. La ville existe toujours bel et bien, mais à sa limite se trouve le hameau enseveli communément appelé “Al Madam Ghost Town” (ville fantôme d’Al Madam).

L’histoire de ce hameau, et pourquoi il a été abandonné, n’est pas très claire. La ville aurait connu une expansion dans les années 70 ou 80 grâce au trafic généré par les échanges avec le Sultanat d’Oman. Mais ce trafic ayant connu une baisse, ces habitations auraient été abandonnées.

Al Madam Ghost town

Une autre version prétend que les personnes vivant là auraient été chassées par des Djinns, les génies du désert qui seraient d’ailleurs toujours présents sur le site. Ainsi, certains parlent d’une ambiance glaciale sur le site et d’apparitions étranges. Qu’on y croie ou non, cette version apporte un côté mystérieux et attirant.

Al Madam Ghost town

Visiter le village fantôme d’Al Madam

Al Madam Ghost Town est assez facile à trouver puisqu’un chemin y mène directement depuis la route principale. Mais comme le chemin est en partie enseveli, et si vous voulez garer votre voiture dans le village (et éviter une longue marche), il faut rouler en 4×4. Mais je vous rassure, le chemin est facile à emprunter, pas besoin d’être un pro de la conduite sur les dunes.

Al Madam Ghost town

Le village (ou plutôt hameau vu sa taille !) est composé de quelques maisons alignées le long d’une grande rue, et d’une mosquée au bout. Les portes et fenêtres des bâtiments ont complètement disparu, laissant un accès libre à la visite. On peut ainsi entrer dans les maisons, accéder à leurs “jardins”, mais le sable a tellement envahi le lieu, qu’il faut parfois grimper pour accéder à l’intérieur des bâtiments.

Al Madam Ghost town

On se retrouve à toucher le plafond à l’intérieur des maisons ou à passer d’une maison à l’autre en grimpant sur une dune formée par-dessus le mur de séparation des deux habitations. Cela fait de la visite une véritable aventure pour les enfants et les parents !

Al Madam Ghost town
Al Madam Ghost town
Al Madam Ghost town

Le lieu est impressionnant, magique et très excitant. Mais lors de la visite, aucun de nous n’a senti de présence maligne ou d’ondes négatives. Alors, que les raisons de l’abandon de Al Madam Ghost Town soient économiques ou surnaturelles, elles n’ont pas empêché à notre visite d’avoir un petit goût d’aventure !

Infos pratiques

Al Madam Ghost Town se trouve sur la route E44. Pour y aller, utilisez Waze plutôt que Google Maps.

La visite est gratuite, libre et peut se faire de jour comme de nuit (prévoyez tout de même les lampes-torches !)

N’oubliez pas de prendre de l’eau car vous n’en trouverez pas sur place ! Et bien évidemment, veillez à reprendre tous vos déchets avec vous… le ramassage des ordures ne passe pas par là et par endroits malheureusement ça se voit !

Al Madam Ghost town
Al Madam Ghost town
Al Madam Ghost town
Al Madam Ghost town


Maman Expat’ : Miettes de vie au Japon

Publié le

Chaque mois je vous présente je propose à une maman expat’ de se prêter au jeu de mes questions pour nous partager son expérience. Après la Chine et la Suisse, je vous emmène direction le Japon chez ma copine Johanna du blog Miettes de vie !

Miettes de vie
Crédit : Miettes de vie

1- Pour commencer, je te propose de te présenter !

Alors pour quelqu’un qui n’aime pas trop parler de soi, je vais me prêter au jeu 🙂 Chez Miettes de vie, on est 3 humains et 3 chats (oui oui, je tiens a y inclure les chats). Nous avons commencé à 3 et les chats n’ont pu venir qu’un an après (longue histoire avec les autorisations, vaccins etc …). Pour présenter un peu la famille, il y a mon mari (celui grâce à qui nous sommes au Japon) qui est engineering manager chez Indeed (vous savez la boite qui vous aide à trouver du boulot), mon fils Liam de 3 ans et demi maintenant, et moi, Johanna, qui suis au Japon, maman au foyer. En rencontrant mon mari, il y a 14 ans, je savais très bien qu’un jour nous serions amenés à vivre à l’étranger. Cela ne me posait pas de problème, bien au contraire j’avais envie (et j’ai toujours envie) de découvrir le monde. J’avais déjà quitté ma région toulousaine pour le retrouver à Paris alors pourquoi pas le suivre au bout du monde ! Après 7 ans de vie parisienne, nous sommes donc partis pour le Japon en toute vitesse (3 mois après l’annonce nous atterrissions au Japon) laissant notre appartement, mes jobs (assistante maternelle et community manager en freelance), la famille et nos chats.

Johanna et sa famille
Crédit photo : Miettes de vie

2- Qu’est-ce qui vous a amenés dans ce pays ?

Alors ce n’est pas comme on pourrait le croire, ce n’est pas du tout l’entreprise de mon mari qui nous a envoyé au Japon. Il cherchait depuis quelques temps des nouvelles offres d’emplois à l’étranger et plusieurs offres lui ont été faites. Nous ne sommes donc pas expatriés mais immigrés (nous n’avons plus rien avoir avec la France “en gros”). Plusieurs choix lui ont été faits mais seulement deux avaient retenus son attention : le Canada (Montréal) et le Japon (Tokyo) ! Autant vous dire que c’était l’opposition extrême 😀 Nous avions d’un côté un pays/ville qui ressemblait à ce que nous vivions déjà, c’est à dire des gens venant du monde entier, des gens qui parlaient notre langue, qui avaient les mêmes habitudes que nous … Et d’un autre côté, un pays que nous ne connaissions ABSOLUMENT pas (a part les 3 semaines que nous y avons passe pour notre lune de miel) et dont nous aurions TOUT à apprendre. Nous n’avons jamais été particulièrement attirés par le Japon. Nous ne connaissions que très peu leur culture, leurs coutumes, ni leur vie, nous n’étions pas des fans non plus de la cuisine japonaise… et je ne vous parle même pas de la langue xD Et pourtant croyez-le ou non, notre choix a été vite pris. Quitte à “s’expatrier” autant le faire dans un pays que nous ne connaissions pas ! Et puis pour moi, partir vivre à l’étranger, ce n’était pas de se retrouver dans un pays où les gens parlent ma langue !

