Dubaï

Les prises électriques à Dubaï – À Dada à dos de Chameau !

Publié le

Lorsqu’on voyage, l’une des préoccupations récurrentes est le branchement des appareils électriques ! Et cette question est encore plus vraie lorsqu’on s’expatrie ! Vais-je pouvoir brancher mon ordinateur ? Dois-je acheter des adaptateurs pour utiliser mon matériel électrique ? À Dubaï la question a été très vite réglée !

Les prises électriques à Dubaï

Dubaï utilise un courant à 220v et les prises électriques sont les mêmes qu’en Angleterre : 3 fiches rectangulaires.

Prise d'un appareil électrique à Dubaï

Certaines prises peuvent se refermer sur elle-même afin de prendre moins de place dans le transport. Et ça, je trouve cela super pratique !

Prise d'un appareil électrique à Dubaï

Et comme en Angleterre, les prises au murs ont un interrupteur qu’il ne faut pas oublier d’allumer pour que les appareils fonctionnent ! Combien de fois me suis-je demandé pourquoi mon aspirateur ne s’allumait pas après l’avoir brancher ? Et la surprise d’un téléphone déchargé le matin parce qu’on a oublié d’appuyer sur l’interrupteur n’est pas arrivée qu’à moi !

Prise au mur à Dubaï

Les adaptateurs

Et voilà la bonne surprise de Dubaï (et sur ce point, je pense que Dubaï diffère de l’Angleterre) : nous n’avons pas acheté d’adaptateur pour brancher nos appareils français, mais seulement des multiprises !

Les prises multiples, même celles qu’on trouve dans les toutes petites supérettes de quartier, présentent des trous légèrement plus grands que ceux nécessaires pour faire rentrer les prises locales. Ainsi nos prises françaises aux fiches rondes rentrent sans problème ! Et cela pour le prix d’une simple prise multiple !

à Dubaï, une prise multiple peut servir d'adaptateur

La séparation hommes-femmes dans le métro de Dubaï – À Dada à Dos de chameau #3

Publié le

Voilà maintenant 3 semaines que je partage avec vous des petits détails surprenants de ma vie quotidienne à Dubaï dans ma série d’article intitulée « À Dada à Dos de chameau », et cela semble vous plaire ! Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’un sujet qui m’intriguait lorsque j’étais en France : la séparation des hommes et des femme dans le métro à Dubaï.

Ce qu’on m’avait dit lorsque j’étais en France

Je suis venue vivre à Dubaï sans y avoir jamais mis les pieds avant, je n’avais donc que peu de connaissances du lieu. Dans mon entourage, de nombreuses personnes avaient passé des vacances à Dubaï, avaient vu une émission sur la ville ou bien avaient le cousin de la voisine de leur boucher qui y avait passé une semaine il y a 5 ans. Parmi les « préjugés » entendus sur Dubaï, il y en a un qui m’a particulièrement surprise : les hommes et les femmes ne montent pas dans les mêmes rames dans le métro !

La séparation homme-femmes dans le métro de Dubaï

En réalité, le métro de Dubaï est mixte ! Hommes et femmes peuvent donc sans problème voyager dans la même rames, ce qui évite clairement de séparer les familles ! Mais le métro (et le tramway) comprend un espace dédié aux femmes et aux enfants dont l’accès est interdit aux hommes sous peine d’amende. Elle est facilement reconnaissable car  sur le quais du métro, son entrée est marquée par un panneau montrant une femme et un enfant, et au sol on remarque aisément la grosse bande rose marquée « Women and children only » (femmes et enfants uniquement)

L'entrée de la zone réservée aux femmes dans le métro de Dubaï

L’espace réservé aux femmes et aux enfants est séparé des autres zones du métro par une simple ligne rose. Il ne s’agit donc pas de séparer hommes et femmes afin qu’ils ne se fréquentent pas, mais juste de créer un espace plus tranquille pour les femmes et les enfants.

Séparation hommes-femmes dans le métro à Dubaï

Cet espace permet aux femmes qui voyagent seules de ne pas être gênées par la présence et le regard d’hommes autour. Il permet également aux enfants de ne pas se sentir importunés ou juste mal à l’aise. Comme je l’ai expliqué dans un précédent article, les gens ici se montrent parfois très proches des enfants (jusqu’à les prendre dans les bras sans rien demander) et cela a souvent mis mes enfants mal à l’aise. Lorsque je prends le métro seule avec Colombe et Olivier, je m’installe donc généralement dans cette zone car les hommes les intimident beaucoup plus que les femmes.

Plus qu’une véritable séparation, il s’agit donc d’un espace de tranquillité comme on trouve dans le métro de Tokyo également !

Pour l’anecdote, on reconnaît facilement les touristes qui n’ont pas compris que les autres parties du métro sont mixtes : les femmes sont d’un côté de la ligne rose, et les hommes de l’autre !

Le métro de Dubaï comporte plusieurs classes

Le métro de Dubaï comporte une autre séparation puisqu’il existe plusieurs classes. La classe « silver » (argent) est la classe ordinaire, celle dans laquelle se trouve la zone réservée aux femmes. La classe « gold » (dorée) est la première classe : son entrée est signalée par une ligne dorée, les fauteuils y sont plus grands, et cette fois, la zone est séparée des autres par une porte.

Entrée de la "gold class" dans le métro de Dubaï

7 Milliards de visages – Chut les enfants lisent…

Publié le

Avec la rentrée des classes, les rendez-vous blog reprennent, et bien sûr, l’incontournable « Chut, les enfants lisent » organisé par Devine qui vient bloguer ? ne fait pas exception ! Chaque mercredi, ce rendez-vous nous propose de faire découvrir un livre destiné aux enfants que nous avons particulièrement apprécié ! En ce début de mois de septembre, notre vie a beaucoup changé puisque nous vivons maintenant à Dubaï. J’ai donc décidé de vous faire découvrir un livre tout particulier et qui représente bien la nouvelle ville dans laquelle nous vivons : 7 milliards de Visages.

7 milliards de visages

7 milliards de visages

Nous sommes maintenant 7 milliards sur Terre. « Près de sept milliards de personnes… et pas deux semblables ! ».

Ce livre nous présente les différences entre les êtres humains dans le monde : nous avons tous un physique différent, nous n’avons pas la même couleur de peau, d’yeux, nous avons des chevelures très différentes.

7 milliards de visages et des physiques différents

Nous n’avons pas tous les mêmes croyances ni les mêmes pratiques. Certains croient en un Dieu, d’autres en plusieurs, certains n’y croient pas.

7 milliards de visages et des croyances variées

Il y a des centaines de manières d’écrire et environ 200 langues différentes, mais au final nous avons tous le besoin de nous exprimer.

7 milliards de visage et un besoin universel de s'exprimer

7 milliards de visages nous présente nos différences, mais aussi nos ressemblances. Car si nous sommes tous uniques, nous sommes tous des êtres humains et nos besoins sont très semblables. Nous jouons tous, mais juste pas de la même manière.

7 milliards de visage et une même envie de s'amuser

Nous sommes 7 milliards, avec nos ressemblances et nos différences qui rendent le monde plus beau !

