musique

L’éveil musical d’après la pédagogie Montessori

Publié le

La musique a une place très importante dans notre famille : Papa À Dada ! et moi l’avons tous deux étudiée lorsque nous étions enfants et nous souhaitons que nos enfants fassent de même. Colombe a eu la chance d’assister à un éveil musical chaque semaine depuis ses 2 ans et demi, et elle a beaucoup aimé. Mais notre déménagement a chamboulé notre rythme et nous n’avons pas ici les mêmes opportunités de cours que nous avions en France. Tout comme j’ai pris en main l’instruction générale de mes enfants, j’ai décidé de prendre en main leur instruction musicale (du moins pour le moment !). Le livre L’éveil Musical d’après la pédagogie Montessori dès la naissance me sert de base pour diriger nos activités.

L'éveil musical d'après la pédagogie Montessori

L’éveil Musical d’après la pédagogie Montessori

Le coffret L’éveil musical d’après la pédagogie Montessori se compose d’un livre pour guider le parent dans les activités, de cartes de nomenclature des instruments, de cartes pour déterminer le type de musique, son intensité, le rythme, mais aussi si l’enfant l’apprécie ou non.

Coffret L'éveil musical d'après la pédagogie Montessori, Eyrolles

Le gros point positif de ce livre est de présenter des activités pour les enfants dès la naissance. Je trouve cela très intéressant car on sait à quel point l’éveil à la musique des tout-petits leur est bénéfique. La musique apaise, mais elle aide aussi à l’apprentissage du langage.

Activité d'éveil à la musique dès la naissance

Les activités proposées développent de nombreuses compétences : l’écoute, la reproduction de sons, de rythmes, ou la manipulation et la construction d’instruments.

Les deux dernières parties du livre présentent des activités du langage et de l’écoute d’œuvres. Même si certaines sont difficiles pour les plus petits, ces activités comportent souvent plusieurs niveaux et sont adaptables selon l’âge et les intérêts de l’enfant. On peut par exemple se servir du CD d’écoute pour faire découvrir une œuvre à un tout-petit en créant juste un temps calme. Mais avec un plus grand on pourra ajouter les cartes pour définir le rythme, le type de musique et les instruments présents.

 

Ce que nous avons pensé de cet éveil musical

Je dois vous avouer qu’en tant que maman et « instructrice », j’apprécie énormément ce coffret car il est très complet ! Il se compose du livre dont je viens de parler, et de cartes pour accompagner les activités. Il y a des cartes de nomenclatures des instruments qui permettent leur découverte, mais qui aide également l’enfant dans son apprentissage de la lecture.

Les cartes de nomenclature des instruments

Les cartes de nomenclature des instruments

Les cartes de nomenclature des instruments

Les cartes de nomenclature des instruments

Colombe (4 ans 1/2) et Petit O’ (2 ans 1/2) aiment beaucoup les petits jeux proposés. Certains sont plus physiques et correspondent bien à leur besoin de bouger. D’autres m’aident à les canaliser pour des moments plus calmes. Le jeu qu’ils préfèrent est sans doute celui du danseur et du musicien : l’un joue de la musique (un petit rythme tapé sur un Bilibo en marquant des silences) et l’autre danse en rythme. Même s’ils ont du mal à inverser les rôles (Colombe aime danser, Petit O’ beaucoup moins), cet exercice favorise l’écoute, la concentration et le travail d’équipe ! (je vous rassure, ce jeu ne se termine pas toujours dans le calme ! Mes enfants sont normaux !)

Le danseur et le musicien

Le danseur et le musicien

Le danseur et le musicien

Le livre proposant des activités pour les enfants jusqu’à 12 ans, il aura sans doute une bonne longévité ici ! Et si c’est un bon outil de sensibilisation à la musique, je pense aussi qu’il est une très bonne base pour un apprentissage plus profond ensuite. Le livre amène l’enfant à s’intéresser à la musique et à aller la découvrir par lui-même (et en cela le livre respecte parfaitement la pédagogie Montessori) !

J'aime la musique !

Lydie Maud, Brigitte Ekert (dir.), L’éveil musical d’après la pédagogie Montessori, Eyrolles
à partir de la naissance et jusqu’à 12 ans
prix : 24,90€

Cet article est ma participation au rendez-vous mensuel « À tout bout d’chant » du blog La Cour des Petits. Les autres participation du mois sont :

La Mélodie du Bonheur et l’apprentissage de la musique

Publié le

DVD de La Mélodie du Bonheur

Je dois vous faire un aveu : j’adore les comédies musicales. Et plus elles sont kitsch, plus je les aime ! Bien évidemment, parmi les comédies musicales bien kitsch qui me mettent en joie figure l’incontournable « Mélodie du Bonheur ». Ce film, sorti en 1965 met en scène la fabuleuse Julie Andrews (Mary Poppins, qui d’ailleurs est sorti un an avant). Elle interprète Maria, novice dans un couvent à qui les sœurs signifient qu’elle n’est pas faite pour cette vocation. Contrariée, Maria suit tout de même la destinée que les sœurs lui ont réservée : gouvernante chez le Capitaine Von Trapp, un veuf, père de 7 enfants. Maria d’abord rejetée par les enfants, apporte un vent de fraîcheur dans cette famille un peu austère. Après avoir découpé les rideaux pour coudre à chacun des 7 enfants une tenue confortable pour aller courir à travers champs, elle décide d’initier ces « petits » à la musique. Car la musique aide à vaincre toutes les peurs et à traverser les moments difficiles (mais lorsqu’on est poursuivi par des soldats nazis il vaut mieux ne pas chanter… si vous ne comprenez pas cette remarque, n’hésitez pas à voir le film). Le film devient alors une succession de petits spectacles et de chants inventés par des enfants complètement désœuvrés (mais ils ne vont pas à l’école ces gosses ?) et leur jeune nounou (qui est sans doute plus jeune que l’aînée de la fratrie… cherchez l’erreur…).

