24-36 mois

Mobile Stalactite – L’art est un jeu d’enfant

Publié le

Ce mois-ci le thème de L’art est un jeu d’enfant, le rendez-vous artistique du blog Le Pays des Merveilles est « Aglagla il fait froid ». Le thème est bien d’actualité car la France vient de subir une importante vague de froid qui n’a épargné personne. Si si, je vous assure, même ici sur la Côte d’Azur, les températures sont descendues en-dessous de 0°. Nous n’avons pas eu de neige près des côtes, mais les plans d’eau étaient bels et bien gelés. D’ailleurs, voir les poissons nager dans leur bassin sous un couche de glace a généré un grand intérêt pour Colombe (4 ans) et Petit O’ (2 ans). J’ai alors voulu mener l’expérience des guirlandes de glaçons trouvée chez Maman Nougatine, mais je m’y suis prise un peu tard et le redoux était déjà le redoux était déjà là ! Il me fallait donc trouver une nouvelle idée pour le rendez-vous, et de toute évidence, je ne pouvais plus profiter de la météo (vous ne rêvez pas, je suis bien en train de me plaindre des températures plutôt douces de ces derniers jours… ). C’est alors que j’ai trouvé l’idée de ce mobile stalactite chez Kids Craftroom qui me paraissait très simple à faire pour un résultat très joli !

Stalactites en aluminium

Mobile stalactite en aluminium

Le matériel

J’ai un peu changé la manière de faire car (pour une fois) je ne souhaitais pas mettre de paillettes sur cette activité (ok, je n’avais pas envie de ramasser des paillettes partout une fois le mobile accroché !). Mais ce que j’ai apprécié dans cette idée c’est qu’elle est facilement réalisable avec du matériel qu’on a tous à la maison !

  • du papier aluminium
  • de la peinture bleu et des pinceaux
  • du fil
  • une branche ou un morceau de bois pour servir de base au mobile.
  • un ruban
  • un tuteur

préparation des stalactites à peindre

La réalisation

Avant de proposer l’activité aux enfants, j’ai découpé 5 morceaux de papier aluminium que j’ai ensuite pliés de manière à former un cône.

plier une feuille d'aluminium pour en faire un stalactite

Puis j’ai proposé aux enfants de peindre ces cônes d’alu avec la peinture. Colombe (4 ans) s’est appliquée à mettre beaucoup de peinture partout et y a passé beaucoup de temps alors que je pensais qu’elle serait plus rapide que son frère. Petit O’ (2 ans) lui était plutôt dans la découverte. Il a bien observer la peinture qui se déposait sur l’aluminium, a essayé de peindre différents endroits du cône pour voir si les sensations étaient les mêmes. Puis il a constaté qu’il avait de la peinture sur les mains et a décidé d’en rajouter un peu et de peindre la tablette de sa chaise haute.

Ma fille peint son stalactite d'aluminium

Mon fils peint son stalactite

Mon fils essaye de transperser sa feuille d'aluminium

Mon fils peint la tablette de sa chaise haute

Une fois les cônes peints, il m’a suffit de replier l’extrémité la plus large sur un fil accroché à la branche qui sert de support au mobile. J’ai ajouté un ruban à la branche pour suspendre le mobile et je l’ai accroché sur un tuteur avec du washi tape et je l’ai posé dans les bacs de plantes sur mon balcon.

Fixation de notre mobile stalactite

La déco de mon balcon

La déco de mon balcon

Mobile stalactite en aluminium

Mobile stalactite en aluminium

Dans une ambiance coloré notre mobile apporte un peu de lumière à la décoration de notre terrasse, pour le plus grand bonheur de Maurice (notre nain de jardin) et de Rosy (notre flamant rose) ! Alors, vous aimez ?

Toute ressemblance avec un personnes existantes ou ayant existé ou pas, et ayant la capacité de recouvrir la terre de neige en plein été est purement fortuite.

