Et l’école, comment ça se passe ?

Publié le

Durant les vacances de la Toussaint, nous avons revu nos familles et nos amis qui vivent loin de chez nous. Une question brûlait les lèvres de nos proches qui savaient bien que Colombe venait de faire sa première rentrée scolaire : « Et l’école, comment ça se passe ?« .

Il y avait bien-sûr les pessimistes qui ajoutaient un « C’est pas trop dur ? » ou un « ça va, elle ne pleure pas trop quand elle doit y aller ?« . C’est non sans un peu de déception qu’ils accueillent mes explications : « Ça se passe très bien, elle aime beaucoup ce qu’elle fait en classe et n’a jamais pleuré au moment d’aller à l’école. Certains jours sont plus difficiles et elle proteste un peu, mais elle a bien compris que la maîtresse l’attendait pour travailler et qu’elle devait être présente. » . Pourquoi cette déception ? Pourquoi faudrait-il que les enfants pleurent à chaque fois qu’ils vont à l’école ? Ces personnes ont sans doute vécu cela avec leurs propres enfants et cherchent à se rassurer. Ou alors c’est juste que lorsque tout se passe bien, il y a moins à dire… Qu’importe…

Colombe va à l'école d'un pas décidé

Mais alors, l’école, ça se passe bien ? Eh bien oui… et non… Le rythme de l’école est intense pour les petits et ici, le rythme est pensé pour les demi-pensionnaires. Or, ma fille est externe : tous les midi je vais la chercher pour la faire manger à la maison et je la raccompagne à l’école ensuite. C’est un moment auquel je tiens, pas uniquement parce que je suis une horrible mère possessive qui refuse de laisser respirer sa progéniture. J’y tiens car c’est le rythme que j’avais quand j’étais enfant et que j’appréciais tout particulièrement cette coupure qui me permettait de sortir de la vie en communauté tellement épuisante. J’y tiens aussi parce que les menus de la cantine ne correspondent pas à mes principes : beaucoup de viande, des aliments parfois hors saison ! Et j’y tiens car je trouve stupide d’être à la maison, d’être disponible à seulement 5 minutes à pieds de l’école et de ne pas en profiter. Les élèves demi-pensionnaires sont couchés à 13h, mais pour les externes, l’école ne reprend qu’à 14h. On prive donc ces enfants d’une heure complète de sommeil. Les enfants sont réveillés à 15h au plus tard, les externes ont donc au grand maximum 1h de sieste alors que les textes officiels insistent sur le fait que « jusqu’à l’âge de 4 ans, la majorité des enfants a besoin d’un temps de sommeil dès la fin du déjeuner : une sieste d’une durée d’une heure trente à deux heures correspond à un cycle de sommeil et permet à l’enfant de se sentir reposé ». L’école ne respecte donc même pas ses propres règles ! Dans le cas de ma fille, cela a des répercutions catastrophiques : elle a souvent du mal à s’endormir. Dans les meilleurs jours, elle n’y parvient pas sur le temps de la sieste à l’école. Ces soirs-là elle sort de l’école fatiguée mais pas beaucoup plus qu’après une journée normale. Les jours où elle parvient à s’endormir, elle se fait réveiller peu de temps après pour retourner en classe. À la sortie de l’école, je sais tout de suite qu’elle a été réveillée car elle râle, elle refuse d’obéir, et très vite elle part dans les cris et les larmes. En la réveillant peu après son endormissement on prive ma fille de sommeil, et cela de manière régulière puisque cela se reproduit chaque après-midi d’école. Faut-il rappeler que la privation de sommeil est une forme de torture ? Et ça n’est pas moi qui le dit, mais les plus grandes institutions de défense des droits de l’Homme (La Croix Rouge, Amnesty Internationale…)

Il existe une solution simple à ce problème, et c’est celle qui est appliquée dans la plupart des cas : lorsque c’est possible, les élèves de petite section restent chez eux l’après-midi. Après une première semaine d’école épuisante, c’est ce que j’ai proposée à l’équipe éducative. Mais alors la direction de l’école m’a fait la leçon : l’école n’est pas obligatoire avant 6 ans, alors si j’ai fait le choix d’inscrire mon enfant, je dois respecter le rythme et les horaires imposés. Ils sont les mêmes pour les enfants de 2 ans et demi à 11 ans parce que « madame, imaginez comme ça serait compliqué sinon !« . Et si les enfants sont épuisés, si leur rythme de sommeil s’en retrouve chamboulé, c’est le prix à payer pour que les petits découvrent la vie en communauté car « vous savez madame, il y a des avantages et des inconvénients à tout.« …

