Latest Event Updates

Sablés Vitraux

Publié le

J’avais très envie de faire des sablés vitraux pour mettre dans le sapin, mais fatiguée, je n’ai pas trouvé le courage de m’y mettre !

En grande gourmande, l’idée ne m’a pas quitté alors je m’y suis mise tout à l’heure ! Et comme les fêtes de fin d’année sont finies, mais que notre maison est pleine d’amour en ce moment, j’ai fait plein de petits cœurs à grignoter !

Pour les sablés, la recette est simple :

  • 250g de farine
  • 125g de beurre mou coupé en dé
  • 125g de sucre
  • 1 œuf
  • 1 cuillère à soupe d’eau

Mettre le tout dans le mixeur en vitesse lente jusqu’à obtention d’une boule régulière.

Pour les vitraux :

Il faut de simples petits bonbons durs acidulés

 

Une fois la pâte étalée, j’ai découpé des coeurs et j’en ai évidé certains à l’aide d’un couteau (faute d’avoir 2 emporte-pièces de même forme et de tailles différentes !).
J’ai déposé un bonbon dans chaque partie évidée. Certains réduisent les bonbons en poudre avant de les déposer, mais ça n’est pas nécessaire puisqu’en fondant, le bonbon s’étale sans problème.

Une dizaine de minutes au four à 200°.

Et voilà le résultat une fois sortie du four !

Ils ne seront pas accrochés en décoration, mais je pense que de toute façon ils auraient été mangés avant !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Bonne Année !

Publié le

Bonne Année à tous et à toutes !Me voilà de retour après une fin d’année pleine d’émotions !

Notre petit Olivier est né le 30 décembre 2014 !

Nous avons fait notre retour à la maison tranquillement. Colombe est très attentionnée envers son petit frère, elle veille à lui remettre sa tétine dans la bouche quand il ne l’a plus et cela même quand il est au sein !

Nous nous faisons doucement à notre nouvelle vie et profitons de ces moments à 4 !

Le blog risque donc de tourner un peu au ralenti ces prochains temps, mais promis, je suis de retour !!

 

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Joyeuses fêtes de fin d’années

Publié le

Je vous souhaite à tous de joyeuses fêtes de fin d’année !
Comme beaucoup sur la toile, je m’apprête à faire une petite pause afin de profiter de ce moment en famille. À mon retour, nous serons quatre, et je suis sûre que j’aurais plein de choses à vous raconter !

Joyeux Noël à toutes et à tous !

Maman à Dada !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Quand on dépasse le terme

Publié le

Au départ, ça paraît très loin…
9 mois à attendre. On nous a donné une date, mais on a bien le temps !
Et puis la date se rapproche, se rapproche, se rapproche… tellement qu’on finit par la dépasser !
5 jours pour Colombe !
Alors voilà à quoi vous attendre si vous vous approchez trop de la date prévue d’accouchement (familièrement appelée DPA), voire si vous allez au-delà.