Les démarches concernant nos visas etc … ont été faites par l’entreprise de mon mari, ce qui fait qu’en quasiment 3 mois (de notre réponse positive à notre emménagement sur Tokyo), nous avons dû arrêter nos emplois, laisser notre appartement, vendre presque toutes nos affaires et meubles, laisser les chats a mes parents, dire au revoir à tout le monde et embarquer pour notre nouvelle vie.

Alors ce n’est pas fifou, ça ne vend pas du rêve mais voilà comment nous nous sommes retrouvés dans la plus grande ville du monde et la plus peuplée : Tokyo.

Japon
Crédit photo : Miettes de vie

3- Décris-nous un peu ta vie ici.

Je pense que l’on ne peut pas trouver un pays dont la culture est aussi différente de la nôtre que le Japon (petit clin d’oeil à La famille Kangourou en Chine retrouvez son interview ici). La société japonaise n’est pas plus mirobolante qu’une autre, elle a ses avantages et ses inconvénients. Mais le choc entre la culture européenne et japonaise est bel et bien là.

Nous vivons dans le centre de Tokyo, dans une tour de 52 étages, dans un quartier très résidentiel et familial… et sur l’une des îles artificielles qui ont été créés. Il y a très peu de résidents étrangers et si l’on en trouve, ils sont plutôt en couple avec un local. Je n’y ai encore jamais croisé de français. Nous avons fait le choix de ne pas vivre à côté de la communauté francophone ou du quartier des expatriés étrangers, pour nous immerger dans la culture japonaise  à 100%.

Depuis notre arrivée en avril 2017, je suis devenue maman au foyer à temps complet. Un changement assez drastique étant donné que j’avais toujours travaillé même en devenant maman (moins qu’auparavant mais toujours un peu). Il a donc fallu que je m’habitue à ce changement en plus du changement de pays, de culture et d’habitudes. Ce qui fut, je dois l’avouer très difficile pour moi. J’ai mis quelques mois pour trouver ma place dans cette nouvelle vie.

Grâce au visa de mon mari, j’ai la possibilité, en plus du visa épouse, d’accéder à un visa travail de 28h/semaine. Mais que je n’utilise pas du tout d’une part car mon diplôme en communication Community Manager n’est pas reconnu au Japon et d’autre part car mon second métier d’assistante maternelle n’est pas bien vu ici. Il faut savoir qu’au Japon, une femme qui a des enfants, 90% du temps arrête son métier (très souvent on la pousse a partir de l’entreprise … ici, une femme ne peut pas s’occuper de sa famille et travailler) et s’occupe entièrement de sa famille. Mais il y a aussi la barrière de la langue. A moins de trouver une entreprise française ou anglophone, il est très difficile d’obtenir un entretien car ce dernier se fera automatiquement en japonais (même les cv a remplir sont très différents des nôtres). Il y a la possibilité aussi de monter son entreprise ou de se mettre en freelance, c’est tout un tas de démarches a faire (en japonais bien-sûr) mais dont je n’ai pas encore sauté le pas.

Rue de Tokyo
Crédit photo : Miettes de vie

4- Quel est le changement culturel qui t’a donné le plus de mal pour t’adapter à ta nouvelle vie ?

Énormément de choses … Il faut dire que de passer de la  vie “européenne” à la vie “japonaise” n’est pas une mince affaire.

Tout d’abord la langue. Le japonais est une langue très ancienne qui a évolué au fil du temps, qui intègre la grammaire et les verbes. Elle se compose de trois “alphabets” :

  • Les kanjis = Écriture qui résulte d’une adaptation de l’écriture chinoise. Elle ne représente pas des sons mais des images. Il en existe plus de 2000.
  • Les katakanas : Au nombre de 46, ils sont plus utilisés pour transcrire les mots, japonais, chinois ou encore anglophone.
  • les hiraganas : Écriture créé à partir des kanjis, souvent utilisé par les enfants.

Enfin vous l’aurez compris, pour quelqu’un qui n’a jamais fait de japonais, cela est très compliqué ! Si vous voulez en apprendre plus (et en détails), je vous laisse le lien Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Japonais. Mais il faut aussi savoir que le japonais peut se lire de droite à gauche, comme de gauche à droite et de haut en bas xD

Le trop de politesse. La politesse et le respect sont des valeurs fondamentales au Japon et ils l’apprennent dès leur plus jeune âge. Alors oui, on trouve ça plaisant au début. On se demande même pourquoi ce n’est pas comme cela chez nous. Il existe, sans mentir, des dizaines d’expressions de politesse et de respect qui varient suivant le contexte ou la nature d’un interlocuteur (âge, profession …) et cela en devient, à mon sens ridicule. C’est tellement automatique que l’on se demande presque si elle a un sens et si elle est véritablement sincère. Alors oui, la politesse n’a jamais tué personne (encore heureux) mais à la longue je peux vous dire que ça use.

La culture de l’excuse, ne jamais dire non, ne pas dire ce que l’on pense. Cela rejoint un peu le point de l’hyper-politesse. Le respect d’autrui en public étant primordial, il est très important d’éviter l’embarrassement ou le sentiment de honte au maximum. Si un japonais ne dit pas non ou s’excuse à longueur de temps pour un oui ou pour un non, c’est pour ne pas vexer son interlocuteur. (Exemple avec mon groupe de mamans japonaises : un jour on se retrouve toutes devant l’immeuble de la crèche et là, je demande à quelques unes de se retrouver au parc pour manger avec les enfants. On me répond “Oui Oui”. Donc on va se préparer chacune chez soi. Et là, je reçois un message sur LINE d’une des mamans qui me dit que finalement elle ne pourra pas car elle ne se sentait pas très bien et qu’elle resterait à la maison. OK c’est pas grave. Je rejoins donc les autres. Et en rejoignant le parc, je surprends cette même maman au salon de coiffure/manucure… Et quand j’en ai parlé aux autres, elles ont trouvé ça normal, que la maman ne voulait pas me vexer en me disant non). En tant qu’occidentale, je n’ai pas l’habitude de ces manières, si je n’ai pas envie ou que je ne veux pas, je le dis clairement. Cela n’a pas pour but de “vexer” mais quand on est indisponible je préfère le dire pour ne pas faire espérer ou attendre pour rien.

Il y a aussi le fait de ne pas vraiment dire ce que l’on pense. Que ce soit en politique, ou sur un sujet d’actualité… les Japonais préfèrent garder pour eux leurs pensées. Alors des fois les conversations ne vont pas bien loin.