Un mois après la rentrée, ce rythme avait déjà des conséquences catastrophiques sur ma fille. Lorsqu’elle s’endormait pour la sieste à la maison l’après-midi, elle se réveillait systématiquement en sursaut après 15 ou 20 minutes de sommeil… À la maison, elle ne communiquait plus que part les cris et les pleurs. Épuisée je me suis mise à crier beaucoup moi-même. Mon fils de 20 mois a suivi le mouvement et s’est mis à crier. Et mon mari, supportant les cris de tout le monde était sans doute bien content de partir au travail chaque matin. Je sentais que ma famille ne tiendrait pas, qu’elle risquait l’implosion et cela à cause de l’école… Je cherchais une solution. La changer d’école était compliqué : une dérogation pour une simple histoire de sieste m’aurait été refusée, et les écoles privées sont loin de chez nous. Et quitter cette école c’était aussi quitter une maîtresse bienveillante, stimulante et qui en quelques jours avait déjà permis à ma fille de faire de gros progrès tant au niveau du travail que de la confiance en elle. D’ailleurs la maîtresse ne s’oppose pas à ce que Colombe reste à la maison l’après-midi et elle m’a soutenue tout au long de mon parcours pour trouver une solution. Solution que nous avons fini par obtenir, à force de revenir à la charge auprès de la direction. Et bien évidemment la solution est celle que j’ai proposée dès le départ (ou presque), mais il aura fallu quémander pour obtenir le respect du rythme pour une enfant qui s’épuisait.

Alors l’école, comment ça se passe ? Eh bien l’école c’est une lutte de tous les jours pour faire subir à ma fille le moins de conséquences possible des décisions prises de manière unilatérale par des personnes qui ne connaissent pas nos enfants et qui refusent d’entendre leurs besoins. L’école est une lutte pour se faire respecter et entendre en tant que parents par des personnes qui sous prétexte de leur autorité, considèrent que nous ne pouvons pas être doués de bon sens et que seul leur jugement prévaut. Alors bien-sûr, l’école ne peut pas se faire « à la carte » et les enfants doivent suivre des règles de vie en communauté. Mais est-ce faire une école « à la carte » que d’accepter que tous les élèves de petite section qui en ont la possibilité restent chez eux l’après-midi ? Non, l’école à la carte c’est celle qui me permet à ma fille d’être la seule à bénéficier de cet aménagement. Eh oui, l’école est pleine de contradictions.

Vous êtes choqués de constater que l’école apprend à ma fille qu’elle ne peut pas s’endormir sans être immédiatement réveillée ? Alors attendez l’année prochaine, quand elle sera en moyenne section et qu’on lui apprendra qu’elle n’a plus le droit de dormir, parce que dormir, c’est pour les bébés. Dormir, c’est pour les faibles !

Save

Save

Save

Save

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on FacebookPin on PinterestShare on Google+

47 commentaires sur “Et l’école, comment ça se passe ?

    Rivieramum a dit :
    17/11/2016 à 21:26

    Ça m’étonne en petite section que tu ne puisses pas La garder certains après midi ? Je connais des mamans qui font ca. C’est vrai qu’en ps c’est l’idéal de couper un peu tu as raison je trouve.

      mamanadada a répondu :
      17/11/2016 à 21:35

      Pouvoir garder les enfants en petite section l’après-midi se fait dans toutes les écoles dans lesquelles j’ai demandé (et dans la France entière), mais la personne à la direction de l’école de ma fille a décidé que ça ne se ferait pas dans son école…

    Claire a dit :
    17/11/2016 à 21:46

    C’est vraiment triste de devoir se battre pour quelque chose de si normal. Je ne suis vraiment pas pressée que ma fille arrive à l’école !

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 08:48

      Toutes les écoles ne sont pas comme ça heureusement ! Et dans la plupart des cas, l’équipe éducative encourage à garder les plus petits qui sont fatigués. Ici d’ailleurs, l’institutrice pense aussi que les enfants gagneraient plus à se reposer à la maison. Mais ça n’est pas l’avis de la personne qui dirige l’école, et comme bien souvent, une seule personne peut suffire à enrayer la machine…

    Weena a dit :
    17/11/2016 à 21:48

    Hein? Chez moi, c’est carrément l’école qui le propose quand l’enfant en manifeste le besoin et que c’est possible (j’ai le cas chez mes voisins avec leur dernier).
    Et je croyais que la sieste était pour tous les maternelles … ils arrêtent en moyenne section?