  1. Environ 3 semaines avant la DPA, vous ne pourrez plus appeler personne dans votre entourage. Un nouveau réflexe apparaîtra en entendant votre voix, ils vont prendre un air affolé/impatient et vous diront : “Ça va, ça y est, il est né ?!” Leur air déçu vous dissuadera de les appeler de nouveau juste pour prendre des nouvelles. Vous commencez alors à vous sentir un peu seule…
  2. Heureusement, vous recevrez par-ci par-là quelques coups de fil de proches qui viennent aux nouvelles pensant que vous avez dû oublié de les prévenir d’une naissance qui a dû déjà avoir lieu ! Eh bah non j’ai pas encore accouché ! Mais c’est pas grave, je vais te parler pendant 2 heures parce que là ça fait trop longtemps que je ne peux plus appeler personne !
  3. Les gens commenceront à prendre des paris sur date de l’accouchement. Si c’est votre première grossesse, les gens ne parieront sur un dépassement de terme qu’à partir d’une semaine avant la DPA. Si comme moi vous avez déjà dépassé le terme, 2 mois avant la DPA (voire dès le début de la grossesse) votre mari vous dira : “De toute façon tu accoucheras en retard !”
  4. Vos habits de grossesse ne vous iront plus pendant le dernier mois. Les habits de grossesse ne semblent pas être faits pour contenir un ventre de 9 mois… et des poussières. J’ai pris peu de poids pour cette grossesse, mais on n’empêche pas bébé de grossir, et le ventre suit la croissance de bébé ! Alors passé les 8 mois, les collants, leggings et T-shirts n’arrivent plus à recouvrir nos bidons… Et d’expérience on ne peut rien y faire, même prendre des habits de grossesse trop grands au départ, ça ne fonctionne pas !
  5. Une semaine avant la DPA, tout le monde prend un air surpris en vous voyant et plusieurs fois pas jour, vous entendrez : “Bah t’as pas encore accouché ?!”… Bah non j’ai pas encore accouché puisque je ne suis pas encore à la date prévue :-p
  6. Vous allez enfin réellement ressentir ce que c’est que de partager son corps avec un autre. Jusque-là, le petit était… petit. Maintenant, il a la taille d’un être humain digne de ce nom : une cinquantaine de centimètres alors que quand on y pense vous en faites à peine 3 fois plus… (enfin personnellement c’est mon cas…) Il prend donc beaucoup de place et même si vous avez joué à la femme élastique pour son confort, vous avez atteint vos limites. Lui, bouge de moins en moins car il n’a plus la place. Mais vous n’arrivez plus non plus à bouger. Quand vous êtes assise, vous avez envie de faire pipi ; quand vous êtes debout vos muscles du dos ne supportent plus le poids de votre ventre ; quand vous vous penchez vous expulsez votre estomac vers le haut ; et quelle que soit la position, vos poumons n’ont plus la place de respirer…
  7. Bébé n’a plus la place pour vous donner de vrais coups ! Youhou ! Enfin un point positif au dépassement de terme !!! Quoique, s’il était né, il ne vous en donnerait plus non plus… et il ne vous appuierait plus non plus sur la vessie…
  8. Vous allez jouer au yoyo émotionnel ! Vous êtes tellement heureuse que votre petit bout reste bien au chaud ! C’est ce que vous souhaitiez pendant toute la grossesse (oui, même moi je l’ai dit et redit, pourtant j’avais déjà bien dépassé le terme la première fois, je savais ce que c’était) ! Alors vous êtes sincèrement heureuse (surtout si on vous a parlé de risque d’accouchement prématuré pendant la grossesse), mais vous êtes aussi fatiguée… inquiète que l’accouchement ne se déclenche pas de lui-même… énervée par les questions diverses.
  9. Votre enfant aura, avant même sa venue au Monde, une réputation peu flatteuse ! Si c’est une fille on vous expliquera que les filles ne sont pas capables d’être à l’heure, la preuve ! Mais bien sûr, ma fille sait lire l’heure et la date in utero… Si c’est un garçon, on le dira plutôt lent, pas pressé… Bref, vous allez accoucher d’une larve (remarquez qu’une larve c’est tout gluant, ça doit passer facilement !).
  10. Enfin vous aurez un comportement bizarre… Vous qui avez squatté la meilleure place dans le canapé pendant plusieurs mois, vous n’allez plus vous asseoir que sur le ballon de gym qui aide bébé à descendre. Vous allez connaître toutes les tisanes qui favorisent le travail et vous en avalerez des litres avec détermination, malgré leur goût infâme. Vous mettrez de la cannelle dans tous vos plats parce que Doctimachin vous a dit que ça marchait, et même vous allez essayer le bain à la cannelle (merci Doctimachin pour tes idées toutes plus charmantes les unes que les autres !) car au pire ça vous fera un gommage ! Vous qui vous traîniez depuis plusieurs semaines, vous serez la première à vouloir aller en promenade. Votre maison brille du sol au plafond car Mamie vous a dit que passer la serpillière, ça fonctionnait, mais Tatie Truc n’est pas d’accord, c’est faire les carreaux qui fonctionne. Alors dans le doute, vous avez aussi récuré la salle de bain et décapé votre four, et là vous hésitez entre lessiver le plafond et débroussailler le jardin… Enfin si vous avez déjà des enfants, vous les mettrez aussi à contribution en leur demandant de s’adresser au petit et de lui dire de venir ! Entre enfants, ils se comprendront peut-être mieux !

Bref, plus on s’approche du terme et plus on ressemble à une pauvre femme désespérée… On subit les réflexions, on entend tous les conseils (sado-maso, on va même en demander par soi-même), on aurait envie que tout se fasse naturellement…
Heureusement ils sortent tous !
Alors oui, attendre le début d’un accouchement c’est un peu comme savoir qu’un tremblement de terre va se produire sans savoir exactement quand. Plus on attend, plus l’angoisse monte. Alors à celle qui comme moi attendent… Bon courage !