Parmi les chansons fabuleuses que l’on peut entendre dans ce chef-d’œuvre (je vous assure, je suis sincère !) se trouve la merveilleuse « Do-Ré-Mi », chanson inventée par Maria pour que les 7 petits Von Trapp apprennent le nom des notes et les bases de la musique.

Et en version originale (avec des paroles écrites dans un anglais à l’orthographe très approximative…) :

Et maintenant que les enfants connaissent leurs notes, ils peuvent tout naturellement les chanter en chœur ou en harmonie dans les rues de leur ville !

 

En tombant sur cette musique par hasard l’autre jour (quand on écoute régulièrement « It’s a small small world » Youtube finit par nous suggérer ce genre de musiques !) je me suis dit que cela plairait bien à mes enfants et que ce serait une bonne occasion de leur apprendre le nom des notes. Nous avons donc écouté cette chanson (en boucle) et maintenant, tels les enfants Von Trapp, Colombe (4 ans) et Petit O’ (2 ans) se promènent dans les rues en chantant bien fort cette mélodie entraînante ! Et comme le ridicule ne tue pas, je les accompagne généralement dans leur interprétation !

A tout bout d'chant -logo

Comme j’imagine que ce morceau et la comédie musicale « La Mélodie du Bonheur » en général plairont énormément à mon amie Cécile du blog La cour des petits, j’ai décidé d’en faire le thème de ma participation à son rendez-vous À Tout bout d’chant !

Les autres participations au rendez-vous ce mois-ci :

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Guide de survie pour voyager en voiture avec de jeunes enfants

Publié le

Ah ! Les vacances sont là ! Vous rêvez de calme, de détente et d’évasion, et d’ailleurs vous avez peut-être prévu de partir. Vous rêvez déjà au repos dont vous allez profiter, aux beaux paysages, aux gens que vous allez rencontrer. Mais un point noircit le tableau : pour vous rendre sur votre lieu de vacances, il va falloir faire de la route mais longs trajets en voiture et enfants en bas-âge font rarement bon ménage… Alors comme je suis une habituée de ces longs trajets, je vous livre quelques-unes de mes astuces pour survivre en voiture avec mes deux petits pendant toute une journée (voir plus !).

Occuper ses enfants en voiture :

Pour qu’un voyage se passe dans le calme, il est vital d’avoir des activités à proposer à ses enfants. Bien évidemment vos enfants vous réclameront de la peinture, de la pâte à modeler ou une partie de cache-cache, l’impossibilité de s’occuper de la sorte rendant ces activités bien plus attrayante que d’habitude. Il faut donc rivaliser d’ingéniosité et d’originalité pour capter l’attention de nos petits. Pour cela la première règle est celle du panier rempli de jouets. J’ai opté pour un grand panier souple qui se glisse parfaitement entre les deux sièges autos de mes enfants afin qu’ils aient les jouets à portée de main. Alors évidemment, les jouets se retrouvent petit à petit aux pieds des enfants (là, le passager peut encore les rattraper) ou coincés entre le siège et la portière. Peu importe, je vous rappelle qu’il faut faire une pause toute les 2h : c’est l’occasion de se dégourdir les jambes et de remettre un peu d’ordre dans la voiture ! Et si le panier est suffisamment rempli, je vous assure qu’il occupera les enfants pendant plus de 2h. (Je ne réponds de rien quant aux enfants qui sont dans leur période « vider-remplir » ou « je jette tout », pendant ces périodes là… restez chez vous…?)

Voici donc le contenu de mon panier aux merveilles lors de notre dernier voyage :

jouet-emporter-voiture

  • Des petits livres de bébé en carton ou en tissus : ces livres datent un peu, mais comme les enfants ne les utilisent plus à la maison, ils sont parfois contents de les reprendre dans la voiture. C’est un peu comme redevenir bébés que de lire ces livres, et avouons-le les enfants adorent régresser de temps à autres !
  • Un « quiet book » ou « livre d’activités en feutrine », je vous montrais la réalisation de celui de ma fille ici.
  • Notre livre pour apprendre à tracer les lettres. En voiture, Colombe l’utilise sans craie (qui ferait trop de poussière), comme un livre de lettres rugueuses.
  • Un caléïdoscope
  • Des ardoises magnétiques : il en faut une par enfant car ce jouet a beaucoup de succès en général et si l’un des enfants la trouve, l’autre en aura envie aussi. Et en avoir plusieurs permet aussi d’organiser des petits jeux comme des concours de dessins.
  • Des petites figurines comme des Pet Shop ou My little Poney, et des petites voitures. Tout finira vite par terre, mais ça occupe tout de même !
  • Un labyrinthe aimanté : nous avons ce labyrinthe de la marque Haba depuis plusieurs mois et il plaît beaucoup aux enfants (et aux parents aussi).
  • Notre boîte pour apprendre à boutonner et différents jeux de manipulation (ici le morceau de fromage et sa souris pour apprendre à passer un fil dans un trou)
  • Notre jeu du cherche et trouve en bouteille et notre cherche et trouve les lettres.
  • Des bouteilles sensorielles et autres hochets en bouchons. Ce sont des jouets de bébé, mais comme je l’ai dit, une petite régression fait toujours plaisir !
  • Un de nos lecteurs de musique.
  • On peut ajouter quelques livres de coloriage ou des catalogues de jouets qui passionnent toujours les enfants !