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 08:59

      Dans la plupart des écoles on encourage à garder les enfants lorsqu’ils sont fatigués. Mais il suffit, comme dans l’école de ma fille, que la direction change d’avis et cela ne peut plus se faire.
      Quant à l’arrêt de la sieste en moyenne section, c’est comme cela que ça se passe dans la plupart des écoles. Généralement, les enfants de moyenne section qui sont fatigués peuvent se reposer dans un coin de la classe, mais on ne leur propose pas d’aller au dortoir pour dormir…
      Certaines école s’adaptent pour que chaque enfant ayant besoin de dormir puisse le faire, mais elles sont vraiment rares.

    Estelle a dit :
    17/11/2016 à 21:49

    Je trouve tout aussi ahurissant d’obliger un enfant de moyenne section à dormir alors qu’il n’en ressent plus le besoin (car c’est le cas pour une bonne partie des enfants en MS…).
    Enseignante en maternelle, je tiens tout de même à rectifier une chose : votre histoire n’est pas une généralité et dans beaucoup d’écoles on essaie de respecter au maximum le rythme des enfants, en faisant le plus souvent du cas par cas. Par exemple je m’occupe des enfants de grande section et j’ai 2 élèves qui dorment encore l’après-midi, ma collègue qui a les TPS-PS a des enfants qui externes qui reviennent pour la sieste à 13h, d’autres qui restent chez eux, d’autres qui ne viennent pas le mercredi… Alors il est vrai qu’on s’y perd un peu parfois, mais c’est une question d’organisation !
    Il est vrai que parfois, malheureusement, le rythme est fatigant : l’école le mercredi matin par exemple…

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 09:18

      Je suis d’accord qu’il est ahurissant d’obliger un enfant (de moyenne tout comme de petite section) à dormir s’il n’en a pas besoin. Lorsque j’ai écrit ma phrase de conclusion, ça n’était pas pour dénoncer le fait que les MS n’étaient pas obligés de faire la sieste, mais plutôt le fait que ceux qui en ont besoin n’en ont que rarement la possibilité. Dans l’école de ma fille, les MS peuvent se reposer dans un coin calme lorsqu’ils sont fatigués, mais ils n’ont pas accès au dortoir alors que certains pourraient avoir besoin d’une sieste (même ponctuellement).
      Ensuite, je suis désolée si j’ai pu faire penser que je décrivais une généralité des écoles françaises. Je parle du cas très précis de l’école de ma fille et avant d’écrire cet article, j’ai questionné beaucoup de mamans des écoles alentours, mais aussi dans le reste de la France et force est de constater que le fonctionnement de notre école est bien particulier. Je sais que dans la plupart des écoles maternelles on ne s’oppose pas à ce que les enfants restent à la maison l’après-midi s’ils sont fatigués, et je trouve particulièrement injuste que cette mesure soit soumise à l’appréciation des directeurs d’écoles car cela crée des inégalités au sein même de l’enseignement public. Pourquoi ma fille devrait-elle s’épuiser en allant à l’école tous les jours, toute la journée, alors que sa copine scolarisée dans l’autre école du quartier n’y va qu’à la demi-journée ? Et laquelle des deux en tirera le plus de bénéfices : celles qui suit de nombreuses heures de classe mais qui est épuisée, ou celle qui est en forme mais qui a moins d’heures de cours ?…
      Je suis fille d’institutrice et ai vécu dans une école maternelle jusqu’à mes 20 ans, j’ai donc eu le temps d’observer le fonctionnement. Comme vous les faites, les enseignantes de l’école de ma mère s’arrangeaient pour que chaque enfant, quel que soit son niveau, puisse aller dormir au dortoir s’il en avait besoin. Je trouve cela génial et rassurant pour la santé des enfants que vous avez en charge que vous fassiez pareil. Mais malheureusement, en questionnant les enseignants dans mon entourage je me rends compte que peu d’écoles font cet effort. Comme vous le dites, cela demande de l’organisation et beaucoup d’école n’y sont pas prêtes…

    Maman Fatiguée a dit :
    17/11/2016 à 21:58

    Comme je comprend ce que tu dis. Je l’ai vécu l’année dernière mais j’ai pu gardé Petit Chou avec moi jusqu’à la rentrée de janvier. Et c’était aussi le seul enfant qui faisait ça.
    Cette année il n’y a plus de sieste mais seulement un temps calme (entre 13h30 et 14h!!) et c’est encore plus difficile. Heureusement les activités périscolaires ont lieu le jeudi après midi, ce qui fait que Petit Chou ne va pas à l’école le mercredi et le jeudi après midi mais du coup il a énormément de mal à faire une sieste quand il est à la maison et le soir à 19h30 il s’endort comme une masse alors que pendant les vacances il arrive plus facilement à dormir l’après midi.
    Je suis contente pour toi et Colombre que tu ai eu gain de cause. Ils ont bien le temps d’être bousculer avec des horaires de ministres (qui d’ailleurs font souvent la sieste!)