Bonus :

Colombe assise sur le ventre… ça va peut-être faire descendre le petit frère ! (je vous ai dit qu’on avait un comportement bizarre !)

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

DIY : Chaussette de Noël

Publié le

Ces derniers jours, même si je me suis pas mal reposée (on est à 4 jours de la DPA quand même !), je n’ai pas laissé de côté ma casquette de “lutin du Père Noël” !
Je ne peux pas encore exposer mes réalisations, étant soumise au secret par le grand Barbu !
J’ai tout de même un petit projet à vous montrer : une chaussette de Noël.

 

 

 

L’année dernière j’en avais confectionné trois que vous avez pu voir ici.

Elles sont toutes les trois accrochées sur notre calendrier de l’avent et attendent le passage du Père Noël. Mais le jour J nous serons peut-être quatre… Alors pour que le “petit nouveau” ne soit pas lésé je lui ai fait sa chaussette cette semaine !

Matériel : 

  • De la feutrine de couleur et une bande de feutrine blanche
  • Du fil à broder, ou de la feutrine pour la décoration
  • Du fil, une aiguille, des ciseaux, une craie pour tissus…

Réalisation :

J’ai découpé une botte dans du papier pour faire un gabarit. J’avais utilisé un papier cartonné l’an dernier et j’ai pu le ressortir cette année. Ainsi j’ai 4 chaussettes de la même taille !
J’ai ensuite reporté la botte sur ma feutrine que j’ai découpée.
Mea culpa : j’ai reporté mon patron 2 fois du même côté alors que j’aurais dû le retourner. Pour de la feutrine ça ne pose pas de problème car les deux faces sont identiques, mais n’oubliez pas de découper vos formes en miroir si vous utilisez un autre tissus. Je mets cette erreur sur le compte de la grossesse : tout le sang qui devrait irriguer mon cerveau est dérivé pour nourrir le petit bout qui pousse dans mon ventre. Soyez indulgents !

J’ai fait un petit dessin sur l’une des bottes, puis je l’ai brodé avec du fil blanc.
À noter : ma mercerie ne vend que des feutres effaçable à l’eau de couleur bleu. Alors sur un tissus bleu… bah ça ne marche pas ! J’ai donc utilisé une vraie craie jaune. En frottant avec une brosse douce, la couleur jaune partira rapidement !

Voici les motifs que j’ai choisi : un flocon pour Papa à Dada, un sapin pour moi, une colombe… bah pour Colombe ! Et un renne pour le “petit frère”.
J’ai choisi de faire une broderie très simple pour décorer mes chaussettes, mais celles qui ne cousent pas peuvent aussi découper et coller des formes en feutrine.

 

J’ai ensuite cousu les deux bottes ensemble, endroit contre endroit.

Puis j’ai cousu l’endroit de la bande de feutrine blanche contre l’envers de la chaussette. J’ai fermé la bande de feutrine et je l’ai retournée pour qu’elle forme le revers de la chaussette.

Et voilà !

Alors peut-être que cette chaussette ne servira pas cette année puisque Bébé est prévu pour le 26 décembre et que pour l’instant il n’a pas l’air pressé ! Mais dans ce cas je pourrais me vanter d’être déjà bien avancée dans mes préparatifs de Noël 2015 !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Livre de recettes : J’apprends à cuisiner aux Editions Usborne

Publié le

Généralement le dimanche je cuisine, mais comme je vous l’ai dit, ces derniers temps je marche au ralenti… Alors cette semaine n’ayant pas de recette à présenter, j’ai choisi de mettre en avant un livre dont je me sers souvent :

J’apprends à Cuisiner, ed. Usborne

OK, je suis un peu grande pour un livre comme ça…
Et en plus je ne m’en sers pas vraiment avec Colombe…
Mais en fait au départ je me servais de celui-là :

Je l’ai eu quand 4 ou 5 ans (dixit ma maman ^^). A l’époque j’aimais beaucoup ce livre, alors quand un jour j’ai vu qu’il avait été réédité, et qu’en plus il regroupait les entrées, plats et desserts : je l’ai racheté pour moi et pour mes neveux et nièces !