 

L'art est un jeu d'enfant

Bac sensoriel de la Reine des Neiges – Voyageons Ludique

Publié le

Ce mois-ci, le rendez-vous Souris… Maman, nous proposait d’explorer les neiges éternelles pour son rendez-vous Voyageons Ludique. Le choix de l’activité s’est imposé de lui-même car pour Noël, Colombe a reçu une boîte de figurines de la Reine des Neiges ! Comme les enfants jouent toujours beaucoup avec les bacs sensoriels que je leur propose, j’ai décidé de leur proposer ce jeu sous la forme de bac, comme je l’avais fait pour Le monde de Némo. Alors certes, les neiges de la princesse Elsa ne sont pas éternelles, mais pour cette fois j’avais plus envie de faire plaisir à mes enfants, plutôt que de tenter de leur inculquer des notions de géographie ! Alors voici notre bac sensoriel de la Reine des Neiges !

Bac sensoriel de la Reine des Neiges

J’ai recouvert le bac d’un morceau de ouatine pour faire la neige. Le château d’Elsa est symbolisé par quelques arcs de notre tout nouvel arc-en-ciel de Grimms (Père Noël a été généreux). Sur le « sol » j’ai parsemé quelques uns de nos galets brillants dont les couleurs vont parfaitement dans le thème ! Pour les blocs de glace que Kristof découpe au départ, j’ai posé quelques glaçons en plastique (je ne les ai pas fait congeler avant car mes petits n’aiment généralement pas manipuler des objets froids). Enfin, pour créer un lac gelé, j’ai recouvert un morceau de carton avec du papier aluminium.

Bac sensoriel de la Reine des Neiges

Guimauve content de son bac sensoriel

Olaf

Kristof et Sven

Comme à chaque fois que je leur prépare un bac sensoriel, Colombe (3 ans 1/2) et Petit O’ ( 2 ans) étaient ravis ! Ils se sont inventé de nombreuses histoires, ont rejoué l’histoire originale et ont recréé des amitiés entre les personnages. Tout cela entrecoupé d’assauts de Guimauve (oui, le monstre de la Reine des Neiges s’appelle « Guimauve », j’ai vérifié !) interprété par la douce voie de Petit o’ : « Bouaaaaaargh ! »

Si vous cherchez d’autres idées pour faire un bac sensoriel de la Reine des Neiges, je vous conseille d’aller voir celui du blog Humeurs Créatives.

Save

Save

Des galets brillants à observer à la lumière

Publié le

Ce mois-ci, le thème du rendez-vous L’Art est un jeu d’enfant du blog Le Pays des Merveilles était : « Tout ce qui brille » ! Bien évidemment, ce qui brille nous inspire beaucoup ici, d’ailleurs je le dis souvent : « Les paillettes c’est la vie ! ». Il restait donc à trouver une idée d’activité. J’ai décidé de fabriquer des galets brillants à observer avec notre boîte lumineuse. Cette boîte est mon alliée pour les temps calmes car observer les objets sous sa douce lumière apaise les enfants. Pour varier les plaisirs et stimuler l’attention des enfants, je change souvent d’objets à observer (des idées ici) et quoi de plus captivant que des objets brillants ! J’ai donc sorti les paillettes et le pistolet à colle et Colombe (3 ans 1/2) et moi nous sommes mises au travail !

Nous avons utilisé deux techniques différentes pour faire nos objets à observer. La première consistait à décalquer une forme (sur du papier cuisson), la peindre avec de la colle pailletée, puis la recouvrir avec la colle chaude du pistolet à colle. Décalquer a été un véritable exercice pour Colombe qui s’est parfois heurtée à des formes encore un peu complexes (et surtout longues à faire) comme le flocon de la photo (que nous n’avons d’ailleurs pas terminé !).

Décalquer un motif

Mais elle s’est bien débrouillée pour réaliser ce papillon que je vous montre en court de réalisation, puis une fois terminé. Je précise que jamais Colombe n’a touché au pistolet à colle car elle est encore bien trop jeune. De mon côté j’ai réalisé une montagne dont j’apprécie le relief (le papier cuisson gondolait lorsqu’on posait la colle pailletée)

papillon dessiné avec des paillettes

Papillon et paillettes observé sur une boîte lumineuse

Montagne pailletée

La deuxième technique est bien plus simple puisque sur du papier cuisson Colombe posait des petits flocons et des étoiles brillants (initialement il s’agissait de décorations de table), puis elle versait des paillettes, et par dessus je formais des petits galets avec le pistolet à colle.

verser des paillettes sur une feuille

paillettes et flocons

galets brillants observés sur une boîte lumineuse

galets brillants à la lumière du soleil

Nous avons maintenant une belle collection de petits galets à observer, mais aussi pour jouer et construire des univers (ne me dites pas que vous n’avez pas fait le rapprochement entre la couleur de mes paillettes et la Reine des Neiges !), ou juste à faire briller à la lumière du soleil !

Save

Save

Des pommes de pin pour le sapin

Publié le

Nous continuons nos décorations de Noël maison et cette fois, c’est la nature qui m’a inspirée. Sur le chemin de l’école, nous croisons de nombreux pins et bien évidemment, nous ramassons souvent des pommes de pin ! Alors je me suis dit que cela pourrait être joli de décorer le sapin avec des pommes de pin ! J’ai donc sorti le matériel de peinture et nos plus jolies paillettes et Colombe (3ans 1/2) et moi (non, je ne vous dirai pas mon âge !) nous sommes mises au travail !

Peinture, paillettes et pommes de pin

Je n’ai donné aucune consigne précise à Colombe et l’ai laissée peindre les pommes de pin, les épines, et les branches comme elle le voulait. Je me suis installée près d’elle et nous avons commencé à peindre toutes les deux. J’ai choisi la peinture de chez IKEA pour ses couleurs vives, mais elle ne tiendra sûrement pas très longtemps sur nos pommes de pins et il est peu probable qu’on les conserve. J’ai commencé par des couleurs traditionnelles comme l’argent et le doré. Puis j’ai laissé parlé ma créativité et j’ai fait une pomme de pin arc-en-ciel (et rose sur l’envers) qui me plaît beaucoup. Colombe l’a trouvé « très jolie, mais tu fais toujours des arcs-en-ciel toi ».

Peindre une pomme de pin en doré

Pomme de pin arc-en-ciel

Pomme de pin rose

Colombe a préféré les paillettes à la peinture (parce que c’est bien connu, plus il y a de paillettes, plus c’est joli !). Elle a donc étalé des paillettes violettes et argentées sur ses pommes de pin.

Pommes de pin pailletées

Après une petite séance de peinture de 45 minutes (pour 6 pommes de pin), nous les avons laissé sécher 24h puis nous les avons mises dans notre sapin, et voilà le résultat !

Pomme de pin doré dans le sapin

Pomme de pin pailletée dans le sapin

Sapin décoré de pommes de pin et de rouleaux de papier toilette !

Alors, ça vous plaît ? J’avoue que j’adore ma pomme de pin arc-en-ciel !

Et si vous brûlez d’envie de découvrir le tuto pour réaliser des décorations de Noël en rouleaux de papier toilette, c’est ici !

Save

Save

Save

Jouer avec la nature – éditions Dunod

Publié le

Si vous me suivez depuis un moment, vous savez que j’aime découvrir la nature avec mes enfants, mais étant un pur produit de la ville, je ne suis pas toujours à l’aise dans ces activités. Alors aujourd’hui j’ai décidé de vous parler non pas d’une activité mais de tout un livre d’activités : Jouer avec la nature d’Elise Mareuil aux éditions Dunod. Il s’agit d’un livre très complet puisqu’en plus de proposer 70 idées d’ateliers d’éveil du jeune enfant (de 0 à 3 ans), il offre une véritable réflexion sur l’intérêt d’apprendre à nos enfants à se rapprocher de la nature.

Elise Mareuil, Jouer avec la Nature

Jouer avec la nature : une recommandation de nombreux pédagogues

Le livre s’ouvre sur une constatation : avec la désertification des campagnes, l’éducation donnée aux enfants s’est progressivement éloignée de la nature, et certains gestes du quotidien de nos grands-mères sont devenus pour nous et nos enfants des activités peu habituelles. Il y a pourtant de nombreux enjeux qui rendent indispensable la sensibilisation des nouvelles générations au respect de la nature. D’ailleurs, les pédagogues les plus reconnus n’ont cessé de prôner cette proximité de l’enfant et de la nature. Le livre nous offre donc un tour d’horizon des grands noms de la pédagogie et de leur manière d’aborder les choses.

Un livre très complet

Jouer avec la nature est un livre très complet qui incite à une véritable réflexion articulée autour de plusieurs thèmes :

  • La nature et nous
  • La nature de l’enfant
  • La nature et l’enfant
  • Des espaces-temps de découverte de la nature

Tout au long de ces réflexions, des ateliers en rapport avec le sujet sont proposés. Au fil des activités l’enfant découvrira la nature, mais aussi sa propre nature puisque de nombreuses activités ont pour but de stimuler ses sens et d’éveiller son corps. Enfin, certaines activités vont au-delà de la simple découverte de la nature et incite à une vie dans la nature (recyclage, cuisine bio…)

Les activités sont clairement expliquées, mais le livre contient aussi du matériel pour les mettre en place : des fiches détachables en couleur. Enfin, lorsqu’il faut du matériel qui n’est pas fourni dans le livre, celui-ci indique toujours un moyen de le fabriquer avec des éléments de récupération. Eh oui ! Ça serait contradictoire de sensibiliser ses enfants à la nature en les initiant en même temps à la surconsommation, alors la revalorisation est privilégiée !

Jouer avec la nature

Une activité nature à la maison

Découvrir la nature, c’est se promener en forêt ou au bord de la mer et observer l’environnement, c’est cueillir des fleurs et ramasser des feuilles mortes… Et les activités peuvent continuer à la maison. Avec nos fleurs et nos feuilles, nous faisons de beaux bouquets, nous nous en servons comme pinceaux, nous les observons en détails, ou tout simplement, nous les mettons dans un bac et nous jouons avec, librement ! Quel plaisir pour Petit O’ (23 mois) de pouvoir manipuler les feuilles, les déchirer, les écraser sans se soucier du bazar et des saletés que cela pourrait faire ! Et pour moi, finalement il a suffit d’un coup d’aspirateur pour que mon salon soit de nouveau propre !

Garçon joue avec des feuilles

Garçon joue avec des feuilles

Élise Mareuil, Jouer avec la nature, ed. Dunod
prix : 15,90 €

Save

Save

Le jeu du chef d’orchestre- À tout bout d’chant

Publié le

Chaque mois, le blog La cour des Petits nous propose de participer à son rendez-vous « À tout bout d’chant » autour de la musique. Cela fait quelques temps que je n’avais pas participé faute de temps, mais ce mois-ci j’avais envie de vous partager un petit jeu simple, sans préparation préalable et à faire avec le matériel qu’on trouve sous la main : le jeu du chef d’orchestre.

Matériel nécessaire

Il n’y a pas de matériel strictement nécessaire pour le jeu du chef d’orchestre puisqu’on peut y jouer en tapant des mains, en sifflant ou en fredonnant. Mais on peut aussi se servir d’un xylophone, d’un tambourin (ou tout autre objet en guise de tambour). Si l’enfant joue d’un instrument, pourquoi ne pas l’utiliser (si l’adulte en joue aussi, chacun jouera à tout de rôle, sinon l’adulte peut fredonner).

nos instruments de musique

Le jeu du chef d’orchestre

L’adulte se met face à l’enfant et produit une combinaison formant un petit rythme ou une série de notes. Quand l’adulte a terminé, l’enfant tente de reproduire le rythme ou les notes (ou même les deux). Le niveau de difficulté augmente en fonction de ce que l’on attend de l’enfant. S’il est très jeune, on peut lui faire suivre un rythme, s’il est plus vieux et qu’il connaît un peu la en musique il peut tenter de reproduire les notes après avoir regardé l’adulte jouer. Et si son niveau en musique est vraiment bon, il peut reproduire une série de notes qu’il a juste entendues.

On peut demander à l’enfant de reproduire un rythme ponctuellement ou bien de le reproduire en boucle. Alors l’adulte lui fera un signe lorsqu’il devra s’arrêter, et même un signe pour reprendre.

faire du tamtam sur les Bilibo

Les bénéfices du jeu du chef d’orchestre

Ce jeux permet d’apprendre le rythme et entraîne l’oreille musicale de l’enfant. Mais globalement c’est surtout un exercice d’écoute, de concentration et d’observation. Il apprend également à l’enfant à obéir à une consigne et à s’arrêter lorsqu’on lui demande, ce qui le prépare à la vie de l’école (les enseignants de vos enfants vous remercieront d’avoir joué à ce jeu).

On peut jouer au jeu du chef d’orchestre à la maison avec des instruments, mais aussi dans le bus ou dans une salle d’attente à condition de ne faire que des petits bruits de bouche discret ou de taper doucement dans ces mains. D’ailleurs, jouer à ce jeu dans ces différents contexte apprend à l’enfant que si l’on peut parfois faire du bruit, il faut aussi rester discret à d’autres moments ! C’est un jeu auquel ma Colombe (3 ans 1/2) aime jouer. Je lui ai proposé l’année dernier parce que je constatait qu’elle avait parfois du mal à être attentive pendant son cours de musique. Elle exécutait les exercices, mais ne regardait pas toujours le professeur et oubliait parfois de s’arrêter. Depuis qu’on y joue, j’ai remarqué des progrès au niveau de son attention, mais aussi du sens du rythme. Aujourd’hui j’y joue avec Petit O’ (21 mois) aussi. Il a beaucoup plus de mal à s’arrêter quand je lui demande, mais l’exercice de rythme lui plaît beaucoup !

Et vous, vous connaissez des jeux liés à la musique ?

Autres participations au rendez-vous ce mois-ci :

Les idées du samedi : DIY instruments de musique et concert de légumes

La Cour des petits : Mon grand livre-disque des comptines

Mamoumi : Amawolé

Save

Save

Observer les feuilles avec la boîte lumineuse

Publié le

Depuis que Colombe a commencé l’école nous avons eu beaucoup moins de temps pour nos activités manuelles, mais il nous a fallu trouver des activités calmes et apaisantes à faire en fin de journée. Sur le chemin de retour vers la maison, Colombe ramasse toutes sortes de feuilles et de petites fleurs qu’elle met dans un panier en osier parce que les premières fois nous en avions plein les mains et ça n’était vraiment pas pratique. Notre collection de feuilles et de fleurs a vite été conséquente et j’ai eu envie d’en faire quelque chose. J’ai alors pensé à notre boîte lumineuse et je me suis dit que ça pourrait être sympa d’observer les feuilles avec !

Petit panier en osier pour ramasser des feuilles et des fleurs

Feuilles et fleurs sur une boîte lumineuse

 J’avais un peu peur que les feuilles et les fleurs ne s’abîment vite et c’est en lisant l’article « Notre equinoxe d’automne » chez Maman Nougatine que j’ai remarqué qu’elle avait plastifié des feuilles pour que sa fille les observe. J’ai donc fait chauffer ma plastifieuse (un super investissement que je ne regrette pas) et j’ai protégé nos belles fleurs et nos belles feuilles. Je n’ai pas pris la peine de les faire sécher avant, alors je ne sais pas comment elles évolueront dans le temps. Nous verrons bien, et au cas où j’ai mis quelques feuilles des mêmes espèces à sécher dans un gros livre. Et dans ce gros livre, quelle surprise de retrouver de nombreux pétales de rose déjà séchés que je me suis empressée de plastifier ! Finalement le résultat n’est pas vilain, sauf pour les fleurs un peu épaisses (les pâquerettes par exemple) qui s’écrasent complètement et s’étalent sous le plastique (non ça n’est vraiment pas joli !).

Observer des feuilles occupe beaucoup ma Colombe qui remarque les nervures des feuilles et tous les autres détails.

observer une fleur à la table lumineuse

Observer une fleur à la table lumineuse

observer une feuille à la table lumineuse

Observer une feuille de chêne à la table lumineuse

observer des feuilles à la table lumineuse

Mais cette activité ne réside pas que dans l’observation ! Colombe a mélangé les éléments pour varier les couleurs. Elle a aussi essayé de faire des visages rigolos et je lui ai fait découvrir les mandalas.

fleurs-table-lumineuse-observation

feuilles-fleurs-table-lumineuse-visage

madala-fleurs-feuilles-table-lumineuse

Observer les feuilles et les fleurs nous plaît beaucoup. Elle est reposante et permet à Colombe de s’apaiser après une longue journée d’école ! Et bien sûr nous ramassons toujours des fleurs et des feuilles en rentrant de l’école afin d’enrichir notre collection !

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Jouer à coller et décoller du washi tape

Publié le

J’ai l’impression que cela fait une éternité que je n’ai pas proposé d’activité pour les enfants sur le blog ! Il faut dire que depuis la rentrée des classes notre rythme a bien changé et qu’avec la fatigue, nous privilégions la lecture ou le jeu « libre » à la maison. Mais mon Petit O’ (20 mois) est tout de même en demande car il passe beaucoup de temps seul maintenant. C’est en le voyant essayer de décoller méticuleusement le washi tape qui fixe les dessins sur les murs de la chambre que j’ai eu l’idée de cette activité !

plateau rempli de washi tape à coller et décoller

Le matériel :

  • un plateau en plastique
  • du wahi tape, plein de rouleaux différents pour varier les couleurs et les motifs

Le Jeu :

Lorsque j’ai proposé ce plateau à Petit O’, il se l’est approprié tout de suite. Enfin, juste le temps d’un petit regard approbateur de ma part car c’est paradoxale de lui interdire de toucher au washi tape sur les murs et de lui permettre sur ce plateau. Il a tout de suite essayé de décoller les premiers scotch, et y est parvenu sans problème !

coller et décoller du washi tape

Il a alors voulu recoller les morceaux de washi tape sur le plateau, mais la tâche s’est avérée bien plus difficile ! Il posait le morceau sur le plateau, mais bien évidemment le morceau restait collé à son doigt. Il a alors essayé de le passer d’une main à l’autre puis de le reposer sur le plateau, mais ça n’était pas non plus très concluant. Finalement, après plusieurs minutes de concentration (il m’a impressionnée !) il a attrapé les 2 extrémités du morceau de washi tape et l’a coller délicatement sur le plateau ! Il fallait voir la satisfaction dans son regard après ça et dans mon regard l’admiration béate de la maman complètement gaga !

coller et décoller du washi tape

coller et décoller du washi tape

coller et décoller du washi tape

coller et décoller du washi tape

Ce jeu l’a bien occupé et il y a passé 20 bonnes minutes la première fois (et un peu moins les fois suivantes). Colombe (3 ans 1/2) a aimé aussi jouer avec le plateau, même si elle finissait souvent par se coller un morceau de scotch en guise de pansement sur un bobo imaginaire ! Et à ma grande surprise, le plateau plaît aussi au plus grands ! Le fils d’une amie (un petit garçon de 6 ans) s’est tout de suite mis à jouer avec lorsqu’il l’a vu. Il a construit un magnifique château aux airs un peu japonais, et m’a précisé qu’il avait mis des scotchs jaunes pour les fenêtres, car j’avais mis des scotchs gris, alors la lumière était éteinte dans ma maison ! Voilà un détail dont je me souviendrai la prochaine fois !

Chateau japonais en washi tape

Le washi tape a bien vécu, et après une semaine d’utilisation, je viens de ranger le plateau. Mais cette activité est tellement simple à réaliser que je la proposerai de nouveau aux enfants ! Elle stimule la motricité fine (idéal pour les petits), mais aussi l’imagination. Et l’explication des créations par les enfants est toujours un moment de partage magique pour les parents ! D’autant que maintenant je sais qu’elle plaît à tout âge !

Et pour la petite histoire : Petit O’ continue de retirer les washi tape qui tiennent les dessins sur les murs de la chambre !

Amusez-vous – L’art est un jeu d’enfant

Publié le

« Dis Petit O’, tu te souviens du jour où maman avait mis une grande feuille de papier par terre, qu’elle avait sorti tous nos tubes de peinture et qu’elle nous avait dit : « amusez-vous » ?

– Ah oui ! Je me souviens ! C’était un peu bizarre ! Et même que maman, elle nous a retiré nos vêtements alors que d’habitude elle nous met des tabliers qui nous donne chaud. Elle était quand même super détendue ce jour-là !

-Oui, même qu’au début je n’avais pas bien compris ce qu’elle voulait qu’on fasse ! Je lui avais même demandé et tu te rappelles elle m’avait répondu : « Faites ce que vous voulez, vous êtes libre. Amusez-vous ».

-Bon bah moi au départ j’ai pris les pinceaux, parce que moi j’aime bien les pinceaux. Et j’ai peindu la feuille avec de la peinture !

-Petit O’, on dit j’ai peint.

-Ah. Bah n’empêche que c’était marrant mais c’est plus pratique quand on peint assis à une table parce que là j’avais les pieds sur la feuille et après je me mettais de la peinture dessus… Et puis je glissais aussi un peu, et ça j’ai pas aimé.

-Oui, mais moi ça m’avait donné une idée. J’ai demandé à maman si je pouvais mettre de la peinture sur mes pieds pour faire des empruntes. Et là j’ai été étonnée parce que maman a dit : « Vous faites ce que vous voulez. C’est vous qui choisissez ». Du coup je me suis quand même demandé si elle nous cachait pas quelque chose parce que normalement c’est jamais nous qui décidons !

-Ah bah ça Colombe t’as raison on décide jamais. D’ailleurs je ne sais pas pourquoi parce que nous on a des idées plus drôle que papa et maman. Si on décidais plus on s’amuserait plus ! Tient… Faut que je pense à leur en parler ! Et voilà Colombe, j’ai encore une bonne idée !

-Bah moi j’ai arrêté de demandé à maman ce que j’avais le droit de faire et je me suis occupée de peindre puisqu’elle voulait qu’on fasse tout tout seul. J’ai bien aimé m’en mettre partout, c’était rigolo !

-Moi j’ai bien aimé mélanger les couleurs et vider les pots de peinture.

-Oui, d’ailleurs t’avais mis trop de peinture et la feuille s’est déchirée.

-Et alors ? Je vois pas le problème. D’ailleurs j’ai pas aimé quand maman a changé la feuille. Comme tous les grands artistes je suis incompris. Alors je suis parti.

-Bah moi j’ai continué et puis c’était rigolo parce que je voulais faire des traces de pas en courant sur la feuille et maman, elle m’a aidé à le faire ! Dis Petit O’, tu t’es quand même amusé ?

– Oui, c’était rigolo, surtout au début.

-Et t’as vu Petit O’ ? Depuis qu’on a fait ça, maman elle a accroché nos grandes feuille à la maison. T’es peut-être pas si incompris que tu le penses ! »

Peindre avec des pinceaux

Peindre avec des pinceaux

Peindre avec ses pieds

Peindre avec ses pieds

Peindre sa main

Peindre avec sa main

Peindre librement

Empreintes de pas sur une feuille

Affiche : on ne met pas les pieds sur la table !

Cette activité est notre participation au rendez-vous « L’art est un jeu d’enfant » du blog Le pays des merveilles sur le thème libre « Amusez-vous ».

l-art-est-un-jeu-d-enfant1

Compter les jours jusqu’à la rentrée

Publié le

Dans une semaine, Colombe fera sa première rentrée à l’école. Elle s’y prépare activement : elle a visité l’école, elle sait comment y aller (et a essayé de me convaincre hier qu’elle serait tout à fait capable de faire le trajet seule), a choisi son cartable et voulu le remplir. Il ne se passe pas une journée sans qu’elle ne me dise : « C’est aujourd’hui que je vais à l’école ? Non ? Alors c’est demain ? ». Bref, l’impatience est à son comble et c’est assez difficile à gérer à un âge où la notion de temps n’est pas encore précise. J’ai alors repensé à une guirlande pour décompter les jours que j’avais vu sur Le Pays des Merveilles et j’ai proposé à Colombe d’en fabriquer une aussi.

Le matériel :

  • une ou plusieurs feuilles de papier coloré (Colombe peint des mètres et des mètres de papier. Je garde ces peintures (sans grand intérêt puisque sa vrai dessin dessus) et m’en sers de papier cadeau ou de base pour nos bricolages comme ici)
  • une paire de ciseaux
  • un stylo
  • une règle
  • une agrafeuse

matériel

La réalisation :

Après avoir tracé des lignes sur l’envers de la feuille, j’ai demandé à Colombe de couper le papier.

Découper du papier en suivant une ligne

Puis elle a former des anneaux avec les bandes de papier et les a agrafer en les faisant passer les uns dans les autres pour qu’ils forment une guirlande. C’était l’étape la plus difficile car notre agrafeuse est un peu grosse pour les petites mains de Colombe. Je l’ai donc beaucoup aidée.

agrafer du papier

En seulement quelques minutes, notre guirlande était prête ! Je l’ai agrafée à un morceau de papier sur lequel j’ai écrit : « Demain je vais à l’école ». Si j’ai choisi cette phrase c’est que nous allons déchirer chaque anneau le soir avant de nous coucher. Le Pays des Merveilles avait fait une « guirlandes des dodos » mais ma Colombe n’a jamais aimé dormir et elle traîne beaucoup pour le coucher en ce moment. Lorsque je lui ai parlé d’une guirlande de dodos, elle m’a tout de suite dit : « Mais je ne veux pas me coucher moi ! ». Déchirer un anneau qui symbolise un jour de plus de passé, c’est se donner une motivation pour aller au lit et se dire qu’ainsi le grand jour viendra plus vite (c’est une technique qui a fait ses preuves avec ma fille). Chaque enfant a une sensibilité différente. Ma fille compte les jours terminés, mais d’autres enfants préféreront compter les dodos.

Demain je vais à l'école

Colombe a tenu à accroché sa guirlande sur le frigo plutôt que dans sa chambre. Et une fois en place, elle m’a demandée de faire une photo d’elle devant son oeuvre ! Cette photo terminera bien évidemment dans son album de souvenir, et un jour (vers l’adolescence quand elle traînera des pieds pour aller en cours !) je lui rappellerai à quel point elle était impatiente d’aller à l’école pour la toute première fois !