12-18 mois

Jouer avec la nature – éditions Dunod

Publié le

Si vous me suivez depuis un moment, vous savez que j’aime découvrir la nature avec mes enfants, mais étant un pur produit de la ville, je ne suis pas toujours à l’aise dans ces activités. Alors aujourd’hui j’ai décidé de vous parler non pas d’une activité mais de tout un livre d’activités : Jouer avec la nature d’Elise Mareuil aux éditions Dunod. Il s’agit d’un livre très complet puisqu’en plus de proposer 70 idées d’ateliers d’éveil du jeune enfant (de 0 à 3 ans), il offre une véritable réflexion sur l’intérêt d’apprendre à nos enfants à se rapprocher de la nature.

Elise Mareuil, Jouer avec la Nature

Jouer avec la nature : une recommandation de nombreux pédagogues

Le livre s’ouvre sur une constatation : avec la désertification des campagnes, l’éducation donnée aux enfants s’est progressivement éloignée de la nature, et certains gestes du quotidien de nos grands-mères sont devenus pour nous et nos enfants des activités peu habituelles. Il y a pourtant de nombreux enjeux qui rendent indispensable la sensibilisation des nouvelles générations au respect de la nature. D’ailleurs, les pédagogues les plus reconnus n’ont cessé de prôner cette proximité de l’enfant et de la nature. Le livre nous offre donc un tour d’horizon des grands noms de la pédagogie et de leur manière d’aborder les choses.

Un livre très complet

Jouer avec la nature est un livre très complet qui incite à une véritable réflexion articulée autour de plusieurs thèmes :

  • La nature et nous
  • La nature de l’enfant
  • La nature et l’enfant
  • Des espaces-temps de découverte de la nature

Tout au long de ces réflexions, des ateliers en rapport avec le sujet sont proposés. Au fil des activités l’enfant découvrira la nature, mais aussi sa propre nature puisque de nombreuses activités ont pour but de stimuler ses sens et d’éveiller son corps. Enfin, certaines activités vont au-delà de la simple découverte de la nature et incite à une vie dans la nature (recyclage, cuisine bio…)

Les activités sont clairement expliquées, mais le livre contient aussi du matériel pour les mettre en place : des fiches détachables en couleur. Enfin, lorsqu’il faut du matériel qui n’est pas fourni dans le livre, celui-ci indique toujours un moyen de le fabriquer avec des éléments de récupération. Eh oui ! Ça serait contradictoire de sensibiliser ses enfants à la nature en les initiant en même temps à la surconsommation, alors la revalorisation est privilégiée !

Jouer avec la nature

Une activité nature à la maison

Découvrir la nature, c’est se promener en forêt ou au bord de la mer et observer l’environnement, c’est cueillir des fleurs et ramasser des feuilles mortes… Et les activités peuvent continuer à la maison. Avec nos fleurs et nos feuilles, nous faisons de beaux bouquets, nous nous en servons comme pinceaux, nous les observons en détails, ou tout simplement, nous les mettons dans un bac et nous jouons avec, librement ! Quel plaisir pour Petit O’ (23 mois) de pouvoir manipuler les feuilles, les déchirer, les écraser sans se soucier du bazar et des saletés que cela pourrait faire ! Et pour moi, finalement il a suffit d’un coup d’aspirateur pour que mon salon soit de nouveau propre !

Garçon joue avec des feuilles

Garçon joue avec des feuilles

Élise Mareuil, Jouer avec la nature, ed. Dunod
prix : 15,90 €

Save

Save

Amusez-vous – L’art est un jeu d’enfant

Publié le

« Dis Petit O’, tu te souviens du jour où maman avait mis une grande feuille de papier par terre, qu’elle avait sorti tous nos tubes de peinture et qu’elle nous avait dit : « amusez-vous » ?

– Ah oui ! Je me souviens ! C’était un peu bizarre ! Et même que maman, elle nous a retiré nos vêtements alors que d’habitude elle nous met des tabliers qui nous donne chaud. Elle était quand même super détendue ce jour-là !

-Oui, même qu’au début je n’avais pas bien compris ce qu’elle voulait qu’on fasse ! Je lui avais même demandé et tu te rappelles elle m’avait répondu : « Faites ce que vous voulez, vous êtes libre. Amusez-vous ».

-Bon bah moi au départ j’ai pris les pinceaux, parce que moi j’aime bien les pinceaux. Et j’ai peindu la feuille avec de la peinture !

-Petit O’, on dit j’ai peint.

-Ah. Bah n’empêche que c’était marrant mais c’est plus pratique quand on peint assis à une table parce que là j’avais les pieds sur la feuille et après je me mettais de la peinture dessus… Et puis je glissais aussi un peu, et ça j’ai pas aimé.