Comme il s’agit d’un livre pour enfant, les recettes sont assez simples (même si elles nécessitent la présence d’un adulte) : pizza, quiche lorraine, tomates farcies, crumble, pain d’épice… Bref, des recettes très classiques, mais qui permettent aux petits de préparer un vrai repas et qui font de bonnes bases (je suis fan de la recette du crumble et de celle de la mousse au chocolat).

A la fin du livre, on trouve plusieurs chapitres, qui présentent les ustensiles et les techniques de cuisine.

 

Le plus attirant dans ce livre sont les illustrations. Je me souviens que quand j’étais petite, j’adorais le feuilleter pour voir ces petits personnages s’affairer autour d’ingrédients et d’ustensiles plus gros qu’eux !

Voilà donc un super livre très complet (plus de 40 recettes) et ludique pour cuisiner avec les enfants… ou toute seule ^^

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Le sapin est prêt, il peut arriver !

Publié le

Le sapin est prêt, il peut arriver !
Ah non je ne parle pas du petit frère cette fois, mais du Père Noël !!!

Pardon pour ce gros carton, je n’ai pas eu la force de le déplacer !

Comme ces derniers temps je marche un peu au ralenti, je n’ai pas associé Colombe à la décoration du sapin. J’ai préféré profiter d’une de ses sorties sans moi pour lui faire la surprise !
Ça n’a pas raté, à son retour j’ai eu droit à un grand “Wouhaaaaaaa !”

Cette année j’ai voulu faire dans la simplicité je n’ai même pas sortie les boules de Noël !
L’essentiel de la décoration est composé des oranges séchées que Colombe et moi avions préparées.

Et j’ai installé les papillons et les oiseaux qui habituellement sont sur notre cage à oiseaux et qui avaient laissé leur place au calendrier de l’avent !

Et au pied du sapin, une crèche toute en simplicité est prête elle aussi !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Ça boit quoi une femme enceinte ?

Publié le

Il y a quelques jours je vous ai promis une surprise.
Alors voilà !

Apfelschorle et glaçon aux fruits rouges

L’apéritif est souvent un grand moment de solitude quand on ne boit pas d’alcool. On se retrouve à avoir le choix entre eau gazeuse et jus d’orange… Youhou ! Que de folie !
Le pire, c’est quand on nous propose d’aller nous servir du Champomy à la table des enfants !
Alors si on ne boit pas d’alcool c’est parce qu’on porte un enfant (ou qu’on l’allaite), pas parce qu’on en est un ! ok ! Et si les enfants aiment faire semblant, nous on n’en a pas besoin !

Je vous propose donc quelques idées d’apéritifs un peu plus originaux et garantis sans alcool !

Le Apfelschorle :
Voilà une boisson typiquement allemande : on la boit généralement dans les Biergarten quand il fait chaud.
La recette est simplissime : 1 dose de jus de pomme pour 5 doses d’eau gazeuse. Servir très frais !

La Sangria :
Pour les adeptes de cocktails fruités.
La recette : 1 poignée de fleurs d’hibiscus séchées (ou 3 sachets) infusé pendant 10 minutes dans 1 litre d’eau. Filtrez et ajoutez 100g de sucre en mélangeant. Coupez des fruits en fines tranches (1 citron vert, 2 oranges, de l’ananas, des pommes…) et laissez mariner pendant 4 heures. Servir très frais !

Les glaçons aux fruits rouges :
Pour mettre de la couleur (et du goût) dans les verres.
La recette : quand vous remplissez vos bacs à glaçons, ajoutez quelques fruits rouges (frais ou congelés) dans chaque case.
Comme je l’ai dit, ces glaçons apportent pas mal de goût aux boissons, alors attention à ne pas les mettre dans n’importe quoi.

Et quand on est pressé il existe des solutions toutes prêtes :

Les sirops :
Mon grand coup de cœur va aux sirops de la marque Moulin de Valdonne qui propose plein de parfums très originaux. Côté ingrédient, c’est plutôt sain. Beaucoup de recettes ne contiennent ni colorants, ni arômes artificiels, et ils ont même une gamme bio !
Je me suis déjà régalée avec la recette provençale, la violette, l’anis, et cerise amande. Je vous recommande tous les parfums que j’ai gouté !
Le petit plus : le site internet propose des idées de recettes qui donnent l’eau à la bouche !!!

