Latest Event Updates

Gâteau lapin dans un champs pour Pâques

Publié le

Cette semaine lors d’une promenade, Colombe a repérer les lapins en chocolat dans la vitrine d’une chocolaterie. Bon, je vous raconte la scène que j’ai trouvé trop drôle.Nous nous promenions, et Colombe me posait toujours la même question :

“Là c’est quoi, là ?” (question que Colombe pose indéfiniment depuis 2 semaines, mais lorsque je n’en peux plus, je me rappelle qu’on vient de sortir d’une phase de “Non” bien affirmée et que “Là c’est quoi, là ?” c’est tout de même plus facile à supporter)
Donc :
“Là c’est quoi, là ?”
Maman : “Là c’est un panneau de signalisation.”
“Là c’est quoi, là ?”
Maman : “Là c’est un hôtel.”
“Là c’est quoi, là ?”
Maman : “Là c’est un serrurier.”
“Là c’est quoi, là ?”
Maman : “Là c’est un bureau de tabac.”
“Là c’est quoi, là ?”
Maman : “Là c’est une affiche de publicité pour du cassoulet.”
Colombe : “Oh ! Le lapin en CHOCOLAT !”
Maman : “Ah oui ! C’est bientôt Pâques !”
Colombe : “Cocotte Codec ! La poule en CHOCOLAT !”

Donc voilà, mon cœur de maman a fondu, et nous allons commencer à préparer Pâques à la maison !
Je commence avec un joli petit gâteau printanier facile à faire !

 

Gateau de Pâques : lapin dans son terrier

Voici donc une petite décoration de gâteau faite avec 3 fois rien et en un rien de temps : du chocolat, des oreos, un stylo à pâtisserie et quelques feuilles de menthe !

Ingrédients pour décorer le gâteau terrier de lapin

Le plus long consiste à ouvrir les Oreos et à séparer la crème des biscuits. Une fois cette opération terminée (et sans avoir mangé trop de petits gâteaux !) on réserve la crème au frigo et on passe les gâteaux au mixer.
Ensuite, on nappe un gâteau avec du chocolat fondu et on saupoudre avec les biscuits mixés.
On plante quelques feuilles de menthe pour faire des choux, et avec la crème, on modèle un petit lapin (le mien rentre dans son terrier) et on dessine les détails avec le stylo à pâtisserie.

 

Gateau de Pâques : lapin dans son terrier

Bon, la crème des biscuits n’est pas aussi facile à travailler que de la pâte à sucre, mais quand on n’a que ça sous la main, ça permet tout de même de faire une petite déco sympa en quelques minutes !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Le séjour à la maternité : la vie de princesse !

Publié le

Lorsque j’ai présenté ma valise pour la maternité, je vous avais parler de mon intention de passer mon séjour de princesse !
Plus de 2 mois après, je trouve enfin le temps de revenir sur cette vie de princesse que j’ai pu mener pendant quelques jours. Voici mon vécu, et mes petits conseils pour un séjour royal !