Notre avis sur 7 milliards de visages

Nous vivons à Dubaï, ville d’un million et demi d’habitants dont 95 % sont des étrangers. Ici, toutes les nationalités du monde sont représentées, ou presque… Lorsqu’on se promène dans les rues nous croisons des femmes entièrement voilée de noir, des femmes en sari aux couleurs chatoyantes, des femmes en pantalon et simple T-shirt, et des femmes en robe courte au décolleté plongeant… Nous croisons des hommes et des enfants à la peau noire, très bronzée ou même très très claire. Nous entendons parler arabe, anglais, philippin… et nous parlons français…

7 milliards de visages, illustration

Notre vie ici ressemble tellement à ce livre ! Alors nous le lisons régulièrement. Colombe (4 ans et demi) en profite pour me demander pourquoi certaines femmes ici on le visage complètement caché. Petit O’ me demande pourquoi il n’y a pas d’église dont on entendrait les cloches comme chez grand-père et grand-mère, et il me fait remarquer qu’à la place on entend le muezzin chanter ! 7 milliards de visage est toujours l’occasion pour nous de discuter de notre nouvelle vie, des différences entre nous et les gens que nous croisons quotidiennement et de l’enrichissement que ces différences nous apportent ! Car imaginez un monde dans lequel tout le monde se ressemblerait !

Le monde serait terne si nous étions tous pareils...

Sept milliards de visages

Peter Spier, 7 milliards de visages, L’école des loisirs
à partir de 5€
conseillé à partir de 7 ans pour une lecture seul, on peu le proposer à des enfants beaucoup plus jeunes s’ils sont accompagnés.

Le courrier à Dubaï… -À Dada à dos de chameau #2

Publié le

À Dada à Dos de chameau est une série d’articles hebdomadaires dans lesquels je vous parle d’un détail de la vie quotidienne dubaïote qui m’aurait intriguée, fait sourire ou pourquoi pas énervée. Aujourd’hui je vais vous parler de la poste et du courrier à Dubaï ! Et je suis certaine que vous vous demandez bien ce que j’ai à vous raconter à ce sujet. Et pourtant dès mes premiers jours ici, un détail m’a frappée (et ça n’est pas peu dire).

Envoyer du courrier de Dubaï

Envoyer du courrier de Dubaï n’est pas très compliqué. Comme dans toutes les grandes villes touristiques, on trouve facilement des cartes postales et les magasins qui en vendent proposent aussi généralement les timbres qui permettent de les envoyer dans le monde entier.

Cependant au moment de les mettre dans une boîte aux lettres, on se rend compte qu’elles sont assez peu nombreuses ici ! On peut alors soit chercher un bureau de poste (ils ne sont pas nombreux non plus, et sont parfois cachés au fin fond d’une zone d’activité !). Mais le plus simple est de flâner dans un quartier touristique car c’est là qu’elles sont plus nombreuses.

Boîte aux lettres à Dubaï

 

Recevoir du courrier à Dubaï

Et voilà ce qui m’a surprise en découvrant notre nouvel appartement à Dubaï : en passant dans l’entrée de l’immeuble, je n’ai pas remarqué de boîtes aux lettres. Je me suis alors demandé si le gardien récupérait le courrier et le distribuait directement dans les appartements, mais non. Et après ma petite investigation :

Il n’y a pas de distribution de courrier à Dubaï !

J’avoue que c’est sans doute un des détails de la vie quotidienne qui m’a le plus marquée moi blogueuse habituée à recevoir de beaux produits par la poste ! .

Les personnes ou entreprises qui veulent recevoir du courrier doivent louer une boîte postale afin de le recevoir. Et pour les particuliers devant recevoir du courrier ponctuellement, la solution la plus simple est de se le faire envoyer au travail. Quant aux achats par correspondance, beaucoup d’enseignes proposent une livraison par coursier. Car si le courrier n’est pas distribué, la livraison à domicile est chose très courante ici à Dubaï !

 

Les antennes relais à Dubaï – À Dada à Dos de Chameau ! #1

Publié le

Je sais que vous aimez suivre mes aventures à Dubaï depuis mon arrivée ! Alors je vous propose d’inaugurer maintenant une nouvelle série d’articles dans lesquels je partagerais des détails insolites et éléments de mon quotidien qui m’auront intriguée ou fait sourire ! Et tout naturellement, cette série d’article s’appellera À Dada à Dos de Chameau ! (du nom de la catégorie de tous les articles qui parent de Dubaï sur le blog)

Pour commencer, je vous propose de vous faire découvrir un élément discret du paysage dubaïote. Un palmier…

Palmier antenne relais à Dubaï

À première vue, rien d’exceptionnel et l’on trouve des milliers de palmiers à Dubaï… Oui, mais celui-là est un peu particulier… Si, si, regardez bien !

Palmier antenne relais à Dubaï

Ce palmier n’est autre qu’une antenne relais pour le réseau de téléphonie mobile ! Toutes les antennes relais de Dubaï ne sont pas camouflées de la sorte, mais on trouve tout de même pas mal de ces palmiers antennes si l’on observe bien le paysage. Voilà une idée plutôt originale et jolie pour intégrer les antennes relais au paysage !

Mattel Play Town Dubaï : le parc de jeux autour des héros de nos enfants !

Publié le

Quand on passe l’été à Dubaï avec 2 enfants, les parcs de jeux d’intérieur sont un peu le nerf de la guerre ! Afin d’amuser les petits tout en évitant les grosses chaleurs, nous organisons régulièrement des sorties dans ce genre de parcs. Hier, nous avons donc passé la journée au Mattel Play Town !

Dubai Mattel Play Town

Le Mattel Play Town est un parc de jeux aux 5 univers dédiés aux héros préférés de nos enfants (des héros très anglosaxons) : Barney, Thomas and Friends, Sam le Pompier, Angelina Ballerina et Bob le Bricoleur. Certains de ces héros sont bien connus des petits français, d’autres moins. Vivant à Dubaï depuis 2 mois, mes enfants ont eu le temps de découvrir les héros qu’ils ne connaissaient pas avant de visiter ce parc.

 

Barney

C’est une émission que j’aime beaucoup. Tout d’abord parce qu’à l’âge de 11 ans, j’ai appris l’anglais en la regardant avec ma petite cousine de 2 ans lors d’un séjour au États-Unis. Je suis donc ravie de pouvoir partager ce programme avec mes enfants ici ! J’aime aussi cette émission car elle est plutôt instructive et véhicule de belles valeurs d’amitié, de partage et de respect !

C’est donc sans surprise que je vous annonce que c’est l’univers que j’ai préféré ! En entrant dans cette zone on croirait entrer dans les décors de l’émission. Tout y est, le parc avec les arbres, le petit pont, les bancs, et les zones de jeux, et de l’autre côté, le bâtiment (une ancienne gare dans l’émission si je ne me trompe) avec son panneau indiquant les horaires de trains ! Seul détail : Colombe (4 ans 1/2) m’a fait remarquer qu’il y aurait dû y avoir une cloche à l’extérieur du bâtiment et qu’elle était manquante !

Barney the Dinosaure's park in Mattel Play Town

 

Barney the Dinosaure, la maison à Mattel Play Town

Les activités sont nombreuses dans cet univers. Les enfants peuvent jouer aux jeux du parc, faire des courses sur des petites voitures, se déguiser, jouer avec la longue vue transformée en caléïdoscope ou avec les tapis interactifs (un piano et 2 projections représentant une marre et des feuilles d’automne). Et à l’intérieur, les enfants peuvent jouer du piano et de la batterie, jouer à la dînette, dessiner, ou simplement lire confortablement installés dans les gros fauteuils !