Le “Complexe du Gaijin”. En gros cela s’explique par : “un sentiment d’inconfort et d’embarras qu’un Japonais peut ressentir lorsqu’il est confronté à un étranger”. Et pour ma part, ce fut ce point-là qui m’a le plus posé de problèmes et surtout d’incompréhensions. Je vais m’expliquer avec des exemples concrets qui me sont arrivés de manières quotidiennes. La première expérience fut dans une crèche “gratuite”. J’ai demandé des informations en anglais ET japonais. Blanc total. Aucune réponse. On m’ignore. Mais par contre, on répond à la japonaise derrière moi arrivée après moi. Alors soit, je me dis que c’est moi qui m’y suis mal prise ou je ne sais pas. Je laisse passer. Je vais donc voir dans une autre et là, tout se passe bien. Enfin du moins pendant la première semaine. Je me rends compte que quand j’arrive avec MiniDino, certaines mamans qui sont arrivées à peine 5 mn avant moi, repartent. Certains enfants viennent vers Liam, pour jouer avec lui ou juste être avec lui. Je laisse faire, c’est le but aussi pour lui de se faire de nouveaux copains. Mais au bout de 10-15 mn, je vois les mamans reprendre leurs enfants et les obliger à jouer avec les autres enfants japonais. J’avouerai que sur le coup je n’ai rien dit, lui ne se rendant pas compte de la chose mais se retrouvant seul au final, mais mon cœur de maman s’est brisé en voyant cette scène. C’est devenu assez récurrent par la suite, dans d’autres crèches, parcs, lieux public pas tous les jours heureusement mais au moins 3-4 fois par semaine (sachant que l’on va le matin et l’aprem au parc ou crèche). Par contre, quand je suis avec le mari, ou lui avec le petit, nous n’avions plus ces comportements. Il y a eu aussi le moment d’aller se renseigner sur les crèches. Il y en a au moins une dizaine dans notre quartier (publiques ou privées). Je savais que ça allait être dur de trouver une place mais je ne m’attendais pas du tout au genre de discours que l’on m’a tenu … J’ai eu droit : “Vous n’êtes pas japonaise” “Vous travaillez en freelance ? Alors vous pouvez garder votre enfant” “Vous avez les grand-parents pour le garder” “il faut que ce soit votre mari qui vienne“… Et certaines me voyant arriver me faisaient simplement “non” de loin avec les mains… Je vous avoue que là, je riais “jaune”. Puis un beau jour, j’ai eu une belle rage de dents … Et j’ai reçu à ce moment là, une grande claque dans la figure. Pendant 5 jours, j’ai fait les dentistes du coin. Une dizaine par jour à peu près (sachant qu’au Japon tous les 500 mètres, vous trouverez un dentiste) avec un MiniDino super compréhensif, qui ne s’est pas plaint une seule fois d’attendre ou d’être trimbalé à droite et à gauche. J’ai demandé (en japonais et pas en anglais) si je pouvais prendre rendez-vous maintenant ou dans les jours qui venaient. La seule réponse que j’ai eu ce fût “Vous n’êtes pas japonaises donc on ne peut pas“. Incompréhension totale. J’ai eu beau leur montrer ma carte de résident ainsi que ma carte d’assurée et autres papiers prouvant que j’avais droit à des soins comme n’importe qui résidant au Japon, que je pouvais même payer s’il le fallait. Pendant ces 5 jours, plus je cherchais et plus les portes se fermaient devant moi. J’étais vraiment à bout de nerfs et la rage de dents empirait. J’ai fini par trouver un dentiste anglais/japonais qui m’a prise en rendez-vous dans les 10 mn. Je lui ai expliqué tout ce qui s’était passé dans les autres cabinets dentaires… Et il a fini par me dire qu’ici c’était “normal” ce genre de comportement envers les étrangers. Que 90% de sa clientèle était “étrangère” à cause de ça. J’ai eu l’expérience du métro bondé. Une place libre à côté de moi, personne s’y assoit, reste debout. Jusqu’à ce qu’une place libre se libère un peu plus loin. Mais toujours personne à côté de moi. Il y a aussi eu la fois ou j’ai du aller à la mairie aussi et la j’ai eu droit au tirage à la courte paille devant moi, pour savoir qui allait s’occuper de moi…

Cela arrive encore, quelque fois mais je n’y prête plus attention. Mais il faut dire que quand vous débarquez et que cela vous arrive, vous restez totalement sur le cul.

5- Et l’aspect culturel que tu adores dans ton pays d’adoption ?

Heureusement, après ces quelques points négatifs, il y a aussi les bons côtés !

L’accès à la culture pour tous est de loin ce qui me plaît le plus ici. Que l’on ait de l’argent ou pas, tout le monde peut accéder aux musées, temples, jardins, zoo, aquariums… généralement pour les enfants de – de 12 ans c’est gratuit ou alors en tarifs réduits (je n’ai encore jamais payé pour Liam que ce soit pour un musée ou zoo par exemple) et pour les adultes cela dépasse rarement les 600 yens (5 euros à peu près). Voilà pourquoi, nous faisons  souvent des sorties culturelles le weekend. Je me rappelle que sur Paris, juste pour aller au zoo (Liam avait un an et demi), à trois cela nous a coûté 55 euros… Alors faire des sorties tous les weekend n’était même pas envisageable. Et ce n’est pas tout, tout ces endroits sont toujours accessibles aux plus petits, très interactifs tout en restant ludiques. Ils prennent très au sérieux le fait de s’instruire dès le plus jeune âge tout en s’amusant. Je ne parle même pas des musées gratuits, il y en à la pelle. Rien qu’autour de notre quartier nous devons en avoir une dizaine.

Ce que j’aime aussi c’est leur ponctualité ! Alors qu’en France, les transports ne sont la plupart du temps jamais à l’heure, ici en 2 ans, je n’ai jamais vu un bus ou train être en retard même quand il y a eu les tremblements de terre ou typhon. Ils ont toujours un coup d’avance et sont parés à toutes éventualités. Même quand ce genre de catastrophes arrivent vous pouvez être certains que les gens seront à l’heure au travail. Quand vous allez chez le médecin, si vous avez rendez vous à 10h, vous serez pris en charge à la bonne heure ! Et pas besoin de prendre rendez-vous des mois à l’avance pour un spécialiste, vous y allez et vous passez !