  1. Une princesse n’accepte pas n’importe qui en son royaume ! Bon, c’est une question de choix, mais limiter les visites semble quand même une bonne idée.
    D’abord parce qu’on est souvent un peu fatiguée entre l’accouchement et les nuits un peu courtes, du coup, on n’est pas toujours en super forme pour recevoir le voisin de la cousine de notre grand-mère. Personnellement j’ai restreint la liste aux grands-parents, oncles et tantes, et  quelques amis très proches. Les autres sont venus nous voir alors que nous étions rentrés à la maison, ou alors c’est nous qui sommes allés les voir quand nous étions prêts.
    Si j’ai limité les visites, c’était aussi pour respecter le calme dont mes bébés avaient besoin. Pas facile pour un tout-petit de se retrouver dans un berceau au milieu d’un hall de gare… J’ai pu vérifier cela lors de mon dernier séjour à la maternité. La femme qui occupait la chambre à côté de la mienne (nous l’appellerons Sidonie) recevait de la visite tous les jours. Toutes les nuits, son bébé était très agité et pleurait beaucoup. Mais le 1er janvier, toute la famille de Sidonie, ainsi que ses voisins, ses amis et sa boulangère, semblent s’être succédés dans sa chambre. Petit Olivier et moi avons bien profité du brouhaha créé par les allers et venus, puisque les deux chambres n’étaient séparées que par une fine porte de bois. Et immanquablement, la nuit suivante, Petit Olivier a fait écho au bébé de Sidonie, en se mettant à pleurer, lui qui était pourtant si sage les autres nuits (Ah ! Oui, parce que je ne vous ai pas dit, mais il est merveilleux mon fils !)
  2. Une princesse ne laisse pas ses plus beaux joyaux entre les mains de n’importe qui ! Votre plus beau trésor, c’est bien sûr votre bébé. Ce petit être tout rose, tout fragile, vient de vivre un moment fatiguant et certainement très angoissant (imaginez vous tranquille dans un bon bain à la température parfaite, sans prévenir quelqu’un vide l’eau du bain et vous tombez avec dans les tuyaux, ça ne vous ferait pas un choc à vous ?). Après ça, ce dont votre bébé a besoin, c’est de l’odeur et de la chaleur de sa maman, pas d’être passé de bras en bras. Je connais certaines femmes qui ont été très strictes là-dessus et n’ont laissé personne à part leur mari prendre leur bébé. D’après leurs dires, elles étaient très contentes de leur choix et ont constaté que leur bébé était très calme et détendu.
    Pour ma part, je n’ai pas été aussi stricte, mais j’ai là aussi limité le nombre de personnes autorisés à prendre mes petits dans les bras. Je ne me voyais tout de même pas refuser aux mamies le droit de prendre leur nouveau petit fils pour lui faire quelques bisous !
  3. Une princesse dirige son royaume d’un ton affirmé ! N’allez pas croire que j’ai été un tyran avec le personnel. Loin de là ! Je n’ai aucune compétence médicale et n’ai absolument pas la prétention de donner des conseils sur comment prendre une température ou comment faire une prise de sang à un nouveau né. En revanche, ce nouveau né c’est le mien et je sais ce qui est bon pour lui et comment le rassurer. C’est ainsi que pendant un examen durant lequel Olivier pleurait, je me suis fait une petite place près du pédiatre et ai commencé à caresser la tête de mon bébé tout en lui parlant, ce qui l’a calmé aussitôt (bon, ce geste, je ne l’ai pas inventé, j’avais vu mon médecin traitant le faire avec Colombe).
    Lorsque Colombe est née, je n’ai parfois pas su m’affirmer suffisamment et je le regrette. Notamment pour le bain. On me demandait de savonner ma fille avant de la mettre dans l’eau, mais cela la faisait pleurer car elle avait froid. Pour mon fils, j’ai pris les devants. Alors que la puéricultrice était venue pour le premier bain, je n’ai savonné Olivier qu’une fois que je l’avais mis dans l’eau, avec pour toute explication un simple : “J’ai l’habitude de faire comme ça.” (c’est sûr que cette explication passe mieux quand on est déjà maman !)
  4. Une princesse ne laisse pas passer la critique ! Ce séjour à la maternité signifie que vous êtes devenue maman, et vous le verrez quand on est maman on se fait beaucoup critiquer (ah bon, toi tu lui donnes un bain à 37° ? Moi je le donne à 36,6°, c’est la seule température qui lui permettra d’avoir un bon développement et de trouver un emploi plus tard !). Mais la critique, vous aurez tout le temps de l’expérimenter plus tard. Là, c’est votre moment, à vous, à votre bébé (et au papa aussi ^^), alors on coupe court à toute discussion si c’est pour se faire critiquer. Et si c’est vraiment trop dur, on demande au papa d’intervenir.
    Alors que je venais d’accoucher de Colombe, une infirmière et une aide soignante (que nous appellerons Anastasie et Javotte) ont fait ce charmant commentaire devant la porte de ma chambre : “Non mais la 105 c’est n’importe quoi, je ne sais pas comment elle va s’en sortir quand elle sera seule chez elle !”. Donc voilà, la 105 (moi) en larme, parce que ce jour-là j’étais épuisée, mon bébé avait beaucoup pleuré pendant le bain (le fameux savon avant de rentrer dans l’eau !), et d’abord j’allais pas être seule en rentrant chez moi ! Et je n’ai osé rien dire… Pourtant j’aurais dû car le travail du personnel d’une maternité consiste aussi à soutenir les jeunes mamans ! Mais je vous rassure, à part ces deux-là, tout le reste du personnel a été formidable.
    Petit message pour Anastasie et Javotte : Je m’en suis très bien sortie avec Colombe en rentrant “seule” chez moi. Merci !
  5. Une princesse s’entoure des meilleurs conseillers ! Que ce soit votre premier bébé ou non, il y aura des choses nouvelles, des choses que vous aviez oubliées, des choses qui fonctionnaient pourtant tellement bien avec le grand ! Tout simplement parce que c’est un autre bébé, ce sont d’autres questions qui se poseront à vous. Alors n’hésitez pas à demander de l’aide et des conseils. Poser la même question à toutes les personnes qui passent le pas de votre porte n’est pas ridicule, puisqu’à coup sûr vous obtiendrez presque à chaque fois une réponse différente ! Non, je ne plaisante pas !C’est ainsi qu’un matin, au bord du désespoir, mais toujours déterminée à donner le sein à ma fille qui ne parvenait pas à le prendre, une aide soignante (que nous appellerons Constance) m’a conseillé une position dont personne ne m’avait parlé. On semblait avoir tout essayé, les infirmières s’étaient succédées auprès de moi, mais rien n’y avait fait. Et puis, il y a eu Constance qui me voyait pour la première fois, qui n’avait pas entendu parlé de moi pendant la semaine puisqu’elle ne travaillait que le week-end. Avec son regard nouveau, Constance m’a aidé à mettre l’allaitement en place !
    Et la sage-femme (que nous appellerons Candice) qui était là le dernier jour de mon séjour pour Olivier. Pendant tout le séjour, on m’a laissée me débrouiller pour l’allaitement, car on voyait que je maitrisais la chose (j’ai réalisé à ce moment là que cela ne faisait que 9 mois que j’avais arrêté). Mais le dernier jour, je n’arrivais pas à soulager ma poitrine incroyablement tendue. J’ai appelé cette sage-femme et elle m’a donné plein de conseils, plein de “remèdes de grand-mère” qui me sont encore utiles aujourd’hui (promis j’en ferai un petit article ^^)
    N’ayant pas peur de demander, vous ne passerez pas pour une idiote, juste pour une maman qui fait de son mieux. Et gardez bien en tête que lorsque vous serez rentrée chez vous, vous n’aurez pas tout ce monde pour vous conseiller, alors le séjour est le moment où jamais de poser ses questions !
  6. Une princesse est bien entourée ! Car finalement ce séjour de princesse, c’est le moment de poser les bases d’une nouvelle histoire à 3, 4, 5… Alors on profite pleinement du papa, on apprend à devenir parent avec lui. On savoure la première rencontre des ainés avec le nouveau venu et on grave leur regard à jamais dans notre mémoire. On n’hésite pas à faire venir les personnes dont on a besoin (Anastasie et  Javotte avait viré ma maman de la chambre un matin sous prétexte que ça n’était pas encore l’heure des visites ! Mais bon sang Anastasie et Javotte, un peu de cœur, j’avais besoin de ma mère auprès de moi ce matin là !). On se repose et on apprécie cette chance d’avoir une bulle, un cocon pour nous protéger encore quelques jours avant de laisser son bébé venir dans le “vrai” monde.

