Latest Event Updates

Le lit de mes bébés…

Publié le

Il y a quelques semaines, Ragnagna se demandait si le lit de nos enfants était révélateur de notre personnalité. De là lui est venue l’idée de créer un nouveau tag intitulé “Le lit de mon bébé” et dont le but est très simple : présenter le lit de son bébé (bah oui ! C’était dans le titre, quoi !)

Grâce à Choupie-Chat et à Le Miniature Léon et nous, ce tag a fait son chemin jusqu’à moi et je vais donc vous présenter le lit de mes bébés (Oui parce que Colombe avec son statut de petite grande, elle restera toujours mon bébé !).
Voici le lit de Colombe (27 mois)
Eh oui, Colombe dort dans un lit de grande depuis ses 21 mois, âge auquel elle s’est lamentablement vautrée par terre un dimanche à 5h du matin en tentant de sortir de son lit à barreaux !
Au bout du lit se trouvent deux poufs remplis de petites billes, que je pose par terre à chaque fois que je couche Colombe. Même si elle n’est jamais tombée de son lit, je préfère assurer…
Au milieu du lit, sa couverture de naissance que je lui ai patiemment tricotée pendant ma grossesse. À sa tête Mickey, Lapin, Toutou et Kitty, ses fidèles copains de dodo (aucun d’eux n’est indispensable ce qui est super chouette quand on part en vacances !).
Ce lit est “plutôt” au carré, même si je ne prends pas toujours le temps de le faire quand on est pressés le matin…
Voici le lit d’Olivier (5 mois)
Un lit un peu moins au carré, mais aussi beaucoup moins utilisé, pour cause de squatte du lit parental !
Petit anecdote sur ce lit : Olivier est le 6ème enfant élevé dedans. Il s’agit du modèle Gulliver de chez Ikea, alors avis aux amateurs, il est plutôt solide !

À la tête du bébé, un doudou, pas toujours présent car j’hésite encore : “L’habituer à avoir un doudou près de lui me soulagerait un peu, mais en même temps le doudou devient alors une source de stress car le perdre serait un drame aussi terrible que celui de perdre son enfant…”
Au-dessus de sa tête, un joli mobile de chez Doudou et compagnie. Acheté pour Colombe, elle n’en avait eu strictement rien à faire et cet achat m’était resté un peu en travers de la gorge. Finalement Olivier l’adore et il reste à l’observer (et l’attraper, arracher les peluches) quand je le pose dans son lit. Par contre je retire le mobile quand il doit dormir car il le stimule un peu trop.
Sur le côté, un cale-bébé Red Castle qui nous est bien utile les jours de sommeil agité. 
Au bout du lit, une gigoteuse qui ne nous sert pas beaucoup (il fait chaud, bébé dort dans le lit parental…) mais que j’aime bien la laissée sortie car je l’avais choisie pendant ma première grossesse.
Enfin, Olivier a aussi sa bande de copains de dodo. Vous reconnaitrez Yoshi, Mario et Sonic parce qu’il n’est jamais trop tôt pour devenir geek !!

Et voilà, les yeux indiscrets ont pu faire un petit tour du côté de l’univers des bébés À Dada ! J’espère que cela vous aura plu !!!
À moi de jouer les indiscrètes : Souris… Maman, Je ne suis pas une super Maman… et Maman Noob, c’est comment chez vous ?
Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Jeu et Création : l’Art est un jeu d’enfant

Publié le

Voilà un nouveau mois qui commence et avec, un nouveau rendez-vous l’Art est un Jeu d’enfant organisé par Le Pays des Merveilles !

Cette fois le thème (choisi par Féelyli) est : Jeu et Création

Il s’agit donc de créer un jeu pour son enfant.
C’est un thème qui tombe très bien car j’ai récemment fabriqué plusieurs jouets pour Colombe que je ne vous ai pas encore présentés !

Je vous présente donc notre Spy Bottle !

Il s’agit d’une petite bouteille d’observation. Le but est de chercher dans la bouteille, les formes (ici des insectes) figurant sur le modèle.