Le sens du service et le respect des autres. En France, on dit souvent que le client est roi… mais ce n’est jamais le cas. Ici, cette phrase prend tout son sens. Quand vous faites des courses, vous avez une personne qui va automatiquement mettre vos achats dans les sacs. Quand il y a des travaux dans la rue, vous avez automatiquement quelqu’un pour assurer votre sécurité. Si vous êtes perdu, vous pouvez être sûr que la personne à qui vous aurez demandé de l’aide fera tout pour vous aider (et vous accompagnera pour être sûre que vous arrivez bien à destination). Quand vous allez au restaurant, on vous apporte automatiquement de l’eau (et durant le repas vous n’aurez pas à en redemander on vous servira), vous serez servi très rapidement (fini les 20mn d’attente xD), si vous avez des enfants, ils vous apportent (sans avoir a le demander) des couverts et sièges enfants, et il y a toujours de quoi ranger vos affaires. Dans le métro, bus, trains, restaurants… les gens font toujours la queue. Vous ne verrez jamais un japonais passer devant les autres.

La propreté. Au japon, vous ne trouverez pas de poubelles et pourtant les rues sont supers supers propres. Pas de détritus ou même d’excréments de chiens… Les gens sont respectueux de leur environnement et de celui des autres. Ils ont toujours un sac pour mettre leurs déchets et ils le mettent à la poubelle chez eux. Et quand on parle de propreté, on pense souvent aux toilettes… ça ne déroge pas à la règle. Toujours propres et qui sentent bon (certains s’en fichent mais personnellement c’est vraiment un soulagement). Vous en trouverez PARTOUT. 90% du temps elles sont entièrement équipées pour les plus jeunes et pour les bébés. Mais aussi pour les femmes souhaitant allaiter. Pour le métro/train/bus, c’est la même chose, super propre. Il y a des fois où je me fais la remarque que l’on pourrait même manger par terre 🙂 Il y a encore de nombreux exemples mais la liste serait trooop longues ! Mais cette propreté s’applique partout, que ce soit un lieu privé ou public.

La sécurité. On peut s’y promener la nuit sans avoir peur, ce qui n’était pas le cas à Paris, je vous l’avoue. On peut laisser ses affaires dans la rue (sac avec portefeuille, iphone etc …) et être sûr de les trouver comme on les a laissé. Il m’arrive souvent d’aller en plein centre de Tokyo pour faire mes courses, en vélo, et de laisser ce dernier pas attaché et/ou mon sac a main dedans le temps de faire mes courses, et je n’ai jamais eu de problèmes.

Il m’est arrivée aussi de perdre mon portefeuille avec tous mes papiers dedans et beaucoup de liquide. Et vous savez quoi ? Je l’ai toujours retrouvé avec tout ce qu’il contenait dedans. En France, ce ne fut pas le cas …

Il nous arrive de temps en temps avec Liam de prendre sa trottinette, et quand il n’a plus envie d’en faire, on la laisse à un endroit et on vient la récupérer le soir. Alors que par exemple, dans le village de mes parents en France (600 habitants), on est parti se promener dans les champs avec son mini tracteur et le temps d’aller voir les chevaux 15mn, on nous avait volé le mini tracteur… En campagne, dans les champs quoi !

Crédit photo : Miettes de vie

6- Quelle est la place de la mère et de l’enfant dans le pays dans lequel tu vis ?

De ce que j’ai pu constater, l’enfant tient un grand rôle dans une famille. Il est souvent privilégié à tout autre membre de la famille. Ce qui n’est pas souvent le cas de la mère, même si cette dernière fait “marcher” toute la petite vie de famille (c’est elle qui s’occupe des enfants, de la cuisine, du ménage, du budget…). L’enfant est roi et cela se voit.

Dès sa naissance, la mère et l’enfant vont partager le même futon (tout en laissant dormir le mari dans une autre chambre) jusqu’à ce que ce dernier décide qu’il ne veut plus dormir avec sa mère. Imaginez la surprise de mes amies japonaises quand je leur dit que Liam dort dans sa propre chambre depuis sa naissance et que moi je dors avec mon mari xD

Généralement quand les femmes attendent leur premier enfant, elles “arrêtent” de travailler. Je met entre parenthèses car le plus souvent cela ne vient pas d’elles mêmes mais plutôt de leur entreprise qui les “poussent” gentiment dehors. Être maman et travailler au japon n’est pas encore rentré dans les mœurs… La place de la femme est le plus souvent à la maison. Mais bon, outre cet aspect que je trouve très archaïque, la mère au Japon est souvent le pilier de la famille. Elle prend toutes les décisions concernant l’éducation des enfants, ou des décisions concernant la famille, et c’est elle qui gère le budget de TOUT. C’est a dire que l’homme ne s’en préoccupe pas et reçoit en quelque sorte de l’argent de poche pour le mois xD

Au japon, j’ai vraiment compris ce que c’était qu’être mère au foyer ! Et encore je ne gère pas tout toute seule, mon mari m’aide beaucoup ! Ici, même mariées, les femmes s’occupent de tout. Le mari n’étant là que pour travailler (ce n’est pas partout je vous rassure).

Mais je ne connais pas encore assez bien le système japonais pour en parler concrètement.

Parc de jeux au Japon
Crédit photo : Miettes de vie

7- Comment se passe la scolarité de tes enfants ?

Il faut savoir qu’ici tous les enfants de moins de 3 ans restent avec leurs mamans ou vont dans des crèches (si les parents ont les moyens de les y mettre bien-sûr). A partir de 3 ans, obligatoirement, les enfants entrent en école maternelle.

A notre arrivée, Liam n’avait que 18 mois et nous avons attendu d’être sur place pour trouver une école/crèche. Nous avons voulu le mettre en école locale (comprendre japonaise donc) pour qu’il puisse s’imprégner au maximum de cette culture et apprendre une nouvelle langue. Mais je dois vous dire que ça a été le parcours du combattant. Durant 3 mois, j’ai fait à peu près toutes les écoles du coin (il doit y en avoir une trentaine a peu près), et à chaque fois nous avons essuyé des refus, avec des excuses un peu bidons

  • Nous ne sommes pas japonais.
  • Je ne travaille pas donc je peux m’en occuper.
  • On aimerait que ce soit votre mari qui vienne.
  • On ne parle pas japonais.
  • Et j’en passe …

Alors face à ce gros échec, nous nous sommes tournés vers une école internationale américaine privée. Qui était plus que contente d’accueillir Liam, vu que c’était le seul non japonais 😀

L’école est donc payante mais reste beaucoup moins chère que par exemple le lycée français de Tokyo, où il faut compter 15 000 euros l’année (pour 8 mois d’école à peu près vu qu’ils se calent sur l’année scolaire française) + le transport de 400 euros par mois, vu que cette école se trouve à 3/4h de la maison. Nous payons à peu près 1100 euros par mois, et nous n’avons pas de transport vu que l’école se trouve à 5mn de la maison en vélo. Et c’est un réel plaisir de l’amener moi-même tous les matins.