Il ne s’agit là que de quelques conseils, et libre à chacun de faire à sa manière. Car selon nos besoins et celui de notre bébé, mais aussi selon la maternité et le personnel affecté à notre chambre, le séjour sera très différent.
Alors bon séjour !

Et si vous avez quelques conseils pour passer un bon séjour à la maternité, n’hésitez pas à les partager en commentaire !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

DIY : Livre d’activité en feutrine (quiet book)

Publié le

Depuis quelques mois déjà, je vois régulièrement passer sur le net des images de ce que les américains appellent “quiet book”.
Comprenez : “le livre pour être silencieux”
Ça fait rêver non ? aller, on ne ment pas, on rêve toute d’une après-midi de silence !En français on appellerait ça un “livre d’activité”, ce qui finalement nous laisse présager que nos petits, bien occupés, nous laisserons un petit moment de tranquillité. Il s’agit en fait de livres faits en feutrine, qui proposent aux enfants des activités de manipulation dans les buts d’apprendre, et d’être calme. En effet, quand on regarde de plus prêt les sites américains qui en parlent, on se rend compte que beaucoup de mamans utilisent ces livres pour que leurs enfants se tiennent tranquille à la messe !!!Ni une, ni deux,  j’en ai fabriqué un pour les 2 ans de ma Colombe !
Non pas qu’elle soit particulièrement turbulente, mais c’est toujours sympa d’avoir une activité à lui proposer quand on est dans une salle d’attente, pour les trajets en voiture, ou quand on va au restau…

Et voilà ce que ça donne !

 

Couverture du quiet book

Ce genre de livres en feutrine a 3 avantages principaux :

  1. Comme ils sont de petite taille (le mien fait 12x21cm), ils se glissent facilement dans un sac.
  2. Étant faits de feutrine, ils sont très légers (et quand on se ballade avec des enfants, vu ce qu’on a déjà à porter, ça n’est pas négligeable !)
  3. En fonction du type de reliure choisie, on pourra retirer ou rajouter des pages et ainsi faire évoluer les activités avec l’âge de l’enfant.