Et voici les livres que nous emportons pour nos longs trajets en voiture :

Bien évidemment, pour occuper ses enfants en voiture, il n’y a pas que les jouets. Les livres permettent aussi un moment de calme, à condition de bien les choisir. Si vos petits ne savent pas lire, évitez à tout prix les histoires que vos enfants ne connaissent pas. Vous seriez obligés de leur lire (ce qui en soit n’est pas un problème) mais si vous êtes placé à l’avant de la voiture, ça n’est pas facile ensuite de montrer les images aux enfants. Voici donc un aperçu de livres utiles en voiture :

  • Le premier de notre liste de livre à emporter en voiture est bien évidemment : Comment s’amuser en voiture quand on aime bien voyager en voiture mais que c’est un peu long… de voyager en voiture… (oui, oui, tout ça c’est le titre !)
  • Ensuite vient le livre Mes premières activités pour être calme et concentré. La plupart des activités peuvent être faite sans matériel et sans forcément bouger. Il y a beaucoup de jeux de tracés à suivre avec le doigt ou de jeu de méditation qui peuvent être pratiqués attaché dans son siège auto.
  • Un livre à toucher et à regarder. Cette fois nous avions pris : Mon grand imagier à toucher. Certes, Colombe (4 ans) et Petit O’ (2 ans) sont un peu grand maintenant pour ce genre de livres, mais comme je l’ai dit plus tôt, une petite régression de temps à autres fait toujours plaisir ! Et quand on ne sait pas lire et qu’on a personne pour nous faire la lecture, les livres à manipuler sont bien plus intéressant que les autres.
  • Nous avons également pris notre livre Mes années pourquoi : Paris puisque nous allions y faire une halte, et notre atlas du monde. Ces livres sont remplis d’images et de petits détails. J’ai l’habitude de les feuilleter avec les enfants, alors ils reconnaissent quelques éléments par-ci par-là. Pour le reste, ils font leurs découvertes et passent de longs moments d’observation.
  • Nous prenons également des livres d’histoires que les enfants connaissent bien. Cette fois nous avons pris Violette Mirgue, Le ballet des couleurs à Paris, mais nous aurions pu prendre aussi Violette Mirgue, Une semaine pour sauver Noël, ou bien La Chenille qui fait des trous. Comme les enfants connaissent ces histoires presque par chœur, ils n’ont pas besoin d’un adulte pour leur faire la lecture et peuvent se raconter l’histoire simplement en regardant les images.
  • En voiture, je privilégie également les livres audios car les enfants peuvent garder le livre en main et suivre l’histoire pendant qu’on fait jouer le CD dans la voiture. La dernière fois nous avions pris Zoë et le goéland, mais nous avons aussi l’histoire de Tétère la grenouille.
  • Pour chaque grand départ, je prends des livres qui correspondent aux intérêts des enfants. Petit O’ adore les animaux et passe des heures à les observer dans les livres, c’est pour cela que j’ai mis quelques livres sur le sujet.
  • Nous aurions pu prendre aussi nos petits imagiers de langue des signes ici, et ici, car même si nous ne signons plus à la maison (Petit O’ parle bien maintenant) les enfants peuvent s’amuser à reproduire les signes et se rafraîchir un peu la mémoire !
  • Nous aurions pu prendre également des petits livres d’observation comme  cherche et trouve les Monsieurs-Madame, les animaux car ces livres occupent toujours bien les petits !

En complément nous prenons également beaucoup de musique avec nous. Des albums de comptines, des chansons de dessin animé. La voiture se transforme souvent en karaoké, et l’ambiance est plutôt bonne ! Et quand on pense que la durée moyenne d’un album de musique est de 3/4 d’heure on se dit qu’on a déjà gagné pas mal de temps !

La place des jouets et des livres dans la voiture :

Panier de jouet placé entre les sièges des enfants

Comme je l’ai expliqué, je place les jouets dans un panier souple qui se glisse entre les 2 sièges. Mais il existe également les organiseurs de voiture que l’on fixe au dos du siège passager et du siège conducteur et dans lequel l’enfant peut ranger ses affaires. Ces organiseurs me semblent très bien pour les enfants un peu grands, mais les petits attachés fermement dans leur sièges-auto ne peuvent certainement pas les atteindre. C’est pour cela que j’ai choisi le panier.

Si je ne suis pas gênée à l’idée que les jouets se retrouvent éparpillés dans la voiture, je préfère garder un contrôle sur les livres, de peur qu’ils ne s’abîment. Je les range donc dans un grand sac que je garde à ma porter. Je distribue les livres au fur et à mesure et bien-sûr, une fois qu’un livre a été lu, je le récupère pour le ranger.

Manger : le joker pour occuper ses enfants en voiture

Les enfants ont lu tous les livres, les jouets sont éparpillés dans la voiture, tous les albums de musique ont été écoutés, et vos enfants commencent à s’agiter. Il serait bon de s’arrêter mais d’une vous aimeriez bien vous rapprocher de votre destination parce qu’une pause tous les 50 km ça fait beaucoup, et de deux, vous sentez bien que si les enfants descendent de voiture, ils ne voudront jamais remonter !

Dans ces moment-là j’organise généralement un petit pique-nique dans la voiture. Pour tous les grands départs, j’installe une glacière derrière le siège du conducteur, ainsi, le passager (le parent qui ne conduit pas… donc en fait c’est moi.) y a accès et peut distribuer boissons et nourritures à tous. Lorsque les enfants s’agitent un peu trop, je leur propose souvent de prendre un petit en cas. Mais alors je choisi toujours des aliments qui vont être manger lentement (car le but est bien de gagner du temps !) : du raisin que je distribue grain par grain, des petits gâteaux dont on ne fait qu’une bouchée (car les gâteaux dans lesquels on croque font des miettes) distribués à l’unité là encore. Et pour les boissons, nous nous limitons généralement à de l’eau (ça serait contre-productif de gaver les enfants de sucre alors qu’on veut qu’ils se tiennent tranquilles) que je verse dans leurs verres qui ne se renversent pas.