Concernant le rythme scolaire, il faut savoir qu’ici la rentrée se fait en avril et se termine en avril avec 32 jours de vacances répartis dans l’année et quelques jours, qui sont considérés comme un camps de vacances. Il existe aussi des jours fériés pour les fêtes japonaises mais généralement l’école est ouverte et peut donc accueillir les enfants. Et quand les enfants en France sont en vacances pour deux mois l’été, le mien est à ecole. Dans les écoles japonaises, les plus petits ont généralement 1 mois de vacances l’été, mais ils ne partent pas en vacances et restent plutôt chez eux à vaquer à d’autres occupations (toujours dans un but scolaire).

Du lundi au mercredi, il a école de 10h a 14h30 et le jeudi/vendredi de 10h à 16h30. C’est une école de typeMontessori (même si ici ils ne connaissent pas le terme), et c’est assez libre dans leur enseignement. La classe ressemble plus à une salle de jeux qu’une classe avec petits bureaux etc … Le midi, chacun a sa lunchbox et ils mangent tous avec leur “sensei“. Ils apprennent à mettre, la table, à manger seul pour ceux qui ne savent pas, à partager, à nettoyer leur table ainsi que leur chaise (dans l’enseignement japonais il faut savoir que ce sont toujours les élèves qui s’occupent de la propreté de leur classe). Ils les rendent très autonomes dès le plus jeune âge. A chaque fin de journée, le professeur vient voir les parents qui attendent et nous fais un résumé complet de ce qu’ils ont pu faire dans la journée, puis ensuite, ils prennent le temps de voir chaque parents (enfin maman xD) pour nous dire ce que notre enfant a fait, si il était plutôt content ou fatigué, si il est allé aux toilettes, et les affinités avec les copains… Ils nous donnent aussi une feuille de “devoirs” à faire avec notre enfant chaque soir (oui a 3 ans) mais il n’y a aucune obligation.

Après l’école, généralement nous passons 2h-2h30 au parc (ou dans une aire de jeux intérieure si il fait trop froid ou trop chaud) et nous rentrons à la maison. Mon fils ne fait plus de sieste depuis son arrivée au Japon, alors il faut tout le temps l’occuper (ou pas hein). Il mange vers 18h30 et se couche a 20h pour ne se réveiller qu’à 8h le lendemain.

Salle de classe de maternelle au Japon
Crédit photo : Miettes de vie

8 – En quoi cette expérience a-t-elle été enrichissante pour ta famille ? Et pour toi ?

Elle nous a permis de nous rapprocher encore plus et de passer beaucoup plus de temps en famille (ce qui n’était pas possible à Paris avec nos horaires), et surtout du temps qualitatif !

Elle nous a appris à vivre d’une autre façon, avec une culture très différente de la nôtre. Mais aussi à découvrir un pays que nous ne connaissions pas ! On se retrouve dans quelques années et je pourrai te faire un résumé plus détaillé, l’aventure n’est pas encore finie.

Crédit photo: Miettes de vie

9- Si je viens passer quelques jours chez toi, qu’est-ce que tu m’emmènes visiter ?

Je t’emmènerai au sommet de la mairie de Tokyo à Shinjuku où tu pourras découvrir l’immensité de cette ville qu’est Tokyo et apprécier la vue du Mont Fuji. C’est à couper le souffle ! Puis en restant dans les alentours, on visitera le jardin impérial de Shinjuku Gyoen park magnifique en pleine période des sakuras et des chrysanthèmes. Puis bon, après une journée comme celle-ci à gambader, rien de mieux qu’un bon repas ! Tu auras le choix entre un bon Ramen ou un Yakiniku (faire cuire de la viande et légumes sur une plaque au milieu de la table) ou Oden (pot-au-feu japonais) !

Ensuite, il faudra absolument aller sur Shibuya et voir son fameux “crossing” mais du haut du magasin 109 Men. Puis il faudra bien sûr se rendre a Yoyogi Park et au célèbre sanctuaire shintoïste Meiji-Jingu. On finira la journée dans le quartier très jeune et branché d’Harajuku et Omotesando, pour y manger et découvrir toutes sortes de choses insolites (pas mal de gens habillés en cosplay).

Vue sur Tokyo
Crédit photo : Miettes de vie

Il faudra aussi aller voir le parc du palais imperial, pas loin de chez moi. Je te ferai aussi découvrir l’ancienne place du plus grand marché au poisson au monde a Tsukiji et quitte à y être, aller voir le nouveau à Toyosu ! Et se diriger par la suite sur la grande ile artificielle d’Odaiba pour y voir les magnifiques coucher de soleil sur le Rainbow Bridge et Tokyo Bay et bien sur son Gundam géant !

Et si c’est la période des cerisiers, je t’emmènerai au parc de Ueno pour admirer une centaines de cerisiers en passant dessous.  Mais je pourrai aussi t’emmener dans les quartiers électriques d’Akihabara, aller voir encore des temples, des jardins, des musées …

Il y a tellement de choses a voir sur Tokyo… Juste quelques jours ce n’est pas possible xD Le mieux pour visiter Tokyo, c’est de s’y perdre !

Vue sur Tokyo
Crédit photo : Miettes de vie

10- Et après ? Vous restez ? Vous rentrez dans votre pays d’origine ? Vous partez ailleurs ? Quelles sont vos souhaits pour l’avenir ?

On va y rester encore 3 ans. Jusqu’à ce que Liam rentre a l’école primaire. Étant donné qu’il parle déjà couramment l’anglais et que cela devient sa langue première, nous souhaitons aller dans un pays anglophone comme l’Angleterre, le Canada ou encore les États-Unis. Il pourra pratiquer l’anglais au quotidien, à la maison, dans la rue… Pas juste quelques heures par jour. Enfin dans tous les cas, même si j’ai appris à aimer vivre au Japon, je ne me vois pas y vivre plus longtemps. Il y a des pays qui sont fait pour nous, d’autres non. Le Japon restera quand même une de mes plus belles expériences de vie !