Le matériel :

  • Des feuilles de feutrines de 3mm d’épaisseur pour faire les pages.
  • Des feuilles de feutrines plus fines pour faire les accessoires et éventuellement du tissus pour recouvrir certaines pages.
  • Des œillets pour tissus (en vente en mercerie, ils se fixent de quelques coups de marteau)
  • Des anneaux de reliure (qu’on trouve au rayon scrapbooking des magasins de loisirs créatifs), on peut les ouvrir et les fermer à volonté, ce qui permet de changer les pages du livre. Par contre, le système est trop compliqué pour un petit enfant, il n’y a donc pas de risque qu’il se pince.
  • Tout ce qu’on a envie de mettre en scène dans les activités : rubans, barrettes, perles, bouts de laine, boutons, fermeture éclair…

 

Feuilles de feutrine de couleur pour fabriquer un quiet book

 

Oeillets et pince pour les poser, anneaux pour relier le livre d'activité

Comme j’aime coudre, j’ai cousu les éléments que je voulais fixer solidement, mais pour celles qui ne se sentent pas à l’aise avec du fil et une aiguille, on peut à peu près tout coller. Pas besoin d’être super manuelle pour faire un livre en feutrine !

Pour l’instant j’ai réalisé de quoi proposer 3 activités à Colombe, mais je ne compte pas en rester là.
Voilà déjà les premières pages :

Un Monsieur /Madame Patate :
J’ai fait ces 2 pages avec quelques morceaux de feutrine
découpés et sur lesquels j’ai collé du velcro, et un petit sac en
organza (vive la récup’ !) pour les ranger.
La silhouette de M. Patate, ainsi que le petit sac sont cousus.

Double page Monsieur Patate : forme de patate et sachet rempli d'accessoires
Quiet book : Monsieur Patate

 

Quiet Book : Madame Patate

 

Accessoire de Monsieur Patate en feutrine dans leur sachet

Sur le principe du célèbre M. Patate, c’est un petit jeu simple pour réviser les parties du corps et les habits, et pour faire marcher son imagination !

Un petit jardin où planter ses légumes :
J’ai utilisé des carottes et radis destinés à la base au scrapbooking. Le rayon scrapbooking peut d’ailleurs être une mine d’or pour trouver des petits accessoires de feutrine !
Rien n’a été cousu sur cette page. J’ai collé le soleil, l’herbe et la terre sur la page de feutrine.J’avais juste découpé des fentes dans la feutrine marron avant de la coller.

Page de quiet book : le jardin (carottes et radis à planter)

L’exercice consiste à sortir et remettre les légumes dans la terre, et favorise la motricité fine.

Une tête à coiffer :
J’ai utilisé de la laine pour les cheveux, de la feutrine pour le visage, des barrettes que Colombe ne porte plus, et un ruban pour les attacher. J’y rajouterai peut être un petit peigne si j’en trouve un qui ne prend pas beaucoup de place…
J’ai cousu la laine en 3 endroits : la raie, et les couettes.  C’est à mon avis la seule chose qui n’aurait pas pu être collée, même si j’ai cousu tous les autres éléments pour qu’ils soient fixés plus solidement.

 

Page de Quiet book : tête à coiffer
Page de quiet book : tête à coiffer avec des barrettes

Cette page est surtout destinée à dédramatiser le moment de se coiffer, qui peut devenir un calvaire pour les petites filles dont les cheveux font beaucoup de nœuds… Les mamans de ces petites filles savent exactement de quoi je parle…
Elle fait également travailler la motricité fine par la manipulation des barrettes.

Tout compris, j’ai dû dépenser 20 ou 25€, et il me reste largement de quoi faire un deuxième livre comme celui-là !
Je réaliserai certainement d’autres pages, puisque j’ai choisi un système de reliure qui me permet de changer les pages en fonction de l’évolution de Colombe. Je ne manquerai pas de vous les montrer !

Et vous, le “quiet book” vous tente ?

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Les animaux de la mer : tampons et empreintes de doigts

Publié le

Dernièrement, j’ai acheté des tampons sur le thème des animaux de la mer, puisque comme je l’ai dit ici, Colombe est en pleine phase “Les petits poissons dans l’eau…” (et “bateau sur l’eau” et “la baleine qui tourne et vire…” bref, ma fille a le pied marin !).

J’ai donc proposé à Colombe de s’installer avec quelques tampons et une feuille afin de réaliser un beau dessin. Et éventuellement de se salir les mains !

 

Même si la boîte comportait 8 tampons, je n’en ai proposé que 3 à Colombe car cela me semblait déjà bien.

Colombe s’est donc mise au travail, me nommant le nom des animaux figurant sur les tampons et les appliquant sur la feuille.
J’ai commencé par lui donner une couleur d’encre puis la deuxième.
Et puis…
… petit Olivier s’est mis à pleurer, il a fallu que je lui donne à manger très vite. Et comme ça n’était pas raisonnable de faire 3 choses à la fois, j’ai fait un choix. J’ai nourri mon bébé tout en supervisant l’activité, mais j’ai renoncé à prendre des photos.
Mais voilà ce qui s’est passé : après quelques coups de chaque tampon, des changements de couleur, Colombe a bien évidemment voulu tester les encriers. Elle a déposé ses doigts dessus pour voir… C’était tout mou, c’était bien plus drôle que d’y mettre un tampon, et en plus elle pouvait faire plein de jolis dessins avec ses doigts sur sa feuille !
Elle était toute contente d’avoir pris des libertés par rapport à l’activité que je lui avais proposée (eh oui, à 2 ans on aime bien avoir l’impression de décider !)

Voilà le résultat :

Désolée pour la photo, prise tard le soir, je me suis rendue compte après coup que je n’en avais aucune de bien…

Et voilà ce que j’en ai fait :

Avec quelques coups de stylo à pointe fine, un peu de couleur par-ci par-là, j’ai créé un petit aquarium à accrocher sur le mur de sa chambre.

J’ai intégré des animaux que Colombe connaît :

 

 

Le crabe

 

La pieuvre

 

La baleine et l’hippocampe (je sais, mon hippocampe n’est pas tellement réussi…)

Et d’autres qu’elle va découvrir :

La méduse

 

L’anguille et la raie

 

Le poisson clown (il est temps qu’on sorte le DVD de Némo !)

Et voilà une activité toute simple mais qui a fait plaisir à Colombe car même si j’ai finalement fait une bonne partie du travail, elle ne s’en rend pas vraiment compte. Ce qu’elle voit c’est le beau dessin qu’elle a fait avec ses petits doigts d’artiste ! Et elle est d’autant plus fière d’y nommer les animaux qu’elle y voit !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Le festival international des jeux, bilan

Publié le

Sac au dos rempli de sandwichs, bouteilles d’eau et changes pour les enfants, Petit Olivier bien ficelé dans l’écharpe sling contre maman, et Colombe étiquetée (au cas où on la perde) donnant la main à son papa : non, samedi matin nous ne partions pas en randonnée. Ou plutôt si, nous partions en randonnée au Festival International des Jeux, au Palais des Festivals à Cannes, comme j’en avais déjà parlé ici.

Cette année encore, nous n’avons pas été déçus, et nous avons passé 2 journées bien occupées, tant pour les parents que pour les enfants !

Pour les enfants :
Un espace de 4000 m² leur était consacré, avec notamment des aires de jeu :

  • VTech : l’espace était mieux conçu que l’an dernier puisque les bébés et les enfants n’étaient pas complètement séparés, ce qui est plus pratique quand on a plusieurs enfants ! Comme l’an dernier, la marque mettait ses jouets à la disposition des enfants. Ce qui nous a beaucoup plu, c’était le grand circuit de Tut-tut (animo, bolides et copains).
  • Playmobil  : avec ce bémol, si les “grands” à partir de 4 ans, avaient un espace assez sympa pour découvrir les nouveautés de la marque, les “petits” et leurs Playmobil 123 étaient parqués dans un petit enclos, avec tout juste la place pour qu’ils tournent autour de la table où étaient posés les jouets… Ah et aussi, si les “grands” étaient accueillis et recevaient une couronne où un chapeau de pirate à
    l’entrée, il n’y avait rien pour les “petits”, même lorsqu’on se
    présentait à l’entrée des “grands”… Bref, en dessous de 3 ans,
    désolée, mais vous ne semblez pas être le cœur de cible de Playmobil…

  • Smartmax : confortablement installés sur des tapis tout doux, les enfants pouvaient construire à volonté.
  • Haba : des tables d’enfants étaient disposées à la manière des tables de jeu de l’espace adulte, où nos tout petits pouvaient ainsi s’initier aux jeux de société.
  • Un espace ludothèque avec la reconstitution des pièces d’une maison, des lego géant, des jeux en bois, des parcours de motricité.
  • Nerf : avait carrément mis en place un parcours pour que les enfants s’affrontent.
  • Goliath : avait mis à disposition des enfants, 3 grands bacs remplis de son “Super Sand” ( à la textures incroyable !). l’occasion pour Colombe de “patouiller” pendant un long moment !
  • Bien d’autres marques étaient présentent (Kapla, Play-doh…) mais nous n’avons pas pu tout essayer !

Et les jeux de société :
Avec 2 enfants de 2 ans et de 2 mois, ça a été assez difficile pour nous de nous poser à une table et d’essayer les jeux. Mais tout de même, nous avons profité de la sieste des enfants (chacun son écharpe et chacun son porteur !) pour faire quelques belles découvertes :

  • Le jeu de Hex : ressemblant au jeu de go, il s’agit ici de se frayer un chemin d’un bout à l’autre du plateau. Les règles sont extrêmement simples, même les enfants peuvent y jouer, et il n’y a pas de match nul possible, c’est mathématique (ne me demandez pas de vous expliquer!). 
  • Concept : gagnant de l’As d’Or 2014 (prix décerné chaque année au festival), nous n’avions pas eu l’occasion d’y jouer l’an dernier, c’est maintenant chose faite ! Un jeu aux règles très simples : faire deviner un mot ou une expression à l’aide de pictogrammes. Idéal pour passer un moment convivial entre ami ou en famille ! Il mérite bien le prix qui lui a été décerné !
  • Cocktail Games : nous avons découvert chez cet éditeur une série de petits jeux éducatifs très bien faits. Sous forme de cartes, ces petits jeux colorés propose de découvrir entre autres le calcul ou la conjugaison de manière ludique.

Voilà un petit aperçu de notre visite au festival !
Cette année encore le festival a connu un grand succès. Certainement plus que les années précédentes, notamment grâce à l’espace consacré aux enfants. Du fait de ce succès, j’ai assez peu de photos… Eh oui, difficile de prendre du recul dans des allées bondées (et avec 2 enfants en bas âge à gérer aussi, il faut l’avouer) !
L’ambiance était encore très agréable. Les distributeurs viennent pour faire découvrir les jeux et éventuellement créer des coups de cœur, mais à aucun moment on ne sent poussé à la vente !

Encore une fois nous avons passé deux journées très sympas et nous n’avons qu’une hâte, que le festival ouvre de nouveau ses portes l’année prochaine !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Pour ta fête, Grand-Mère, voici ces quelques fleurs…

Publié le

Grand-Mère, Mamie, Mouima, Nana, Mémé, Lalla, Yaya, Babcia, Babika, Nonna, Oma… Qu’importe comment on la nomme, dimanche prochain c’est SA fête !Pour l’occasion, nous ne manquerons pas de leur offrir un beau bouquet de fleurs, mais pas n’importe lesquelles.
Eh oui, les fleurs c’est périssable… et nos mamies seront ravie de recevoir un cadeau fait avec et par les petites mains de nos bambins !

 

Alors voilà ce que nos Mamies recevront dimanche : un beau bouquet fait des petites mains de Colombe (et d’Olivier ! Oui, oui ! Même les tout petits peuvent le réaliser !).

Tout à commencé avec une séance de peinture…

Comme je craignais pour mon salon il faisait beau, nous nous sommes installées dehors. Nous avons réuni tout le matériel nécessaire :

  • des feuilles type canson
  • des pinceaux et tampons
  • de la peinture à doigts
  • et l’essentiel, des petits doigts prêts à se salir !

 

Certes, le tablier de Noël n’est peut-être plus de saison…

 

Colombe a commencé à peindre sagement, découvrant les pinceaux l’un après l’autre.

 

 

En parallèle, elle a également peint avec les mains, explorant ainsi les textures de la peinture, de la feuille et de l’assiette qui nous servait de palette ( d’ailleurs sur l’assiette c’est drôle, ça glisse !).

J’ai alors un peu dirigé l’activité en lui demandant de poser l’empreinte de ses mains sur une nouvelle feuille.

Et en recouvrant sa main avec de la peinture rose, j’ai obtenu plusieurs feuilles recouvertes de petites empreintes.

 

 

 

Et j’ai fait de même avec mon Petit Olivier. Je vous avais dit que même les tout petits pouvaient participer !

J’ai également recouvert plusieurs feuilles de longues bandes vertes pour faire des tiges. Colombe aurait pu le faire, mais je sentais que sa concentration avait atteint ses limites et qu’il était temps de laisser place à sa créativité !

J’ai donc laissé Colombe complètement libre de peindre comme elle voulait. Elle s’en es donné à cœur joie et m’a fait l’honneur d’une petite chorégraphie bien sympathique, tournant autour de la table pour aller d’une feuille à sa palette, de la palette à une autre feuille…

J’ai mis un terme à l’activité après 3 bons quarts d’heure (je ne pensais pas qu’elle tiendrait si longtemps) parce que Colombe s’excitait un peu parce qu’on commençait à avoir un peu froid (enfin surtout Olivier et moi, Colombe se réchauffait en dansant autour de la table).

Une fois les dessins bien sec, je me suis mise à l’œuvre et j’ai découpé les empreintes de mains, les bandes vertes, et des petites fleurs dans les peintures que Colombe avait réalisé librement.

 

Avec un peu de colle, j’ai ensuite procédé à l’assemblage, afin d’obtenir différents types de “fleurs”.

 

 

Les fleurs découpées dans les dessins de Colombe

 

Deux mains de Colombe surmontées d’une main d’Olivier.