Les cocktails de fruits :
La marque Caraïbos propose quelques cocktails de fruits inspirés des cocktails les plus connus (Cosmopolitan, Sex on the Beach, Mojito…).
Si vous et vos copines, comme 4 célèbres New Yorkaises vous trinquez au Cosmopolitan, Caraïbos vous propose la version sans alcool ! 😉
Bien sûr le goût n’est pas celui de l’original, mais on s’en rapproche, et de toute façon ces cocktails sont agréables à boire et c’est ce qui compte !

Voilà mes quelques petites idées ! Et vous, avez-vous des boissons originales et sans alcool à proposer pour l’apéritif ?

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

La layette est prête, il peut arriver !

Publié le

Depuis une semaine ou deux, on me demande si j’ai hâte, si je suis prête…
Ma réponse était tournée vers un côté très pratique : “Je ne peux pas encore accoucher, je n’ai pas fini de tricoter ses affaires !”Pour sa naissance, Colombe avait eu une paire de petits chaussons, une couverture et un gilet que j’avais tricotés moi-même. Et comme je n’avais pas à m’occuper d’un autre enfant que cela à faire, tout était prêt bien avant sa naissance.
Cette fois, j’avais moins d’avance, mais voilà, j’ai fini ! Mon petit prince aura comme sa grande sœur !

Rendons à César…
J’ai utilisé des modèles que j’ai notamment trouvés sur le net.

La couverture

 

Je suis partie d’un modèle gratuit trouvé ici, et j’ai juste supprimé le premier motif de torsade afin que la couverture ait la largeur que je désirais (je voulais que cette couverture soit de la même taille que celle que j’avais tricoter pour Colombe, je ne saurais dire pourquoi… un truc de femme enceinte encore !)

 

Je lui ai fait une bordure en i-cord en suivant ce tutoriel sur youtube, qui permettait de monter la bordure directement sur le tricot fini (Et une couture de moins !).
Finalement j’ai doublé la couverture avec un tissus de coton (ça ne vous rappelle pas une certaine jupe ?). Sur la photo, la doublure parait plus grande que la couverture. En fait, les deux font la même taille mais les torsades se recroquevillent un peu sur elles-mêmes. Un coup de fer et on n’y voit plus rien !

Les chaussons :

En cherchant un modèle de petits chaussons, j’ai découvert un site génial !
L’atelier tricot de Mam’Yveline est conçu comme un cours de tricot. On y trouve des explications pour faire les points et les modèles sont triés par difficulté ! Et on y trouve vraiment beaucoup de modèles de layette !
Voici  le modèle. Là encore j’ai fait à ma sauce, mais cette fois par étourderie. C’est en tricotant le deuxième chausson que je me suis rendue compte que j’avais oublié de tricoter le côté du chausson… Un peu paresseuse, j’ai décidé de faire la même “erreur” pour le deuxième plutôt que de tout recommencer ! Faut dire que Colombe avait déjà détricoté un des chaussons, m’obligeant à reprendre à zéro…
Mes chaussons sont donc plus petits que ce qu’ils devraient être, mais ils devraient quand même aller à un nouveau né.
Petite astuce : je coupe les rubans que l’on met sur les gilets et T-shirt pour les accrocher sur les cintres. Je les garde de côté et m’en sers en couture, comme ici pour ces chaussons !

Le gilet :

Le modèle vient du Marie-Claire Idées de mars 2009 (que j’avais dans ma bibliothèque), mais on peut le trouver ici.
La seule liberté que j’ai prise est de n’utiliser qu’une seule couleur de laine !

 

 

Pour la boutonnière, j’ai fixé une petite bande de tissus (rappel de la doublure de la couverture) avec un petit bout de laine.

Voilà, tout est prêt pour l’arrivée du bébé ! Je peux maintenant attendre tranquillement dans mon canapé que le petit pointe le bout de son nez !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

La princesse Charlene va-t-elle allaiter ?

Publié le

La princesse Charlene vient d’accoucher et je me pose une question : va-t-elle allaiter ?

allaitementprincier

Non, je ne suis pas une fervente défenseuse de l’allaitement. Je ne pense pas que ne pas allaiter son enfant l’empêchera de réussir dans la vie. J’ai allaité ma fille pendant près de 14 mois parce que c’était un désir personnel et que je me sentais bien comme ça. Mais chacune a le droit de faire son choix et je le respecte !

