Dubaï

Bye Bye ! On part à Dubaï !

Publié le

Je suis moins présente sur le blog en ce moment, et je ne suis pas très active non plus sur les réseaux sociaux. J’ai déjà expliqué certaines raisons de mon absence : il y avait le mariage à préparer (mais pourquoi s’embêter à se marier en un mois seulement me direz-vous ? J’aurais peut-être pu prendre mon temps !), et j’ai déjà parlé à demi mot d’un déménagement qui se prépare. Mais déménagé n’a rien d’exceptionnel en soit ! Quoi que… il y a tout de même des déménagement plus atypiques que d’autres. Et en matière de déménagements nous avons l’habitude de ne pas faire comme tout le monde. Il y avait eu ce déménagement fait dans l’urgence car le nouvel appartement n’était prêt qu’une semaine après la fin du bail de l’ancien (un casse-tête cette histoire !), il y a eu aussi notre départ de Normandie pour la Côte d’Azur, décidé et organisé dans la semaine alors que j’avais accouché par césarienne un mois plus tôt (un jour je vous raconterai ! C’est digne du scénario d’une comédie française !), et il y a le déménagement que l’on prépare actuellement… un déménagement à l’international puisque Papa À Dada ! a trouvé du travail à l’étranger. Et ces derniers temps à la maison, les enfants ne cessent de répéter : « Bye bye ! On part à Dubaï » !

palmiers sur la plage de Cannes
J’illustre un article sur Dubaï avec une photo de Cannes… Oui, mais je ne vis pas encore à Dubaï…

Nous quittons nos beaux palmiers de la Côte d’Azur pour les Palmiers de Dubaï ! C’est une véritable aventure pour nous car nous n’y sommes jamais allés. Nous avons vu de nombreux reportages sur la ville, nous avons également recueilli beaucoup de témoignages de connaissances qui y vivent déjà, mais je pense que c’est une fois sur place qu’on se rendra vraiment compte des réalités de cette ville incroyable !

Cette expatriation impliquera de nombreux changements, vous vous en doutez !

Il y aura évidemment le changement de culture et de langue. Papa À Dada ! et moi parlons tous les 2 l’anglais, nous ne devrions donc pas avoir de problème de ce côté-là. Nous aurions envie également d’apprendre un peu l’arabe, même si Dubaï est tellement cosmopolite que je ne suis pas certaine d’être souvent confrontée à l’arabe (mais on trouvera bien des émissions de télé à regarder !). Colombe (4 ans) et Petit O’ (2 ans), savent qu’ils vont devoir apprendre l’anglais, mais cela ne sera sans doute pas un problème car ils y sont familiarisés depuis toujours. Lorsqu’elle a appris que nous allions parler anglais à Dubaï, Colombe a tout de même rejeté tout ce qui touchait à cette langue, alors que certains livres et dessins animés en anglais ont toujours fait partie de son quotidien. Mais quelques semaines ont passé et elle montre maintenant un intérêt pour l’anglais bien plus grand qu’avant !

Le plus gros changement pour les enfants concernera l’école. Il y a tous les systèmes scolaires possibles et imaginables à Dubaï, dont des écoles françaises, mais cela a un prix et il est assez élevé. Je n’ai rien contre le fait de payer la scolarité de mes enfants, mais pour plusieurs raisons, je ne souhaite pas dépenser des sommes folles tant qu’ils sont en maternelle. Tout d’abord, je suis enseignante de formation, alors payer très cher pour une instruction que je suis tout à fait capable de donner à mes enfants me fait un peu mal (radine ?… ), surtout que je ne travaille pas (du moins pas pour le moment). Ensuite, les quelques mois que Colombe a passé à l’école n’ont pas été supers : nous avons été confrontés à une direction complètement bornée qui ne faisait aucun cas du bien-être de l’enfant, et Colombe n’a pas appris à aimer l’école, bien au contraire. Globalement tout s’y passe bien et on la décrit comme une élève parfaitement intégrée, mais je sais qu’elle n’y va pas par plaisir mais par résignation. Alors finalement, l’expatriation nous offre une bonne raison de vivre à notre rythme, au moins les premiers mois (je n’exclue absolument pas la possibilité de scolariser mes enfants à partir de septembre prochain mais je veux me laisser le temps de trouver un système qui respectera leur rythme). Et comme certaines l’avaient déjà pressenti, je me tourne actuellement vers l’IEF (ou plutôt le unschooling dans notre cas… enfin si j’ai bien saisi car j’avoue ne pas encore bien maîtriser les différences entre toutes ces approches ! D’ailleurs si vous avez des références de livres ou d’articles à me conseiller, n’hésitez pas à mettre un lien en commentaire !).