 

Une main de Colombe.
Deux mains de Colombe formant un cœur.

J’ai assemblé les “fleurs” dans différents bouquets, et j’ai collé des petites mains sur les tiges, pour donner l’impression que le bouquet est offert par l’enfant lui-même.

Notez comme Olivier est doué, à moins de 2 mois, il agrippe déjà son petit bouquet comme un grand !

 

Voilà donc le résultat ! J’espère que nos mamies seront heureuses de leurs bouquets !
Pour celles qui n’ont encore rien prévu, il est encore temps. Les bouquets ne sont pas très longs à réaliser, et on s’amuse bien ! Autre avantage, ils peuvent être envoyés par la poste au format “lettre”, ce qui est plutôt sympa quand les mamies habitent loin, ce qui est souvent le cas !

Et vous, qu’avez-vous prévu pour vos mamies ?

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Pommes de terre croustillantes au four

Publié le

Voilà une recette que l’on voit souvent passer sur Pinterest, alors forcément vous la connaissez peut-être déjà, mais elle est tellement bonne et tellement simple à réaliser qu’elle est devenue un de mes classiques de mamans un peu débordée !

Les pommes de terre au four croustillantes sont super simple à faire.
Les ingrédients : 
  • Des pommes de terre
  • Du beurre
  • Du sel (on peut aussi ajouter des herbes ou des épices pour changer) 

La recette : 

Épluchez et lavez les pommes de terre, puis taillez les en lamelles sur la moitié de la hauteur. Il ne faut pas que la pomme de terre se casse.

Disposez les pommes de terre dans un plat et recouvrez-les de beurre et de sel.

Mettre au four à 220° pendant 45 minutes (le temps de cuisson peut changer en fonction de la variété de pommes de terre choisie). N’hésitez pas à arroser régulièrement les pommes de terre avec le beurre fondu. Les pommes de terre doivent être croustillante sur le dessus et fondante à l’intérieur ! Un régale !

Voilà, vous connaissez un de mes secrets de maman légèrement débordées pour épater les invités sans cuisiner pendant des heures !

Et vous,quelle est votre recette préférée pour régaler les convives ?

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Gateau Petit Ours Brun

Publié le

La semaine dernière c’était l’anniversaire de ma petite Colombe.
Pour souffler ses 2 bougies, je voulais absolument un gâteau qui lui plairait (même si en fait, du moment que ça se mange, ça lui plaît !)
Je lui ai donc préparé un gâteau Petit Ours Brun, puisqu’elle ne se lasse pas de ses aventures !



Pour le réaliser il faut :

  • Un gâteau (ici on a fait un gâteau au chocolat) nappé de chocolat.
  • Un nappage au chocolat un peu plus clair pour le museau (j’ai juste rajouté de la crème à mon premier nappage).
    Comme on ne voit pas sur la première photo que le museau est plus clair, le voilà de plus près !
  • Des rouleaux de réglisse pour le museau, les lèvres et les sourcils.
  • Un stylo rose pour gâteau pour faire la bouche.
  • 4 tartelettes au chocolat pour les yeux.
  • 2 petits bonbons blancs pour l’intérieur des yeux.

 Eh voilà un beau gâteau pour une jolie fête !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Le Festival International des Jeux de Cannes

Publié le

On connaît tous le Festival de Cannes, puisque chaque année pendant une petite dizaine de jours au mois de mai, le monde a les yeux rivés sur les marches du Palais des Festivals !

Mais justement on parle de Palais des Festivals, donc à Cannes, il n’y a pas que LE Festival !
Alors aujourd’hui je vais vous parler d’un rendez-vous annuel qui se tiendra dans une quinzaine de jours : Le Festival International des Jeux.

L’année dernière, nous avions décidé d’y faire un petit tour le samedi après-midi “pour voir”. Conquis, en rentrant le soir nous avons préparé des sandwichs afin d’y passer la journée complète le lendemain !

Ce festival n’est rien moins que le plus grand festival de jeux organisé en France. 30000 m² d’espaces d’animation, plus de 250 exposants, 300 auteurs et illustrateurs.

Alors dit comme ça, ça fait un peu geek qui va aller s’enfermer pendant 3 jours pour jouer (et qui en plus va y emmener ses enfants au lieu de leur faire prendre l’air au parc) ! Et c’est pas complètement faux…
Mais tout de même, le festival du jeu, c’est aussi un évènement gratuit (dans la région ça vaut le coup de la préciser !) avec plus de 4000m² d’espaces dédiés à la famille. Et même si le but est commercial (ne nous voilons pas la face, c’est gratuit mais c’est bien si on achète !) le festival est l’occasion de venir découvrir de nouveaux jeux : des “best sellers”, les dernières tendances, mais aussi des jeux créés par des indépendants (peu connus par manque de pub, certains sont pourtant super) . Et quoi de mieux pour cela que de s’installer à une table et de jouer entre amis, en famille, ou avec des inconnus rencontrés à l’occasion (eh oui ! le lieu est convivial et celui qui vient seul n’aura aucun mal à trouver des partenaires de jeu) !

Pour les inconditionnels des jeux vidéos, un espace y sera consacré. Là encore, une présentation et mise à disposition de jeux.

En parallèle de l’exposition se dérouleront de nombreux tournois : scrabble, échec, tarot… j’en passe !

Quid de nos bambins pas encore assez grands pour jouer aux jeux de plateau ?
Playmobil sera présent pour l’évènement, et nos enfants pourrons découvrir l’univers des bonshommes en plastique. Pour les plus petits encore, Vtech aura un stand sur lequel les enfants de 0 à 10 ans trouveront de quoi s’occuper. Colombe y avait d’ailleurs trouvé son compte l’année dernière alors qu’elle n’était âgée que de 13 mois.

Mes conseils pour cette visite : 

  • pas de poussette ! Vous ne pourriez pas vous déplacer dans le hall d’exposition, alors pour les tous petits on prend le porte bébé ou l’écharpe de portage !
  • on accroche une jolie étiquette autour du cou ou à la ceinture de nos petits qui savent marcher (et qui peuvent échapper à la surveillance de leurs parents en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire) avec son prénom, ainsi que le numéro de papa et maman.
  • on prend des manteaux pas trop gros, histoire de pouvoir les ranger facilement dans un sac à dos et avoir les mains libre sur place.
  • on n’oublie pas le casse-croute ! Et on profite de la pause déjeuner pour faire un petit tour sur la Croisette (Ah bah voilà ! Ils l’ont leur promenade nos enfants !)

Festival International des Jeux
Au Palais des Festivals
Du 27 février au 1er mars 2015

Si vous êtes dans la région, n’hésitez pas à y faire un tour, même avec vos petits bouts de chou !
De mon côté, je ne manquerai pas de vous faire un petit bilan de ma visite !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Jeux de couleurs et de lumière

Publié le

J’en ai parlé ici, en ce moment, avec le Petit Olivier qui demande beaucoup d’attention, je dois trouver des idées pour occuper Colombe.
La stratégie : trouver une occupation qui me laissera libre de quitter la pièce sans craindre d’avoir des heures de ménage à faire en y retournant.

Ces derniers jours, j’ai donc choisi d’occuper Colombe avec de la peinture propre et des sacs sensoriels.

La peinture propre c’est simple :

  • une pochette plastique transparente.
  • de la gouache.
  • du scotch.

On met des petites touches de peinture dans la pochette et on la scelle avec du scotch.

Habituellement, on met une feuille de papier la pochette. Colombe a déjà souvent expérimenté cette activité, et je voulais changer un peu. J’ai donc fixé la pochette directement sur une fenêtre pour que Colombe joue avec les couleurs, les textures et la lumière.

 

 

 

La pochette peut rester fixée 2 ou 3 jours avant que la peinture ne sèche, Colombe a donc pu aller et venir vers cette activité au gré de ses envies.
Nous avons recommencé l’expérience plusieurs fois, mais le plus sympa a été lorsqu’on a mis des paillettes dans la pochette ! (j’ai utilisé une colle liquide à paillette)

 

 

Maintenant que l’on a bien joué avec la peinture propre, j’ai décidé de changer un peu et de recycler nos sacs sensoriels.

Les sacs sensoriels : 

  • Des sacs congélation.
  • Du gel pour les cheveux.
  • Des colorants alimentaires.
  • Du scotch.

Dans les sacs congélation, on mélange du gel pour les cheveux avec des colorants. On replie soigneusement les sacs et on les scelle avec du scotch.

Colombe a d’abord joué librement avec les sacs. Elle les a malaxés, les a mis devant les yeux pour voir la vie en rose (ou bleu, ou jaune…). Et j’avoue que moi aussi j’ai joué avec parce qu’ils font un peu l’effet d’une balle anti-stress.
Le côté négatif : l’odeur un peu enivrante du gel pour les cheveux.
J’ai toujours été méfiante avec ces sacs, de peur qu’ils ne se percent et repeignent mes tapis… Mais finalement ils ont été plutôt solides, résistant même aux petits ongles pointus !

Depuis peu, j’ai accroché les sacs sur la fenêtre à la place de la peinture propre.

Nous jouons donc maintenant à faire des dessins dans le gel et à regarder les couleurs se mélanger.

 

 

Un bon exercice pour apprendre les couleurs et les formes !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+