 

Avec tout ça, les enfants sont occupés pendant un petit moment ! En faisant des pauses régulières durant lesquelles nous permettons aux enfants de courir, et en rassemblant les activités régulièrement, nous parvenons à maintenir un environnement serein. Comme beaucoup de parents, nous programmons notre départ en fonction du rythme des enfants. Nous privilégions le début d’après-midi ou le milieu de la nuit pour que les enfants dorment dans la voiture autant que possible. Car malgré toutes les astuces du monde, avouons-le, me meilleur moyen d’avoir un enfant calme en voiture, c’est d’avoir un enfant qui dort !

 

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Mes instruments de musique classique

Publié le

Pour le rendez-vous À Tout bout d’Chant du blog La Cour des Petits, j’ai décidé de vous parler d’un joli livre à puces des éditions Gründ : Mes instruments de musique classique.

Mes instruments de musique classique, éditions Gründ

Un livre à puces, qu’est-ce que c’est ?

Sur chaque double page on trouve une petite puce électronique sur laquelle il suffit de poser son doigt pour activer une piste sonore. Cette piste est toujours une musique ou un son en lien avec l’image présentée sur cette double page.

joueur de guitare et puce électronique

Mes instruments de musique classique

Comme son nom l’indique, ce petit livre cartonné présente des instruments de musique : le violon, la flûte traversière, la guitare, la trompette, les timbales, le piano. Une double page est consacrée à chacun d’eux. On trouve le nom de l’instrument puis le nom de l’œuvre à écouter ainsi que celui du compositeur. L’œuvre est toujours un morceau très connu, et même si on en ignore souvent le titre, on est tous capable d’en fredonner l’air. Enfin, un petit texte décrit l’air et l’instrument.

La flûte traversière : "Au matin", Peer Gynt, Grieg

Notre avis

Ce livre a été adopté par Petit O’ (2 ans) dès qu’il l’a vu ! Il a alors joué et rejoué « Au matin », l’extrait de Peer Gynt de Grieg joué à la « flûte à poussière » comme il dit. Il est souvent pénible d’entendre sans cesse le même morceau de musique, mais quand il s’agit de musique classique j’avoue que ça passe beaucoup plus facilement ! Depuis que nous l’avons, Petit O’ sort ce livre chaque jour. Il connaît bien les airs et a bien retenu le nom des instruments ! Et comme ce livre est en carton rigide et d’un format pas trop imposant, je le glisse dans le sac à langer pour nos sorties et il occupe les temps morts dans le bus ou en voiture.

Mes Instruments de musique classique, illustré par Séverine Cordier
Éditions Gründ Jeunesse
Prix : 9,95 €
âge : dès 1 an

Merci aux éditions Gründ Jeunesse pour l’envoi de ce joli livre !

Les autres participations au rendez-vous :

 

 

Save

Save

Lise et Tom découvrent la musique

Publié le

Colombe (3 ans 1/2) et Olivier (23 mois) découvrent la musique quotidiennement à la maison. Ils ont leurs propres instruments qui leur sont en libre accès dans leur chambre, et Papa À Dada ! et moi avons nos instruments que nous sortons de temps à autre pour les leur présenter. Petit à petit, ils découvrent le nom des instruments, leur son, mais aussi le rythme et de nombreuses mélodies ! C’est un peu l’histoire de « Lise et Tom découvrent la musique », deux frère et sœur qui découvrent les instruments à travers toute une aventure ! Et c’est cet album que je vais vous faire découvrir pour le rendez-vous À tout bout d’chant de La cour des Petits.

Lise et Tom découvrent la musique, couverture

Lise et Tom découvrent la musique

Lise et Tom demandent à leur maman d’aller à la fête des animaux, mais elle ne comprend pas tout de suite de quoi il s’agit. Les enfants ouvrent la fenêtre et la musique commence ! Chaque animal est présent et chacun joue d’un instrument dans ce grand orchestre ! Emballée par la gaîté de ce grand bal et par l’entrain de ses enfants, la maman les inscrits alors au cours de musique. On suit alors la découverte de la musique sur des airs gais et entraînants. Mais voici un extrait !

 

Le contenu de Lise et Tom découvrent la musique

Cet album m’a avant tout attirée car je recherche un support pour aider mes enfants à distinguer les différents instruments, mais je dois vous avouer que je n’avais pas été tellement séduite par la première chanson (Le bal des animaux). Qu’importe, la promesse de cette histoire me donnait envie de la découvrir et après une première écoute, je n’ai pas été déçue. J’ai appris à aimer Le bal des animaux que ma Colombe aime aussi beaucoup, mais j’ai surtout découvert de nombreuses chansons qui m’ont beaucoup plu ! Certaines  sont très gaies, d’autres plus mélancolique, mais toutes les histoires se finissent bien. Et surtout, chaque chanson est l’occasion d’apprendre : le nom d’un (ou plusieurs) instrument, le nom des notes ou de termes de solfèges, mais aussi toutes les possibilités qu’on a pour faire de la musique !