Le matériel nécessaire :

  • une petit bouteille vide
  • des autocollants en mousse, on doit avoir chaque autocollant deux fois
  • des particules de calage (les paquets commandés sur internet en sont souvent pleins…)
  • une feuille de mousse
  • un fil de laine

 

J’ai d’abord collé les autocollants sur la feuille de mousse, et leur double sur les particules de calage.

Désolée pour les photos, voilà ce que c’est que de faire ses DIY tard le soir !
J’ai ensuite mis les particules dans la bouteille en alternant une particule avec un insecte et une sans. J’ai attaché le fil de laine à la bouteille et à la feuille de mousse. Et voilà !
L’avantage de cette bouteille est qu’elle est très légère. Elle nous a donc accompagnés lors de notre dernier long voyage en train (Parce qu’on avait déjà des tonnes de bagages, alors porter des jouets lourds en plus, non !).
Après avoir joué avec pendant un mois, Colombe est devenue un peu trop forte à ce jeu pour qu’il l’occupe vraiment. Pas de soucis, j’ai rouvert la bouteille et ai changé le niveau de difficulté.
J’ai retiré les particules de calage une à une avec des baguettes (et un peu de motricité fine pour maman !), j’ai décollé les autocollants et les ai glissés dans la bouteille avec du riz et quelques haricots colorés ! Puis j’ai scellé la bouteille à la super Glue (Histoire que Colombe ne me mette pas de riz partout !).
Et voilà !
Et maintenant, comme Petit Olivier se sert déjà bien de ses deux mains, j’ai décidé qu’il ne serait pas en reste et aurait également son petit jouet. Mais cette fois, j’ai décidé de mettre sa grande sœur à contribution ! Bon, ok, j’ai vu que Mamanelo du blog Mon joli petit bureau a aidé sa “grande” à faire de jolies bouteilles sensorielles pour son petit et j’ai trouvé cela tellement touchant que j’ai voulu faire de même !
Voici donc notre hochet bouchons !
Le matériel nécessaire : 
  • un fil à scoubidou
  • des bouchons de différentes couleurs

 

 

J’ai fait un petit trou sur chaque bouchon, puis j’ai proposé à Colombe de les enfiler sur le fil à scoubidou comme s’il s’agissait de perles.

 

Une fois le “collier” fini, j’ai noué les deux extrémités ensemble, en veillant à ce que le hochet ne soit pas assez large pour qu’un des enfants le passe par sa tête (pour éviter tout risque d’étranglement).

Et voilà une Colombe extrêmement fière d’offrir à son petit frère un jouet qu’elle a fait elle-même…

…et un petit Olivier content de son nouveau jouet !
Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Les Instruments, livre sonore (À tout bout de chant #2)

Publié le

Pour le deuxième rendez-vous “À tout bout de chant” organisé par La Cour des Petits, j’avais envie de vous présenter un livre que nous aimons beaucoup. Et pour preuve, voyez comme notre exemplaire a déjà bien vécu !

 

 

Les instruments, aux éditions Galimard Jeunesse

Il s’agit d’un livre sonore pour les tout-petits.

 

Sur chaque double-page, un animal joue d’un instrument dans un décor inspiré de l’univers du cirque. En appuyant sur la puce électronique présente sur chaque instrument on peu entendre le bruit qu’il fait.
Le mode de fonctionnement est très simple et totalement adapté aux doigts des tout-petits.
Colombe lit ce livre depuis longtemps, et Olivier (5 mois) s’y intéresse déjà lui aussi ! Le seul “bémol”, serait la pile difficile à trouvée nous avons dû la commander sur internet. Il a donc fallu l’attendre quelques jours au cours desquels Colombe nous a réclamé son livre, si j’ose dire, à tout bout de champs !
Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Si j’étais dans le ciel, je décrocherais les étoiles et m’envolerais avec elles !

Publié le

Toujours inspirées par le thème “Si j’étais dans le ciel…” proposé par le blog Humeurs Créatives, Colombe et moi avons repris nos petites étoiles fabriquées l’autre jour pour en faire un petit tableau à accrocher dans sa chambre.
Pour cela nous avons pris :
  • nos petites étoiles
  • une feuille de papier bleu
  • de la peinture à doigt
  • de la colle à paillettes
  • une photo de Colombe
  • de la colle
  • des petits bouts de laine

 

 

J’ai donc proposé à Colombe de peindre la feuille avec de la peinture et des paillettes afin d’en faire un joli ciel étoilé.