Je ne pense pas que nous retournerons un jour en France, nous n’en ressentons pas le besoin. Et à vrai dire, je n’ai pas envie d’y revenir ! Une fois que l’on commence à découvrir d’autres cultures et d’autres pays, on ne veut plus s’arrêter !

Jeu au parc japonais
Crédit photo : Miettes de vie

Merci beaucoup Johanna pour ce voyage dépaysant ! Vous pouvez retrouver ses aventures au Japon sur son blog Miettes de vie ou sur son compte Instagram !

Des horloges pour se repérer dans le rythme de la journée

Publié le

sSe repérer dans le temps n’est pas toujours facile pour les enfants. Il arrive souvent que Petit O’ (4 ans) me demande s’il est l’heure de prendre le déjeuner alors qu’il n’est que 10h14 (oui, ce petit aime manger) ou si on peut aller au parc à 21h37 (oui mes enfants se couchent tard). Alors pour ne pas devenir folle à leur expliquer les notions de temps 14576 fois par jour pour les aider à comprendre les notions de temps, j’ai décoré deux horloges Stomma de chez Ikea afin qu’elles représenteent le matin et l’après-midi

Matériel nécessaire

Je me suis servie de l’horloge Stomma de chez ikea car elle conçue pour être personnalisée. Elle est toute blanche, et le revêtement de son cadran est fait pour accrocher le crayon ou le feutre. Et en plus elle coûte moins de 2€ !

Source : Ikea

Matériel nécessaire :

  • deux horloges Stomma de chez Ikea (ou deux horloges blanches)
  • des crayons de couleurs ou des feutres
deux horloges, des crayons de couleurs et des feutres

Nos horloges pour se repérer dans le rythme de la journée

Tout d’abord, si j’ai choisi de fabriquer 2 horloges classiques (de 12h) plutôt que de prendre une seule horloge représentant 24h, c’est que ma Colombe (6 ans) vient d’apprendre à lire l’heure. Je ne veux pas embrouiller son esprit, et je veux profiter de ces horloges pour qu’elle continue à s’entraîner.

L’autre raison qui m’a poussée à faire deux horloges, c’est que même si Petit O’ est parfois encore un peu confus, Colombe a bien saisi la différence entre matin, après-midi, soir… Le but de ces horloges n’est pas tant de leur faire apprendre les grands moments de la journée, que de leur indiquer ce qu’ils est temps de faire. Comme mes enfants sont instruits à la maison, j’avais besoin de précision pour bien séparer les heures de la journée. L’horloge 24h ne me permettait pas tant de précision (mes dessins sur les tranches d’une heure auraient été trop petits).

L’horloge du matin

Les enfants savent que l’horloge du matin commence à minuit, lorsqu’ils dorment profondément. Et voici comment j’ai découpé nos journées :

  • De minuit à 8h : on dort. Cette période est représentée par la nuit et les étoiles.
  • De 8h à 9h : on prend le petit déjeuner, on s’habille, on lit un livre. Cette période est représentée par une tasse fumante, un livre et un T-shirt.
  • De 9h à 11h : c’est le temps du travail formel représenté par un livre et des crayons.
  • De 11h à 12h : on joue dehors. Cette période est représentée par des fleurs et un vélo.
L’horloge de l’après-midi

Arrivé à 12h, on passe à l’horloge de l’après-midi

  • De 12h à 13h : on déjeune. Cette période est représentée par une assiette et des couverts.
  • De 13h à 14h : on fait une activité calme. Cette période est représentée par un enfant qui dort parce que je suis pleine d’espoir même si mes enfants ne font plus de sieste depuis 2 ans, et par un livre.
  • De 14h à 15h : on cuisine pour préparer les prochains repas et goûters. Cette période est représentée par une cuillère en bois, une toque et un tablier.
  • De 15h à 18h : on joue, on va jouer dehors, on crée… Cette période est représentée par des fleurs, un vélo, des cubes, un livre.
  • De 18h à 19h : on se lave et on se met en pyjama. Cette période est représentée par une douche et un pyjama.
  • De 19h à 20h : on mange. Cette période est représentée par une assiette et des couverts.
  • De 20h à 21h : on fait une activité calme dans sa chambre. Cette période est représentée par un livre et la fabrique à histoires de Lunii.
  • De 21h à minuit : on dort. Cette période est représentée par la nuit, la lune et les étoiles.

Utilisation et autres exemples d’horloges

Voilà ! En prime vous connaissez même notre rythme quotidien. Je ne suis pas très stricte sur ce rythme, mais cela nous fait déjà un repère. Les enfants comprennent qu’on ne va pas aller au parc si l’on est en toute fin de journée ou qu’il est l’heure de faire un temps calme après le déjeuner. Et ce rythme s’applique surtout aux jours de semaines, puisque le week-end, nous profitons pour sortir et ne travaillons presque pas.

Je l’ai expliqué en début d’article, j’ai choisi deux horloges de 12h. Mais plusieurs copines blogueuses ont choisi des horloges 24h pour représenter le cycle de la journée. Je vous mets ici quelques liens en exemple :

Avec ça, je pense que vous avez de quoi faire de belles horloges et aider vos petits à se repérer dans le temps !

Et chez vous, comment ça se passe ? Quelles sont vos astuces pour que les enfants se repèrent dans le temps et qu’ils sachent ce qu’il est temps de faire ? J’adore vous lire et échanger avec vous, alors venez partager votre expérience en commentaire !

Al Ain Zoo

Publié le

Pendant les vacances de Noël, nous sommes partis passer quelques jours à Al Ain, une “petite ville” de l’émirat d’Abu Dhabi à la frontière avec le Sultanat d’Oman. Nous y avons visité la magnifique oasis classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, et le zoo, célèbre dans tout le pays.

Le Zoo d’Al Ain et ses animaux

Le zoo d’Al Ain est assez grand et il faut prévoir une bonne journée pour avoir le temps de le visiter entièrement tranquillement.

Il y a 4000 animaux de 200 espèces différentes. Je sais que les zoo et l’enfermement des animaux est beaucoup critiqué, mais le zoo de Al Ain participe à des programmes de protection d’animaux et a notamment permis de réintroduire l’oryx dans le désert des Émirats Arabes Unis, alors qu’il en avait disparu.