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 09:22

      Une demi-heure de temps calme pour Petit Chou, cela doit être épuisant ! Et comme tu le dis, les enfants ont après beaucoup de mal à faire la sieste à la maison (d’ailleurs ma fille n’y parvient presque plus non plus…) car c’est tout leur rythme (et leur santé) qu’on chamboule !
      Et les ministres ! Je n’y avais pas pensé mais maintenant j’ai l’image de nos ministres et députés en train de dormir à l’Assemblée et cette image m’écœure encore plus !

    Jadavi a dit :
    17/11/2016 à 21:58

    C’est pas toujours facile de gérer les rythmes de chacun . Moi j’avais le problème inverse l’année dernière en petite section car ma fille ne fait pas de sieste depuis ses 1 an et j’ai donc fait le choix de la mettre que le matin à l’école car à l’école il les couchait impérativement .

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 09:23

      C’est difficile de respecter le rythme de chaque enfant. C’est pour cela que je réclame à garder ma fille toutes les après-midi.

    Maman boucle d'or a dit :
    17/11/2016 à 21:58

    Hallucinant que tu aies dû quémander pour obtenir cela! Ici Elea ne va à l’école à la journee que depuis cette année (en MS donc) et cela n’a jamais été un problème! Quand aux enfants qui restaient à la journee (ou revenaient après le déjeuner) l’horaire du retour et de la sieste était le meme pour tous à savoir 13h30. En revanche je te rejoins sur le problème du manque de sieste en MS, ma fille est très fatiguée et fait au moins 2h de sieste le mercredi et le we, elle aurait donc besoin de dormir aussi les jours d’école mais cela n’est pas possible malheureusement! L’école a encore besoin de faire des efforts pour être davantage à l’écoute des enfants pour mieux préparer les apprentissages fondamentaux. Bises

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 09:31

      Comme tu dis il reste des effort à faire…
      Je me bats encore pour obtenir des améliorations, mais je me dis qu’au moins j’ai déjà 2 après midi par semaine pour que Colombe se repose…
      Bref, le système n’est pas vraiment à l’écoute des enfants, et tous les enseignants ne le sont pas non plus, ce qui n’arrange rien.
      Courage à Eléa pour supporter le rythme.

    Marie a dit :
    17/11/2016 à 22:13

    Il est arrive la même chose a une maman que je connais.
    Un jour elle a fini par décider de garder sin fils a la maison et de lui faire l ‘ instruction en famille.
    Et maintenant leur vie a vraiment change en mieux ,son fils s ‘ épanoui et en plus ca respecte le rythme de l enfant!
    Bonne soirée

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 09:35

      Très honnêtement j’ai pensé à l’instruction en famille. Mais ma fille est heureuse en classe et sa maîtresse est vraiment une personne bien (qui me soutient dans mon combat pour faire respecter les besoins de mon enfant). Elle est bienveillante, elle fait énormément d’activités manuelles (ce qui me paraît essentiel chez les jeunes enfants) et ma fille l’aime beaucoup. Je ne veux pas priver ma fille de cela pour des histoires de logistique ! Mais si les choses ne s’arrangent vraiment pas, je serai certainement contrainte de reconsidérer la question…

        Marie a dit :
        18/11/2016 à 09:58

        Merci de nous répondre à toutes!
        C’est tres gentil
        Bonne journée et bon courage!
        Vous êtes une maman geniale😊

          mamanadada a répondu :
          18/11/2016 à 19:48

          Je trouve normal de répondre à chacun. J’apprécie qu’on prenne du temps pour commenter mes articles alors une réponse est bien normale !
          Merci pour ces compliments. Ça n’est pas toujours facile d’être dans la position de celle qui « râle » et ça fait remonter beaucoup de doutes. Mais je ne cherche pas à m’opposer à l’école juste pour le plaisir, je veux juste faire évoluer les choses pour que les enfants s’y sentent mieux !