 

Elle qui n’est d’habitude pas très minutieuse quand on lui donne de la peinture a tenu à dessiner avec l’empreinte de ses doigts… Faut dire que c’est une technique qu’on utilise souvent ces derniers temps !
On ne voit pas bien les paillettes sur la photo, mais je les ai intégrées à la peinture.
… Puis les bonnes habitudes sont revenues et elle s’est écrié : “Aller ! La main !”
Elle s’est occupée à peindre la feuille pendant 5 bonnes minutes. Comme elle le fait souvent, elle s’est concentrée sur deux petites zones de la feuille, et quand je lui proposait de peindre partout, elle refusait catégoriquement.
Le soir venu, j’ai terminer notre tableau en y collant la photo de Colombe et trois petites étoiles. J’ai relié les deux à l’aide de petits bout de laine collés également.
Et lorsque j’ai montré le tableau à Colombe et que je lui ai proposé de le mettre dans sa chambre, les plus belles étoiles étaient celles qu’elle avait dans les yeux !!!!
Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Ma césarienne

Publié le



Pendant ma première grossesse, je ne voulais pas de césarienne. Comme la plupart des femmes je suppose…

Et puis rien ne présageait que j’en aurai une, alors finalement je n’y avais même pas vraiment pensé en fait !

Et puis l’accouchement…

J’ai perdu les eaux quelques jours après le terme. J’ai eu des contractions dans la demi-heure mais le travail n’avançait pas…

Après 19h passées à l’hôpital j’étais dilatée à 3, on m’a enfin posé la péridurale ! Le soulagement !

Et puis ça a été encore assez long…

Encore 9h après on commençait à me préparer pour une césarienne en me disant qu’on allait essayer la voie basse, mais qu’on se préparait à l’urgence… Moi, je n’en pouvais plus. La péridurale ne faisait plus d’effet, on attendait que l’anesthésiste refasse “une dose”. J’étais à bout de forces. J’ai répondu “allez-y, préparez”.

Une heure après, j’avais de la fièvre. Mon bébé était en souffrance. Je rentrais au bloc.

On a sorti mon bébé, on me l’a montré, on l’a transféré en réanimation dans un autre hôpital. Mais quelques heures après on a su que notre fille allait bien et qu’on l’aurait auprès de nous dès le lendemain.

Je me sentais seule sans mon bébé, mais la peur était derrière nous alors tout irait bien.

Je n’ai pas du tout mal vécu cette césarienne.

Certainement parce que l’équipe médicale a été formidable. Les sages-femmes, les auxiliaires de puériculture, le médecin, l’équipe de la salle de réveil… tous ont fait leur maximum pour m’expliquer les choses, me rassurer et me soutenir malgré l’absence de Papa à Dada qui lui est resté bien seul en salle d’attente.

Aussi parce que la séparation d’avec mon bébé avait été très difficile et l’intervention chirurgicale me paraissait être un détail à côté. Ou plutôt, c’était ce qui avait sauvé mon bébé. Finalement cette césarienne, elle était salvatrice ! Je la voyais comme une chance. J’avais l’impression d’avoir tout fait pour mon bébé : j’avais donné toutes mes forces, j’avais suivi tous les conseils, et j’avais mis mon accouchement rêvé de côté. Mon bébé était dans mes bras et j’étais heureuse.

Mais le temps passait et en parlant avec d’autres femmes j’ai commencé à entendre des réflexions surprenantes…

“Ah moi, jamais je n’aurais accepté de césarienne !”

Alors dans l’urgence on accepte pas une césarienne, on nous la fait et on sort le bébé le plus vite possible !
Et quand elle est programmée c’est souvent parce qu’un accouchement par voie basse serait risqué. Alors non, on ne met pas son bébé en danger, c’est notre première responsabilité de parent !