La plupart des espèces sont adaptées à un climat chaud comme celui des Émirats Arabes Unis. On peut voir une galerie de fauves, des girafes que l’on peut nourrir, des hippopotames, des crocodiles…

Enfin, la volière présente des animaux de différentes parties du monde, mais qui semblent tous supporter de fortes températures.

C’est pourtant dans la volière que j’ai eu la seule “mauvaise” surprise du zoo. La dernière pièce est un espace de “vie” pour des manchots. Les pauvres n’ont pas accès à la lumière du jour et l’environnement dans lequel ils vivent n’est qu’un décor peint.

Les jardins du zoo d’Al Ain

La raison pour laquelle je pense qu’il faut une petite journée pour faire le zoo d’Al Ain tranquillement, est que ces jardins sont vraiment bien aménagés.

D’un côté, les jardins présentent de nombreuses espèces végétales typiques des climats des Émirats Arabes Unis (oui, “des climats” puisqu’une partie est désertique, l’autre montagneuse,les sols ne sont pas les mêmes et les températures non plus !).

A chaque fois, les plantes sont accompagnées de panneaux explicatifs ou de jeux sur le lieu d’origine des plantes mais aussi sur leurs bienfaits quand il s’agit de plantes comestibles ou utilisées en pharmacopée.

Une oasis à petite échelle a été reconstituée dans le zoo, évoquant la magnifique oasis d’Al Aïn. Pour ceux qui n’ont pas eu la chance de la visiter, cela peut être un bon aperçu, intéressant d’un point de vu pédagogique.

Dans cet espace sont surtout présenteés des palmiers et différentes espèces de dattes, le fruit le plus important dans le pays.

“Pour nous le dattier est et a toujours été l’arbre de vie”

De l’autre côté du zoo on trouve plusieurs espaces de jeux gratuits ou payants (châteaux gonflables) pour les enfants. Il y a beaucoup de parcs pour les enfants aux Émirats Arabes Unis. Même si l’on pourrait croire que dans un lieu où l’on marche autant que dans un zoo, les enfants n’ont pas forcément besoin de se défouler, en réalité, quelques minutes de jeu libre leur fait beaucoup de bien !

Sheikh Zayed Desert Learning Centre

Au cœur du zoo se trouve le “Sheikh Zayed Desert Learning Centre”, un centre de présentation de la vie dans le désert, qui tient son nom du fondateur du pays.

Sheikh Zayed Desert Learning Centre

Le bâtiment est magnifique. De l’extérieur, il présente des courbes assez jolies, mais de l’intérieur il est vraiment incroyable et donne parfois l’impression d’escalader les dunes du désert !

L’exposition est présentée sur plusieurs niveaux associés à un thème : la formation du lieu, la vie animale, la vie traditionnelle aux Émirats et enfin les défis écologiques à surmonter.

La vie dans le désert

Chaque espace met en scène le savoir avec des animaux empaillés, des présentations de roches, des vidéos, des jeux interactifs. L’espace est vraiment propice à l’apprentissage, et on pourrait y passer des heures (adulte ou enfant !) tant il y a à découvrir !

apprendre le mouvement des plaques techtoniques
Pour un avenir écoresponsable

Questions pratique et notre avis

J’ai vraiment beaucoup aimé cette visite du zoo d’Al Aïn. J’ai trouvé que tout était présenté de manière claire et pédagogique. Les explications sont claires et les petits jeux sont aussi intéressants pour les adultes que pour les enfants.

Le Sheikh Zayed Desert Learning Centre vaut le déplacement à lui tout seul tant il est riche en informations et en découvertes ! Et j’ai particulièrement aimé la dernière partie sur les actions à mettre en place pour l’avenir. Cette partie de l’exposition est faite avec grande honnêteté et avoue que le pays (et ses habitants) pollue beaucoup. Mais on y voit aussi les mesures qui sont mises en place (et croyez-moi, il y en a beaucoup ! Je vous ferai sans doute quelques articles là-dessus) et les gestes qui peuvent aider à réduire notre pollution individuellement.

Enfin, même si le zoo est très fréquenté, à aucun moment je n’ai eu l’impression d’être oppressée par la foule : les allées sont grandes et on a tout l’espace pour circuler.

Les options pour prendre son repas sont tout de même un peu limité. Il n’y a qu’une seule cafétéria servant de vrais repas, le restes n’étant que des petites échoppes vendant des sandwichs. Mais on peut aussi apporter son propre repas et faire un pique-nique dans l’un des jardins.

Le prix est vraiment très abordable :

30aed pour les adultes (environ 8€) et 10aed pour les enfants (2,50€)
Il y a aussi la possibilité de faire un mini-safari (pour environs 25€ par personne).
Pour toutes informations complémentaires je vous recommande la visite du site internet du zoo.

Bilan de mon défi de janvier : l’alimentation

Publié le

En 2019, j’ai décidé de mettre de l’harmonie, et l’énergie et du plaisir dans notre vie de famille. Pour y arriver, j’ai établi tout un plan d’action avec un thème chaque mois. En janvier, j’ai travaillé sur notre alimentation pour la rendre plus saine, plus équilibrée et aussi plus facile à gérer pour moi. Le mois se termine et il est temps pour moi de vous faire un bilan de ce que je retiens pour la suite !

Mes lectures pour une alimentation saine

Cela fait longtemps que Papa A Dada ! et moi sommes préoccupés par notre alimentation. Et lorsque nous vivions encore en France, nous avions une alimentation plutôt saine. Mais voilà, l’expatriation a tout chamboulé : les produits ne sont pas les mêmes, les normes sont différentes, le bio est beaucoup plus cher et le local à Dubaï tourne autour de la datte et du concombre (c’est bon, mais on s’en lasse vite !)… Bref, la qualité de notre alimentation n’est plus celle que nous pouvions avoir en France, et nous en avons ressenti les effets ! Et le pire de tous a été l’impact sur le comportement de nos enfants. Depuis notre arrivée ici ils sont plus agités qu’avant (parfois même insupportables). Et l’autre jour alors que nous étions allés manger un pizza pour leur faire plaisir, l’attitude de nos enfants a radicalement changé à la fin du repas : les deux gentils petits qui s’étaient installés à table avec nous s’étaient transformés en petits singes intenables ! Alors que nous avions longtemps cru que leur agitation était la conséquence du chamboulement émotionnel de l’expatriation, cette fois c’était clair : il y avait quelque chose dans la nourriture !

