Jouets

Des galets brillants à observer à la lumière

Publié le

Ce mois-ci, le thème du rendez-vous L’Art est un jeu d’enfant du blog Le Pays des Merveilles était : « Tout ce qui brille » ! Bien évidemment, ce qui brille nous inspire beaucoup ici, d’ailleurs je le dis souvent : « Les paillettes c’est la vie ! ». Il restait donc à trouver une idée d’activité. J’ai décidé de fabriquer des galets brillants à observer avec notre boîte lumineuse. Cette boîte est mon alliée pour les temps calmes car observer les objets sous sa douce lumière apaise les enfants. Pour varier les plaisirs et stimuler l’attention des enfants, je change souvent d’objets à observer (des idées ici) et quoi de plus captivant que des objets brillants ! J’ai donc sorti les paillettes et le pistolet à colle et Colombe (3 ans 1/2) et moi nous sommes mises au travail !

Nous avons utilisé deux techniques différentes pour faire nos objets à observer. La première consistait à décalquer une forme (sur du papier cuisson), la peindre avec de la colle pailletée, puis la recouvrir avec la colle chaude du pistolet à colle. Décalquer a été un véritable exercice pour Colombe qui s’est parfois heurtée à des formes encore un peu complexes (et surtout longues à faire) comme le flocon de la photo (que nous n’avons d’ailleurs pas terminé !).

Décalquer un motif

Mais elle s’est bien débrouillée pour réaliser ce papillon que je vous montre en court de réalisation, puis une fois terminé. Je précise que jamais Colombe n’a touché au pistolet à colle car elle est encore bien trop jeune. De mon côté j’ai réalisé une montagne dont j’apprécie le relief (le papier cuisson gondolait lorsqu’on posait la colle pailletée)

papillon dessiné avec des paillettes

Papillon et paillettes observé sur une boîte lumineuse

Montagne pailletée

La deuxième technique est bien plus simple puisque sur du papier cuisson Colombe posait des petits flocons et des étoiles brillants (initialement il s’agissait de décorations de table), puis elle versait des paillettes, et par dessus je formais des petits galets avec le pistolet à colle.

verser des paillettes sur une feuille

paillettes et flocons

galets brillants observés sur une boîte lumineuse

galets brillants à la lumière du soleil

Nous avons maintenant une belle collection de petits galets à observer, mais aussi pour jouer et construire des univers (ne me dites pas que vous n’avez pas fait le rapprochement entre la couleur de mes paillettes et la Reine des Neiges !), ou juste à faire briller à la lumière du soleil !

Save

Save

Cherche et trouve les lettres dans un petit sac

Publié le

Colombe (3 ans 1/2) aime beaucoup apprendre les lettres depuis qu’elle va à l’école. Elle en connaît déjà quelques unes et s’amuse à les reconnaître et à y associer des mots. Quand elle voit une lettre qu’elle ne reconnaît pas encore, elle me demande toujours de laquelle il s’agit et souvent elle essaye de chercher cette lettre dans les mots qu’elle voit écrits autour d’elle. Alors pour satisfaire ce besoin d’apprentissage (et aussi pour l’occuper dans les salles d’attentes il faut être honnête j’y trouve mon compte !) je lui ai fabriqué un petit jouet avec 3 fois rien : un cherche et trouve les lettres dans un petit sac. Les blogs américains regorgent d’idées de petits sacs facile à glisser dans un sac à main et qui ont pour but d’occuper les enfants. Ils les appellent les busy bags (sacs pour s’occuper). J’avoue être séduite par l’idée car vous commencez à me connaître, j’aime les jouets simples, qui ne prennent pas de place et qui occupent longtemps !

Le matériel nécessaire :

  • un sac congélation
  • 3 ou 4 poignées de riz
  • du gros scotch solide
  • du washi tape
  • 26 perles « lettre » (une par lettre ! Personnellement je les ai achetées sur le site « perles & co« )
  • un feutre indélébile
  • une paire de ciseaux

On peut remplacer le sac congélation par une pochette plastique pour classeur.

 

matériel nécessaire à la réalisation d'un sac cherche et trouve les lettres

Réalisation :

Verser le riz puis les perles dans le sac.

mettre le riz dans le sac congélation

mettre les lettres dans le sac congélation

Scellez le sac avec le scotch résistant et renforcez les bords avec les washi tape.

Sceller le sac avec le scotch résistant et renforcer les bords avec les washi tape.

Couvrez le scotch résistant avec du washi tape pour faire plus joli et inscrivez toutes les lettres de l’alphabet dessus. Le sac est prêt ! Je vous avais dit qu’il n’y avait pas grand chose à faire !

inscrire les lettres sur le sac

L’intérêt du jeu :

Ici, le sac cherche et trouve les lettres a été adopté immédiatement ! Colombe a tout de suite cherché les lettres qu’elle connaît : le A, le E, le I, le K, le T et d’autres encore. Pour celles qu’elle ne connaît pas, elle me les montre sur le sac, je lui dit le nom de la lettre qu’elle désigne puis elle cherche la lettre correspondante. Ce petit jeu l’occupe beaucoup et surtout il l’occupe longtemps ! Alors si vous avez 5 minutes, n’hésitez pas à en fabriquer un pour vos futurs petits lecteurs !

Save

Activité pour apprendre à se situer dans le Monde -Voyageons Ludique

Publié le

Avec cette nouvelle année scolaire que a redémarré, nous reprenons le rendez-vous Voyageons Ludique proposé par ma copine Souris… Maman. Et cette fois, le sujet sur lequel nous devions plancher était : « Voyageons à travers le Monde ». J’ai d’abord pensé à fabriquer un petit passeport pour Colombe (3 ans 1/2) et à lui présenter un planisphère pour l’aider à situer les pays dont nous avions déjà parlé l’an dernier, mais je me suis vite rendue compte que toutes ces notions de localisation était très abstraite pour Colombe ! D’ailleurs lorsque j’ai demandé à Colombe ce qu’était le Monde ou encore la France, elle était incapable de me répondre précisément. Elle sait que nous habitons Cannes, mais elle a du mal à comprendre quelles sont ses limites et à quoi cela correspond vraiment. Alors je me suis inspirée d’une activité qu’on retrouve sur beaucoup de blog américain : « Me on the map », littéralement « moi sur le carte ». Cette activité consiste à présenter à l’enfant une représentation de son habitat à différents niveaux (maison, ville, région) emboîtés les uns dans les autres à la manière de poupées gigognes.

apprendre à se situer dans le monde

apprendre à se situer dans le monde

L’activité pour apprendre à se situer dans le Monde

C’est moi qui ai fabriqué ce petit jouet car Colombe me semblait un peu trop jeune pour réaliser les dessins elle-même. J’ai donc coupé des cercles dans des papiers de couleurs différentes et tous légèrement plus grand que le précédent. À L’intérieur de ces cercles j’ai représenté les différents niveau de localisation en les dessinant au recto et en indiquant leur nom au verso. J’ai ensuite plastifié chaque cercle, et je les ai reliés entre eux à l’aide d’un fil passé dans un petit trou que j’ai fait.

J’ai organisé les lieux comme suit :

  • Moi
  • Ma maison
  • Ma ville
  • Ma région/mon département
  • Mon pays
  • Mon continent
  • Le Monde

Moi, ma maison dans le monde

Ma ville
Je vous assure que c’est Cannes que j’ai dessiné ! Quoi ? Vous ne reconnaissez pas le Palais des Festivals et son mythique tapis rouge ?! Bon, vous reconnaissez le palmier quand même ?

Moi et la France

moi dans le monde

Et Colombe sait-elle se situer dans le monde maintenant ?

Les différents niveaux de localisation restent difficiles à comprendre pour Colombe. Cela fait longtemps qu’elle sait dans quelle ville nous vivons, mais elle a du mal à comprendre que ses grands-parents vivent dans une autre ville et que celle-ci est très loin. Pour l’aider, je lui rappelle les longues heures passés en voiture à chaque fois que nous leur rendons visite ! Mais ce petit jeu lui permet d’apprendre l’ordre de grandeur, même si sa représentation est encore un peu floue !

Et après on fait quoi ?

J’ai beaucoup aimé ce sujet car le monde et ses différents découpages n’est pas une chose facile à comprendre pour un enfant. Je pense que l’on va aborder le sujet encore longtemps et je souhaite aller plus loin. Je pense investir dans un joli atlas pour enfant afin de situer les lieux dont on parler dans les prochains rendez-vous !