“Oh ! on pratique trop de césarienne, c’est de la complaisance pour le médecin qui veut rentrer chez lui plus tôt”

Je ne connais personnellement aucune femme ayant eu une césarienne de complaisance, alors je ne sais pas si cela se fait si souvent que ça. Par contre ma césarienne a eu lieu vers 6h du matin. On a fait venir à l’hôpital tout le personnel d’astreinte qui dormait tranquillement chez lui. Non, ça n’était pas de la complaisance !

La pire : “Ah ! Tu n’as pas réussi à mettre ton bébé au monde seule !”

Dans la liste des choses que j’ai réussies : j’ai eu mon bac du premier coup, j’ai appris à parler deux langues étrangères, et même, un jour j’ai réussi à faire un soufflé qui n’est pas aussitôt retombé lamentablement. Par contre, mettre un bébé au monde par voie basse… Ça ne compte pas comme réussite ça, mesdames. C’est de la chance en fait. Parfois la nature fait son travail, parfois non.

Une naissance qui se passe bien et naturellement n’est pas que le fruit d’une bonne préparation : la chance y est pour beaucoup. Il faut que le col se dilate correctement, que le bébé s’engage bien, qu’aucune infection ne survienne pendant l’accouchement… et beaucoup d’autres paramètres… J’ai mis mon deuxième enfant au monde par voie basse. Ce que j’en pense ? La nature a été clémente avec nous pour ce deuxième accouchement qui m’a demandé beaucoup moins d’énergie que le premier. Pousser pendant 20 minutes demande moins de ressources que de supporter des contractions pendant 20 heures…

J’ai vite arrêté de parler avec ces femmes nocives. Certaines mères se mettent en compétition pour n’importe quel prétexte… qu’elles restent entre elles si ça les amuse !

Mais maintenant je comprends que des mères vivent mal leur césarienne, si on leur bourre le crâne avec des idioties ! Et puis il y a l’équipe médicale qui est parfois maladroite… À la naissance de Petit Olivier on m’a dit : “Ça pourra être un peu long car c’est un premier accouchement !” PAR VOIE BASSE !!!! Vous avez oublié une partie de la phrase !!! Parce que non ça n’était pas mon premier accouchement !!! Je savais bien ce que voulait dire la sage-femme à ce moment-là : le corps a une mémoire et s’il a déjà vécu un accouchement par voie basse, il se souviendra comment faire et mettra certainement moins de temps. C’est pour cela qu’on constate souvent qu’un deuxième accouchement est moins long que le premier. Dans mon cas, le corps n’était jamais allé jusqu’au bout, il allait donc être confronté à la nouveauté.

C’est ce genre de réflexions qui contribuent à empêcher certaines femmes de bien vivre leur césarienne. Et c’est à ces femmes que je veux m’adresser aujourd’hui en racontant mon expérience. Bien entendu, toutes les césariennes ne se font pas dans l’urgence, toutes ne sont pas faites parce que la vie du bébé est en danger ! Et vous savez quoi ? C’est tant mieux ! Je ne regrette qu’une chose par rapport à ma césarienne : qu’on ne l’ai pas faite plus tôt ! On aurait alors sorti un bébé tout rose un peu secoué et on me l’aurait posé sur la poitrine pour l’accueillir dans notre monde ! À la place on a sorti ma fille, violette, ne respirant pas, on l’a allongée sur une table froide et on lui a enfoncé des tuyaux dans la bouche ! Tu parles d’un accueil ! Ne laissez pas les gens vous faire culpabiliser. Ça n’est pas une honte de mettre au monde par césarienne.

Et contrairement à ce que beaucoup de gens croient (et j’étais la première à croire ça, je ne sais pas d’où vient cette légende), on peut accoucher par voie basse après une césarienne. Il faut réunir certaines conditions : une bonne cicatrisation (un an minimum entre la naissance du premier enfant et la conception du deuxième, ce qui fait moins de deux ans d’écart entre les enfants, on se classe donc encore dans la catégorie des “enfants rapprochés”), un bébé qui se “présente bien” (pas de bébé en siège) et un accouchement déclenché naturellement (ce que je ne savais pas avant la naissance après terme de Petit O’ c’est qu’on pouvait quand même donner un petit coup de pouce pour que l’accouchement ne traine pas en longueur !)