Certains additifs (notamment des colorants) sont cause d’hyperactivité chez le jeune enfant. En France ces additifs ne sont pas interdits, mais ils sont généralement signalés comme possible perturbateurs sur les paquets de bonbons et de gâteaux. Ici, rien n’est indiqué (en tous cas je n’ai rien vu). Nous avons été beaucoup moins vigilants sur le choix des produits qu’on achetait ici, parce que j’ai l’impression qu’il est beaucoup plus difficile de trouver des produits sans aucun additifs ici. Finalement, notre manque de vigilance nous a rattrapé…

En ce mois de janvier, j’avais donc pour mission d’améliorer la qualité et l’équilibre de notre alimentation. Et pour cela, il fallait que je cuisine plus ! (je n’ai jamais cessé de cuisiné, mais ici je me suis un peu plus souvent laissée aller à la facilité des produits industriels) J’avais depuis quelques mois dans ma bibliothèque le livre Les clés de l’alimentation anti-cancer” du Dr Jean-Christophe Charrié.

Les clés de l'alimentation anti-cancer

Les clés de l’alimentation anti-cancer a été écrit par le Dr Charrié en collaboration avec sa patiente Maryse Souffland-Groussard. Le Dr Charrié a élaboré un régime alimentaire qui a permis aux signes du cancer de Maryse-Groussard reculer, et cette dernière a élaboré de succulentes recettes. Le livre explique les principes de ce régime qui aide à repousser les signes du cancer, de maladies inflammatoires, infectieuses ou auto-immunes, et pourquoi il peut être bon d’intégrer ces principes mêmes si l’on n’est pas atteint directement par ces maladies.

J’ai apprécié la clarté du livre qui est très facile à comprendre même si l’on n’a pas de notions de médecine ou de nutrition. Je teste les recettes petit à petit et pour le moment je ne suis pas déçue.

Les clés de l'alimentation anti-cancer

Ce mois-ci, j’ai sorti mes livres de cuisine un peu plus souvent que d’habitude pour essayer de trouver de nouvelles inspirations. Je me suis notamment aidée du livre Assiettes Veggie” aux éditions Marabout.

Assiettes veggie

Ce livre est très graphique et donne envie de manger ! Il propose des recettes originales de plats végétariens, ce qui nous convient parfaitement puisque nous consommons peu de viande.

Les recettes sont faciles à faire et elle sont classées par catégories : énergétiques, légères, réconfortantes, protéinées, les sauces et bouchées énergétiques.

Assiettes veggie

Enfin, le dernier livre que j’ai compulsé régulièrement ce mois-ci est un livre très complet sur la cuisine orientale (de l’Inde au Japon en passant par la Chine ou les Philippines…) : World of the east, vegetarian cooking de Madhur Jaffrey.

Worl of the East, vegetarian cooking

Ce livre, qui ne semble pas avoir été traduit en français, est pourtant une mine d’information sur la cuisine d’Orient ! Il contient plus de 400 recettes de nombreuses origines différentes, et même si les recette ne sont pas illustrées, les gestes techniques sont souvent repris en images.

Worl of the East, vegetarian cooking

Nos bonnes habitudes

Eh oui, si je veux pouvoir manger équilibrer et me passer au maximum de la nourriture industrielle pleine d’additifs douteux, il va falloir prendre de bonnes habitudes ! La plus évidente et qui selon ce que j’ai pu voir sur les réseau sociaux est celle que les mamans préfèrent, c’est la préparation de goûters maison. Seulement voilà, à part mon gâteau au chocolat (excellent, pas trop sucré, mais plutôt gras (le beurre, c’est la vie, je suis Normande !)) mes enfants n’aiment pas les goûters que nous préparons ensemble. Je continue à tester de nouvelles recettes de temps en temps, et sinon, je leur achète des gâteaux secs sans additifs, et je privilégie les fruits.

Faire son pain

En revanche, il y a une habitude que j’ai reprise ce mois-ci : faire mon pain. En France, je faisais mon pain moi-même car j’avais une machine à pain. Ici, j’ai fait le choix de ne pas en racheter mais je me suis rendue compte que mes enfants aiment pétrir la pâte ! C’est toujours un plaisir pour eux lorsque je leur annonce que nous allons faire du pain, alors une fois ou deux par semaine nous nous mettons à l’œuvre et ils adorent ça !

Et l’organisation dans tout ça ?

Si une alimentation saine peut nous assurer plus d’énergie, pour l’harmonie et l’équilibre de notre famille, il ne faut pas que je passe mes journées en cuisine ! Alors pour cela, j’ai repensé notre organisation !

Sur mon frigo

Je faisais déjà mes menus hebdomadaires depuis un an environ. La tâche n’est jamais très agréable, mais j’avoue qu’en y consacrant une petite demi-heure un jour par semaine, j’y gagne un temps précieux les autres jours. Car si je ne fais pas mes menus, je ne fais pas les courses correctement, je passe du temps chaque jour à chercher ce que l’on va manger et encore plus de temps à faire les courses parce qu’il me manque toujours quelques choses ! Alors j’ai cherché un moyen pour que l’élaboration des menus soit moins une corvée. Et l’idée a considérablement réduit le casse-tête a été d’attribuer un type de plat par jour ! Si je sais que le dimanche nous mangeons un plat en sauce, je n’ai qu’à piocher dans ma liste de plats en sauce (liste que j’avais prévue de faire et que je n’ai pas encore faite…) et le tour est joué !

Ma semaine s’articule donc ainsi (oui, le dimanche est le premier jour de la semaine à Dubaï) :

  • Dimanche : plat en sauce
  • Lundi : gratin
  • Mardi : les enfants choisissent (et cuisinent !)
  • Mercredi : poisson
  • Jeudi : quiche
  • Vendredi : viande
  • Samedi : soupe / salade

Je fais donc maintenant ma liste de courses en même temps que mes menus, en fonction des légumes que je reçois et de ce qui me reste dans les placards et dans le frigo. Et pour éviter le gâchis, je note maintenant tous les restes qui se trouvent dans le frigo : si nous n’avons pas fini un plat, je le note sur la porte du frigo. Ainsi, je sais exactement ce que nous avons encore à manger avant de cuisiner un autre plat !

Les restes

Avec ces quelques astuces simples, j’ai vraiment réussi à gagner du temps et à limiter les pertes ! Je me suis aussi redonné l’envie de cuisiner et cela ne pourra être que bénéfique pour notre santé ! Défi réussi !