L’album est présenté avec un petit livret. On y trouve l’illustration de l’histoire ainsi que les textes et paroles. Pour chaque musique, on trouve la tablature pour la jouer à la guitare (certaines partitions sont en vente sur le site), et c’est un détail que j’apprécie toujours ! Il y a également plusieurs pages de photos pour présenter les personnages, les musiciens et bien-sûr, les instruments ! Enfin, les dernières pages sont des coloriages qui peuvent occuper les enfants pendant l’écoute !

Lise et Tom découvrent la musique : sommaire

Présentation des personnages, des musiciens et des instruments

Coloriage

Notre avis

Cet album est une vraie bonne surprise. Le contenu est élaboré de manière sérieuse. Bon, il faut dire que l’auteur, David Dauthieux est professeur de musique ! L’histoire est parsemée de petites informations que l’enfant peut retenir au gré des écoutes.

Colombe et Olivier, eux, ont tout de suite adoré cet album. Il leur faut souvent plusieurs écoutes pour apprécier les albums que je leur propose, mais cette fois, dès la première écoute ils en ont redemander. Cela tient peut-être du fait que la narratrice est une enfant ! Il ne se passe plus une journée sans que nous ne fredonnions les chansons de l’album (ou que nous ne les chantions à tue tête !).

ukulele-illustration-musique

Lise et Tom découvre la musique, David Dauthieux
prix : 23€
public : 3 à 11 ans
Album offert

Les autres participations au rendez-vous À tout bout d’chant

La sorcière des écrans – Chut les enfants lisent

Publié le

C’est d’un livre un peu particulier dont je vais vous parler aujourd’hui puisqu’il aborde un sujet de société qui, il me semble, n’est pas beaucoup traité dans les livres destinés aux enfants. Le livre s’intitule La sorcière des écrans. Il s’agit d’un livre-CD des éditions VOolume qui met les enfants en garde contre les dangers des écrans.

sorciere-ecrans-couverture

L’histoire

La sorcière des écrans est un conte dans un conte, puisque l’histoire commence chez Théo, un petit garçon qui ne voudrait faire que jouer aux jeux vidéo, et sa maman lui raconte l’histoire du prince Léo qui se laissait emprisonner par les écrans. Le conte que la maman raconte est une version revisitée de La belle au bois dormant. À sa naissance, les fées se sont penchées sur le berceau de Léo pour lui transmettre des dons, mais la sorcière des écrans, nouvellement apparue dans le royaume, n’a pas été invitée. Elle va alors se pencher sur le berceau de Léo et lui prédire un avenir sombre, enfermé dans un monde virtuel. La suite du conte est très noire, et lorsque la maman finit de raconter son histoire, Théo est bien décidé à limiter son temps passé sur ses jeux vidéo.

Malheureusement, j’ai trouvé que le titre de ce livre ne tient pas ses promesses. Alors qu’on nous annonce une sorcière des écrans, la sorcière du livre ne parle que de jeux vidéo. Les allusions sont claires et on reconnaît de nombreux jeux vidéos célèbres, même s’ils ne sont pas cités. Ce point me déçoit particulièrement car il se trouve que de tous les écrans, les jeux vidéo ne sont pas ceux qui me font le plus peur pour mes enfants. Alors que devant la télévision les enfants sont complètement passifs et semblent comme hypnotisés, les jeux vidéo les forcent à interagir et donc à être actifs.

Mais le livre véhicule tout de même des valeurs qui me semblent importantes, et celle du travail en est une essentielle dans l’histoire. En effet, lorsque les fées se penchent sur le berceau du petit prince, chacune lui prédit de belles choses en lui rappelant toujours qu’elles n’arriveront que s’il s’en donne la peine. Le livre rappelle aux enfants qu’il n’y a pas de don sans travail et que les choses ne se font pas toutes seules !

sorciere-ecrans-fees

Les illustrations

C’est clairement le point fort de La sorcière des écrans ! Les illustrations de Laura Giraud sont vraiment très belles. Elles font passer beaucoup d’émotions et savent nous transporter dans l’histoire du petit prince Léo. Le lecteur vit aussi bien les moments les plus joyeux que les heures sombres du garçon. Certains dessins sont même impressionnants pour les enfants : les représentations de Léo et de sa maman à la fin de l’histoire par exemple. Le dessin a saisi toute la fatigue et la vieillesse des personnages.

sorciere-ecrans-leo-reine

Le CD audio

Sur le CD on peut écouter l’histoire racontée par l’auteur elle-même, sur fond de musique. La narration est douce, Pauline Pucciano prend différentes voix pour rendre l’histoire vivante. Les musiques de Philippe Guerrieri sont agréables à écouter et ponctuent bien l’histoire. Les paroles complètent et renforcent le morale de l’histoire qui est de ne pas laisser passer sa vie, mais de la vivre activement. J’aurais tout de même préféré que la dernière chanson (qui insiste sur ce thème) soit un peu plus entraînante…

sorciere-ecrans-edition-voolume

En conclusion

La sorcière des écrans est un bon livre qui véhicule une morale que j’apprécie. Je regrette tout de même qu’elle diabolise tant les jeux vidéo et ne fasse pas mention des autres écrans (tablettes, téléphones portables (et réseaux sociaux !), télévisions) qui occupent tant les enfants quand ils grandissent ! En tant que parent connecté, issu d’une génération biberonnée aux jeux vidéo et aux dessins animés (et ayant tout de même réussi à vivre sa vie, faire des études et trouver un travail…), je ne veux pas que mes enfants diabolisent les écrans. Ils feront partie de leur vie plus encore qu’ils ne font partie de la nôtre, alors  je veux leur apprendre à les utiliser correctement et à ne pas se laisser happer. La sorcière des écrans est un bon support car même si je lui ai trouvé quelques défauts, il valorise le travail, l’effort personnel, et fait comprendre qu’il faut se donner des limites à l’utilisation des écrans. C’est donc un bon livre, à lire avec son enfant !