    les broutilles de nanou a dit :
    17/11/2016 à 22:40

    J’ai connu ca l’année derniere quand monsieur J était en PS. Il était un des rares privilègié à manger à la maison. Ils étaient 3 à avoir ce grand privilèges de la coupure du midi sauf que le retour à 13h30 ben c’était violant car il pleurait dans le dortoir il réveillait tout le monde par ses pleurs, ses copains dormaient depuis 12h30-12h45 et le réveil se faisait vers 15h pour aller en récré et le miens a 15h s’il avait mis 30 min a s’endormir ben 30 min après ont le réveillait. Plusieurs fois le soir le maitre m’a dit il a reveillé tout le monde dans le dortoir a cause des pleurs, c’est difficiles….et très vite il l m’a demandait si ca me posait problème de le garder l’apres midi. c’est ce que nous avons fait et très vite ca c’est bien passé. nous avons réintégré l’école l’après midi peut avant noel. il lui fallait un temps d’adaptation. cette année plus de sieste et le soir il ne traine pas il mange et souvant en plein repas vers 19h30/20h00 il repousse son assiette et me dit qu’il est fatigué qu’il veut aller dormir . Le rythme est très dur pour les petits quand même et mon cadet ne sort jamais aux mêmes horaires toute la semaine et c’est usant aussi. tant pour eux que pour moi

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 09:41

      Le cas de Monsieur J ne m’étonne pas. Mais c’est bien que son maître t’ait proposé de le garder l’après midi pour un temps d’adaptation. C’est la solution que je réclame depuis la rentrée et qu’on me refuse. Résultat en quémandant j’ai obtenu 2 après-midi par semaine, mais je trouve que cela ne suffit pas pour qu’elle s’adapte…
      Quant au rythme de ton cadet, je trouve incroyable que les enfants ne finissent jamais à la même heure (c’était la même chose pour mes neveux), si les horaires ne sont jamais les mêmes on ne peut pas parler de rythme ! Et oui, pour les parents aussi c’est usant !

    Mouette a dit :
    17/11/2016 à 22:53

    Et quand en GS les élèves sont fatigués, réclament un temps calme, de s’allonger et s’endorment sur le tapis de regroupement et tu te demandes ce que l’on va te dire parce que tu les laisses dormir… Heureusement, personne (d’important) n’est jamais rentré dans ma classe. Bref, je comprends !!!

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 09:43

      Tu as raison de les laisser dormir. Affirme-toi si quelqu’un te fait une réflexion. Oui tu laisses des « grands » se reposer, mais c’est pour revenir dans le groupe en meilleure forme et plus disposés à travailler. Tu n’as rien à de reprocher en respectant les enfants ! <3
      (bon, on va peut être mettre Colombe dans ta classe qu'est que tu en dis ? !)

    Pa'Man! C'est une longue histoire... a dit :
    17/11/2016 à 23:07

    Oh la la… Pfiou…Que je n’aime pas ce genre de discours… On s’est heurté à plusieurs problèmes avec l’ancienne école de Coquinou. cette année il est dans le privé et une super école bienveillante 💜 courage 😘

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 09:46

      Je sais que vous aviez eu des problèmes avec l’école de Coquinou l’année dernière et que le changement a été bénéfique. Mais ici, à part les décisions arbitraires d’une seule personne, tout le reste va bien. Colombe a une maîtresse extra et j’ai peur qu’en la changeant d’école elle perde cela. De plus la changer d’école lui imposerait un rythme soutenu aussi puisqu’il faudrait se lever plus tôt le matin (l’école privée la plus proche n’est pas si proche que ça…) et cela l’obligerait à manger à la cantine…). Du coup je me bats pour changer les choses là où je suis.

    Mamanoquotidien a dit :
    18/11/2016 à 06:43

    J’aurais fais pareil à ta place, garder Colombe l’après midi. L’an dernier mes enfants (alors tous les deux en maternelle) n’allaient pas à l’école les mercredis où je pouvais les garder, soutenue en ce sens par l’équipe éducative. C’est dommage qu’ils soient moins réceptifs chez toi. Et oui pour les enfants dormeurs la moyenne section est de loin la plus fatigante (par contre chez nous ils ne font plus la sieste par manque de place, non par choix). Mais profites de la maternelle pour la garder autant que possible pour qu’elle se repose. Elle a tout le temps d’apprendre 😊.

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 09:48

      Comme tu dis, elle a tout le temps d’apprendre ! Quand j’écoute le discours de la direction, j’ai l’impression que ma fille passe le bac à la fin du mois !!! Alors je me bats pour obtenir le plus possible… mais c’est ahurissant d’en arriver là quand il s’agit du bien-être de petits enfants.

    justine lecomte a dit :
    18/11/2016 à 09:07

    Très bon article je trouve ! Bravo ! On passe déjà toute notre vie d’adulte à lutter contre notre rythme naturel alors oui laissons les enfants en profiter un maximum surtout quand les mamans sont à la maison c’est tout à fait logique ! Et puis je te rejoins sur ce point les gens « aiment » avoir à redire quand ça ne va ça les conforte sans doute (malheureusement) !