-Oui, mais moi ça m’avait donné une idée. J’ai demandé à maman si je pouvais mettre de la peinture sur mes pieds pour faire des empruntes. Et là j’ai été étonnée parce que maman a dit : « Vous faites ce que vous voulez. C’est vous qui choisissez ». Du coup je me suis quand même demandé si elle nous cachait pas quelque chose parce que normalement c’est jamais nous qui décidons !

-Ah bah ça Colombe t’as raison on décide jamais. D’ailleurs je ne sais pas pourquoi parce que nous on a des idées plus drôle que papa et maman. Si on décidais plus on s’amuserait plus ! Tient… Faut que je pense à leur en parler ! Et voilà Colombe, j’ai encore une bonne idée !

-Bah moi j’ai arrêté de demandé à maman ce que j’avais le droit de faire et je me suis occupée de peindre puisqu’elle voulait qu’on fasse tout tout seul. J’ai bien aimé m’en mettre partout, c’était rigolo !

-Moi j’ai bien aimé mélanger les couleurs et vider les pots de peinture.

-Oui, d’ailleurs t’avais mis trop de peinture et la feuille s’est déchirée.

-Et alors ? Je vois pas le problème. D’ailleurs j’ai pas aimé quand maman a changé la feuille. Comme tous les grands artistes je suis incompris. Alors je suis parti.

-Bah moi j’ai continué et puis c’était rigolo parce que je voulais faire des traces de pas en courant sur la feuille et maman, elle m’a aidé à le faire ! Dis Petit O’, tu t’es quand même amusé ?

– Oui, c’était rigolo, surtout au début.

-Et t’as vu Petit O’ ? Depuis qu’on a fait ça, maman elle a accroché nos grandes feuille à la maison. T’es peut-être pas si incompris que tu le penses ! »

Peindre avec des pinceaux

Peindre avec des pinceaux

Peindre avec ses pieds

Peindre avec ses pieds

Peindre sa main

Peindre avec sa main

Peindre librement

Empreintes de pas sur une feuille

Affiche : on ne met pas les pieds sur la table !

Cette activité est notre participation au rendez-vous « L’art est un jeu d’enfant » du blog Le pays des merveilles sur le thème libre « Amusez-vous ».

l-art-est-un-jeu-d-enfant1

Mother Goose Club – À tout bout d’chant !

Publié le

Dans la famille À Dada ! ça n’est pas un secret, nous adorons la musique. Nous aimons aussi les langues étrangères puisque nous en parlons plusieurs. Celle que j’ai envie de transmettre à mes enfants est l’anglais. C’est un peu cliché, mais c’est la langue internationale, celle qui leur permettra de se faire comprendre un peu partout dans le Monde. Comme ça n’est pas ma langue maternelle, il ne m’est pas toujours naturel de m’adresser aux enfants en anglais. En revanche je leur ai toujours chanté des comptines en anglais et lorsqu’ils regardent la télévision, ce ne sont quasiment que des émissions en anglais (principalement des programmes remplis de chansons). Je vous avais d’ailleurs présenté une sélection de chaînes musicales pour enfants sur Youtube, dont 2 étaient en anglais. Aujourd’hui pour le rendez-vous À tout bout d’chant du blog La Cour des Petits, j’ai envie de vous faire découvrir une chaîne Youtube découverte très récemment et qui a été un vrai coup de cœur pour toute la famille !

fr.pinterest.com

La chaîne s’appelle Mother Goose Club. Mother Goose (La mère l’Oie) est le nom donné à un personnage imaginaire qui serait à l’origine des comptines et histoires enfantines les plus populaires dans la culture britannique. Le Mother Goose Club est un groupe de personnages (incarnés par des enfants déguisés) parmi les plus importants de cette littérature (Little Bo Peep, Baa Baa sheep, Jack Be Nimble, Eep the Mouse…) et qui chante et danse sur les chansons qui parlent d’eux. Un peu comme si un enfant déguisé en Frère Jacques se mettait à chanter et danser sur cette chanson.
Les costumes sont très colorés et les petits acteurs sont plein d’entrain, ce qui donne un programme très gai et attractif !

La grande différence entre ce programme et les autres que nous regardons parfois, c’est que les airs ne sont ni arrangés, ni remixés. Mother Goose Club s’en tient à l’air original des chansons, celui que tout le monde connaît et que les parents ont appris dans leur enfance. Cela a deux avantages : il y a une vraie cohérence entre les chansons que j’ai chanté à mes enfants et ceux qu’ils entendent à la télévision, et cette simplicité permet de se concentrer sur la justesse du chant (parce que franchement les autres programmes proposes de belles images de synthèses mais le son n’est pas toujours très heureux…)
De plus, le programme étant joué par des enfants, il permet une identification entre le spectateur et les personnages. Ainsi, alors que Colombe n’a jamais chanté ces chansons (et ça n’était pas faute de les avoir entendues des centaines de fois), elle s’est enfin mise à chanter en anglais (bon, parfois c’est plus du yaourt que de l’anglais !).