N’hésitez pas à réfléchir à votre projet de naissance et à en parler avec l’équipe pour que tout soit bien clair. Juste avant d’entrer en salle de naissance pour Petit Olivier, je me souviens avoir tout récapitulé avec le médecin : on allait tenter la voie basse, mais si les choses trainaient en longueur, on n’attendrait pas de détresse fœtale pour sortir le bébé !

J’avais commencé la rédaction de cet article alors que j’attendais encore Petit Olivier, au moment où je revivais cette attente du dépassement de terme. Ce moment où pesait sur moi le spectre de mon premier accouchement et où finalement je commençais à souhaiter une césarienne programmée afin d’éviter tous les tracas d’une naissance dans l’urgence. Finalement, tout s’est bien passé et j’ai laissé cet article dans mes brouillons car avec mon nouveau statut de maman de deux enfants rapprochés, la césarienne ne faisait plus partie de mes préoccupations quotidiennes.

Et puis il y a eu cet article : Trois vérités sur les femmes qui accouchent par césarienne. Ça m’a fait du bien de le lire et je me suis dit que mon expérience pouvait toucher d’autres femmes !

L’article de Maman Raconte “Ma césarienne et moi !” est aussi un article que j’avais apprécié. Elle a une autre vision des choses puisque sa césarienne avait été programmée, mais elle aborde aussi des aspects dont je ne parle pas ici comme la douleur après l’opération (franchement on s’en remet !) ou l’allaitement (oui c’est possible ! j’ai allaité Colombe pendant 13 mois, mais vous n’êtes pas obligé d’en faire autant ^^). Alors n’hésitez pas à aller lire son article !À toutes celles qui ont peur d’une césarienne imminente et à celles qui culpabilisent d’avoir mis leur bébé au monde de cette manière j’ai envie de dire ce que je me suis répétée entre le bloc opératoire et la salle de réveil :

Ça n’est pas l’histoire dont j’ai rêvé, mais maintenant c’est notre histoire et c’est ce qui la rend précieuse !

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Si j’étais dans le ciel je décrocherais les étoiles !

Publié le

Le défi du mois sur le blog Humeurs Créatives est : “Si j’étais dans le ciel”.
Si j’étais dans le ciel, forcément ça parle à Colombe !
Nous avons donc décidé de nous prêter au jeu et d’aller décrocher des étoiles !

 

Pour cela j’ai découpé des étoiles dans du papier cartonné et les ai recouvertes de papier aluminium. Puis je les ai données à Colombe pour qu’elle les peigne avec une colle à paillette.

L’activité l’aura occupée près d’un quart d’heure durant lequel elle s’est appliquée à bien étaler les paillettes sur les petites étoiles.

 

 

Et finalement elle a essayer de tenir son pinceau à l’envers pour ajouter des petites “gravures” aux paillettes !

 

 

Le résultat est assez discret, mais sympa et servira certainement pour la décoration de sa chambre. Affaire à suivre…

Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

Liebster Award #3

Publié le

Je viens d’être de nouveau nominée pour un Liebster Award par Lune Rousse des aventures de la famille lune. Allez faire un tour sur son blog, elle présente toujours de jolies choses, de beaux livres pour nos bambins, et (idée que je trouve super !) elle publie ses menus semaine par semaine (et moi j’adore parce que ça donne des idées !!!) C’est ma troisième nomination, les deux premières étant ici.
Le concept : Une blogueuse nous invite à partager 11 anecdotes nous
concernant, à répondre à 11 questions qu’elle nous pose, à poser
nous-même 11 questions et à inviter 11 blogs à répondre à nos questions.
L’objectif étant de faire connaître de nouveaux blogs. 
Voilà pourquoi j’aime beaucoup ce concept ! Grâce au Liebster, j’ai connu de nouveaux blogs, et peut-être que certaines m’ont connues aussi par cet intermédiaire ! Alors même si j’ai l’impression que certaines sont un peu blasées par le concept, moi je l’adore (ok je ne dirai peut être plus cela quand j’aurais été taguée 10 fois !) et je remercie Lune Rousse d’avoir pensé à moi !!!