Pauline Pucciano, Laura Giraud, Philippe Guerrieri, La sorcière des écrans, ed. VOolume
à partir de 7 ans (accompagner l’enfant pour les premières lectures)
prix : 15 €

Même si j’ai émis des critiques, je tiens à préciser que j’ai aimé ce livre ! Je remercie les éditions VOolume de me l’avoir envoyé !

Cet article est ma participation à Chut les enfants lisent, le rendez-vous du blog Devine qui vient bloguer ?

Mother Goose Club – À tout bout d’chant !

Publié le

Dans la famille À Dada ! ça n’est pas un secret, nous adorons la musique. Nous aimons aussi les langues étrangères puisque nous en parlons plusieurs. Celle que j’ai envie de transmettre à mes enfants est l’anglais. C’est un peu cliché, mais c’est la langue internationale, celle qui leur permettra de se faire comprendre un peu partout dans le Monde. Comme ça n’est pas ma langue maternelle, il ne m’est pas toujours naturel de m’adresser aux enfants en anglais. En revanche je leur ai toujours chanté des comptines en anglais et lorsqu’ils regardent la télévision, ce ne sont quasiment que des émissions en anglais (principalement des programmes remplis de chansons). Je vous avais d’ailleurs présenté une sélection de chaînes musicales pour enfants sur Youtube, dont 2 étaient en anglais. Aujourd’hui pour le rendez-vous À tout bout d’chant du blog La Cour des Petits, j’ai envie de vous faire découvrir une chaîne Youtube découverte très récemment et qui a été un vrai coup de cœur pour toute la famille !

fr.pinterest.com

La chaîne s’appelle Mother Goose Club. Mother Goose (La mère l’Oie) est le nom donné à un personnage imaginaire qui serait à l’origine des comptines et histoires enfantines les plus populaires dans la culture britannique. Le Mother Goose Club est un groupe de personnages (incarnés par des enfants déguisés) parmi les plus importants de cette littérature (Little Bo Peep, Baa Baa sheep, Jack Be Nimble, Eep the Mouse…) et qui chante et danse sur les chansons qui parlent d’eux. Un peu comme si un enfant déguisé en Frère Jacques se mettait à chanter et danser sur cette chanson.
Les costumes sont très colorés et les petits acteurs sont plein d’entrain, ce qui donne un programme très gai et attractif !

La grande différence entre ce programme et les autres que nous regardons parfois, c’est que les airs ne sont ni arrangés, ni remixés. Mother Goose Club s’en tient à l’air original des chansons, celui que tout le monde connaît et que les parents ont appris dans leur enfance. Cela a deux avantages : il y a une vraie cohérence entre les chansons que j’ai chanté à mes enfants et ceux qu’ils entendent à la télévision, et cette simplicité permet de se concentrer sur la justesse du chant (parce que franchement les autres programmes proposes de belles images de synthèses mais le son n’est pas toujours très heureux…)
De plus, le programme étant joué par des enfants, il permet une identification entre le spectateur et les personnages. Ainsi, alors que Colombe n’a jamais chanté ces chansons (et ça n’était pas faute de les avoir entendues des centaines de fois), elle s’est enfin mise à chanter en anglais (bon, parfois c’est plus du yaourt que de l’anglais !).

Si vous voulez apprendre l’anglais à vos enfants, ou juste les familiariser avec les sonorités de cette langue, je vous conseille très vivement Mother Goose Club !

Logo-a-tout-bout-d-chant-petit

Les autres participations au rendez-vous ce moi-ci sont à retrouver ici :

Quelle Histoire – Chut les enfants lisent

Publié le

J’ai récemment eu la chance de gagner 2 titres aux éditions Quelle Histoire, et sous le charme de cette petite collection, c’est elle que j’ai décidé de vous présenter pour Chut les enfants lisent.

quelle_histoire_beethoven_parks

Les 2 livres que j’ai reçus sont Rosa Parks et Beethoven. Cette collection s’adresse aux enfants de 6 à 10 ans, donc une cible un peu plus âgée que mes enfants. Mais en grande amoureuse d’Histoire, je n’ai pas pu m’empêcher de les lire à ma fille. Celui sur Rosa Parks est trop difficile à aborder avec Colombe (3 ans), mais en grande passionnée de musique, elle m’a déjà fait lire et relire Beethoven !

Tous les livres de la collection se présentent de la même manière. Ils s’ouvrent sur l’enfance du personnage, ce qui permet au petit lecteur de s’identifier et d’accrocher à l’histoire qui débute. Puis toute la vie du personnage est racontée en chapitres correspondant à des événements marquants. Le vocabulaire et les tournures de phrases sont simples, un enfant assez jeune peut donc tout à fait comprendre. Colombe est encore un peu jeune pour saisir toute l’histoire, mais en adaptant un peu, j’ai pu lui transmettre les grandes lignes.

 quelle_histoire_beethoven

Directement après l’histoire, on peut trouver une frise chronologique résumant la vie du personnage. Ayant une formation en Histoire, je ne peux que souligner la présence de cet outil visuel qui aide à retenir les dates, car il est bien trop souvent absent des livres d’Histoire. On trouve également une carte des lieux importants, et là encore je salue l’effort ! (Si je voulais être pointilleuse je dirai que cette carte n’a pas d’échelle, mais ça serait vraiment pour trouver quelque chose à dire !) Enfin figurent les portraits des personnages importants qui ont fréquenté notre héros.

quelle_histoire_chronologie_beethoven

quelle_histoire_mini_biographie

Enfin, la dernière partie est consacrée aux jeux : quiz, labyrinthe, jeu des 7 erreurs ou cherche et trouve. Autant d’occasion de parler de l’histoire qu’on vient de lire et d’enrichir son vocabulaire.

quelle-histoire_cherche_et_trouve

En conclusion, je dois vraiment saluer le sérieux avec lequel cette collection a été pensée. L’Histoire est présentée de manière ludique, mais les grands outils que les enfants devront maîtriser à l’école sont présents (frise chronologique, carte géographique). J’apprécie aussi la richesse de cette collection qui ne cesse de s’agrandir : des personnages de toutes les périodes historiques sont représentés, mais on trouve également des personnages mythologiques. Le choix des personnages historiques répond à des critères larges et pas seulement à des critères politiques. Si quand on parle d’Histoire, on pense avant tout aux rois et aux reines (dont de nombreux font l’objet d’une parution dans la collection), l’Histoire concerne aussi des personnages scientifiques ou des acteurs de la vie culturelle. C’est ainsi qu’on trouve des titres sur Coco Chanel, Picasso ou même Al Capone !

Chaque livre coûte environ 5 euros, ce qui est vraiment peu pour un ouvrage aussi intéressant et riche en activités.

Enfin, la collection est disponible en ebook. Je sais que beaucoup me répondront qu’ils ne sauraient se passer de l’objet papier et qu’ils ont besoin de toucher le livre pour prendre plaisir à la lecture. Je tenais le même discours avant de découvrir les joies de la liseuse qui permet d’emporter une bibliothèque entière dans un sac à main ! Il existe également plusieurs applications Quelle Histoire : centrées sur un personnage ou quiz plus général, chacun trouvera de quoi prolonger le plaisir !

quelle_histoire_applications

Cette collection est vraiment un énorme coup cœur ! Il se peut que j’achète de nouveaux titres pour Colombe (Mozart lui plairait beaucoup !), et je pense qu’ils feront de très beaux cadeaux pour les prochains anniversaires de mes neveux et nièces !

Alors si vous cherchez une idée de livres intéressants pour vos enfants, courez vite découvrir Quelle Histoire, car il n’est jamais trop tôt pour se cultiver !

Sélection de chansons pour fêter son anniversaire – À tout bout d’chant !

Publié le

Pour le rendez-vous À tout bout d’chant du blog La cour des Petits, j’ai décidé de vous proposer chaque mois une sélection de chansons liées à un thème. Et ce mois-ci je vous propose une sélection de chansons pour fêter son anniversaire ! Eh oui, ma Colombe va avoir 3 ans, c’est donc le moment idéal pour aborder le sujet !

Il y a bien-sûr le traditionnel « Joyeux anniversaire » à décliner dans toutes les langues (je suis sympa je vous les épargne).

Il y a aussi le bien connu « Bon anniversaire, nos voeux les plus sincères »

Mais saviez-vous que Chantal Goya avait aussi un « Happy Birthday » à son actif ? Et que pour une fois, elle chante une chanson qui ne reste pas trop dans la tête ! (non parce que « C’est Guignol » me reste dans la tête des semaines à chaque fois que je l’entends !)

Henri Dès, évoque l’anniversaire un peu plus subtilement dans sa chanson Gâteau

Et comme ça n’est pas tous les jours notre anniversaire mais qu’on aimerait bien quand même, je ne résiste pas à l’envie de vous rappeler cette chanson de « Non-anniversaire » d’Alice au Pays des merveilles de Walt Disney. Chanson que nous entonnons environ 361 fois par an (Nous sommes une famille de 4, donc 4 anniversaires à fêter chaque année, 365 jours par an moins 4 anniversaires, égale 361 Non-anniversaire chaque année, sauf cette année, année bissextile : 362 non-anniversaires !)

Et je finis par un petit retour en enfance avec cette chanson de Jo Akepsimas que j’ai écouté des centaines de fois quand j’étais petite…

La qualité de l’enregistrement n’est pas excellente, mais quel plaisir d’entendre cette chanson après tant d’années ! (enfin pas tant que ça, je suis encore jeune !)

Quels lecteurs de musique pour bébé ? – À tout bout d’chant

Publié le

Dans la famille À Dada ! Nous adorons la musique ! Colombe et moi chantons à longueur de journée, Papa À Dada siffle ou fredonne toujours un petit air, et Petit O’ se dandine en rythme dans ce paysage sonore. La musique nous accompagne dans notre quotidien, elle nous redonne le sourire et nous apaise.

S’il m’est facile d’entonner une mélodie pour nous donner du cœur à l’ouvrage lorsque nous sommes à la maison (un peu comme Mary Poppins chantant « Le morceau de sucre »), ça n’est pas si facile lorsque nous sommes en promenade. Je n’ai pas peur du ridicule et il peut m’arriver de chanter avec les enfants tout en marchant, mais lorsque j’ai des affaires à régler, je ne peux plus chanter et j’ai besoin que les enfants soient calmes. Voilà donc qu’entrent en jeu deux jouets qui sont devenus des indispensables pour notre famille, des lecteurs de musique pour bébé.