Si je me pose cette question, c’est que cette naissance me rappelle une anecdote :

Alors que nous visitions le Palais princier de Monaco, ma fille de 4 mois s’est mise à pleurer. J’étais assez gênée et ne voulais pas qu’elle trouble la visite par ses pleures, je l’ai donc mise discrètement au sein, bien cachée sous une écharpe (assez fine, je l’avoue… mais en juin à Monaco il fait très chaud et ma fille a aussi droit au confort !). Une minute après, j’ai vu 4 ou 5 personnes avec des talkies-walkies débarquer autour de moi. Une de ces personnes, une jeune femme en petit tailleur, est venue me voir, m’expliquant que je ne pouvais pas faire ça là, que je risquais de choquer des touristes.
Sur le principe, je comprends. Dans un lieu si touristique, on peut croiser des gens de tant de cultures différentes que l’allaitement en public (même très discret dans une écharpe de portage) peut choquer.
Mais dans les faits, je me suis sentie agressée ! Et c’est la seule et unique fois que j’ai ressentie cela sur toute la durée de mon allaitement.
Imaginez-vous tranquillement en visite, essayant de calmer votre bébé (chacune sa méthode, c’était la mienne sur le moment), assaillie par une armée de vigiles arrivant des 4 coins de la pièce…

Alors ma chère Charlene, si vous comptez allaiter, surtout restez bien enfermée chez vous car cette pratique risque de choquer sur le Rocher !

Bon, j’en viens au vif du sujet : allaiter en public !

C’est un des sujets qui intrigue et effraie beaucoup futures mamans désireuses d’allaiter.
“Est-ce que si bébé pleure on doit immédiatement rentrer à la maison pour le nourrir ?”
“N’étais-tu pas gênée de montrer tes seins à tout le monde ?”
“Est-ce que tu as dû supporter de nombreuses réactions négatives ?”

Alors ici je ne vous parle que de mon expérience, mais mes réponses sont simples :
Non.
Non.
Euh… je ne me suis jamais mise à poil non plus…
Et non… enfin une seule fois en fait !

Bon, je détaille ?


“Est-ce que si bébé pleure on doit immédiatement rentrer à la maison pour le nourrir ?”

En général les bébés allaités n’ont pas tellement l’habitude d’attendre. Ne serait-ce que parce que contrairement au biberon, le sein n’a pas besoin d’être préparé avant d’être donné (sauf peut-être un petit coup d’eau…). De plus, dans les tous premiers mois, ils ne sont pas toujours bien rythmés (car contrairement au lait maternisé, le lait d’une maman n’a pas toujours la même consistance) et de toutes façons, ils mangent généralement un peu plus souvent que les enfants au biberon.
Alors si vous avez l’intention de rentrer chez vous à chaque fois que votre enfant aura faim, il ne faudra pas faire de promenades à plus de quelques centaines de mètres de chez vous. Pour être sûre de ne pas dépasser cette distance, je peux toujours vous conseiller d’accrocher l’extrémité d’une corde de la dimension voulue à votre taille, et l’autre extrémité à la poignée de votre porte d’entrée !
Mais si votre allaitement vous enchaine de cette manière, s’il vous prive de votre liberté de mouvements, vous le vivrez mal.

“N’étais-tu pas génée de montrer tes seins à tout le monde ?”

Bon, alors comme je l’ai dit, je ne me suis jamais mise à poil non plus !
D’ailleurs je vis à Cannes, et ici on trouve sur les plages beaucoup de femmes qui montrent bien plus leur poitrine que moi lorsque j’allaitais !
Au début, pour être discrète, je recouvrais ma fille d’un foulard ou je la mettais dans l’écharpe de portage lorsque je l’allaitais dans un lieu public. Mais très vite, l’été est venu et elle a refusé d’aller dans l’écharpe car elle avait trop chaud. Quant au foulard, elle le retirait à chaque fois. Peut-être à cause de la chaleur, ou alors peut-être avait-elle tout simplement envie de me regarder… De toute manière, vous mangeriez caché sous un linge comme pour faire des inhalations ?
Mais finalement, même sans se camoufler, on peut être discrète. Notamment grâce aux vêtements spécialement conçus pour l’allaitement.
Et un des meilleurs moyens de ne pas se faire remarquer, c’est encore de se mettre dans un coin tranquille à l’abri des regards. Au parc : sur un banc en retrait, dans une salle d’attente : nichée bien au fond de la salle, dans un magasin : pourquoi ne pas squatter une cabine d’essayage ! (A tiens, j’ai jamais fait ça, il va falloir que j’essaye !) Mais il y a des limites : il y a quelques semaines j’ai découvert au gré d’un débat sur le net, que certaines s’enfermaient dans des toilettes publiques pour allaiter ! Aucun adulte n’irait s’enfermer dans des toilettes pour manger son repas, alors pourquoi imposer cela à nos bébés ? Et je n’aborde même pas la question sanitaire !