11 choses me concernant : 

  1. Je n’aime pas faire le repassage… je m’arrange pour en avoir le moins à faire !
  2. Je n’aime pas faire la vaisselle non plus ! un peu feignasse sur les bords ?
  3. Par contre j’aime bien essuyer la vaisselle ! Allez comprendre !
  4.  Si on en croit mes diplômes je suis archéologue. Avouez vous m’imaginez comme Lara Croft, là !
  5. Mais en vrai je n’ai jamais exercé ce métier (à part quelques stages…) De toute façon trainer dans la boue ça tâche les habits !
  6. Je ne me serai jamais vue femme au foyer…
  7. …et pourtant j’adore pouvoir m’occuper de mes enfants à plein temps ! Mais je suis quand même contente quand Papa à Dada rentre le soir et prend le relais ! (Merci^^)
  8. Je suis originaire de Normandie. Et il n’y pleut pas tout le temps !
  9. J’ai vécu en Allemagne. Et même que j’ai parlé allemand !
  10. Je suis blonde. Une vraie blonde.
  11. Et j’ai les cheveux très longs ! Ma coiffeuse est sympa mais je ne vais pas la voir souvent…

Mes 11 réponses :

1- Pourquoi as-tu crée un blog?
J’avais envie de partager les petits “trucs” appris depuis que je suis maman et je voulais aussi mener un projet “pour moi”.
2- Trois mots qui tu caractérises?
Maman
Passionnée
Curieuse

3- Dessin animé préféré?
Le chat du Rabbin de Joan Sfar 
Il y en aurait bien d’autres, mais c’est le premier qui me vient à l’esprit !

Pour les enfants : Toy Story (le 1 et le 3)

4- Destination de tes prochaines vacances?
Aucune idée ! Normande vivant sur la Côte D’Azur, mes vacances d’été je les passe chez moi à profiter du Soleil et d’une région magnifique ! (Mais sinon il est probable que les prochaines vacances se passent en Normandie, ma magnifique région natale !)
5- Plutôt salé ou sucré?
Salé !!! Définitivement salé !
6- Film culte?
La Cité de la Peur, le film de Les Nuls !
Et depuis que je vis à Cannes je suis encore plus fan !

7- Un blog à me conseiller?
Pas qu’un seul !! Parait qu’il faut que j’en tague 11 ! Ces 11 là je vous les conseille !

8- Une idée pour occuper les enfants un jour de mauvais temps?
Faire un mur de ballons, fabriquer des petits poissons, faire de la peinture, faire des sablés vitraux et initier nos petits à la cuisine  (et tout manger après ! miam !), faire du pop corn et regarder un DVD en famille… mettre un ciré, des bottes et braver le mauvais temps pour sauter dans les flaques d’eau !!! (et prendre un bain bien chaud ensuite !!!)
9- Dernier achat?
Un Bilibo, pour ma fille ! Promis je ferai un article, ce jouet est juste génial !
10- Une recette simple et rapide pour un jour où on manque de temps?
Des œufs aux plat. Je fais quelques légumes ou quelques tranches de pain badigeonnées d’huile d’olive et d’ail puis grillées au four en accompagnement. On doit mettre environ 10 minutes pour tout faire.

11- Ton endroit favori?
Sur la plage ou au jardin à jouer avec Papa à Dada et les enfants !

Mes 11 questions :

  1. Quel(s) site(s) internet ne peux-tu pas t’empêcher de consulter quotidiennement ?
  2. Une série télé à me conseiller ?
  3. Sinon à part bloguer, tu as des passions ?
  4. Depuis sa première parution je suis fan du magazine “Flow”, et toi, tu lis quoi ?
  5. Si on t’offre 24h pour toi, sans mari, sans enfant, que fais-tu ?
  6. Quel conseil t’as tellement servi que tu as envie de le crier au monde entier (en tant que maman ou tout simplement dans la vie en général) ?
  7. Et quel conseil ne supportes-tu plus d’entendre ?
  8. Quelle est ta couleur préférée ?
  9. Sur ta “wish list”, il y a quoi ?
  10. Plutôt maman cool ou maman poule ?
  11. Si tu pouvais passer une soirée avec une personnalité (vivante ou morte, mais si elle est morte elle ne réapparaitra pas en zombie qui fait peur, promis !), tu choisirais qui ?
Les 11 blogs que je tague (et que je vous conseille !) :
Choupi-Chat (Dans ton dernier post, tu as dit que tu aimais les tags, du coup voilà ! )
Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