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 09:52

      Merci Justine !
      Je reste persuadée que si on apprenait à nos enfants à respecter leur rythme dès maintenant, ils lutteraient peut-être moins que nous à l’âge adulte ! Et oui, c’est incroyable qu’on ne laisse pas profiter un enfant quand il a quelqu’un à la maison pour s’occuper de lui (d’ailleurs ça peut être maman, papa, mamie, nounou, tata…).
      Et oui, les gens aiment parler, ça remplit un peu leur vie 😉

    La Phanette aux petits pois a dit :
    18/11/2016 à 09:44

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, on ne doit pas réveiller un élève qui dort. Avec les nouveaux rythmes scolaires, c’est devenu un peu n’importe quoi. On n’a plus de temps pour la sieste et on n’a plus de temps pour faire quoi que ce soit l’après midi.
    Quand je lis ton article, je ne regrette pas du tout d’avoir quitté l’éducation nationale. Ça fait peur tout ce qu’on demande à ces petits bouts. on a l’impression que leur carrière est en jeu dès la maternelle !
    C’était une de mes phrases favorites quand j’étais maîtresse : « eh ils ne vont pas passer le bac à la fin de l’annnée ! « 😀 Il y a beaucoup d’instits qui oublient que ces enfants étaient dans le ventre de leur maman, il y a quelques années encore !
    Tant mieux si tu as réussi à laisser ta fille dormir l’après midi !
    Et quant à la moyenne section, les premiers mois, c’est difficile. Ils sont très énervés. En début d’année, j’avais l’habitude de leur faire faire une sieste d’une demi heure mais très vite on se faisait remonter les bretelles par l’inspection ! C’est clair que sieste égale retard dans le programme !
    Pour la petite anecdote, ma fille ainée était autorisée à rester à la maison pour faire la sieste quand elle le voulait en moyenne section si elle se sentait fatiguée.
    J’avoue que ça m’aurait bien arrangée (rhabillage de la deuxième, décalage de la sieste pour la deuxième… ) mais elle n’a jamais voulu rester à la maison ne serait ce qu’une seule fois !
    J’espère que ta fille va bientôt pouvoir se reposer convenablement
    Bonne journée

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 19:46

      Comme tu dis « ils ne vont pas passer le bac à la fin de l’année » mais honnêtement vu le rythme qu’on a eu avant d’avoir le droit à un (petit) aménagement, j’avais plutôt l’impression de vivre mon année de classe prépa à travers ma fille plutôt que l’année du bac ! Bref, les enfants doivent être productif, et dès la sortie du ventre !!!
      Sinon, pour le repos, eh bien j’ai pris des libertés puisqu’on m’accorde 2 après-midi de libre par semaine, aujourd’hui j’en ai pris une 3ème car je sentais ma fille épuisée !
      bisous à toi

    Niya a dit :
    18/11/2016 à 11:45

    Étonnante cette école… La plupart des écoles sont plutôt contentes quand les parents gardent les PS l’après-midi pour manque de place dans les dortoirs !
    Moi, je laisse Tibonhomme à la cantine et à la sieste… pour des raisons de manque de mobilité de ma part (4 allers-retours par jour c’est un peu trop pour ma jambe boiteuse… on est à 15 min à pied de l’école)… Et aussi parce qu’à l’école, il dort !!! Ce qui n’est pas du tout le cas à la maison. Le mercredi soir et les week-ends, on ressent le manque de sieste lol. Et pour la cantine, ils ont vus que ma fille ne voulait plus manger de viande et de poisson, et lui ont fait des plats adaptés… qu’ils donnent aussi à mon fils du coup lol.

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 19:50

      Oui, à ma connaissance c’est la seule école qui exige que les enfants de petite section soient présents matin et après-midi…
      Je comprends que tu ne fasses pas tous les allers-retours avec ta jambe ! C’est vraiment bien que l’école adapte les plats pour tes enfants ! C’est certainement le signe qu’ils sont vraiment à l’écoute des besoins des enfants, heureusement qu’il y a des écoles comme ça !

    Monjolipetitbureau a dit :
    18/11/2016 à 14:01

    Bien d’accord avec toi et c’est fou que tu aies du insister pr cela! Ça a bien « mis en l’air » la sieste nous aussi et Emmy est comme Colombe, pas de très bonne humeur quand elle manque de sommeil. Bcp de cris aussi et malheureusement on a dû mal à renverser la situation…

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 19:54

      Le rythme de nos petits peut être bouleversé rapidement, mais il est bien difficile de le retrouver ensuite !
      Finalement aujourd’hui j’ai octroyé à Colombe une après-midi supplémentaire à la maison (contre l’avis de l’équipe) car je la sentais épuisée ! Elle a pu se reposer et a fait une sieste de 1h30 qui lui a fait le plus grand bien !