Si l’on souhaite allaiter son enfant sereinement, tout en gardant une vie sociale, il faut passer un peu outre sa pudeur. Car en utilisant les bons vêtements et en ne s’installant pas en plein passage, on ne montre rien à personne. Je pense que ce qui gène le plus les mamans c’est ce qu’elle imagine dans la tête des gens !

“Est-ce que tu as dû supporter de nombreuses réactions négatives ?”

Oublions l’incident de Monaco.

Personne ne s’est jamais permis de faire la moindre remarque négative quant au fait que j’allaitais en public. Quant à l’âge de ma fille, vers ses 6 mois j’ai senti dans leur regard, que certaines personnes la trouvaient un peu grande pour être au sein. Mais finalement comme elle commençait la diversification, elle avait de moins en moins besoin de téter et je ne lui donnait plus que très exceptionnellement le sein en public.
Par contre j’ai eu énormément de réactions positives. Voici quelques anecdotes, des moments qui m’ont souvent encouragées et qui m’ont aidés à être à l’aise :

  • Souvent, des vieilles dames qui me voyaient allaiter ma fille me lançaient un petit sourire complice. Il est arrivé que certaines fassent demi-tour pour me dire : “Félicitation, c’est bien ce que vous faites ! Vous lui donner un bon début dans la vie !”Ça fait plaisir, et c’est très drôle à entendre !
  • Un jour, une vieille dame m’a tenu le même discours, puis elle m’a dit : “Moi j’ai allaité pendant 2 ans ! Mais c’était pas pareil, c’était la guerre il n’y avait pas de lait !” Bah oui, c’est bien d’allaiter, mais faut pas que ça dure trop longtemps non plus, hein ! 
  • J’étais dans une salle d’attente d’une des mairies annexes de la ville de Cannes et on m’a ouvert une salle pour que je n’allaite pas ma Colombe en plein courant d’air.
  • Un jour en entrant dans un bus bondé, j’essayais vainement de mettre le frein de ma poussette alors que ma fille hurlait de faim. Je faisais tout ce que je pouvais, tout en lui disant : “Sois patiente ma chérie, je vais te donner à manger très vite !”. Mais bizarrement ce genre de phrases n’ont pas tellement d’effet sur un bébé de 3 mois affamé ! Alors deux dames m’ont dit : “On s’occupe de votre poussette, prenez votre bébé et donnez-lui le sein ! ” puis aux gens assis dans le bus : “Que quelqu’un lui donne une place, elle doit donner à manger à son bébé !”. J’en ris encore !

Même si certaines en font un acte politique, l’allaitement en public c’est d’abord une pratique à laquelle on peut être confrontée pour tout allaitement ! Il y a LA solution : donner un biberon lorsque l’on est à l’extérieur (du lait maternisé, ou son propre lait). Mais avant 3 semaines, le bébé ne doit prendre que le sein afin d’apprendre à bien téter, et ensuite, certains enfants refusent catégoriquement le biberon (à l’âge de 2 mois, Colombe a décidé du jour au lendemain de ne plus prendre un seul biberon…). Alors allaiter en public devient une nécessité.
Pour bien le vivre, il faut surtout arrêter de se demander ce que les gens en pensent ! Parce qu’on s’en fiche, et parce que la plupart n’en pensent rien puisqu’ils ne nous remarquent même pas ! Et il faut investir dans les écharpes de portage, les étoles et les vêtements d’allaitement pour être la plus discrète possible !
Une fois qu’on a l’habitude, on arrive à donner le sein sans se faire repérer. Et là ça devient une grande liberté : pas de biberon à trimbaler, pas de doses de lait à prévoir (bon mais par contre il faut prévoir beaucoup d’eau pour Maman qui aura souvent soif ) ! On peut prolonger ses sorties sans se demander si on a prévu suffisamment à manger. Bref, quand on le vit bien et une fois qu’on a ses petites habitudes, l’allaitement devient très pratique ^^

Et vous, comment avez-vous vécu l’allaitement en public ? Avez-vous rencontré des réactions négatives ?
Et surtout n’hésitez pas à partager vos expériences positives !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+