Si vous voulez apprendre l’anglais à vos enfants, ou juste les familiariser avec les sonorités de cette langue, je vous conseille très vivement Mother Goose Club !

Logo-a-tout-bout-d-chant-petit

Les autres participations au rendez-vous ce moi-ci sont à retrouver ici :

DIY : notre boîte lumineuse

Publié le

boite_lumineuse_fleurs_plastique_paille

Depuis quelques temps, je vois passer sur différents blogs des boîtes lumineuses avec lesquelles les enfants peuvent jouer, et j’avoue qu’elles me faisaient très envie. Ces boîtes sont vraiment simples à fabriquer soi-même, et elles permettent de faire de très jolies réalisations. En effet, jouer avec la lumière et les couleurs est une activité fascinante pour les petits qui éveillent leurs sens, mais aussi pour les plus grands qui les redécouvrent ! Je me suis donc lancée et je vous montre comment !

Matériel :

  • un bac en plastique (j’utilise un bac « Trofast » de chez IKEA)
  • un grand morceau de carton
  • du papier aluminium
  • du papier cuisson (si le bac utilisé est transparent, le mien étant translucide je n’en ai pas eu besoin)
  • une guirlande lumineuse à piles

Réalisation :

Dans le grand morceau de carton, j’ai taillé une boîte aux dimensions de ma boîte en plastique (il faut que le carton rentre parfaitement dans la boîte comme sur la photo).

boite_lumineuse_envers

J’ai recouvert l’intérieur du carton avec du papier aluminium que j’ai fixé avec du scotch.

detail_diy_boite_lumineuse

DIY_boite_lumineuse

Il ne reste plus qu’à allumer la guirlande lumineuse, à la place dans le carton recouvert d’aluminium (de recouvrir avec une feuille de papier cuisson si la boîte en plastique est transparente) et de fermer le tout avec la boîte en plastique.

On peut alors jouer avec la lumière et avec les couleurs des objets transparents qu’on aura choisi. Et pas besoin de matériel compliqué, on fait avec ce qu’on a. Ici nous avons joué à tour de rôle avec :

Nos bouteilles sensorielles remplies d’eau colorées :

boite_lumineuse_bouteille_sensorielle

De simples pailles :

boite_lumineuse_pailles

Des jetons de loto transparents :

boite_lumineuse_jeton_transparents

boite_lumineuse_jetons_transparents

Des bracelets fluo :

boite_lumineuse_pile_bracelets

Et j’ai même utilisé les petites fleurs qui ornaient la guirlande lumineuse lorsque je l’ai achetée :

boite_lumineuse_fleurs_plastique

Ma Colombe et mon Petit O’ raffolent tous les deux de ce nouveau jeu. Chacun y joue à sa manière : Petit O’ (15 mois) observe les changements de couleurs des objets quand on les met à la lumière, alors que Colombe (3 ans) s’intéresse plus à la réalisation de motifs (bien souvent détruits par son petit frère malheureusement).

C’est toujours un plaisir de jouer avec cette boîte lumineuse. On baisse les stores afin de faire la pénombre dans la chambre, et l’atmosphère se fait apaisante. Les enfants restent à jouer calmement autour de la boîte. Chacun pose ses pièces, essaye de nouveaux objets pour voir ce que cela donne à la lumière. Les enfants sont généralement très calmes pendant de longues minutes. C’est une activité très agréable à partager avec eux, ou même pour les occuper pendant qu’on prépare le repas par exemple !

Save

Pâte à modeler au chocolat !

Publié le

Ce week-end c’est Pâques et si vous êtes aussi gourmand que moi, vous rêvez déjà à tout le bon chocolat que les cloches vont vous apporter ! C’est donc poussée par ma gourmandise, que j’ai eu l’idée de proposer aux enfants une petite activité manuelle. Exit les œufs à décorer, les petits poussins dessinés, les cloches sur lesquelles on colle des gommettes… Non, cette année, j’ai préparé de la pâte à modeler au chocolat !

Cette pâte à modeler au chocolat, j’en ai rêvé, et une fois que je l’ai faite, j’étais enchanté. Toute douce et avec son odeur sucrée… Je vous avoue tout, il m’arrive de prendre le pot dans la cuisine juste pour la sentir !

Les ingrédients :

  • 1 tasse de farine
  • 2 cuillères à café de bicarbonate de soude
  • 1/2 tasse de sel
  • 1 cuillère à café d’huile
  • 4 cuillère à soupe de chocolat en poudre (avec une forte concentration en cacao)
  • 1 tasse d’eau chaude

La recette :

Dans une casserole, mélangez tous les ingrédients jusqu’à obtention d’une pâte homogène (mais très collante). Faites chauffer à feu doux jusqu’à ce que la pâte se décolle de la paroi. Ôtez la casserole du feu et laissez refroidir : la pâte à modeler est prête ! La préparation ne prend pas plus de 10 minutes et on peut espérer garder cette plusieurs semaines (voire plusieurs mois) à condition de la ranger dans une boîte bien hermétique !

pate_modeler_chocolat_paques

Lorsque j’ai proposé à Colombe de faire de la pâte à modeler au chocolat, elle m’a répondu : « Mais maman, la pâte à modeler au chocolat, ça n’existe pas, c’est une blague ! ». C’est donc avec bonheur qu’elle a découvert ce plateau avec la fameuse pâte ainsi que quelques ustensile de pâtisserie rappelant Pâques.

atelier_pate_modeler_chocolat

Colombe a pâtissé, nous concoctant des gâteaux, des gaufres, des cupckaes…

patisser_pate_modeler_chocolat

rouleau_patisserie_chocolat_pate_modeler

realisations_pate_modeler_chocolat

Ce fut l’occasion pour Petit O’ de découvrir la pâte à modeler. Comme nous utilisons habituellement une pâte à modeler du commerce, et que Petit O’ a encore tendance à beaucoup mettre à la bouche, je ne le laisse pas jouer avec. Mais cette fois, je sais que tous les ingrédients de cette pâte à modeler sont sans danger (et pour cause, ce son des ingrédients avec lesquels je cuisine !), alors je l’ai laissé faire ! Et je l’ai même laissé goûter et il s’est vite rendu compte que le goût n’était vraiment pas plaisant !

decouverte_pate_modeler

De mon côté je n’ai pas su résister et j’ai aussi confectionné de petits gâteaux en pâte à modeler !

gateaux_pate_modeler_chocolat

Alors cette pâte à modeler vous tente ? Ici on est devenu fan et je crois qu’on va préparer plein de petits « gâteaux » avec ce week-end !

Module de motricité en carton

Publié le

Si vous me suivez sur Instagram, vous savez sûrement que lorsque le Père Noël est passé chez nous, il a oublié son traîneau.

traineau_renne_carton

Bon, je vais vous révéler la vérité, il ne s’agit pas vraiment du traîneau du Père Noël. En réalité, il est de tradition que Grand-Mère À Dada ! fabrique un jouet (généralement en carton) lorsque ses petits-enfants viennent passer les fêtes chez elle. Elle a déjà fabriqué un paquet cadeau géant, un théâtre de marionnette, un panier en tissus, et cette année, elle nous avait préparé ce traîneau !

Colombe a bien compris l’utilité du traîneau et a joué de longues heures à se faire tirer ou pousser par Grand-Mère, les copains, et même par Petit O’ !

Petit O’, lui, n’a pas bien saisi l’intérêt de rester assis et de se faire promener (Bah quoi, j’ai une poussette pour ça !) mais il a trouvé une utilité à ce traîneau et a joué avec pendant des heures. En effet, le traîneau est vite devenu module de motricité. Petit O’ s’est entraîné à monter sur le siège puis à en redescendre. Il l’a fait des dizaines de fois, sans jamais se lasser et toujours heureux de ses « exploits » ! Il s’amusait également à entrer et sortir du traîneau. Une fois à l’intérieur, il se servait des parois pour caler son dos, lâcher ses mains et essayer de tenir debout sans appui. Bref, ce simple jouet en carton a été une formidable occupation pour Petit O’ qui a d’ailleurs fait d’énormes progrès grâce à lui.

Petit O’ a ainsi appris à tenir debout sans appui, et surtout à se retourner systématiquement lorsqu’il descend les escaliers. Et aux vues de ces nombreux acquis ainsi que des heures de jeux que ce jouet lui a valu, j’ai décidé d’en fabriquer un autre pour la maison (nous n’avions pas suffisamment de place pour rapporter celui de Grand-Mère avec nous !).

Matériel nécessaire :

  • deux grands cartons carrés de même dimension (ou un grand rectangulaire)
  • un carton rectangulaire plus petit, dont la longueur est égale à largeur des grands cartons
  • du scotch résistant
  • un rouleau d’adhésif décoratif, type Vénilia

Réalisation :

J’ai pris les deux grands cartons et ai ouvert un côté sur chacun d’eux puis les ai fixés ensemble afin qu’ils forment un seul grand carton rectangulaire. J’ai relevé et scotchés les 3 rabats restants sur l’un des cartons et ai coupé ceux du deuxième carton, ainsi un côté présente un rebord haut et l’autre côté un rebord bas. J’ai taillé le rebord bas sur les côtés pour leur donner une forme de traîneau et former une petite ouverture par laquelle un bébé peut ramper.

premier_carton

deuxième_carton

carton_coupe

Pardonnez-moi pour la qualité des photos. Comme vous le voyez, j’ai fabriqué ce carton tard le soir, moment parfait pour ne pas être dérangée par les enfants, mais pas vraiment idéal pour prendre de belles photos !

Enfin, j’ai placé le petit carton contre le rebord haut du traîneau, l’ai scotché et recouvert de papier adhésif. L’opération nécessite beaucoup de scotch afin de bien fixer les cartons ensemble et solidifier la structure.

module_motricite_descend

 module_motricite_promontoire

module_motricite_debout

Petit O’ et Colombe ont beaucoup utilisé ce carton. Il a été leur traîneau, leur bateau, un trône de princesse, un promontoire pour faire des discours (ou regarder la télé, d’en haut on voit bien mieux !) et que sais-je encore… Et nous, parents, l’avons souvent utilisé pour stocker les jouets qui traînaient. Il est très solide puisqu’il n’a pas faibli, même lorsque les enfants lui tombait dessus ou que Colombe se mettait à sauter dessus, et cela depuis presque 2 mois que nous l’avons !

La seule précaution à prendre a été de caler le traîneau contre un objet lourd (par exemple contre le canapé ou contre la porte-fenêtre) pour qu’il ne bascule pas lorsque Petit O’ se mettait sur debout sur la marche. Mais très vite, Petit O’ a acquis un bon équilibre et cette précaution n’a plus été nécessaire (après une semaine ou deux d’utilisation).

Pour un très faible investissement, le jouet nous a garanti non seulement beaucoup d’acquisitions motrices pour Petit O’, mais aussi des heures de jeux et de rires pour nos deux enfants !

Signer avec bébé grâce à Kestumdis – Chut les enfants lisent

Publié le

Depuis quelques semaines, il se passe une chose étrange dans notre famille. Papa À Dada ! Colombe et moi nous sommes mis à parler en faisant de drôles de gestes.  Quant à Petit O’, il ne parle toujours pas, mais s’est mis à faire de grands jetés de bras dans tous les sens et surtout, il est bien attentif aux gestes de ses parents, et son regard s’illumine lorsqu’il en reconnaît certains. Non, nous ne nous sommes pas pris de passion pour la pantomime ! Nous avons tout simplement décidé de signer avec Bébé !

Eh oui, il y a quelques semaines, nous avons eu la chance de recevoir ce très joli imagier qui nous a permis cette découverte de la langue des signes avec Bébé.

imagier_quotidien_Kestumdis

Mon P’tit Vocabulaire, Le Quotidien est un bel imagier qui présente 37 mots du quotidien de Bébé, les signes associés et une explication de ces signes afin que les parents apprennent à les faire correctement. Il se présente sous forme de fiches reliées entre elles par un joli ruban. J’aime ce format original et solide qui permet au bébé de feuilleter l’imagier tout seul sans crainte qu’il ne l’abîme. Les illustrations sont simples, les couleurs sont très jolies et globalement cette imagier donne envie d’être feuilleté ! On sent qu’il a été conçu pour plaire tant à l’enfant qu’aux parents, et surtout on sent l’expérience de la maman qui se cache derrière cette réalisation.

reliure_imagier_kestumdis

bebe_kestumdis

La première fiche présente la langue des signes avec bébé comme « un truc tout simple que vous pratiquez déjà sans le savoir ! ». Et c’est vrai ! Qui n’a jamais fait « coucou » à son enfant pour lui dire au revoir ? Signer avec bébé répond au même principe, mais s’applique à beaucoup plus de situations. S’il nous est plutôt naturel de faire « coucou », ou même « bravo » pour féliciter, on n’associe pas facilement de geste à certains mots comme « jouer » ou « musique ». La langue des signes pour bébé reprend donc les signes de la LSF (Langue des Signes Française) afin que Bébé les associe à un mot et soit ensuite capable de faire comprendre ses besoins. L’enfant ne prend pas de retard sur le langage puisque l’adulte prononce chacun des mots qu’il signe, en revanche, il pourra exprimer ses besoins avant même d’avoir la capacité physique de parler. Et honnêtement, cela peut éviter de nombreuses crises, car on s’est tous déjà retrouvé démuni face à un bébé qui pleure sans parvenir à comprendre ce qu’il veut. Si les signes sont bien ceux de la LSF, il ne s’agit pas du tout d’apprendre cette langue avec son enfant puisque la grammaire et la syntaxe ne sont jamais évoquées. Lorsque l’enfant aura acquis la parole, il sera bien plus précis avec ses mots et abandonnera spontanément les signes.

Les autres fiches présentant les 37 mots et leur signe associé se présentent ainsi : d’un côté, une illustration du mot, de l’autre le mot est écrit en haut, une illustration d’enfant signant ce mot se trouve sur la gauche, et sur la droite on peut lire une explication du geste à faire, renforcée par un gros plan de ce geste. L’explication m’a toujours parue très claire, je n’ai donc jamais eu de mal à comprendre le signe que je devais faire.

fiches_imagier_kestumdis

La dernière fiche explique comment signer la comptine « Petit Escargot ». Les explications sont très claires, là encore, mais surtout le recto de la fiche présente le texte et la partition de musique. c’est un détail bien souvent oublié, mais quand on ne connaît pas l’air d’une comptine, on est bien embêté s’il n’y a pas de partition ! Bon, je vous l’accorde, tout le monde connaît « Petit Escargot »… quoique, non, on n’est pas obligé !

Lorsque nous avons reçu notre Mon P’tit Vocabulaire, Le Quotidien, je dois vous avouer ne pas avoir eu le temps de le feuilleter tant il a attiré ma Colombe ! Dès que je l’ai sorti de son enveloppe, Colombe s’est précipitée dessus et m’a dit : « C’est pour moi ! Je veux faire ça ! ». Je l’ai donc laissée le regarder tranquillement. L’imagier ne lui était pas destiné, mais puisqu’elle s’y intéressait je me suis dit que c’était l’occasion pour qu’elle s’implique avec nous dans cette aventure. Elle a commencé à me poser quelques questions. Je lui ai expliqué que puisque Petit O’ était encore trop petit pour parler, mais qu’on aimerait bien comprendre ce qu’il veut, on allait commencer à faire des gestes en parlant et que lorsque Petit O’ aura lui-même appris ces gestes, on arrivera mieux à le comprendre. Nous avons donc commencé à apprendre quelques signes toutes les deux. À presque 3 ans, reproduire les signes n’a pas été compliqué pour Colombe, mais elle a eu plus de mal à s’en souvenir. Pourtant le soir au moment du repas, elle a tenu à montrer quelques signes à son papa et lui a expliquer le concept de cet imagier. Kestumdis était entré dans la famille !

J’ai commencer à lire Mon P’tit Vocabulaire très régulièrement avec Petit O’, afin de nous entraîner à signer, mais aussi tout simplement parce que c’est un bel imagier ! C’est aussi un moment complice entre Petit O’ et moi (ou avec sa sœur quand elle lui fait la « lecture ») et qui donne parfois lieu à de gros fous rires. Le dernier en date : je signais le mot « gâteau » en tapant 2 fois sur ma mâchoire avec ma main. J’ai ensuite dit à Petit O’ : « À toi, tu le fais, tu signes gâteau ? ». Et Petit O’ en toute logique m’a mis de bons coups sur la joue avec sa petite main !

Après avoir bien lu l’imagier et m’être imprégnée des signes qui me paraissaient vraiment utiles dans notre quotidien, je me suis mise à signer en parlant. J’avoue que ça n’est pas encore un réflexe et il m’arrive d’oublier, surtout quand nous ne sommes pas à la maison. Mais chez nous, dans les gestes du quotidien, j’ai réussi à intégrer quelques signes. Petit O’ fait parfois de grands gestes essayant de m’imiter, mais ça n’est jamais très précis et surtout, il le fait toujours par imitation et ne signe pas encore spontanément pour se faire comprendre. Mais j’ai remarqué qu’il réagissait plus clairement aux signes que je fais qu’à mes paroles. Si je lui propose un gâteau, il me dit généralement « non » (parce qu’en fait il ne sait pas prononcer « oui », alors il dit toujours « non »). Mais si je lui propose tout en signant le mot « gâteau », il se met à sourire et me répond « Gaga ! » (eh oui, il répond à mes signes par des mots, comme quoi ça n’entraîne pas de retard de langage !). Signer nous aide donc déjà dans la compréhension de notre petit bonhomme !

Je n’ai pas encore beaucoup de recul et je ne sais pas si mon petit garçon signera avant de parler (mais quelque chose me dit qu’il aime bien nos petites « chorégraphies » et qu’à force de nous imiter il va certainement y parvenir). Mais mon expérience m’a convaincue de l’utilité de signer avec Bébé. Je vais peut être essayer de participer à des ateliers, et pour un futur bébé (non, rien à l’horizon encore !) je sais que je commencerai à signer plus tôt !

bebe_lit_kestumdis_canard

bebe_lit_kestumdis

Pour lire un témoignage qui a plus de recul que le mien, je vous invite à découvrir celui de mon amie du blog L’Esprit vient en Jouant, qui décrit son témoignage avec humour et tendresse !