    Appellation Maman a dit :
    18/11/2016 à 17:18

    Je suis abasourdie par ton article…. c’est quoi cette mentalité?! Ici les filles ne vont à l’école que le matin. Elles mangent et font leurs 3h de siestes à la maison! Elles ont en vraiment besoin! Et je faisais pareil avec mon grand au même âge! Et c’est le prof qui lors de la réunion de la rentrée nous a fortement conseillé de garder nos loulous à la maison. Si on le pouvait évidemment! Je pensais que c’était partout pareil… en Suisse l’école ne commence qu’à 4-5 ans. Du coup j’étais très choquée en arrivant ici de voir que les petits commençaient l’école à 3 ans voir 2 ans pour certains! Tu as bien fait de te battre… mais j’espère que ta Colombe n’en pâtira pas trop… c’est degueulasse! Bisous ma belle!

      mamanadada a répondu :
      18/11/2016 à 19:56

      C’est ta manière de faire qui me paraît naturelle ! Et en tant que fille d’institutrice, je n’ai jamais vu une équipe s’opposer ainsi au repos des enfants. ça me met hors de moi ! Mais j’essaye de faire de mon mieux pour que les relations avec l’école se passe bien et que ma fille parvienne tout de même à trouver un rythme acceptable.

    Le Rire des Anges a dit :
    19/11/2016 à 17:11

    C’est l’option que nous avons choisie pour Fripouille cette année et je ne regrette pas du tout ce choix! La question ne s’est pas posée pour l’année prochaine mais j’aimerais beaucoup continuer à ce rythme si j’estime qu’il en a besoin! J’adorerais le récupérer.pour le déjeuner, d’autant qu’ils ont fait le choix depuis 2 ans de se faire livrer des repas tout prêts alors qu’avant il y avait une vraie cuisinière qui préparait… Et ça ça me gonfle!!

      mamanadada a répondu :
      21/11/2016 à 09:10

      Moui, les plats tous faits et livrés c’est rarement une très bonne idée, et pourtant c’est ce que beaucoup d’écoles choisissent… J’espère que tu pourras garder Fripouille l’après-midi l’année prochaine mais en section de moyens, peu d’écoles acceptent… Bref, le rythme de vie et la santé de nos enfants ne sont pas vraiment des priorités.

    Chat-mille a dit :
    20/11/2016 à 11:14

    J’espère n’avoir pas fait partie de ceux qui ont demandé des nouvelles de l’école en partant du principe que ça se passait mal 😉 (je me souviens avoir demandé des nouvelles de l’école, mais je ne sais plus comment j’ai formulé… je crois que j’ai dit « ça va mieux ? » ce qui était relativement optimiste, bien que partant du principe que ça allait pas super avant, mais peut-être que j’ai confondu avec quelqu’un d’autre, parce que je connais beaucoup de petits qui ont fait leur rentrée cette année ;))

    Pour la sieste, on en a discuté toutes les deux, c’est vrai que c’est un peu bête cette histoire du même rythme pour tous, qui n’est finalement le rythme de personne, et que les externes soient défavorisés.

    Choupie ira sûrement aussi à l’école en mode sans cantine, déjà parce que bon, c’est compliqué à gérer avec le végétarisme (mais bon, on aurait pu s’asseoir sur nos principes histoire de lui faciliter l’intégration), et parce que travaillant à la maison, ça casse un peu les pieds de payer la cantine. Et puis je trouve aussi que c’est mieux, moi petite j’enviais mes copains externes de retourner chez eux le midi.

    Par contre, nous on risque d’avoir le souci inverse pour la sieste : elle n’en fait plus (pourquoi, je ne sais pas, il paraît que je n’en faisais pas non plus petite), donc j’espère qu’ils ne l’obligeront pas à en faire et qu’on n’aura pas de leçon de morale inverse (mais peut-être que du coup on pourra la ramener plus tard ?). Bref, on verra. Heureusement ce n’est pas tout de suite !