Notre mode de vie changera aussi certainement beaucoup des suites du déménagement. Je m’explique : un déménagement à l’international coûte très cher. Il faut expédier les affaires par conteneur, le conteneur met parfois plusieurs mois pour arriver donc il faut voyager avec tout le nécessaire, et lorsque les affaires arrivent, il n’est pas rare que certaines aient été abîmées. Pour toutes ces raisons, nous avons décider de voyager avec toutes nos affaires et pour cela il a fallu faire un grand tri et ne garder que l’essentiel. La compagnie aérienne nous autorise 30 kg de bagages par personne, nous sommes 4, nous avons donc droit à 120kg… Et 120kg ça va très vite ! Alors en m’inspirant des philosophies minimalistes et des techniques d’organisation (notamment des livres de Mari Kondo, vous vous en serez douté !) j’ai fait le tri des vêtements, des livres et des jouets. J’ai éliminé tout ce qu’on gardait « au cas où », j’ai mis de côté les vêtements chauds que nous utilisons encore mais qui seront donnés avant notre départ, j’ai gardé également quelques manteaux et pulls qui nous servirons lors de nos retours en France, mais qui resteront chez mes parents. Bref, nos vies doivent tenir dans une valise. C’est à la fois très particulier de réaliser ce genre de tri, et très satisfaisant. Plus j’élimine, moins j’ai l’impression d’être débordée à la maison, alors j’ai bien l’intention de ne pas me laisser envahir par le matériel dans notre nouvelle vie !

Il y aura aussi l’éloignement avec nos familles, mais ça ne sera pas le plus gros changement. Nous vivons sur la Côte d’Azur depuis 4 ans alors que nos familles sont en Normandie. Nous avons pris l’habitude de ne pas nous voir au quotidien mais de passer les vacances ensemble ! Dans notre quotidien, les choses changeront peu car avec internet nous pourrons toujours nous parler quotidiennement. Nous reviendrons en France pour les vacances une ou deux fois par an, et nos familles viendront nous voir aussi.

Enfin, pour le blog il n’y aura pas beaucoup de changements. Je continuerai à vous parler de nos activités (peut être plus qu’avant d’ailleurs, si les enfants ne vont pas à l’école !) et j’ai décidé de vous parler de notre nouvelle aventure ici même. J’ai hésité à ouvrir un nouveau blog dédié à notre expatriation, mais finalement j’ai décidé de n’ouvrir qu’une nouvelle catégorie ici : À Dada à dos d’Chameau ! Mon blog représente notre vie de famille, et il me semble normal qu’il prenne un nouveau tournant en même temps que notre vie !

Voilà une grande aventure qui commence pour nous ! Nous avons encore beaucoup à organiser avant notre départ qui va pourtant arriver vite (mi-avril pour Papa À Dada ! et sans doute un mois après pour les enfants et moi) et la période est assez stressante. Mais ce changement de vie est très excitant ! Nous savons que quoiqu’il arrive, nous allons faire beaucoup de découverte et cette expérience sera très enrichissante ! Alors voilà, je vous invite à suivre notre aventure ici-même, sur le blog !

Save