Et si vous êtes intéressés par cet imagier, allez vite découvrir La Boutique du Bébé Signeur. Vous y trouverez aussi d’autres articles comme un imagier du Monde Animal ou un carnet de bord du bébé signeur pour noter tous les progrès de son petit et garder un beau souvenir de cette période ! N’hésitez pas à aller faire un tour sur le site Kestumdis où vous trouverez de nombreuses informations sur le concept et ses avantages, des témoignages de parents « signeurs » ainsi que les dates et lieux des prochains ateliers organisés par Nathalie, qui est à l’origine de Kestumdis.

Je tiens à remercier Nathalie qui nous a offert Mon P’tit Vocabulaire, Le Quotidien, qui aura été pour nous une belle introduction à la langue des signes avec bébé, et qui marque sans nul doute le début d’une belle aventure !

Cet article participe au rendez-vous « Chut les enfants lisent » organisé par Yolina de Devine qui vient bloguer ?

âge de Petit O' quand nous avons commencé à signer : 11 mois 
âge de Petit O' aujourd'hui : 13 mois

Notre petit jardin zen – bac sensoriel – Voyageons Ludique

Publié le

voyageons-640x640

Comme promis pour le rendez-vous Voyageons Ludique, nous allons parcourir l’Asie et aujourd’hui je vous emmène au Japon.

C’est en regardant cet épisode de Mouk intitulé « Le jardin Japonais » que j’ai eu l’idée de présenter à Colombe un bac sensoriel reprenant le concept de ces jardins.

Au Japon, les jardins zen sont des espaces de contemplation. Constitués essentiellement de minéraux et de quelques végétaux, ce sont des jardins secs. L’eau est symbolisée par les sillons tracés par des râteaux.

Avec très peu de moyen, j’ai reproduit un jardin zen dans notre bac sensoriel.

Matériel nécessaire :

  • un bac en plastique
  • un kilo de semoule
  • un petit râteau
  • quelques végétaux (ici du bambou coupé sur ma terrasse et un sapin Playmobil)
  • quelques pierre ou objet rappelant le Japon (ici un Maneki Neko, le chat qui dit bonjour)

materiel_bac_jardin_japonais

Activité :

J’ai présenté à Colombe le bac déjà rempli et aménagé comme un jardin zen. Je lui ai expliqué rapidement le concept qu’elle connaissait déjà du dessin animé et lui ai laissé les outils pour qu’elle aménage son propre espace.

bac_jardin_japonais

bac_maneki_neko

bambou_bac_jardin_japonais

Ma Colombe s’est alors emparée du râteau et a modelé l’espace en traçant des sillons comme je l’avais fait, mais aussi en écartant de grandes pelletées de semoule.  Elle a aimé prendre la semoule à pleines mains et a essayé de remplir le petit chat (qui en fait est une tirelire). En créant des ruisseaux et des montagnes, nous avons fait fonctionné notre imagination et appris un peu de vocabulaire.

bac_jardin_zen

bac_jardin_zen_rateau

bac_jardin_japonais_action

Et comme la semoule ne présente aucun danger, une fois les éléments fragiles enlevés, Petit O’ a pu lui aussi profiter de ce bac. Le bac de semoule est un bon jeu de manipulation qui plaît généralement beaucoup aux petits ! Et pour tout vous avouer, moi-même j’aimerais bien plonger les mains dedans, pas vous ?

Bac sensoriel de Noël

Publié le

J’avais envie de proposer à Colombe (2 ans 1/2) et Olivier (11 mois) une activité qu’ils pourraient partager. Je me suis donc tournée vers le bac sensoriel et bien évidemment j’ai choisi le thème de Noël !

bac_sensoriel_noel

Dans une caisse en plastique, j’ai disposé :

  • une guirlande coupée en petits morceaux (afin que les enfants ne puissent pas s’étrangler avec)
  • quelques boules de Noël en plastique dont j’ai retiré l’attache (afin qu’il n’y ai aucune petite pièce détachable)
  • un sapin et un Père Noël lumineux
  • un renne en peluche
  • du fil chenille aux couleurs de Noël
  • Une étoile (celle que je mets au sommet du sapin habituellement)

bac_boules_guirlandes

Les enfants ont aimé découvrir les différents éléments, chacun menant ses découvertes de son côté d’abord. Petit O’ s’est emparé de l’étoile, seul élément qui dépassait du bac. Il a aussi beaucoup aimé les boules de Noël. Leur côté brillant l’a certainement attiré, ainsi que la forme ronde qui permet une bonne prise en main. Son jeu préféré a été de taper 2 boules l’une contre l’autre (heureusement qu’elles sont résistante !). Il a aussi aimé jouer avec les morceaux de guirlande.

bac_sensoriel_noel_etoile

  bebe_boules_noel

Colombe a aimé le Père Noël et le sapin lumineux. Elle s’est amusée à le allumer et à les éteindre, et a adoré le fait qu’ils changent de couleur.

bac_pere_noel

bac_renne_sapin

Elle a alors décidé de décorer le sapin, puisque depuis que nous avons décoré le vrai sapin, elle sait que Père Noël n’oubliera jamais une maison avec un sapin bien décoré ! Elle a tenter d’entourer le sapin de fil chenille, Petit O’ lui a tendu des morceaux de guirlande, et nous avons posé l’étoile au sommet.

decor_sapin

decor_sapin_guirlande

bac_noel_sapin_etoile

Petit O’ a continué ses manipulations tranquillement. De mémoire il s’agit de son premier bac sensoriel (ceux que je fais généralement pour Colombe contiennent des petits éléments dangereux pour lui comme ici ou ici) et c’est une réussite ! Malgré ses 11 mois, Petit O’ a joué aussi longtemps que sa grande sœur. Il faut dire qu’à vider et remplir le bac on est bien occupé !

bac_noel_etoile_sapin

Colombe aussi a beaucoup aimé ce bac et a pris la décoration du sapin très au sérieux ! Vers la fin du jeu, elle est allée spontanément chercher son Bilibo pour y disposer quelques décoration. Puis elle a joué à faire rouler les boules à l’intérieur en faisant des mouvements circulaires.

bilibo_noel

bilibo_boules_noel

J’ai laissé le bac à disposition des enfants pendant plusieurs jours (en retirant les fils chenilles qui me paraissaient dangereux pour un jeu sans surveillance) et les enfants y sont retournés régulièrement. L’appartement brillait de mille feux grâce aux petits bouts de guirlande qui se déposaient un peu partout ! Mais une fois il bac rangé il a suffit d’un coup d’aspirateur pour que tout soit comme avant !

Voilà donc une occupation que je vous recommande pour vos petits pendant ces vacances. À peu de frais, elle les gardera bien sage en attendant le Père Noël !

Léger comme une plume – L’art est un jeu d’enfant

Publié le

l-art-est-un-jeu-d-enfant

Quand j’ai appris le thème de L’art est un jeu d’enfant du mois de décembre, j’ai tout de suite été inspirée !

Léger comme une plume

Je ne sais pas si c’est la légèreté ou la douceur qui m’attirait, mais ce sujet m’a bien plu !

Pour l’activité réalisée avec Colombe, j’ai voulu commencer les décorations de Noël et lui ai proposé de faire des attrapes-soleil composés de plumes blanches.

Matériel nécessaire :

  • Des assiettes en carton
  • du papier autocollant transparent (celui qu’on peut utiliser pour recouvrir des livres)
  • quelques petites étoiles à l’effet irrisé

Pour cela, j’ai découpé un cercle dans des assiettes en carton et j’y ai fixé du papier autocollant transparent. Dans une autre assiette, j’ai disposer quelques plumes et des petites étoiles.

plume_etoiles_assiette

Après avoir brièvement expliqué à ma Colombe qu’elle devait coller les plumes et les étoiles sur le papier autocollant, elle s’est mise au travail.

plumes_etoiles_assiette

attrape_soleil_plume_fini

J’ai ensuite recouvert le papier autocollant d’un autre papier transparent (et quand on voit les bulles que j’ai laissé, on se dit que j’ai bien fait d’acheter une plastifieuse !), et j’ai collé nos attrapes-soleil sur nos fenêtres !

attrapes_soleil_plumes

attrape_soleil_plume

Alors, que pensez-vous du résultat ?

Comme j’avais envie que mon Petit O’ commence à participer à ce rendez-vous artistique, je lui ai proposé un petit sac sensoriel fait à l’image de ces attrapes-soleil.

Matériel nécessaire :

  • une pochette plastique
  • du scotch résistant
  • quelques plumes
  • des petites étoiles à l’effet irrisé

Après avoir mis plumes et étoiles dans la pochette, j’ai scellé celle-ci bien solidement et l’ai confié à mon petit garçon pour qu’il touche, écoute et observe…

sac_sensoriel_plumes1

sac_sensoriel_plumes

Ce mois de décembre commence donc sous le signe de la légèreté, de la blancheur et de la pureté. Je vous souhaite donc à tous une belle période de l’Avent et une joyeuse préparation des fêtes de fin d’année !