    Bon courage petite Colombe en tout cas !

      mamanadada a répondu :
      21/11/2016 à 09:19

      Ne t’en fais pas, tu ne fais pas partie des gens qui attendaient une réponse négative ! 😉
      J’ai l’impression qu’on marche sur la tête depuis le début de l’année et je ne comprends pas comment l’équipe peut être aussi bornée alors qu’honnêtement un enfant épuisé ne peut pas se concentrer sur son travail et finira pas détester l’école. Et faire détester l’école en épuisant nos enfants c’est peut être la stratégie qui nous conduit à avoir plus de 30% d’enfants qui arrivent en 6ème sans savoir lire correctement…
      Pour la cantine, même si je ne suis pas végétarienne, nous mangeons peu de viande, et la surconsommation de viande dans les cantines est une des raisons qui poussent à faire manger Colombe à la maison le midi. Alors je comprends tout à faire que tu n’ailles pas à l’encontre de tes convictions pour « intégrer » ta fille.
      Colombe ne faisait plus la sieste non plus avant d’aller à l’école, mais le rythme est maintenant bien différent et les enfants travaillent beaucoup au final. Garder sa concentration sur le travail et gérer ses relations avec les 24 autres petites personnes (pas toujours très au fait des règles de bienséance) autour de soit, est bien fatigant pour les enfants. Alors si on arrive à la coucher, Colombe fait la sieste maintenant. Donc le rythme de Choupie pourrait changer l’an prochain. Et c’est fort possible qu’on la force à se coucher l’après-midi à l’école. Comme je refuse qu’on couche Colombe, je demande à ce qu’elle ne soit pas couchée les après-midi où l’école la force à venir. Il m’aura fallu des semaines pour obtenir qu’on fasse un essai ! (essai à faire demain^^)
      Bref… nos enfants ont 2 ans 1/2, 3 ans, 4 ans et l’école aimerait bien les voir défiler comme des petits soldats tous identiques (enfin dans mon école en tous cas…).

    sourismaman a dit :
    20/11/2016 à 15:31

    comme s’est épuisant de se battre sans cesse surtout lorsqu’on sait ce qui est le mieux pour notre enfant, courage ma jolie <3

      mamanadada a répondu :
      21/11/2016 à 09:20

      Merci ma belle ! C’est épuisant comme tu dis.

    Les cahiers de Lucie-Rose a dit :
    20/11/2016 à 19:19

    On avait échangé sur ces problèmes de sieste sur IG et franchement, te relire me choque vraiment ! Je ne comprends pas du tout le raisonnement de la directrice de cette école. Et puis ne pas coucher les enfants à la même heure, quelle idiotie ! Ne pas respecter les rythmes des tout-petits, c’est une forme de violence qu’on leur inflige. Tu n’as pas de chance, vraiment… C’est à l’institution de s’adapter aux enfants et pas le contraire, surtout lorsqu’ils sont en bas âge ! Franchement, tu pourrais peut-être dénoncer ces pratiques au rectorat. Après tout, ils ont aussi leur mot à dire. Je savais (mais ce que tu écris me conforte encore plus dans mon opinion) que mon loulou avait une super école : ici on encourage les parents qui en ont la possibilité à garder chez eux les PS. Les MS ont tous un temps de repos imposé (pas long pour ceux qui ne font plus la sieste) et on ne réveille pas les enfants sauf s’il est l’heure de rentrer à la maison. Les GS ne font théoriquement plus la sieste mais on réserve des lits à ceux qui en ont encore besoin… Courage à ta petite Colombe.

      mamanadada a répondu :
      21/11/2016 à 09:29

      L’école de ton Lutin a l’air top, car même si la plupart des écoles permettent un aménagement du rythme, peu réserve des lits pour les « grands » qui sont fatigués ! Heureusement que certaines écoles sont encore à l’écoute des besoins des enfants !
      J’ai pensé à en parler à l’inspection académique. Pour l’instant l’école a coupé la poire en 2, me permettant de garder Colombe 2 après-midi par semaine, alors je n’en ai rien fait. J’ai un peu peur que cela retombe sur ma fille si je le fait. Les personnes concernées pourraient mal le prendre (ce que je comprendrais finalement) et décider se « venger » sur ma fille…

    […] la rentrée de septembre j’ai l’impression de courir après le temps. Le rythme de l’école nous pèse beaucoup, Colombe est épuisée et difficile à gérer. Ces derniers mois, toute la famille a été mise […]

    […] Ensuite, les quelques mois que Colombe a passé à l’école n’ont pas été supers : nous avons été confrontés à une direction complètement bornée qui ne faisait aucun cas du bien…, et Colombe n’a pas appris à aimer l’école, bien au contraire. Globalement tout […]

    […] j’ai décidé de ne pas inscrire mes enfants à l’école. Si vous vous souvenez, la première année d’école de Colombe n’avait pas été très concluante (un rythme trop soutenu pour un petit enfant, et des adultes bornés…). Et l’école à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *