3-4 ans

Amusez-vous – L’art est un jeu d’enfant

Publié le

“Dis Petit O’, tu te souviens du jour où maman avait mis une grande feuille de papier par terre, qu’elle avait sorti tous nos tubes de peinture et qu’elle nous avait dit : “amusez-vous” ?

– Ah oui ! Je me souviens ! C’était un peu bizarre ! Et même que maman, elle nous a retiré nos vêtements alors que d’habitude elle nous met des tabliers qui nous donne chaud. Elle était quand même super détendue ce jour-là !

-Oui, même qu’au début je n’avais pas bien compris ce qu’elle voulait qu’on fasse ! Je lui avais même demandé et tu te rappelles elle m’avait répondu : “Faites ce que vous voulez, vous êtes libre. Amusez-vous”.

-Bon bah moi au départ j’ai pris les pinceaux, parce que moi j’aime bien les pinceaux. Et j’ai peindu la feuille avec de la peinture !

-Petit O’, on dit j’ai peint.

-Ah. Bah n’empêche que c’était marrant mais c’est plus pratique quand on peint assis à une table parce que là j’avais les pieds sur la feuille et après je me mettais de la peinture dessus… Et puis je glissais aussi un peu, et ça j’ai pas aimé.

-Oui, mais moi ça m’avait donné une idée. J’ai demandé à maman si je pouvais mettre de la peinture sur mes pieds pour faire des empruntes. Et là j’ai été étonnée parce que maman a dit : “Vous faites ce que vous voulez. C’est vous qui choisissez”. Du coup je me suis quand même demandé si elle nous cachait pas quelque chose parce que normalement c’est jamais nous qui décidons !

-Ah bah ça Colombe t’as raison on décide jamais. D’ailleurs je ne sais pas pourquoi parce que nous on a des idées plus drôle que papa et maman. Si on décidais plus on s’amuserait plus ! Tient… Faut que je pense à leur en parler ! Et voilà Colombe, j’ai encore une bonne idée !

-Bah moi j’ai arrêté de demandé à maman ce que j’avais le droit de faire et je me suis occupée de peindre puisqu’elle voulait qu’on fasse tout tout seul. J’ai bien aimé m’en mettre partout, c’était rigolo !

-Moi j’ai bien aimé mélanger les couleurs et vider les pots de peinture.

-Oui, d’ailleurs t’avais mis trop de peinture et la feuille s’est déchirée.

-Et alors ? Je vois pas le problème. D’ailleurs j’ai pas aimé quand maman a changé la feuille. Comme tous les grands artistes je suis incompris. Alors je suis parti.

-Bah moi j’ai continué et puis c’était rigolo parce que je voulais faire des traces de pas en courant sur la feuille et maman, elle m’a aidé à le faire ! Dis Petit O’, tu t’es quand même amusé ?

– Oui, c’était rigolo, surtout au début.

-Et t’as vu Petit O’ ? Depuis qu’on a fait ça, maman elle a accroché nos grandes feuille à la maison. T’es peut-être pas si incompris que tu le penses !”

Peindre avec des pinceaux

Peindre avec des pinceaux

Peindre avec ses pieds

Peindre avec ses pieds

Peindre sa main

Peindre avec sa main

Peindre librement

Empreintes de pas sur une feuille

Affiche : on ne met pas les pieds sur la table !

Cette activité est notre participation au rendez-vous “L’art est un jeu d’enfant” du blog Le pays des merveilles sur le thème libre “Amusez-vous”.

l-art-est-un-jeu-d-enfant1

Compter les jours jusqu’à la rentrée

Publié le

Dans une semaine, Colombe fera sa première rentrée à l’école. Elle s’y prépare activement : elle a visité l’école, elle sait comment y aller (et a essayé de me convaincre hier qu’elle serait tout à fait capable de faire le trajet seule), a choisi son cartable et voulu le remplir. Il ne se passe pas une journée sans qu’elle ne me dise : “C’est aujourd’hui que je vais à l’école ? Non ? Alors c’est demain ?”. Bref, l’impatience est à son comble et c’est assez difficile à gérer à un âge où la notion de temps n’est pas encore précise. J’ai alors repensé à une guirlande pour décompter les jours que j’avais vu sur Le Pays des Merveilles et j’ai proposé à Colombe d’en fabriquer une aussi.

Le matériel :

  • une ou plusieurs feuilles de papier coloré (Colombe peint des mètres et des mètres de papier. Je garde ces peintures (sans grand intérêt puisque sa vrai dessin dessus) et m’en sers de papier cadeau ou de base pour nos bricolages comme ici)
  • une paire de ciseaux
  • un stylo
  • une règle
  • une agrafeuse

matériel

La réalisation :

Après avoir tracé des lignes sur l’envers de la feuille, j’ai demandé à Colombe de couper le papier.

Découper du papier en suivant une ligne

Puis elle a former des anneaux avec les bandes de papier et les a agrafer en les faisant passer les uns dans les autres pour qu’ils forment une guirlande. C’était l’étape la plus difficile car notre agrafeuse est un peu grosse pour les petites mains de Colombe. Je l’ai donc beaucoup aidée.

agrafer du papier

En seulement quelques minutes, notre guirlande était prête ! Je l’ai agrafée à un morceau de papier sur lequel j’ai écrit : “Demain je vais à l’école”. Si j’ai choisi cette phrase c’est que nous allons déchirer chaque anneau le soir avant de nous coucher. Le Pays des Merveilles avait fait une “guirlandes des dodos” mais ma Colombe n’a jamais aimé dormir et elle traîne beaucoup pour le coucher en ce moment. Lorsque je lui ai parlé d’une guirlande de dodos, elle m’a tout de suite dit : “Mais je ne veux pas me coucher moi !”. Déchirer un anneau qui symbolise un jour de plus de passé, c’est se donner une motivation pour aller au lit et se dire qu’ainsi le grand jour viendra plus vite (c’est une technique qui a fait ses preuves avec ma fille). Chaque enfant a une sensibilité différente. Ma fille compte les jours terminés, mais d’autres enfants préféreront compter les dodos.

Demain je vais à l'école

Colombe a tenu à accroché sa guirlande sur le frigo plutôt que dans sa chambre. Et une fois en place, elle m’a demandée de faire une photo d’elle devant son oeuvre ! Cette photo terminera bien évidemment dans son album de souvenir, et un jour (vers l’adolescence quand elle traînera des pieds pour aller en cours !) je lui rappellerai à quel point elle était impatiente d’aller à l’école pour la toute première fois !

Jouer avec des bouchons

Publié le

Voilà une activité totalement improvisée et que l’on peut facilement reproduire chez soi ! Je suis sûre que comme moi vous avez quelque part un gros stock de bouchons de plastique qui attendent d’être déposés dans les associations qui les collectent ! À cela s’ajoutent deux gros bacs : comme nous avons fait beaucoup de rangement ces derniers jours, nous avons vidé 2 grosses caisses en plastique très solides dont j’ai pu me servir pour cette activité. Enfin, j’ai sorti quelques pinces et une louche que j’avais dans ma cuisine. J’ai déposé le tout sur la terrasse à disposition des enfants et je les ai laissés jouer.

bacs et bouchons de plastique

bouchons de plastique, louche

attraper des bouchons avec une louche ou un pince

Bacs et bouchons

Les enfants ont pris beaucoup de plaisir à attraper les bouchons avec la louche ou avec les pinces, s’entraînant à la motricité fine au passage. Ils ont transvasé les bouchons d’un bac à l’autre, les ont lancé en visant les bacs, ont renversé les bacs par terre puis remis les bouchons dedans. Ils ont même fini par transformer les bacs en baignoire et m’ont affirmé “prendre un bain de bouchons”. Bref, à peu de frais ils se sont amusés pendant de longues minutes. Les bacs resteront sur la terrasse encore quelques jours durant lesquels je suis certaine que les enfants s’inventeront encore de nombreux jeux !

bouchons

Notre bac sensoriel “Le monde de Némo”

Publié le

À la maison, nous adorons regarder “Le monde de Némo” ! Colombe apprécie l’aventure de Dory et Marin, et elle aime découvrir les espèces marines. Petit O’ aime regarder les poissons dans un océan plein de couleur. Et moi, j’aime cette belle histoire pleine d’humour. Très récemment, les enfants ont reçu ces petits poissons Dory et Marin qui nage quand on les plonge dans l’eau ! Ce sont des “Robo Fish” de Splash Toys. Je n’ai donc pas pu résister à l’idée de leur faire un bac sensoriel “Le monde de Némo” pour rejouer l’épopée de ces deux poissons si attachant !

Robo Fish Marin et Dory

Robo Fish Marin et Dory dans l'eau

Pour créer ce bac sensoriel “Le monde de Némo”, je me suis inspirée de plusieurs scène du film et j’ai recréé quelques éléments :

  • L’anémone dans laquelle vivent Marin et Némo : 3 ballons de baudruche verts remplis de haricots secs (pour les lester) auxquels j’ai accroché du bolduc.
  • Les méduses qui piquent Marin et Dory : 5 ballons de baudruche roses et blancs très peu gonflés.
  • Les tortues qui font traverser l’océan à Marin et Dory : quelques morceau de mousse colorée découpés en forme de tortues.
  • Le courant qui emporte nos deux héros lorsqu’ils quittent les tortues (ou celui qu’ils suivent avec les tortues) : un grand chausse-pied.
  • Sydney, où ils retrouvent Némo : une assiette en carton découpée pour symboliser l’Opéra !
  • Et bien sûr pour l’océan : de l’eau avec une pointe de colorant bleu ainsi que des coquillages et des morceaux de verre poli ramassés sur la plage.

Bac sensoriel "Le monde de Némo"

Colombe et Olivier adore voir leurs poissons s’animer quand on les plonge dans l’eau et ils se sont beaucoup amuser à les faire nager dans leur nouveau bac !

Marin dans son anémone

Marin dans son anémone

Marin explore les fonds marins

Marin sur le toboggan/courant

Marin remonte le courant

Marin semblait apprécier son anémone puisqu’il y retournait régulièrement ! Mais il est aussi parti explorer les fonds marins avec Colombe qui lui présentait des coquillages. Enfin, il s’est amusé comme un petit fou à descendre le courant/toboggan et a même essayé de le remonter !

Dory prisonnière des méduses

bac_sensoriel_dory_cache_tortue

Dory, elle, a été un peu plus intrépide ! Elle est allée rejoindre les méduses plusieurs fois, malgré les recommandations de Colombe. Colombe a eu beau crier : “Non Dory, ne vas pas dans les méduses !”, Dory n’en faisait qu’à sa tête et y retournait à chaque fois. C’est sans doute dû à son problème de perte de mémoire immédiate !

Heureusement, elle s’est beaucoup plue aussi à jouer sur les tortues. Comme dans le film, Dory se couchait sur une tortue et se laissait portée par celle-ci. Mais très vite, un battement de nageoire la replongeait dans l’eau, et elle continuait son exploration en solo !

Vous l’aurez compris, ce bac sensoriel “Le monde de Némo” a énormément plu aux petits, notamment à Colombe (3 ans 1/2) qui a rejoué toute l’aventure ! Petit O’ (18 mois) était plutôt dans l’exploration de l’eau et des éléments du décor que dans le jeu, mais il rigolait beaucoup en voyant ses petits poissons en plastique s’animer ! Le jeu a donc duré longtemps, très longtemps, le temps pour nos aventuriers d’atteindre Sydney !

bac_sensoriel_opera_sydney

Nos cadeaux pour le personnel de la crèche

Publié le

Même si mes enfants ne vont pas encore à l’école, ils sont plus ou moins soumis au calendrier scolaire à la crèche et par leurs activités. Il est donc temps pour nous de confectionner les cadeaux pour le personnel de la crèche qui s’est si bien occupé de Colombe et de Petit O’ cette année. Comme cette année était la dernière année de crèche pour ma Colombe, j’avais envie de gâter toutes les personnes qui ont été importantes lors de son passage, et elles sont nombreuses. Il y a les 4 directrices (oui, c’est une grosse crèche !), une puéricultrice de l’unité de Colombe qui s’est beaucoup occupée d’elle, la puéricultrice référente de Colombe depuis son arrivée en collectivité et celle de Petit O’ (qui auront toutes deux un cadeau un peu plus gros !). Enfin, Colombe étant inscrite à un atelier d’éveil musical, nous n’oublions pas son professeur.

Nous voilà donc avec pas moins de 8 cadeaux à réaliser !!! (Généralement je fais un cadeau pour la puéricultrice et je fais des gâteaux pour le reste de l’équipe, mais ma Colombe a passé de si bons moments dans sa crèche et je l’ai vue faire de tels progrès grâce au personnel que j’avais envie de remercier tout le monde !)

Cette année, nous avons réalisé des Tote bags. J’adore ces petits sacs en tissus qui se glissent dans le sac à main et qui sont parfois si jolis ! J’en ai toute une collection et j’avais envie d’en fabriquer pour les offrir. J’ai donc acheté un lot de 10 Tote bags vierges et de la peinture textile Pébéo spécialement adaptée aux enfants et utilisable avec les mains. Il nous a fallu plusieurs matinées pour réaliser les 8 sacs prévus : j’avais prévu des motifs assez précis pour chaque sac et Colombe n’avait pas vraiment de liberté de création alors sa patience a été grandement limitée. J’ai bien senti qu’elle aurait aimé s’exprimer un peu plus, mais lorsque je lui montrais les modèles que j’avais choisi et que je lui expliquais que c’était pour Unetelle, sa volonté de faire plaisir reprenait le dessus !

Matériel nécessaire à la réalisation des sacs

J’aime beaucoup cette peinture textile de la marque Pébéo. Elle peut être utilisée par les enfants et surtout on peut l’appliquer directement avec les mains ! J’ai utilisé des morceaux de carton que j’ai glissé dans le sac pour que la peinture ne marque pas les deux côtés et il vaut mieux prendre un vieux chiffon pour essuyer les mains du petit artiste, mais ce sont à peu près les seules précautions à prendre. La texture de la peinture est vraiment agréable et s’étale sans problème sur le tissu. Quant aux couleurs, je les ai trouvé plutôt jolies. Sur ce point mon seul regret est qu’elles ne se mélange pas toujours comme on l’attend. J’ai voulu faire du rose en mélangeant du rouge et du blanc et j’ai obtenu un rouge orangé à la place. Mais ce point me semble vraiment secondaire tant cette peinture est agréable à utiliser !

Peinture textile tactil color de Pébéo : avec un pinceau ou avec les mains !

Peinture textile tactil color de Pébéo à utiliser avec les mains !

Faire un paon avec ses empreinte de mains et de doigts

Pour les directrices, que nous avons plusieurs fois croisées à la médiathèque dans le courant de l’année, nous avons reproduit des couvertures de livres pour enfant. La Chenille qui fait des trous (d’Eric Carle) , ou Un Petit trou dans une pomme (de Giorgio Vanetti), Petit-Jaune et Petit-Bleu (de Leo Lionni) et 1 fish, 2 fish, red fish, blu fish (du Dr Seuss). Pour la réalisation des couvertures, je me suis inspirées de photos que j’ai réépinglées sur mon tableau Pinterest “empreintes”.

Tote bag : "La chenille qui fait des trous"

Tote bag "un petit trou dans une pomme"

Tote bag "Petit-jaune et Petit-bleu"

Tote bag "1 fish, 2 fish, red fish, blue fish"

Pour les puéricultrices, chacun des enfants a fait un dessin. Petit O’ a fait des coccinelles avec les empreintes de ses mains. Colombe a fait une plage avec un crabe pour l’une, et un paon (animal observé lors de la sortie de fin d’année avec la crèche !) pour l’autre puéricultrice. Colombe a réalisé le maximum de détail seule, mais je l’ai beaucoup assistée afin de ne pas avoir de traces de doigts partout sur les sacs !

Tote bag "coccinelles"

Tote bag "plage et crabe"

Tote bag "paon"

Enfin pour sa prof de musique, j’ai dessiné une portée et Colombe a dessiné les notes du bout des doigts (et oui, les notes ont été dessinées au hasard !).

Tote bag "partition de musique"

Comme je vous le disais, les deux puéricultrices référentes de chacun de mes enfants auront un cadeau un peu plus gros. Dans chaque tote bag, je glisserai le nécessaire au 1er apéro de l’été : une bouteille de limonade, un paquet de chips, une cagette de tomates cerises et un petit éventail pour se rafraîchir ! Pour un rendu plus joli, j’ai fabriqué mes propres étiquettes à l’aide de peintures faites par Colombe (elle rempli des mètres de papier avec sa peinture, je les garde et en fait des papiers cadeaux ou des petites étiquettes comme ici !) sur lesquelles j’ai inscrit “1er apéro de l’été” !

Kit "Premier apéro de l'été"

Et vous quoi de prévu comme cadeau de fin d’année ?

Jeux de mélange des couleurs !

Publié le

Comme je vous l’expliquais ici, à 3 ans et 4 mois, Colombe connaît très bien le nom des couleurs, mais elle ne maîtrise pas encore bien la notion de “clair” ou de “foncé” et elle ne sait pas encore comment mélanger différentes couleurs pour en obtenir de nouvelles. Alors je lui ai proposé plusieurs activités sur ces thèmes en m’appuyant sur le livre Mon domino des couleurs” que nous avions reçu dans la Box de Pandore. Aujourd’hui je vous présente une série de jeux de mélange de couleurs que nous avons réalisées les unes à la suite des autres car elles utilisent le même matériel, mais que l’on peut très bien réaliser de manière indépendante.

Pour commencer, j’ai proposé à Colombe d’essayer l’activité de “l’eau voyageuse“. Il s’agit de faire passer de l’eau d’un verre à l’autre à l’aide d’un papier essuie-tout. Et pour notre thème de mélange des couleurs, j’ai tout simplement rempli 2 verres avec de l’eau de deux couleurs (primaires) différentes, et j’ai fait passer cette eau dans un 3ème verre. Il a fallu de la patience pour obtenir un résultat (petite astuce : surélever le verre qui était rempli initialement). J’ai donc commencé notre expérience en fin de matinée. Colombe a eu un peu de temps pour observer l’eau monter sur le papier essuie-tout et puis se déverser dans le verre central. Finalement quand elle a commencé à manquer d’intérêt nous sommes passer à table. Après le repas, nous sommes retournez voir nos verres qui s’étaient bien remplis !

Préparation de l'activité "eau voyageuse" avec mélange de couleurs.

L'eau voyageuse : début de l'expérience

Eau voyageuse : mélange de bleu et de jaune

Eau voyageuse : mélange de jaune et de rouge

Eau voyageuse : mélange de jaune et de rouge

Eau voyageuse : tous les mélanges

Mélange des couleurs

Je vous recommande vivement cette expérience. C’est une très bonne activité d’observation et elle a un côté magique qui a beaucoup plu à ma fille. C’était très impressionnant pour elle de constater que l’eau avait changé de verre ET changé de couleur alors que nous n’avions absolument pas touché aux verres !

À la fin de l’expérience j’ai trouvé dommage de jeter l’eau dont nous nous étions servie. J’ai alors sorti des boîtes à œufs de cailles (mais des bacs à glaçons conviennent aussi !) et j’ai proposé à Colombe de faire ses propres mélanges à l’aide d’une cuillère (une pipette aurait été mieux, mais j’ai fait avec ce que j’avais sous la main !). Je lui ai proposé de mélanger de nouveau les couleurs primaires ensemble en changeant à chaque fois les proportions afin d’obtenir des couleurs plus claires ou plus foncées. Je lui ai également proposé de jouer sur ces nuances en mélangeant les couleurs secondaires que nous avions obtenues de la première expérience avec les couleurs primaires. Enfin je lui ai proposé d’obtenir de nouvelles couleurs en mélange les 3 couleurs primaires ou en mélangeant les couleurs secondaires ensemble.

Cette activité nous a sans doute occupées pendant 45 minutes (j’avoue ne pas avoir regardé la montre !). Après l’activité d’observation qui avait précédé, Colombe a aimé la manipulation que nécessitait celle-ci.

Mélanges de couleurs primaires et secondaires

Mélanges de couleurs primaires et secondaires

Mélanges de couleurs primaires et secondaires

Mélanges de couleurs primaires et secondaires

Mélanges de couleurs primaires et secondaires

Mélanges de couleurs primaires et secondaires

Je dois vous avouer que j’ai été tout autant intéressée par cette activité que ma fille. Nous avons aimé voir une seule goûte de liquide changer la couleur de nos échantillons. Nous avons aimé faire preuve de précision et dextérité . J’ai trouvé cette activité très apaisante. Nous étions au calme et nous n’avions à nous concentrer que sur nos petites goûtes d’eau colorée !

Pour finir, Colombe m’a demandé si elle pouvait peindre avec son eau colorée, alors je lui ai installé son tableau avec des feuilles de papier. Le résultat n’est pas vraiment probant car la couleur est trop faible pour imprimer le papier, mais Colombe a tout de même aimer. Peut-être a-t-elle juste apprécier de voir le papier se mouiller, et transvaser l’eau d’un verre à l’autre l’a bien amusée aussi (oui parce que transvaser avec des verres à pieds qui cassent c’est bien plus drôle !).

Peindre avec de l'eau colorée

Peindre avec de l'eau colorée

Peindre avec de l'eau colorée

Mis bout à bout, nous avons joué pendant près de 2h ! Et le jeu aurait pu continuer plus longtemps si le temps ne s’était pas gâté ! Ces jeux de mélanges de couleurs ont toujours un grand succès ici, d’ailleurs si vous voulez d’autres idées, allez vois Nos versés colorés à la manière d’Alice ! Et chez vous, les enfants aussi aiment faire des mélanges et jouer à l’eau ?

Bouteilles sensorielles de mélange de couleurs

Publié le

À 3 ans et 4 mois, Colombe connaît très bien le nom des couleurs, mais elle ne maîtrise pas encore bien la notion de “clair” ou de “foncé” et elle ne sait pas encore comment mélanger différentes couleurs pour en obtenir de nouvelles. Alors je lui ai proposé plusieurs activités sur ces thèmes en m’appuyant sur le livre Mon domino des couleurs” que nous avions reçu dans la Box de Pandore. La première de ces activités est en fait une petite expérience que j’avais envie de mener : fabriquer des bouteilles sensorielles de mélange de couleurs. Le principe est simple : dans une bouteille, mettre deux liquides de densité différentes, chacun d’une couleur différente. En secouant la bouteille, les deux liquides se mélangent et la bouteille prend une couleur uniforme. Puis, peu à peu les liquides se séparent et les couleurs aussi. La bouteille reprend alors ses deux couleurs d’origine !

Ça, c’est sur le papier !

Dans les faits, le problème est un peu plus compliqué et je dois vous avouer qu’aujourd’hui je vais vous présenter une activité dont le résultat ne m’a pas satisfaite. Je voulais créer des bouteilles que nous pourrions utiliser à l’envie et que nous pourrions emmener partout. J’ai choisi de faire mes bouteilles dans des petites fioles (j’ai utilisé les fioles de vinaigrette qui accompagnent les salades Sodebo). J’ai coloré l’eau avec du colorant alimentaire standard, et l’huile avec du colorant liposoluble en poudre. J’ai ensuite rempli les fioles comme suit :

  • Eau jaune et huile bleue pour obtenir une fiole verte
  • Eau rouge et huile bleue pour obtenir une fiole violette
  • Eau jaune et huile rouge pour obtenir une fiole orange

tableau_melange_couleurs

bouteilles_sensorielles_melange_couleurs

J’ai mis beaucoup de colorant dans l’huile, le bleu ressort donc très foncé. Sur la photo, on peut voir les 3 fioles quelques minutes après leur création. La seule qui avait déjà été mélangée est la fiole jaune et bleue, et c’est pour cela que l’eau jaune a déjà tendance à devenir verte. Car finalement, une fois les deux liquides mélangés on obtient bien la couleur recherchée, mais lorsque les liquides se séparent, la couleur la plus claire reste marquée par la plus foncée…

bouteille_sensoriel_melange_couleurs

bouteille_sensorielle_couleurs_melangees

Même si l’effet n’était pas parfait, nous avons aimé observer les mélanges et la séparation des liquides. Colombe a constaté la formation d’une couleur secondaire par le mélange des couleurs primaires, mais ça n’est pas ce qui l’a le plus intéressée. Je pense qu’elle a surtout aimé voir les mouvements de liquides et qu’elle a adoré secouer les fioles !

Finalement, les fioles sont utilisables quelques heures, et la séparation des liquides est moins nette à chaque mélange.

J’ai tout de même gardé ces fioles pour observer leur conservation. La fiole “orange” n’a plus aucun intérêt : le colorant jaune ne se voit presque plus, quand au colorant rouge, il forme de gros dépôts sur la zone de contacte des deux liquides. Les fioles “violette” et “vertes” sont plus jolies, on dirait maintenant des bouteilles de lave !

bouteille_sensorielle_couleurs_apres

Je ne suis pas la seule à avoir testé, mon amie du blog L’esprit vient en jouant est arrivée aux mêmes conclusions que moi et toutes deux, nous cherchons encore une solution pour réaliser ce genre de bouteilles de manière durable et en utilisant des ingrédients sans danger pour les enfants. Il semble exister une solution utilisant de l’huile pour lampe colorée en bleu ou en rouge, on peut la voir ici, mais cela me semble bien trop risqué de mettre cela entre les mains de mes enfants ! Le même blog semble avoir réussi l’expérience avec des colorants pour bonbons (donc le même genre de colorants que ceux que nous avons utilisés), sans qu’on puisse comprendre ce qui a fait la différence avec nos essais. Après contact, nous n’avons obtenu aucune réponse…

Alors s’il y a parmi vous des super-chimistes qui ne résistent pas au challenge, des savants-fous désireux de faire la trouvaille du siècle ou même des alchimistes en mal d’une nouvelle quête, n’hésitez pas à vous pencher sur la question et à nous contacter, L’esprit vient en jouant et moi !

Créer des visages à la manière de Picasso

Publié le

Ce mois-ci, Voyageons Ludique, le rendez-vous de Souris Maman nous emmène en emmène en Espagne. Je vous l’avoue tout de suite, c’est un pays que je connais mal ! Mais je n’ai pas pris part au rendez-vous depuis deux mois et je ne voulais pas faire faux bon une fois de plus. Alors j’ai choisi d’aborder le thème à travers un artiste que j’aime bien : Pablo Picasso.

Mug Guernica de Pablo Picasso
Mon mug Guernica, souvenir de mon périple dans les musées de Madrid !

Pour l’anecdote, je suis allée à Madrid quand j’étais étudiante. J’y étais pour un séminaire et j’avais peu de temps libre, mais je voulais absolument voir Guernica. Alors un matin je me suis levée aux aurores et j’ai fait l’ouverture du musée du Prado. J’ai pris tout mon temps pour la visite et c’est arrivée à la fin que j’ai ouvert mon guide touristique, m’étonnant de ne pas avoir vu le tableau de Picasso. J’ai donc vite compris mon erreur : Guernica est exposé au musée Reina Sofia. J’ai quitté le Prado, me suis rendue au Reina Sofia le plus vite possible, j’ai visité ce musée au pas de course et j’ai finalement vu Guernica. Je suis entrée dans une grande salle (enfin c’est le souvenir que j’en ai) et la toile était là ! Mon étourderie m’aura au moins permis de visiter un peu plus que je ne pensais possible dans le temps qui m’était imparti !

Revenons-en à notre activité ! Après avoir présenté quelques tableau de Picasso à Colombe(mais pas Guernica car à 3 ans, c’est peut-être un peu sombre comme tableau), je lui ai fait remarqué que le peintre présentait des yeux de côté, d’autres de face, qu’il y avait des bouches qui semblaient trop petites, que les couleurs étaient très nombreuses et tout cela sur un même tableau. Pour ma petite de 3 ans ça a été l’occasion de parler de perspective et de point de vue (bon, on a juste aborder le sujet, hein !). Je lui ai alors proposé de faire des portraits sur le même modèle.

Matériel nécessaire :

  • des magazines à découper
  • des ciseaux
  • de la colle
  • des crayons de couleur ou des feutres

Réalisation :

Comme nous étions prises par le temps, c’est moi qui ai cherché et découpé les éléments dans les magazines. J’ai donc présenté des yeux, des nez, des bouches et des oreilles à Colombe et lui ai proposé de les coller sur une feuille pour former un visage.

materiel_visage_picasso

Et c’est à 4 mains que nous avons créé nos visages. En plus de l’exercice de collage, ça a été l’occasion de revoir les parties du visage (enfin ça a été utile pour Petit O’ (17 mois) plus que pour Colombe), et de travailler le vocabulaire (parce que “un oeil”, “des yeux” mine de rien ça n’est pas si facile à maîtriser).

Visage à la manière de Picasso
Les coups de crayons sont les cheveux. Cette femme a beaucoup de cheveux car “les mamans ont les cheveux très longs”.

visage_maniere_picasso_2

 visages_maniere_picasso

La conclusion de ma Colombe est : “Ils sont bizarres ces visages. Moi je n’ai jamais vu de visages comme ça.” . Je suppose qu’elle sous entend que ces représentations sont loin de la réalité, mais au moins cette activité l’aura amenée à se poser quelques question. Nous avons passer un bon moment et je pense que je vais ajouter une petite “boîte à visages” dans notre boîte à découper : je laisserai des magazines à la disposition de Colombe pour qu’elle y découpe des éléments et nous jouerons à créer de nouveaux personnages !

Palme d’Or-DIY

Publié le

Vous êtes à Cannes et vous cherchez un souvenir à rapporter ? Bien évidemment vous écumez les boutiques pour trouver le souvenir idéal, celui qui représente parfaitement l’image que vous avez en tête lorsqu’on vous parle de Cannes : la Palme d’Or ! Eh bien ne cherchez plus ! Ça n’existe pas !

À l’office de tourisme et dans les boutiques de souvenirs on vous proposera de nombreux objets décorés d’une palme (emblème de la ville), mais point de petite Palme d’Or. À croire que seuls les films primés la méritent ! Et pourtant, de grands acteurs et des prix d’interprétation dramatique, dans votre quotidien vous en croisez beaucoup , à commencer par vos enfants je suis sûre ! Alors aujourd’hui je vous explique comment fabriquer vous-même votre propre Palme d’Or. Belle, élégante et toute en simplicité, elle donnera du charme à votre décoration et récompensera les plus belles prestations de vos bambins !

Le matériel :

  • une feuille de carton
  • une paire de ciseau
  • un crayon
  • de la peinture dorée et un pinceau
  • de la colle

Matériel pour fabriquer une palme d'or

 

Réalisation de la Palme d’Or :

Dans la feuille de carton, découpez un rectangle, une tige et une palme. À l’aide de petites mains, peignez tous les éléments avec la peinture dorée et laisser sécher.

Peindre une palme d'or

Pliez la tige sur une extrémité et collez la plus petite partie à la base en carton. Collez l’autre partie de la tige sur l’envers de la palme. Laissez sécher. Si la palme a tendance à tomber vers l’arrière, on peut fixer un petit morceau de papier pour caler la tige.

tige à fixer sur le socle de la palme d'or

L'arrière de la Palme d'Or une fois collée

 

Et voilà la Palme d’Or prête à être offerte aux plus grands interprètes !

 

Palme d'Or

Pour la personnaliser, vous pouvez ajouter une petite étiquette mentionnant ce qu’elle récompense. Ici, je ne pouvais pas choisir alors j’en ai fabriqué 2. Une pour le prix d’interprétation “des yeux de chat suppliant” de ma Colombe et sa fameuse réplique : “J’aimerais bien avoir un jouet comme ça moi.”. L’autre pour le prix d’interprétation dramatique décerné à mon Petit Olivier pour son rôle dans “Au secours maman a quitté la pièce !”

Double Palme d'Or chez les À Dada ! cette année !

Musique et élastiques – À Tout bout d’chant

Publié le

Quand Cécile du blog La Cour des Petits nous a rappelé que cette semaine avait lieu le rendez-vous À Tout bout d’chant, je me suis dit que j’allais passer mon tour. Des idées, je n’en manque pas, mais elles demandent toutes une préparation et en ce moment je manque cruellement de temps ! Finalement, en flânant sur Pinterest, je suis tombée sur une idée plutôt sympathique et incroyablement rapide à mettre en place : Jouer de la musique avec une boîte et des élastiques !

Avec une boîte en carton et des élastiques, Colombe s'est improvisée guitariste !

C’est s’avancer un peu que de dire qu’on va jouer de la musique, certes. Mais c’est une bonne activité pour expérimenter les sons, les tonalités, la résonance, et le matériel nécessaire est facilement trouvable. En fait j’avais déjà tout chez moi puisqu’il a suffit que je trouve quelques boîtes de matières différentes, et des élastiques en caoutchouc.

Boîtes en carton, métal et plastique, et élastiques en caoutchouc

La première étape consiste à entourer les boîtes ou leur couvercle avec les élastiques. Cette étape de préparation fait travailler la motricité fine et cela a beaucoup plu à ma Colombe (3ans et 3 mois). D’ailleurs pendant toute l’activité, elle n’a cessé de rajouter des élastiques, ce qui me pousse à me demander si ça n’est pas ce qu’elle a préféré !

Colombe place les élastiques sur la boîte

Ensemble de boîtes entourées d'élastiques pour jouer de la musique

Nous avons ensuite fait vibrer les élastiques, constatant la différence de tonalité en fonction de leur place sur la boîte, mais aussi la résonance différente en fonction de la profondeur de la boîte. La matière change également le son. Pour cette activité je n’ai choisi que 3 matières différentes (le métal, le plastique et le carton) car ma fille est encore jeune, mais avec des enfants plus vieux on peut multiplier les matières et les tailles de boîtes à l’envie. On peut même leur proposer d’aller explorer la maison afin de trouver eux-mêmes des boîtes  !

Nous avons pris du plaisir à comparer les sons, et Colombe va même vous présenter chaque boîte l’une après l’autre ! Vous remarquerez en fin de vidéo la boîte préférée de Colombe n’est pas celle qui produisait le plus joli son, mais celle sur laquelle elle parvenait à mettre les élastiques facilement !

 Même si nous n’avons pas vraiment joué de musique, nous avons fait remarquer à Colombe que la note change en fonction de la tension exercée sur l’élastique. Papa À Dada ! s’est même amusé à “accorder” la boîte de thé pour nous jouer “Au clair de la lune” !

 

L’activité, ma pris quelques minutes à mettre en place et ne m’a rien coûté puisque j’avais déjà tout à la maison, et pourtant elle a énormément plu à Colombe. Elle a beaucoup le travail de motricité, mais s’est aussi intéressée aux sons que produisaient les boîtes. Il a été difficile de laisser son activité pour aller dormir ce soir, et cela ne s’est fait qu’avec la promesse que l’on recommencerait demain !