Barney : la dînette à Mattel Play Town

Barney : la bibliothèque à Mattel Play Town

Je disais que les feuilles d'automne allaient me manquer à Dubaï… Il suffit que j'aille à @playtowndubaipour en trouver ! I once said that I was going to miss autumn leaves on Dubaï but I simply have to go go Mattel Play Town to find some. 🇫🇷Hier nous sommes allés au parc Mattel Play Town Dubaï. C'est une aire de jeux d'intérieur qui comprend 5 univers différents : Barney, Bob le bricoleur, Angelina Balerina, Sam le Pompier, Thomas le petit train. Les jeux sont très sympas, ils nous plongent vraiment dans l'univers de l'émission (l'univers de Barney ressemble incroyablement à celui de la télé), il y a des spectacles et les enfants peuvent rencontrer les personnages et le personnel est très à l'écoute des clients ! Bref nous avons passé une excellente journée en famille et les enfants avaient des étoiles plein les yeux ! 🌟 🇬🇧 Yesterday we went to @playtowndubai ! It's an indoor play area dedicaded to 5 TV shows : Barney, Bob the Builder, Angelina Balerina, Fireman Sam and Thomas and Friends. The play areas are fun, they put you right into the TV shows (Barney's area looks exactly like in the tv show !), there are lives shows and the kids can meet their heroes ! And the staff is working hard so we have a great Time ! WE had an amazing family Time and we could see stars in our children's êtes ! 🌟 #adadaadosdechameau #mattelplaytown #dubaikids #dubaifamilylife #dubaiwithkids #dubaimomsblog #dubaimums #barney #thomasandfriends #firemansam #angelinabalerina #bobthebuilder #boblebricoleur #samlepompier

A post shared by Maman À Dada (@adadaetaudodo) on

 

Thomas and Friends

Il me semble que ce dessin animé est connu en France. Il s’agit de Thomas le petit Train. Nous ne le regardions pas en France, mais depuis notre arrivée à Dubaï, Petit O’ (2 ans 1/2) l’apprécie beaucoup. Il était donc fou de joie de pouvoir découvrir cet univers !

Henry le petit train

L’univers de Thomas est séparé en 2 : d’un côté un cinéma en 4D (images en 3D, fauteuils qui bougent) projetant un épisode du petit train, et de l’autre côté un parcours de jeux avec toboggans géant, piscine à balle, et obstacles rappelant le décor des chemins de fer ! Les enfants ont trouvé de quoi se défouler physiquement, et Papa À Dada ! et moi avons beaucoup apprécié la descente en toboggan !

Hélicoptère sur l'île de Sodor

Bob The Builder

L’univers de Bob le Bricoleur a énormément plu à Colombe et Petit O’, mais également à Papa À Dada ! Comme beaucoup de papas, lorsqu’ils s’agit de jeux de construction, il est souvent le premier !

Ici, les enfants peuvent jouer avec des briques de mousse (très solides) et construire les murs d’un bâtiment entier. Pour s’aider, ils ont une grues, des tapis roulants à actionner avec des manivelles, des brouettes pour transporter leurs briques. Ils peuvent également jouer avec les différents véhicules présents dans le programme télé ou avec de petites pelleteuses dans un bac à sable.

Cet espace est particulièrement bien fait et les enfants travaillent leur logique, la coordination des mouvements mais aussi le travail d’équipe !

Bob le bricoleur à Mattel Play town Dubaï

Bob le bricoleur : Construire un mur

Bob le bricoleur : Dizzy

Pelleteuse dans le sable

Angelina Ballerina

Voici un dessin animé que nous avons découvert ici : Angelina Ballerina est une jolie petite souris qui pratique la danse classique.

Angelina Ballerina à Mattel Play Town

Dans cet espace, les petites filles (et les garçons hein, personne n’est exclu, mais les petits garçons étaient tout de même peu nombreux) peuvent prendre des photos et faire des montages pour être habillées comme leurs personnages préférés, elles peuvent également prendre une leçon de piano, de danse et faire des activités manuelles.

Angelina Ballerina : leçon de danse

Angelina Ballerina leçon de danse
Qu’importe le style, si l’envie de danser est là, danse !

Fireman Sam

Sam le Pompier est un dessin animé que nous ne connaissons pas vraiment, même si je sais qu’il a beaucoup de succès en France. Ça n’était pas un mal puisque cet univers était surtout adapté aux plus grands avec son parcours d’accrobranche assez impressionnant (mais le personnel est très présent et offre volontiers son aide et ses encouragements aux enfants qui en ont besoin). Les petits peuvent tout de même visiter une petite maison en empruntant un parcours semé d’embûches (et de passages tous petits, croyez-moi je suis allées à l’intérieur ça n’était pas du gâteau).

Maison de Sam le Pompier à Mattel Play Town

Parcours d'accrobranche de Sam le Pompier à Mattel Play Town

Bien que cette zone ne nous ai pas plus intéressés que cela, j’ai trouvé bien qu’elle soit présente. Elle offre une activité physique intéressante et motivante pour les plus grands (car il n’est pas toujours facile de contenter toute la famille lors des sorties !).

Infos pratiques

Mattel Play Town propose des spectacles tout au long de la journée. Les personnages comme Barney, Bob le bricoleur ou Sam le pompier se produisent sur scène plusieurs fois par jour, il est donc difficile de les manquer ! À l’issue du spectacle, les enfants peuvent se faire prendre en photo avec le personnage et vous pourrez bien-sûr acheter la photo à la sortie du parc (la petite photo coûte environ AED soit, 20€).

Spectacle de Sam le Pompier

Spectacle de Barney

L’environnement sonore est très agréable ! L’une des choses que je déteste le plus dans les aires de jeux d’intérieurs est la musique ! Bien souvent l’on doit subir la radio et des musiques pas du tout adaptées aux enfants et au volume bien trop élevé. Ici la musique est celle des émissions présentées et le volume est si bas qu’il est parfois difficile de l’entendre. C’est très reposant d’autant qu’aux heures d’influence, les enfants font déjà bien assez de bruit !

Les boissons et la nourriture sont interdites à l’intérieur (exceptée l’eau qui est autorisée) mais il y a un petit restaurant en self service à l’intérieur du parc. Le prix n’est pas très élevé (il est dans la moyenne pour Dubaï), la est qualité tout à fait acceptable et l’on trouve des plats vraiment sains. Il y a comme toujours des pizzas, hamburgers et mac n cheese, mais on peut aussi commander une soupe, un morceau de poisson et des légumes (pour les légumes nous avons dû attendre qu’on nous les prépare car il semble que nous étions les seuls à en commander !).

Mattel Play Town : le restaurant

J’ai trouvé le personnel très vigilant avec les enfants : tous les escalators sont gardés afin qu’aucun petit ne s’y engage seul, les enfants trouve facilement de l’aide et les animateurs viennent spontanément leur proposer des activités.

Le prix d’entrée :

  • 95AED par enfant
  • 55 AED par adulte

pour une journée, et toute sortie est définitive. Même si ce prix est assez élevé, il est correct par rapport aux services proposés. Et à Dubaï il n’est pas rare de trouver des réductions pour ce genre d’endroit. Avec une entrée achetée une offerte, on s’en tire pour une journée en famille pour par trop cher.

Mattel Play Town est situé au City Walk, une galerie marchande (partiellement en extérieur) proche de Down Town.

Une excellente journée à Mattel Play Town

Vous l’aurez compris, nous avons passé une excellente journée à Mattel Play Town ! Les enfants étaient heureux de retrouver leurs héros et on trouvé de nombreuses activités pour s’amuser.

Mattel Play Town

Little Explorers Dubai

Publié le

Voilà un peu plus d’un mois que je vis à Dubaï et je dois avouer que la ville ressemble un peu à un paradis pour les enfants (pour les adultes aussi d’ailleurs, car finalement c’est un peu LA ville du divertissement). La ville ne manque pas d’activités intéressantes pour les enfants, et on y trouve notamment beaucoup d’aires de jeux d’intérieurs, très agréable à fréquenter en été lorsque les températures sont trop élevées dehors. Depuis notre arrivée (il y a un peu plus d’un mois) nous en avons testé plusieurs, mais il y en a une qui a particulièrement retenu mon attention : Little Explorers situé au 2ème étage de Marina Mall.

L’aire de jeu a été pensée sur un principe ludo-éducatif ou « edutainment » (contraction de education et entertainment) afin de proposer aux enfants des jeux qui leur permettrons d’explorer différents milieux et d’enrichir leurs connaissances. Pour ceux qui connaissent la Cité des enfants à Paris, vous remarquerez une grande ressemblance avec ce lieu. Rien de plus normal puisque Little Explorers a été conçu par Universcience (créateurs de la Cité des Enfants) à la demande du groupe émirati Al Futtaim.

Little Explorer Marina Mall propose 4 aires de jeux .

Play area ou aire de jeux

L’air consacrée au jeu est centrée sur le travail de l’équilibre, de la coordination main-oeil, de l’entraînement des réflexes et de la concentration. Elle propose de nombreuses activités : écran tactile simulant les fonds marins, appareil photo permettant de se voir vieillir, jeux de reproduction de suite, planche d’équilibre et même une ligne de course pour comparer sa rapidité à celle des animaux. L’élément le plus attirant de cette aire de jeu est bien sûr la voiture que l’on peut faire semblant de conduire (avec bruit de moteur et klaxon) et dont on peut changer les roues. Tout l’univers automobile est reproduit puisqu’on trouve une pompe à essence (dont le niveau baisse quand on fait le plein de la voiture), mais aussi un panneau montrant un moteur en action…

Acquarium interactif

Jeux d'agilité

Course avec les animaux

Comprendre le fonctionnement d'un moteur

Changer une roue de voiture

Space area ou aire de l’espace

Cette partie emmène nos petits à la conquête de l’espace et tout est mis en place pour que le jeu prenne une dimension réelle ! Et pour cause : les enfants peuvent enfiler une combinaison pour aller travailler à l’intérieur d’une navette spatiale ou pour explorer la « pierre de lune » dans une piscine à balles. Là encore, de nombreuses activités sont disponibles, brouettes pour transporter la pierre de lune, jeux interactifs et écrans de contrôle à l’intérieur de la navette, mur d’escalade…

L'aire de l'espace à Little Explorers

mur d'escalade dans l'espace

balle en lévitation

Water area ou jeux d’eau

Observer la formation d’un tourbillon, activer un circuit hydraulique ou comprendre le fonctionnement des écluses, voici quelques une des activités proposées dans l’aire de jeux d’eau. Cet espace propose de nombreux jeux permettant aux enfants de découvrir le fonctionnement et les forces de l’eau.

Circuit d'eau

Découvrir le fonctionnement des écluses

jeux d'eau et cibles

L’aire des petits

Les tous petits ne sont pas en reste puisque Little explorers propose une aire fermée pour les petits de 6 mois à 3 ans. Les tous petits peuvent alors profiter de nombreux jouets (duplo, puzzle, cubes…) ou parfaire leur motricité sur les modules prévus à cet effet, pendant que les plus grands explorent l’espace principal.

Little explorers toddler area

L’atelier ou Workshop

Au centre de l’espace se trouve l’atelier. Des activités manuelles y sont organisées pour les enfants qui viennent au camp d’été (beaucoup d’aire de jeux proposent des camps d’été ici) ainsi que pour les enfants qui prennent le pass à la journée. Les enfants peuvent également venir y jouer aux Lego (d’ailleurs Little Explorer se trouve juste à côté d’un Lego Store et on peu parfois bénéficier de réductions chez l’un en achetant chez l’autre).

Les ateliers proposés sont assez simples, mais ils ont plu aux enfants et c’est l’essentiel. Et surtout, il semble que les activités soient renouvelées régulièrement.

Atelier de Little Explorers

Little explorers, l’aire de jeux qui a un petit plus

Comme je vous l’ai dit plus tôt, nous avons visité plusieurs aires de jeux depuis notre arrivée à Dubaï (arrivés fin juin, les températures ne nous permettent pas de sortir !). Mais Little Explorers est celle que nous avons préférées jusque-là. Alors que les autres aires de jeux proposent essentiellement des activités physiques, Little Explorers permet aux enfants de se familiariser avec les sciences tout en jouant.

Le personnel a également fait la différence : chacun des membres a travaillé plusieurs années en Kindergarden (équivalent des classes de maternelle) et ça se sent. C’est la seule aire de jeux dans laquelle les animateurs m’ont fait des réflexions intéressantes sur mes enfants et sur l’environnement de jeu. Les animateurs sont très disponibles pour aider les enfants (ou les parents), mais ils savent également se tenir à l’écart afin de ne pas perturber les jeux et découvertes des enfants (et c’est un point que j’ai particulièrement aimé !). Ils veillent à la sécurité des enfants sans pour autant mettre trop de limites.

Enfin, les enfants sont libres de déplacer la plupart des jouets et modules afin de les mélanger et de multiplier les expériences. Ainsi lors de notre dernière visite, après avoir longtemps sauté dans la piscine à balles, un groupe d’enfant a décidé de la vider puis de la remplir de nouveau et ont inventé un parcours à traverser avec leurs brouettes pleines de balles. Alors que la piscine était quasiment vide, d’autres enfants ont pris de grosses plaques carrées et on inventé un jeu d’équilibre sur les quelques balles qui restaient. L’activité s’est déroulée dans le calme, les enfants gérant parfaitement ce système d’autogestion !

Vider et remplir la piscine à balles

Les tarifs

Une heure dans l’espace principal (soit les 3 zones d’activités, et sans accès à l’aire des petits) coûte 75 AED (soit environ 18euros); il est donc bien plus rentable de prendre une entrée à la journée à 140AED (environ 35euros) qui donne un accès illimité aux 3 zones d’activités (on peut sortir de Little Explorer pour manger le midi), l’accès gratuit pour un adulte accompagnant, un atelier de 30 minutes et une boisson chaude.

Little Explorers propose également un système de Drop and play : vous déposez votre enfant et le laissez jouer sous la surveillance du personnel pendant que vous allez faire vos courses par exemple !

article écrit en août 2017, les informations sont donc susceptibles de changer.

Il existe un autre centre Little Explorers à Dubaï au Mirdif City Center.

 

Colombe et Olivier découvrent Dubaï

Publié le

Il y a quelques jours sur ma page Facebook et mon compte Instagram (pour ne rien râter, abonnez-vous !), je vous proposais de me poser toutes les questions qui vous passaient par la tête à propos de Dubaï. Vous m’avez posé tant de questions que j’ai décidé de les classer par catégories et d’écrire plusieurs article afin de vous épargner une lecture trop longue ! Et comme ce blog est avant tout centré sur mes enfants, je vais répondre avant tout aux questions que vous m’avez les concernant.

Chameau sur la plage
Comment ça cette photo n’a rien à voir avec le sujet ? Cette rubrique s’appelle « À Dada à dos de chameau » je vous signale !

Est-ce que les enfants sont heureux de découvrir une nouvelle ville/culture ?

Petit O’ n’a que 2 ans et demi, il est donc difficile de dire s’il est vraiment heureux de découvrir une nouvelle ville et une nouvelle culture, ou s’il est tout simplement heureux de vivre comme il l’a toujours été. Cependant, en arrivant ici, il a eu une tendance à rester agrippé à moi  (j’en reparlerai pour répondre à la prochaine question) et je remarque que cette tendance diminue. Il était devenu craintif après nos premiers jours passés ici, mais il semble rassuré maintenant. Il a aussi tendance à repousser les gens qui lui parlent anglais. Mais il continue tout de même à apprendre du vocabulaire anglais chaque jour… Et surtout, il réclame chaque jour à aller « au mall » (centre commercial) car il a bien compris qu’il allait y trouver plein de jeux supers !

Enfants dans une piscine à balles
La piscine à balle du centre commerciale est devenue notre QG de l’été !

Colombe qui a 4 ans mesure bien plus l’ampleur du changement et elle semble l’accueillir avec joie. Elle observe beaucoup l’environnement, s’intéresse à tout ce qu’on lui explique sur la ville de Dubaï et sur les Émirats Arabes Unis en général. Elle connaît maintenant le nom de plusieurs gratte-ciel ainsi que leurs particularités architecturales. Elle nous pose également des questions sur la culture car certains détails inhabituels pour nous l’ont marquée. Colombe est une petite fille qui aime observer et apprendre, elle est curieuse de savoir et n’hésite pas à nous poser des questions. Elle a aussi très envie d’aller vers les autres ! D’ailleurs, il y a quelques semaines, elle a demandé à aller passer une journée seule dans un centre aéré. Elle était bien consciente qu’elle ne parlait pas anglais et que cela serait une difficulté, mais cela ne l’a pas arrêtée ! Et en rentrant le soir, elle était ravie de cette nouvelle expérience, qu’elle a bien-sûr recommencé quelques jours plus tard !

Art gallery
La salle d’arts plastiques du centre aéré. Cela explique l’envie de Colombe d’y aller malgré la barrière de la langue !

 

Est-ce que les enfants se sont bien adaptés ?

Nous n’étions jamais venus à Dubaï auparavant et la vie ici a été une découverte tant pour nos enfants que pour nous. Nous avons donc eu quelques surprises, des comportements que nous n’avions pas anticipés et qui nous ont parfois désarmés. Ainsi lorsque nous nous promenions avec Colombe et Petit O’ les premiers jours, il n’était pas rare qu’on nous arrête pour nous dire qu’ils étaient mignons. Jusque-là, rien d’exceptionnel, mais les gens se montrent souvent très proches des enfants sans même demander l’autorisation. Il est même arrivé que certains prennent mes enfants dans les bras (vous imaginez l’angoisse pour l’enfant à qui on dit de ne jamais parler aux inconnus ?) ou qu’ils les prennent en photo ! (moi qui ne mets même pas mes enfants en photo sur mon propre blog, pour le coup, c’est moi que ça angoisse !) Les premières fois, ne nous y attendant pas, nous avons été plutôt désarçonnés. Maintenant nous avons beaucoup plus l’habitude et nous anticipons mieux ! (plus personne ne prend mes enfants dans les bras et je guette le moindre appareil photo dirigé en direction de mes petits !)

Enfants jouant avec les jets d'eau
Ici il fait très chaud. Alors quand on n’est pas au centre commercial, on traîne à la fontaine !

Colombe a pas mal d’assurance, alors un simple regard de papa et maman suffisait à la rassurer. Petit O’, lui a été apeuré par ce comportement et sa première réaction a été plutôt violente. Lorsque des inconnus s’approchaient un peu trop de lui, il se mettait à leur dire : « Tu touches pas moi toi ! ». Le ton n’était pas très aimable, mais au moins j’étais contente qu’il ne reste pas prostré à accepter une situation qui lui faisait peur. Il a commencé à avoir peur des hommes et à rejeter toute personne qui parlait anglais (soit la quasi totalité des gens qui vivent ici !). Il a également fait beaucoup de cauchemars et a commencé à me coller énormément. Avec le temps Papa À Dada ! et moi avons appris à mieux anticiper les « approches » des adultes ici. J’ai également expliqué aux personnes qui travaillent à la supérette de mon quartier, que si ma fille adore parler et pratiquer son anglais, mon fils n’était pas prêt à s’ouvrir aux autres et qu’il faudrait lui laisser le temps.

Avec notre vigilance et de l’écoute, les cauchemars de Petit O’ ont complètement cessé. Il ne se montre presque jamais plus agressif envers les gens qui l’abordent (il dit « laisse moi ! » et va se réfugier derrière mes jambes qu’il agrippe fermement !), et il commence à s’ouvrir à certaines personnes que nous voyons régulièrement.

 

Petite fille à la guitare en carton
Ma petite fille que je trouve bien courageuse ! Quitter sa mère une journée pour se mêler aux autres malgré la barrière de la langue ! Ma petite aventurière m’impressionne beaucoup !

 

Avant de clore ce petit chapitre, je tiens à préciser que je n’émets aucun jugement quant au comportement de ces personnes. Nous n’avons pas grandi dans la même culture et n’avons pas les mêmes coutumes et habitudes. Les gens ici sont vraiment très gentils, et il nous suffit de dire que nos enfants ne sont pas habitués à parler aux inconnus pour qu’on les laisse tranquille.

Quel est le rythme scolaire ? Comment vas-tu faire pour l’éducation de tes enfants ?

Le rythme scolaire est assez variable ici. Dubaï est composée à 85% d’étrangers et il existe de nombreuses écoles représentant des pays différents (dont plusieurs écoles françaises). Mais globalement, le rythme semble calqué sur le rythme américain : l’école se termine en début d’après-midi et le reste de la journée est consacrée aux loisirs.

Mais je ne suis sans doute pas la mieux placée pour parler de ce rythme puisque j’ai décidé de ne pas inscrire mes enfants à l’école. Si vous vous souvenez, la première année d’école de Colombe n’avait pas été très concluante (un rythme trop soutenu pour un petit enfant, et des adultes bornés…). Et l’école à Dubaï coûte cher (5 000 à 10 000 euros l’année pour chaque enfant), même l’école française ! (Car oui, l’école française est payante à l’étranger même pour les petits français (sauf quelques exceptions qui se battent d’ailleurs pour garder cette gratuité)). Ayant une formation dans l’enseignement, j’ai décidé de prendre en charge moi-même l’instruction de mes enfants, du moins le temps de la maternelle.

Goûter avec vue !
Goûter avec vue !

Colombe a arrêté l’école mi-avril, entamant ainsi notre nouvelle vie d’instruction en famille. Nous avons passé les mois de mai et juin en Normandie chez mes parents où nous avons alternés entre sorties instructives, et leçons informelles dispensées par ma maman (qui a 35 ans d’expérience en tant qu’institutrice en maternelle, alors niveau gommettes et coloriage, elle est vachement calée !).

Maintenant que nous sommes à Dubaï, nous expérimentons pour trouver notre rythme. Et nous profitons des grosses chaleur pour travailler au frais dans l’appartement. Nous nous asseyons au bureau pour des activités manuelles, des jeux de constructions, des jeux de société le matin. Le début d’après-midi est souvent consacré à la lecture et au repos. Et en fin d’après-midi, nous nous risquons hors des l’appartement pour prendre un peu l’air, aussi chaud soit-il. Tout cela est rythmé par les tâches ménagères et rituels quotidiens auxquels j’essaye d’associer les enfants.

Petite fille épluche un concombre
Les enfants participent aux tâches ménagères

 

Afin de ne pas rester enfermés sur nous mêmes, j’ai inscrit les enfants à des activités « extrascolaire » et je recherche des groupes de mamans d’enfants du même âge.

Comptes-tu apprendre l’anglais à tes enfants ?

L’une des raisons pour lesquelles nous voulions partir vivre à l’étranger, était que nos enfants apprendraient plus rapidement une langue étrangère.

Bien que de culture arabe, Dubaï est si cosmopolite que la langue parlée au quotidien est bien l’anglais (en un mois et demi de vie ici j’ai dû apprendre 2 mots d’arabe seulement). Tous les échanges ici se font en anglais, tous les panneaux sont écrit en arabe et en anglais, et nous avons beaucoup de chaînes de télévision en anglais. Je n’ai donc pas besoin de faire beaucoup d’efforts pour que mes enfants apprennent cette langue. Nous avons acheté quelques petits livres pour acquérir un peu de vocabulaire, mais les enfants apprennent déjà beaucoup dans notre quotidien.

Voici le tout premier livre que nous avons acheté à Dubaï !

Chaque jours, Colombe et Petit O’ échangent quelques mots avec le gardien de notre immeuble, quelques autres avec la caissière du supermarché. Ils apprennent les chansons qu’ils entendent à la télévision et les expressions de leur prof de gym. En somme, le quotidien sera sans doute leur meilleur enseignant !

 

Fillette jouant avec les jets d'eau la nuit
Ici il fait tellement chaud en ce moment que nous sortons surtout la nuit !

J’espère que cet article vous a plu, et que j’ai pu répondre à toutes vos questions ! Si vous vous en posez d’autres, n’hésitez pas à les noter en commentaire. J’y répondrai ici, et peut être dans un prochain article !

L’arrivée à Dubaï

Publié le

Dans mon dernier article, je vous racontais les préparatifs de notre expatriation à Dubaï, ainsi que l’arrivée à l’aéroport. Nous voici donc devant la porte d’embarquement, Colombe, Petit O’ et moi, et on appelle enfin les familles à embarquer.

L’embarquement

Nous voyagions sur Emirates Airlines et comme dans beaucoup de compagnies, les familles avec de jeunes enfants sont appelées à embarquer avant les autres passagers. Cela permet aux petits de traverser les couloirs sans être bousculés et aux parents d’avoir le temps d’asseoir les enfants et de ranger les bagages tranquillement.

Bizarrement, lorsque l’appelle des familles retenti, c’est toute la salle d’embarquement qui se lève… Je prends donc mes deux enfants, mon sacs à dos, leurs sacs à dos et ma valise et je commence à faire la queue pour l’embarquement. Par chance (ou juste parce qu’en fait c’est normal, c’est moi qu’on a appelé !) on me dirige vers une file plus rapide. Je commence donc à faire la queue avec un enfant dans chaque main, et les papiers bah… Comme je peux. Je lâche la main de Colombe une seconde, elle décide d’aller chatouiller son frère. Là je perds patience et je m’énerve… Oui, j’étais sous tension…

Nous avons finalement pu embarquer. L’avion n’était pas rempli (nous arrivions à Dubaï pendant le Ramadan et en plus à une période de grosse chaleur, donc pas vraiment la saison où il y a le plus de touristes), je n’ai donc eu aucun mal à ranger mes bagages.

Le vol

J’ai assis Colombe près du hublot pour qu’elle profite de la vue pendant le décollage, Petit O’ côté couloir et je me suis mise entre deux. Après notre périple, Petit O’ était épuisé et avant même que les portes de l’avion ne se ferment, il s’était endormi ! Colombe et moi avons donc profité tranquillement du décollage.

Paysage vu d'avion

Je n’ai pas grand chose de spécial à dire sur le vol. Nous voyagions sur la compagnie Emirates Airlines, qui est réputée la meilleure au monde actuellement, et j’avoue que le service était à la hauteur. Les hôtesses étaient charmantes et très attentionnées. Comme il y avait beaucoup de place à l’arrière, elles ont proposé à certains passager d’aller s’y reposer (et de s’allonger sur les rangées du milieu). Les enfants ont eu des petits coloriages, des casques audio à leur taille, et nous avons eu une photo souvenir de notre voyage. Les hôtesses ont été très gentilles avec les enfants et même très compréhensives avec Petit O’ qui après 6h d’avion à rester calme n’a pas voulu s’attacher pour l’atterrissage (je vous rassure on a réussi à l’attacher, mais calmement et sans le gronder !). Et quand elles ont su que nous emménagions à Dubaï, celles qui y vivaient m’ont donné quelques conseils pour notre installation et nos prochaines visites.

Photo souvenir de notre voyage en avion
Je vous ai laissé le grand sourire de mon Petit O’

J’avais prévu des livres et des jeux, mais on avait un catalogue de films tellement grand à notre disposition que les enfants n’ont voulu faire quasiment que cela. Il y avait des films en anglais et en arabe, des grosses productions américaines comme des films de Bollywood et même des émissions de télévision. Colombe et Petit O’ ont été ravis de regarder Pat Patrouille en boucle, mais aussi Docteur LaPeluche, Némo, et plein d’autres dessins animés nouveaux pour nous ! De mon côté j’ai commencé à regarder Lala Land, mais interrompue toutes les 2 minutes par des : « T’as vu maman Chase il est monté en haut de la tour de contrôle » ou « Le papa de Némo il est triste parce qu’il a perdu son fils », je n’ai pas accroché.

écran de télévision dans l'avion

écran de télévision dans l'avion

occuper son enfant dans l'avion

À peine le temps de dire ouf (en fait si on a eu le temps, le vol dure 6h30 quand même) et nous étions arrivés à Dubaï.

arrivée à Dubaï

L’arrivée à Dubaï

Une fois l’avion atterri, il nous restait tout de même quelques étapes avant de retrouver enfin Papa À Dada ! Entre la fatigue, l’impatience et pour moi le stress d’entrer dans un tout nouveau pays (qui plus est avec un visa et pas en simple touriste) cette étape nous a paru bien longue.

Il a d’abord fallu traverser le long, très long couloir entre l’avion et la douane. Pour tout vous dire j’ai eu l’impression de marcher plusieurs kilomètres. Heureusement nous étions aidés par les tapis roulants, mais il me fallait tout de même gérer Petit O’ qui allait dans toutes les directions et tombait quand il tirait trop fort (son sac à dos était relié à moi par une laisse) et Colombe qui s’amusait sur les tapis roulant ! Je crois que ce spectacle a fait rire plus d’un passager !

Enfin arrivée devant la douane, on m’interpelle et me dit d’aller tout au fond (encore de la marche !) pour passer avec les passagers de classe affaire ! Voilà mon premier contact avec Dubaï : ici lorsque vous vous présentez avec des enfants, on fera tout pour vous rendre la vie facile. Et notamment vous passerez en priorité.

Nous arrivons donc au guichet de la douane réservé à la classe affaire et effectivement il n’y a personne devant nous (et on nous ouvre même tout le chemin en zigzag afin que je n’ai pas à le parcourir avec mes enfants et mes valises !). Je donne nos passeports et nos visas. Pour les enfants tout est ok. Moi, il faut que je regarde une caméra sans bouger ni le visage ni les yeux. Avez vous déjà essayer de fixer une caméra pendant que vos enfants sont en train de se balancer sur une barrière pour l’un et d’escalader un poteau de l’autre côté de la douane pour l’autre ? Non ? Moi oui ! La dame de la douane est restée impassible. Mais malgré son voile intégral, j’ai bien vu aux yeux de la dame qui attendait derrière nous que cela la faisait beaucoup rire ! Voilà ma deuxième rencontre avec Dubaï : ici les gens ne s’énervent pas du comportement des enfants, ils s’en amusent.

On récupère les bagages

Nous avons passé la douane ! Un dernier contrôle au rayon X se présente. Cette fois on ne me demande pas de retirer les appareils électroniques. Je pose donc tous mes sacs sur le tapis roulant et nous passons le portique de sécurité. Tout va bien, mais la dame à l’écran de contrôle me dit « C’est quoi tous ces papiers dans votre gros sac ? Des billets ? De l’argent ? » moi : « euh… non… des livres et des coloriages pour les enfants… » (Cela dit j’aurai préféré des billets !)

Nous arrivons devant le tapis roulant pour récupérer nos bagages en soute. Je commence à guetter avec la peur que nos valises soient perdus ou complètement abîmées (parce qu’avouons-le c’est quand même beaucoup demander à une valise, même de bonne qualité, que de lui faire traverser le monde chargée comme un mulet). J’aperçois une valise, puis la deuxième, la troisième, le sac. Bref ils sont tous arrivés en même temps. J’assois les enfants sur un banc avec ordre de ne pas bouger puis je récupère les bagages, les pose sur un charriot, je vois Colombe qui fait l’idiote, je lui ordonne de se rasseoir, je finis de poser les bagages sur le charriot en me demandant si celui-ci va supporter la charge et si je vais réussir à le pousser…

Je cherche la sortie et demande mon chemin à une personne de l’aéroport. Je lui demande si j’ai encore beaucoup à marcher. Il me regarde avec un peu de pitié et me dit : « Un peu oui… ».

J’accroche le harnais de Petit O’ à mon poignet, j’ordonne à Colombe de rester près de moi et je leur explique que dans quelques minutes nous serons avec papa et que mieux ils se comporterons, plus vite on arrivera. Nous faisons quelques dizaines de mètres non sans mal car le charriot est lourd (près de 120kg de bagages) et nous voyons enfin les portes de sorties ! J’entame un dernier élan lorsqu’un homme m’interpelle, me demande de changer de direction et me dit ! « X Rays ». Mon sourire vient de partir. Je suis fatiguée, angoissée à l’idée de perdre un des enfants et trop impatiente de retrouver mon mari. J’arrête donc mon charriot devant l’appareil à rayons X, je prends mes enfants par la main et dis aux deux hommes qui se trouvent là : « Désolée, mais c’est trop lourd, je ne pourrais pas tenir les enfants en place et descendre les valises seules ». Et voilà comment ces charmants messieurs ont retiré et remis toutes mes valises sur mon charriot ! (et toc !)

Le dernier contrôle est passé, nous pouvons repartir mais les enfants ne veulent plus marcher. Je les installe donc tous deux sur le charriot par dessus les valises (face à moi et entre mes bras, je pouvais les rattraper au moindre problème je vous rassure) et j’ai maintenant 150 kg à pousser… Mais il ne reste que quelques mètres et nous passerons les portes qui nous permettrons de voir Papa À Dada !

Les retrouvailles avec Papa À Dada !

Le voilà, nous l’apercevons enfin. Il passe la barrière et vient nous rejoindre. Il prend les enfants dans les bras et ils ont tous 3 un grand sourire. Papa À Dada ! et moi nous serrons dans les bras rapidement. Pas de grand baiser, les gestes d’affections ne sont pas tolérés en public ici. Se prendre dans les bras est déjà limite, mais nous sommes à l’aéroport, c’est un lieu de retrouvailles et les gens peuvent comprendre.

Nous entamons alors le retour vers notre nouvel appartement et notre nouvelle vie, mais ça… c’est une autre histoire !

Le départ pour Dubaï

Publié le

Voilà presque un mois que Colombe, Petit O’ et moi avons rejoint Papa À Dada ! à Dubaï. Comme je vous l’expliquais ici, nous ne sommes pas partis tous ensemble puisqu’au début du contrat de travail de mon mari, il était le seul à avoir un visa de résident. Plutôt que d’entrer dans le pays avec un visa touristique que nous aurions converti en visa de résident, nous avons décidé que les enfants et moi resterions en France le temps que Papa À Dada ! s’occupe de toutes les démarches administratives. Notre séparation aura duré 2 mois quasiment jour pour jour. Ça n’était pas si long quand on y repense, mais pour ma Colombe qui a 4 ans, et plus encore pour mon Petit O’ qui n’a que 2 ans 1/2 ça a sans nul doute été une éternité ! Le 22 juin 2017, visa d’entrée en poche, le grand départ est arrivé !

Les valises et la préparation du voyage

La préparation des valises a été une très grande étape. Grande par son importance, mais aussi par sa durée car j’ai commencé à planifier la composition de nos valises environ 4 mois avant le départ ! D’ailleurs elle fût tellement importante que j’y consacrerai un article. Il faut dire que nos valises allaient nous servir pour déménager, et non juste pour partir quelques jours où quelques mois. Car lorsque nous avons pris la décision de partir vivre à Dubaï, nous avons également décidé de ne pas faire partir nos affaires par conteneur. Nous avons vendu tous nos meubles en France, stocker chez des proches les affaires auxquelles on tenait mais qu’on ne pouvait pas emporter, et nous avons évalué ce qui nous semblait nécessaire pour notre nouvelle vie. Nous n’avons cependant pas fait un tri drastique et nous avons gardé beaucoup d’objets qui ne nous étaient pas nécessaires mais qui nous rendaient heureux (ceux qui connaissent Mari Kondo auront reconnu sa philosophie !).

4 mois avant le départ, j’ai commencé à vendre nos meubles, à trier nos vêtements, à trier et vendre nos livres et ceux des enfants, et bien-sûr à trier les jouets des enfants. J’ai mis de côté tous les jouets et les livres des enfants qu’il me semblait indispensable d’emporter, et je les ai pesés ! En effet, nous allions emporter toutes nos affaires avec nous dans l’avions, et il nous fallait respecter le poids maximum autorisé par la compagnie, soit 30kg en soute et 7kg en cabine par personne.

2 mois avant le départ, nous quittions notre appartement de Cannes pour rejoindre nos familles en Normandie, et Papa À Dada ! partait pour Dubaï. Là, nous ne vivions plus qu’avec nos valises « provisoires », c’est à dire nos valises avec nos habits pour Dubaï, mais aussi nos habits un peu plus chauds pour passer le printemps en France.

1 semaine avant le départ je préparais enfin les valises définitives. J’ai de nouveau trié nos habits : les habits légers dans nos valises pour partir, les habits plus chauds, les pulls et les manteaux dans des valises dans la cave de mes parents pour nos prochains séjour en Normandie ! J’ai ensuite ajouté les jouets et les livres des enfants, les stocks de médicaments et de crèmes que je n’étais pas certaines de retrouver à Dubaï, et quelques affaires qui nous tenaient à cœur. Pendant une semaine, j’ai rempli, vidé, transvaser d’une valise à l’autre et surtout pesé, pesé, pesé… Je pesais sur le pèse personne de mes parents (cet objet ignoble qui m’avait rajouté 2 kg quand je me suis pesée le premier jour !) et avec un petit pèse valise. J’avais noté le poids de chaque bagage afin d’équilibrer la charge le mieux possible.

Après une semaine de pesées régulières, une valise cassée à la veille du départ, et de nouveaux tris effectués, j’ai bouclé nos bagages ! Nous avions un peu plus de 90kg en soute (oui nous avions un léger excédent) répartis en 3 grosses valises et un sac de sport, et une vingtaine de kilos en cabine dans une valise et mon sac à langer.

Le départ pour l’aéroport

Nous avions tant de bagages que nous n’aurions pas pu les mettre dans la voiture de mes parents et tous rentrer ensuite ! Des amis de mes parents sont donc venus chercher nos valises la veille du départ et nous nous sommes retrouvés sur le chemin de l’aéroport au petit matin. L’avantage de partir très tôt c’est que les enfants ont dormi pendant tout le trajet. Et moi, j’ai profité des paysages de campagne et j’ai lu tous les petits mots que vous m’envoyiez sur Facebook ou Instagram pour me souhaiter bon voyage !

On n'a pas beaucoup dormi mais on a profité d'un joli levé de soleil ! #leverdesoleil #aube #sunrise #nofilter

A post shared by Maman À Dada (@adadaetaudodo) on

Arrivés 3h avant le décollage, j’ai pu faire enregistrer les bagages tranquillement (enfin ouvrir les valises pour transvaser quelques trucs afin qu’aucune valise ne dépasse les 30 kg autorisés) sans même attendre mon tour tant nous étions peu nombreux. Nous avons pris le temps d’un dernier café ensemble, puis est venu le moment de nous dire au revoir. La séparation a été accompagnée de quelques larmes, et je suis partie, déchirée entre la tristesse de laisser mes parents avec qui je venais de passer 2 mois super, et le bonheur de revoir enfin mon mari…

Seule dans l’aéroport avec 2 enfants !

Voilà la partie que je redoutais le plus : celle où je me retrouvais seule dans l’aéroport avec 2 enfants de 4 ans et 2 ans 1/2 et 120 kg de bagages. J’avais d’ailleurs tout prévu pour me simplifier la vie. Avant tout j’avais habillé les enfants avec des vêtements très colorés afin de les voir de loin et au dépend du bon goût !

Je leur ai également accroché une étiquette (de bagages !) à la ceinture avec dessus leur nom, prénom, adresse (à Dubaï tant qu’à faire), mon numéro de portable français et le numéro de portable de leur papa à Dubaï (parce qu’ils pouvaient tout autant se perdre en France qu’aux Émirats !).

Enfin, j’avais équipé mon Petit O’ d’un sac à dos attaché à un laisse (oui, oui !) afin de ne surtout pas le perdre. Petit O’ avait alors du mal à donner la main en promenade (ça va un peu mieux maintenant) et je ne pouvais pas m’encombrer d’une poussette en plus de ma valise. Garder cette « laisse » attachée à mon poignet était la sécurité d’avoir toujours mon garçon près de moi, même s’il décidait d’aller explorer quelque recoin de l’aéroport.

sac à dos harnais
Photo prise quelque jours avant le départ lors d’un essai du sac à dos.

Nous voilà donc partis tous les 3 dans l’aéroport. Première étape : la douane. Il n’y avait trop de monde donc nous n’avons pas beaucoup attendu. Nous avons ensuite dû passer toutes les affaires aux rayons X, et c’est là que l’épreuve commence. Retirer le sac de chaque enfant, retirer tous les objets électroniques des sacs, tenir le petit, passer au détecteur, reprendre tous les sacs, remettre les objets électroniques dedans, courir après le petit qui veut jouer au loup, me rendre compte que je n’ai pas repris mon sac à main, rattacher le petit…

Nous avons fait un passage au Duty free pour acheter un bonne bouteille de whisky comme cadeau de la fête des pères pour Papa À Dada ! Eh oui, l’alcool n’est pas facile à trouver à Dubaï et surtout il est cher ! Eh puis en achetant la bouteille au Duty free son poids ne comptait pas dans le poids de mes bagages ! (eh pas folle la guêpe !).

Puis nous avons fait un passage au McDonald pour prendre un deuxième petit-déjeuner. Il était presque 10h et le petit-déjeuner avalé à 5h du matin nous semblait bien loin ! Donner la main à Colombe, surveiller Petit O’ accroché à sa laisse, porter le plateau un peu lourd de l’autre main, chercher une place, en trouver une, allant dans cette direction en veillant à ne pas trop tirer Petit O’ qui va à l’opposé. Zut il est tombé ! Ne pas perdre l’équilibre, demander à Colombe de l’aider à se relever, entendre Petit O’ dire « mais lâche moi », lui expliquer que sa soeur veut juste l’aider, le laisser se relever tout seul quitte à ce qu’il tire sur la laisse, tenter encore de ne pas perdre l’équilibre, constaté que la table convoitée est maintenant prise…

Nous avons finalement réussi à manger ! Nous décidions alors de faire un passage aux toilettes. Je vous épargne les détails de cette aventure. Mais avez vous déjà remarqué comme les toilettes des lieux publics sont étroites ? Finalement c’est quand on y va à 3 avec une valise et 3 sacs qu’on le réalise vraiment !

Enfin nous nous installons près de la porte d’embarquement. Il y a déjà des personnes qui attendent alors je tente de tenir les enfants un peu en place. Mais je sens leur besoin de bouger, et plus je les retiens, plus ils bouillonnent. Ils sautent sur place et parle plus en plus fort. Alors nous allons à la fenêtre pour voir les avions de près. Cela les intéresser quelques minutes, puis ils recommencent à avoir envie de chahuter. Alors on trouve un coin avec un peu d’espace. Je les laisse courir et faire du bruit. Les personnes autour n’ont pas l’air toutes ravies, mais lorsque nous serons tous enfermés dans l’avion pendant 7h, elles me remercieront sans doute d’avoir laissé mes enfants se défouler !

Arrive enfin l’appelle pour l’embarquement… Mais ça, je vous le raconterai la prochaine fois !