Il existe beaucoup de jouets remplis de boutons sur lesquels l’enfant peut appuyer pour s’amuser et nous en possédons quelques uns. Mais les jouets que je vous présente aujourd’hui ne rentrent pas dans cette catégorie. J’ai volontairement choisi des jouets sobres, permettqnt à l’enfant de se concentrer sur l’écoute et de passer un moment calme. Il existe des peluches veilleuses qui encouragent ces moments d’écoute, j’avais d’ailleurs présenté l’Hyppoclampe de Fisher-Price, mais les lecteurs que je présente aujourd’hui ont un format compact et une prise en main plus adaptés aux sorties.

ravensburger_music_player

Le premier est un petit lecteur de musique en allemand. Si j’en parle aujourd’hui c’est parce que c’est un jouet de grande qualité et que je n’en ai pas trouvé d’aussi bien sur le marché français. Certains parents seront peut-être rebutés par la barrière de la langue, mais ce lecteur me semble avoir tellement de point positifs que la langue me paraît être un détail. Et je sais aussi que beaucoup de mes lectrices résident en Allemagne, alors je tenais à parler de ce jouet comme un petit clin d’œil pour les remercier de leur fidélité !

Points positifs :

  • de jolies mélodies
  • un son très doux et pas trop fort
  • un petit livret avec les paroles des chansons est fourni
  • diffuse une petite lumière douce
  • très solide
  • bonne prise en main
  • peu gourmand en piles
  • se glisse dans un sac

Points négatifs :

  • pas de poignée
  • un peu difficile à allumer et éteindre quand bébé est vraiment petit
  • prix un peu plus élevé que les autres lecteurs
  • n’existe pas en français

ravensburger_music_player_prise_main

Colombe a reçu ce lecteur pour son premier Noël, elle avait donc 10 mois et elle l’a tout de suite adopté ! Il nous a d’abord été utile lors d’un long trajet en voiture : cela permettait de lui mettre de la musique sans que le conducteur ne soit agacé par les refrains entêtants. Et très vite, il s’est glissé dans notre sac pour chaque sortie. Aujourd’hui encore il nous accompagne souvent. Colombe l’appelle son « téléphone », elle joue à appeler ses amis et prends beaucoup de « photos » avec, un peu comme sa maman blogueuse finalement…

Le son n’est pas réglable, mais il est très doux : non seulement il ne risque pas de gêner les personnes autour (on peut donc l’utiliser dans les transports en commun par exemple), mais l’enfant peut le coller contre son oreille sans qu’il ne lui fasse de mal. Il joue 20 mélodies différentes et un petit livret reprend les paroles de chacune afin de chanter en chœur. Il est muni d’un bouton marche/arrêt ainsi que de boutons pour écouter la chanson d’avant ou d’après, mais bien que conseillé à partir de 12 mois, la manipulation de ce bouton peut être encore difficile à cet âge. Sa forme permet une très bonne prise en main par l’enfant, même si une poignée ou un système d’attache aurait été le bienvenu et lui aurait éviter un grand nombre de chutes chez nous ! J’en viens donc au dernier point, sa solidité est à toute épreuve puisque depuis deux ans ici il est tombé, a servi de marteau, a été mâchouillé et n’a pourtant pas bougé !

En résumé, si vous cherchez un bon produit, solide et qui ne vous tapera pas sur le système avec une musique trop forte, ne vous arrêtez pas à la barrière de la langue, c’est ce lecteur qu’il vous faut !

Allererster Music Player

 

baby_einstein_sing_along_tune

Le deuxième lecteur que je vous propose de découvrir est celui que Petit O’ a reçu pour Noël, et là pas de problème de langue puisqu’il diffuse de la musique sans parole ! Légèrement différent du premier, il me semble complémentaire. Je l’avais découvert chez ma copine Mon joli petit bureau qui l’avait présenté dans son article « Activités pour les trajets en voiture ».

Points positifs :

  • il diffuse de la musique classique
  • poignée pratique pour la prise en main ou pour l’accrocher et éviter les chutes
  • un design coloré et drôle qui en fait presque un hochet
  • plusieurs niveaux sonores
  • boutons facile d’utilisation même pour les plus petits
  • se glisse dans un sac

Points négatifs :

  • diffuse une lumière un peu forte
  • la musique pourrait être plus douce

bouton_baby_einstein_music_player

Ce lecteur diffuse des morceaux de musique classique (Mozart, Bach…) et dispose de deux niveaux sonores : on peut donc profiter de l’écoute à plusieurs ou tout seul plus discrètement. La lumière qu’il diffuse est un peu trop vive à mon goût (surtout en voiture lorsqu’il fait nuit, on se croirait en boîte !). Très coloré et avec sa poignée « chenille » faite avec de grosses perles, il est très attractif pour Bébé et on le prendrait presque pour un hochet ! Le bouton est facile d’utilisation même pour les plus jeunes, ce qui est un point positif, mais il y a le revers de la médaille. Lorsque Bébé comprend comment ça marche, il s’amuse à appuyer sur les boutons toutes les 3 secondes, et de musique classique on passe à de la techno… Ce lecteur n’étant muni que d’un seul bouton, on ne peut pas revenir à la musique précédente. La poignée permet d’accrocher le lecteur afin qu’il ne tombe pas : ça évite de le perdre en balade ou d’avoir à le chercher entre le siège-auto et la portière ! Enfin, il n’est pas gourmand en piles (je n’ai pas de recul, mais j’ai demandé à Mon joli petit bureau qui n’a jamais eu à les changer depuis cet été)

En résumé : ce lecteur est plus facile d’utilisation pour les très jeunes enfants et plus pratique, mais la musique et la lumière peuvent être discutées.

Baby Einstein Take Along Tunes Musical Toy

Ces deux lecteurs sont deux produits fiables et chacun choisira selon ses besoins. Il existe d’autres lecteurs pour tout-petits, mais ils sont souvent plus gros et ne peuvent pas facilement être emportés partout. À vous de faire votre choix maintenant !

Ce billet est ma contribution au rendez-vous À tout bout d’chant, organisé par le blog La Cour des Petits la deuxième semaine de chaque mois.

Logo-a-tout-bout-d-chant-petit1