Observer les feuilles avec la boîte lumineuse

Publié le

Depuis que Colombe a commencé l’école nous avons eu beaucoup moins de temps pour nos activités manuelles, mais il nous a fallu trouver des activités calmes et apaisantes à faire en fin de journée. Sur le chemin de retour vers la maison, Colombe ramasse toutes sortes de feuilles et de petites fleurs qu’elle met dans un panier en osier parce que les premières fois nous en avions plein les mains et ça n’était vraiment pas pratique. Notre collection de feuilles et de fleurs a vite été conséquente et j’ai eu envie d’en faire quelque chose. J’ai alors pensé à notre boîte lumineuse et je me suis dit que ça pourrait être sympa d’observer les feuilles avec !

Petit panier en osier pour ramasser des feuilles et des fleurs

Feuilles et fleurs sur une boîte lumineuse

 J’avais un peu peur que les feuilles et les fleurs ne s’abîment vite et c’est en lisant l’article « Notre equinoxe d’automne » chez Maman Nougatine que j’ai remarqué qu’elle avait plastifié des feuilles pour que sa fille les observe. J’ai donc fait chauffer ma plastifieuse (un super investissement que je ne regrette pas) et j’ai protégé nos belles fleurs et nos belles feuilles. Je n’ai pas pris la peine de les faire sécher avant, alors je ne sais pas comment elles évolueront dans le temps. Nous verrons bien, et au cas où j’ai mis quelques feuilles des mêmes espèces à sécher dans un gros livre. Et dans ce gros livre, quelle surprise de retrouver de nombreux pétales de rose déjà séchés que je me suis empressée de plastifier ! Finalement le résultat n’est pas vilain, sauf pour les fleurs un peu épaisses (les pâquerettes par exemple) qui s’écrasent complètement et s’étalent sous le plastique (non ça n’est vraiment pas joli !).

Observer des feuilles occupe beaucoup ma Colombe qui remarque les nervures des feuilles et tous les autres détails.

observer une fleur à la table lumineuse

Observer une fleur à la table lumineuse

observer une feuille à la table lumineuse

Observer une feuille de chêne à la table lumineuse

observer des feuilles à la table lumineuse

Mais cette activité ne réside pas que dans l’observation ! Colombe a mélangé les éléments pour varier les couleurs. Elle a aussi essayé de faire des visages rigolos et je lui ai fait découvrir les mandalas.

fleurs-table-lumineuse-observation

feuilles-fleurs-table-lumineuse-visage

madala-fleurs-feuilles-table-lumineuse

Observer les feuilles et les fleurs nous plaît beaucoup. Elle est reposante et permet à Colombe de s’apaiser après une longue journée d’école ! Et bien sûr nous ramassons toujours des fleurs et des feuilles en rentrant de l’école afin d’enrichir notre collection !

Save

Save

Save

Save

Save

Save

DIY : le planning Chenille qui fait des trous

Publié le

Voilà un mois que Colombe a commencé l’école, et le rythme qui change quasiment chaque jour n’est pas facile à comprendre pour une si petite fille. Je lui ai donc fabriqué un planning reprenant toutes ses activités de la semaine afin qu’elle parvienne à mieux se la représenter. Si vous nous avez suivi cet été, vous savez qu’entre les chenilles et nous, c’est une longue histoire, mais que même si elle nous grignotent nos plantations, au fond nous les aimons bien ! Alors tout naturellement, nous avons choisi de réaliser un planning Chenille qui fait des trous, inspiré du célèbre livre d’Eric Carle.

Planning de la semaine inspiré de La chenille qui fait des trous

Matériel nécessaire :

  • Une feuille A3
  • Plusieurs feuilles A4
  • Une plastifieuse
  • Une paire de ciseaux
  • De la super glue
  • Des bandes velcros

Réalisation :

J’ai quadrillé la feuille A3 afin d’y faire 7 colonnes et 6 lignes. Sur la première ligne, j’ai écrit le nom des jours et j’ai dessiné les fruits que la chenille mange chaque jour dans le livre (le lundi : une pomme, le mardi : 2 poires…). Sur la deuxième ligne j’ai collé une frise que Colombe a faite avec ses empreintes de doigts et qui rappelle les motifs du livre. J’ai ensuite plastifié la feuille A3 et sur les 3ème, 4ème, 5ème et 6ème ligne j’ai collé des bandes velcros. Ces lignes représentent le matin, le midi, l’après-midi et le soir.

Sur des feuilles A4 j’ai dessiné les activités correspondant à la journée de Colombe : Une maison, son cartable (pour symboliser l’école), des couverts et une assiette, et une clé de sol (pour le cours de musique). Les enfants ont aussi fait des petites chenilles avec les empreintes de leurs doigts de pieds. J’ai découpé tous les dessins, les ai plastifiés et j’ai collé un morceau de velcros au dos des symboles activité, et un aimant puissant au dos des chenilles !

Le planning Chenille qui fait des trous terminé, je l’ai accroché sur le frigo à l’aide d’aimants en forme de feuilles que j’avais faits en pâte fimo il y a des années, et j’ai ajouté quelques aimants papillons acheté il y a longtemps !

Petite main fait des empreintes de doigts

Chenille qui fait des trous en empreinte de pied

L’utilisation de notre planning « chenille qui fait des trous »

Si la rentrée des classes s’est plutôt bien passée et que Colombe aime aller à l’école, elle a eu du mal à comprendre l’organisation au départ. Chaque midi après manger, elle ne comprenait pas pourquoi elle devait retourner à l’école puisqu’elle y était déjà allée dans la matinée ! C’est pourquoi j’ai inclus une ligne « midi » sur son planning. Cela lui permet de visualiser cette coupure et de comprendre quel jour elle devra retourner à l’école après manger. Si j’ai fabriqué la chenille correspondant à Petit O’ c’est pour que Colombe visualise les jours où il est à la crèche et ceux où il reste à la maison (il me reste encore à fabriquer les symboles correspondant à la crèche).

Colombe adore son nouveau planning. Elle déplace la petite chenille chaque soir, ce qui nous donne l’occasion de parler de l’organisation de la journée du lendemain. Et parfois dans la journée, nous déplaçons la chenille vers le bas de la colonne par exemple pour rappeler que nous sommes à l’heure du déjeuner et qu’ensuite nous repartirons pour l’école !

Planning Chenille qui fait des trous

Planning Chenille qui fait des trous

Alors, notre planning vous plaît ? Et sinon comment vous trouvez mon frigo ?

Save

Save

DIY : la boîte à boutonner

Publié le

Aujourd’hui, j’ai ressorti pour Petit O’ (20 mois) un petit jouet que j’avais fabriqué il y a plus d’un an pour ma Colombe. Il s’agit d’une boîte à boutonner. Avant 3 ans, ça n’est pas facile de mettre des boutons, mais s’entraîner à le faire est souvent une activité qui passionne les petits. Comme en plus cela leur fait travailler la motricité fine de manière incroyable, c’est un exercice qu’on ne peut qu’encourager. Pour éviter que Colombe ne passe son temps à boutonner et déboutonner ses vêtements, j’ai voulu lui fabriquer un jeu à la fois utile et facile à emporter avec soi. J’aurai pu lui fabriquer un cadre de boutonnage, mais si c’est un jouet super pour la maison, je le trouvais un peu encombrant pour les sorties. Sur Pinterest, j’avais repéré des activités comme le serpent de Cécé From Aix, mais je trouvais qu’il manquait une petit boîte de rangement pour rendre le jeu transportable. J’ai donc adapté l’idée pour en faire une belle boîte à boutonner !

Le Matériel :

Comme souvent avec moi, vous n’aurez pas besoin de grand chose pour ce DIY. J’aime la récupération et la revalorisation et je m’y efforce au maximum !

  • une petite boîte facile à ouvrir et fermer, même pour un enfant (j’ai utilisé une boîte plat préparé pour bébé)
  • un ruban
  • un gros bouton (adaptez la taille à l’âge de l’enfant)
  • quelques chutes de feutrine (tissu résistant et qui ne s’effiloche pas !)
  • une paire de ciseau
  • du fil et une aiguille

feutrine, boîte, ruban, bouton

La réalisation :

Cousez le bouton sur une des extrémités du ruban. Faite une entaille au cutter dans le fond de la boîte, passez l’autre extrémité du ruban et faites un nœud à l’extérieur et un autre à l’intérieur pour que le ruban ne glisse pas. Découpez des petits carré de feutrine et faites y une boutonnière en son centre à l’aide d’un cutter. Et voilà ! La boîte à boutonner est prête !

arrière de la boîte à boutonner, et fixation du ruban

boîte à boutonner

Le jeu :

J’ai donné ce jouet à Colombe alors qu’elle avait un tout petit peu plus de 2 ans. Elle n’a pas réussi à boutonner et déboutonner tout de suite (sinon, le jeu n’aurait eu aucun intérêt d’ailleurs !). Elle a souvent tiré, m’a souvent demandé de le faire à sa place (en observant bien mes gestes), puis elle a commencé à comprendre de quelle manière elle devait s’y prendre. Elle a d’abord réussi à déboutonner, puis quand son geste s’est affirmé, elle a su boutonner. Cette petite boîte à boutonner nous a souvent accompagnée dans nos déplacements. Elle a bien occupée Colombe dans les salles d’attente ou parfois dans le bus, et bien évidemment en voiture !

apprendre à boutonner
Cette photo date de Juillet 2015, Colombe avait 2 ans et demi et savait alors bien boutonner.
Apprendre à boutonner
Cette photo date de Juillet 2015, Colombe avait 2 ans et demi et savait alors bien boutonner.

 

Apprendre à boutonner
Photo de décembre 2015 : la boîte a boutonner a beaucoup occupé Colombe en voiture. Mettre les boutons, mais aussi placer les bouts de tissu sur ses doigts comme de bagues.

 

boite à boutonner
Photo prise aujourd’hui, parce que retrouver ses vieux jeux ça donne envie d’y rejouer !

 

Petit O’ n’arrive pas encore à boutonner ou déboutonner, mais son geste est plutôt bon et je sens que cette boîte va l’occuper un petit moment !

Garçon de 20 mois apprend à boutonner

Garçon de 20 mois apprend à boutonner

Alors, cette petite boîte à boutonner vous tente ? Vous avez des astuces pour apprendre aux enfants à mettre leur boutons ?

Le cycle du papillon – jouet en feutrine

Publié le

Je vous ai parlé de mes mésaventures avec les chenilles, et si vous me suivez sur Instagram vous savez sans doute que le sujet est devenu une obsession (mais je trouve plusieurs chenilles sur mes plantes chaque jour, mon basilic a rendu l’âme et ma menthe s’apprête à être dévorée à son tour). J’en tire mon parti en observant un peu la vie des chenilles avec mes enfants, mais je ne suis pas maso au point de les laisser terminer leur cycle sur mes plants. Alors pour expliqué le cycle du papillon aux enfants, j’ai ressorti l’excellent La Chenille qui fait des trous d’Eric Carle. J’avais aussi très envie d’objets représentant ce cycle que les enfants pouvaient manipuler, et j’ai d’abord pensé à ces reproductions en plastique très réalistes que Maman Nougatine avait présentées. Finalement, je suis tombée en admiration devant la réalisation de Cendrilène du blog Chez Kids Story qui a réalisé le cycle du papillon en feutrine sur le modèle de La Chenille qui fait des trous. Cette reproduction allait dans la continuité du livre que nous avons lu et relu (oui, je le connais par cœur !), et comme j’adore fabriquer des jouets pour mes enfants, elle était aussi une bonne occasion de me faire plaisir.

Je vous montre donc aujourd’hui ma version du cycle du papillon inspirée de l’œuvre d’Eric Carle. N’y cherchez pas une grande originalité par rapport à la version de Cendrilène car j’avoue avoir beaucoup copié tant ses petits jouets m’avaient séduite ! Les différences résident essentiellement dans le matériel : je n’avais pas de pompons à disposition pour faire la chenille et le corps du papillon, alors j’ai fait de simples tubes de tissu rouge et vert, serrés par des morceaux de fil de laine par endroits. Quant aux couleurs, là encore elles peuvent être un peu différentes de celles choisies par Cendrilène car j’ai fait avec la feutrine que j’avais à ma disposition à la maison.

Le cycle du papillon en feutrine

un petit oeuf repose sur une feuille

La chenille qui fait des trous

La chenille dans son cocon

Le cocon s'accroche sous la feuille

La chenille est devenue un superbe papillon !

Le cycle du papillon façon Eric Carle

Pour que les enfants puissent jouer, j’ai accroché au mur un morceau de bois flotté ramassé à la plage et j’ai fixé deux morceaux de velcro double place. C’est que j’ai trouvé chez Castorama (on le trouve souvent près des caisses et il existe en plusieurs couleurs). Il se découpe à la main (enfin avec pas mal de force quand même) et est repositionnable à souhait !

id-scratch

Les enfants adorent jouer avec ce cycle du papillon. Ils rejouent l’histoire qu’ils connaissent si bien, s’amusent à faire avancer la chenille à la manière des chenilles que nous avons observées sur notre terrasse, et font virevolter le papillon à travers notre appartement ! Cette reproduction est vraiment une réussite pour nous et je suis heureuse de m’être mise au travail !

Je tiens évidemment à remercier Cendrilène pour cette magnifique idée, et si vous ne connaissez pas encore son blog, alors allez la découvrir car vous verrez qu’elle fait toujours un travail magnifique !

DIY : notre boîte lumineuse

Publié le

boite_lumineuse_fleurs_plastique_paille

Depuis quelques temps, je vois passer sur différents blogs des boîtes lumineuses avec lesquelles les enfants peuvent jouer, et j’avoue qu’elles me faisaient très envie. Ces boîtes sont vraiment simples à fabriquer soi-même, et elles permettent de faire de très jolies réalisations. En effet, jouer avec la lumière et les couleurs est une activité fascinante pour les petits qui éveillent leurs sens, mais aussi pour les plus grands qui les redécouvrent ! Je me suis donc lancée et je vous montre comment !

Matériel :

  • un bac en plastique (j’utilise un bac « Trofast » de chez IKEA)
  • un grand morceau de carton
  • du papier aluminium
  • du papier cuisson (si le bac utilisé est transparent, le mien étant translucide je n’en ai pas eu besoin)
  • une guirlande lumineuse à piles

Réalisation :

Dans le grand morceau de carton, j’ai taillé une boîte aux dimensions de ma boîte en plastique (il faut que le carton rentre parfaitement dans la boîte comme sur la photo).

boite_lumineuse_envers

J’ai recouvert l’intérieur du carton avec du papier aluminium que j’ai fixé avec du scotch.

detail_diy_boite_lumineuse

DIY_boite_lumineuse

Il ne reste plus qu’à allumer la guirlande lumineuse, à la place dans le carton recouvert d’aluminium (de recouvrir avec une feuille de papier cuisson si la boîte en plastique est transparente) et de fermer le tout avec la boîte en plastique.

On peut alors jouer avec la lumière et avec les couleurs des objets transparents qu’on aura choisi. Et pas besoin de matériel compliqué, on fait avec ce qu’on a. Ici nous avons joué à tour de rôle avec :

Nos bouteilles sensorielles remplies d’eau colorées :

boite_lumineuse_bouteille_sensorielle

De simples pailles :

boite_lumineuse_pailles

Des jetons de loto transparents :

boite_lumineuse_jeton_transparents

boite_lumineuse_jetons_transparents

Des bracelets fluo :

boite_lumineuse_pile_bracelets

Et j’ai même utilisé les petites fleurs qui ornaient la guirlande lumineuse lorsque je l’ai achetée :

boite_lumineuse_fleurs_plastique

Ma Colombe et mon Petit O’ raffolent tous les deux de ce nouveau jeu. Chacun y joue à sa manière : Petit O’ (15 mois) observe les changements de couleurs des objets quand on les met à la lumière, alors que Colombe (3 ans) s’intéresse plus à la réalisation de motifs (bien souvent détruits par son petit frère malheureusement).

C’est toujours un plaisir de jouer avec cette boîte lumineuse. On baisse les stores afin de faire la pénombre dans la chambre, et l’atmosphère se fait apaisante. Les enfants restent à jouer calmement autour de la boîte. Chacun pose ses pièces, essaye de nouveaux objets pour voir ce que cela donne à la lumière. Les enfants sont généralement très calmes pendant de longues minutes. C’est une activité très agréable à partager avec eux, ou même pour les occuper pendant qu’on prépare le repas par exemple !

Save

Livre en tissu pour apprendre à écrire les lettres (quiet book)

Publié le

À 3 ans, Colombe a découvert les lettres et s’y intéresse beaucoup. Lors de nos sorties, elle nous montre celles qu’elle reconnaît sur les panneaux, et à la maison, elle cherche sans cesse à en apprendre de nouvelles dans ses livres ou sur les magazines. Elle en reconnaît déjà quelques unes et sait même en écrire, mais elle est encore loin de toutes les maîtriser. Alors j’avais envie d’encourager sa passion naissante et de lui confectionner un livre en tissu pour apprendre à écrire les lettres.

Livre en tissu pour apprendre à écrire

À l’image de son quiet book (ici et ici), j’avais envie d’un support qui allait durer dans le temps et qui pourrait être utilisé à l’infini. Alors lorsque j’ai découvert le tissu ardoise sur le site Perles & Co, l’idée m’a semblée évidente ! Ce tissu, qui ressemble à une toile cirée mate et noir, permet d’écrire avec une craie et d’effacer à volonté. J’étais très intriguée par ce tissu que je ne connaissais pas et après utilisation, je dois dire que je ne suis pas du tout déçue ! La craie marque bien le tissu et s’efface d’un seul coup d’éponge humide.

J’ai donc cousu entièrement un petit livre de 26 pages (sans compter la couverture), afin d’y coller toutes les lettres découpées dans mon tissu ardoise. Si j’ai cousu un livre d’une seule pièce et que je n’ai pas utilisé le même système d’attache que celui du quiet book de Colombe, c’est que je tenais à ce qu’on ne puisse pas changer l’ordre des pages. Les lettres sont bien évidemment présentées dans l’ordre alphabetique, et il me semble important pour l’apprentissage que cela reste ainsi. Mais c’est un parti pris et ce livre peut tout à fait être conçu avec de la feutrine et le système d’attaches que j’ai présenté dans mon premier DIY de quiet book.

Pour coudre le livre, j’ai tout simplement découpé 13 rectangles de tissu de dimension identique que j’ai cousus sur l’envers les uns à la suite des autres. Puis après avoir retourné toutes les pages et avoir repassé l’ouvrage, j’ai cousu un 14ème rectangle un peu plus long que les autres, en guise de couverture. Je vous épargne le tuto, car comme vous les voyez, le résultat n’est pas très académique. Mais même si le livre n’est pas aussi parfait que si je l’avais acheté, ma fille avait des étoiles dans les yeux en le découvrant, et elle semblait impressionnée de voir ce que j’avais réussi à faire avec ma machine à coudre !

Tranche du livre en tissu pour apprendre à écrire les lettres

Je me suis servie de ce modèle pour découper les lettres, puis je les ai collées dans le livre avec de la colle pour textile. J’ai décidé de ne pas les coudre afin d’avoir un plus joli résultat (ma machine à coudre est un peu capricieuse, il y a beaucoup de ratés, et coudre et découdre les lettres aurait abîmé le tissu).

Quiet book : lettre en tissu ardoise

Ma Colombe a tout de suite adoré son livre pour apprendre à écrire les lettres, et l’a rempli entièrement, lettre par lettre, en quelques minutes !

Enfant qui s'entraine à écrire un A sur un livre en tissu ardoise

Enfant qui s'entraine à écrire un C sur un livre en tissu ardoise

Et pour effacer, rien de plus simple, un petit coup sur les lettres avec un morceau de tissu polaire imbibé d’eau et le livre était comme neuf !

effacer de la craie sur un tissu ardoise

Depuis qu’elle l’a, il ne se passe pas un jour sans que Colombe ne se serve de son livre ! À la maison, elle l’utilise avec sa craie, et lorsque nous sortons je le glisse dans mon sac, et elle l’utilise en posant le doigt dessus à la manière des lettres rugueuses (ces lettres ne sont pas rugueuse, mais le tissu du livre et le tissu ardoise ont deux touchés différents, ce qui correspond finalement au principe des lettres rugueuses !)

Alors, ce nouveau quiet book vous plaît ? Si vous décidez d’un réaliser un, n’hésitez pas à m’envoyer des photos, je serai ravie de voir votre version !

Module de motricité en carton

Publié le

Si vous me suivez sur Instagram, vous savez sûrement que lorsque le Père Noël est passé chez nous, il a oublié son traîneau.

traineau_renne_carton

Bon, je vais vous révéler la vérité, il ne s’agit pas vraiment du traîneau du Père Noël. En réalité, il est de tradition que Grand-Mère À Dada ! fabrique un jouet (généralement en carton) lorsque ses petits-enfants viennent passer les fêtes chez elle. Elle a déjà fabriqué un paquet cadeau géant, un théâtre de marionnette, un panier en tissus, et cette année, elle nous avait préparé ce traîneau !

Colombe a bien compris l’utilité du traîneau et a joué de longues heures à se faire tirer ou pousser par Grand-Mère, les copains, et même par Petit O’ !

Petit O’, lui, n’a pas bien saisi l’intérêt de rester assis et de se faire promener (Bah quoi, j’ai une poussette pour ça !) mais il a trouvé une utilité à ce traîneau et a joué avec pendant des heures. En effet, le traîneau est vite devenu module de motricité. Petit O’ s’est entraîné à monter sur le siège puis à en redescendre. Il l’a fait des dizaines de fois, sans jamais se lasser et toujours heureux de ses « exploits » ! Il s’amusait également à entrer et sortir du traîneau. Une fois à l’intérieur, il se servait des parois pour caler son dos, lâcher ses mains et essayer de tenir debout sans appui. Bref, ce simple jouet en carton a été une formidable occupation pour Petit O’ qui a d’ailleurs fait d’énormes progrès grâce à lui.

Petit O’ a ainsi appris à tenir debout sans appui, et surtout à se retourner systématiquement lorsqu’il descend les escaliers. Et aux vues de ces nombreux acquis ainsi que des heures de jeux que ce jouet lui a valu, j’ai décidé d’en fabriquer un autre pour la maison (nous n’avions pas suffisamment de place pour rapporter celui de Grand-Mère avec nous !).

Matériel nécessaire :

  • deux grands cartons carrés de même dimension (ou un grand rectangulaire)
  • un carton rectangulaire plus petit, dont la longueur est égale à largeur des grands cartons
  • du scotch résistant
  • un rouleau d’adhésif décoratif, type Vénilia

Réalisation :

J’ai pris les deux grands cartons et ai ouvert un côté sur chacun d’eux puis les ai fixés ensemble afin qu’ils forment un seul grand carton rectangulaire. J’ai relevé et scotchés les 3 rabats restants sur l’un des cartons et ai coupé ceux du deuxième carton, ainsi un côté présente un rebord haut et l’autre côté un rebord bas. J’ai taillé le rebord bas sur les côtés pour leur donner une forme de traîneau et former une petite ouverture par laquelle un bébé peut ramper.

premier_carton

deuxième_carton

carton_coupe

Pardonnez-moi pour la qualité des photos. Comme vous le voyez, j’ai fabriqué ce carton tard le soir, moment parfait pour ne pas être dérangée par les enfants, mais pas vraiment idéal pour prendre de belles photos !

Enfin, j’ai placé le petit carton contre le rebord haut du traîneau, l’ai scotché et recouvert de papier adhésif. L’opération nécessite beaucoup de scotch afin de bien fixer les cartons ensemble et solidifier la structure.

module_motricite_descend

 module_motricite_promontoire

module_motricite_debout

Petit O’ et Colombe ont beaucoup utilisé ce carton. Il a été leur traîneau, leur bateau, un trône de princesse, un promontoire pour faire des discours (ou regarder la télé, d’en haut on voit bien mieux !) et que sais-je encore… Et nous, parents, l’avons souvent utilisé pour stocker les jouets qui traînaient. Il est très solide puisqu’il n’a pas faibli, même lorsque les enfants lui tombait dessus ou que Colombe se mettait à sauter dessus, et cela depuis presque 2 mois que nous l’avons !

La seule précaution à prendre a été de caler le traîneau contre un objet lourd (par exemple contre le canapé ou contre la porte-fenêtre) pour qu’il ne bascule pas lorsque Petit O’ se mettait sur debout sur la marche. Mais très vite, Petit O’ a acquis un bon équilibre et cette précaution n’a plus été nécessaire (après une semaine ou deux d’utilisation).

Pour un très faible investissement, le jouet nous a garanti non seulement beaucoup d’acquisitions motrices pour Petit O’, mais aussi des heures de jeux et de rires pour nos deux enfants !