At the beach ! À la plage! (Chut les enfants lisent)

Publié le

Dans le cadre de la semaine “Une semaine pour rêver de la mer” organisée par Maman Raconte et du rendez-vous hebdomadaire “Chut les enfants lisent” de Yolina, je vous présente aujourd’hui ce petit livre bilingue intitulé :
At the Beach
À la plage !
C’est l’histoire de  Oops, le Panda qui parle anglais, et de sa copine Olala, le koala qui parle français.
L’intérêt de ce livre est que les phrases ne sont pas traduites, les deux compagnons se répondant chacun dans sa propre langue.
Dans cette aventure, les deux amis vont à la plage. Ils jouent dans l’eau, font des châteaux de sable, découvrent les algues… Le temps d’une petite histoire, l’enfant découvre la plage et son vocabulaire en français et en anglais. Ici, on s’identifie très facilement aux personnages ! Eh oui ! Colombe aussi a un seau et une pelle, du coup ça crée des liens ! D’ailleurs depuis cette lecture, elle a ressorti tout son matériel : je crois que c’est un appel pour que je l’emmène jouer à la plage !
Un format adapté aux mains des tout-petits, des pages très résistantes, une histoire simple mais intéressante (je ne vous dévoile pas la fin, mais la chute est drôle !), voilà un livre très sympa pour faire découvrir l’anglais aux jeunes enfants !
Et la bonne nouvelle ? La collection comporte plusieurs titres.
Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

L’île Sainte Marguerite, entre nature et histoire. Sortie en famille sur le thème de la mer

Publié le

masquefer

Nous sommes en 1687. Un nouveau prisonnier vient de débarquer sur l’île Sainte Marguerite. Nul ne connaîtra son nom, nul ne verra son visage car il est couvert par un masque de fer.

Ce masque de fer qui suscitera tant d’hypothèses.
Frère jumeau du roi Louis XIV ? C’est vrai qu’il serait ennuyeux d’avoir un frère jumeau quand on se veut souverain absolu !
Enfant illégitime d’Anne d’Autriche et de Mazarin ? Il est des unions qui dérangent !
Simple valet qui en savait trop ? Il y a bien des choses qu’on préfère taire lorsqu’on gouverne…
Nous ne connaîtrons sans doute jamais l’identité de ce prisonnier (qui quitta l’île en 1698 et mourut 5 ans plus tard à la Bastille), mais la légende est là et c’est un excellent point de départ pour passer une journée en famille sur l’île Sainte Marguerite au large de Cannes.
saintem1
saintem2
Arrivé au port de Cannes, vous pourrez acheter votre billet (un peu moins de 15€ l’aller-retour pour un adulte, gratuit pour les moins de 5 ans) et embarquer dans le bateau qui vous mènera jusqu’à l’île en 15 minutes.
Une fois débarqué, dirigez-vous vers la gauche et prenez le sentier qui mène jusqu’au fort.
fort2
fort1
cellule
Construit en 1624 et transformé par Vauban selon son plan en étoile à partir de 1682, le fort royal a plusieurs fois servi à défendre l’accès vers Cannes. C’est à partir de 1687 qu’il devient la prison que l’on connaît et dont on peut encore visiter les 6 cellules.
amphores
Le bâtiment abrite aujourd’hui le musée de la Mer, exposant une collection d’archéologie sous-marine et terrestre rassemblée sur l’île et ses environs.
caserne
En visitant le fort, vous remarquerez peut-être de nombreux groupes d’enfants et d’adolescents du côté des anciennes casernes. En effet, le lieu est maintenant aménagé pour accueillir des colonies de vacances. Vous n’auriez pas rêvé de passer vos vacances dans un tel lieu mythique ?
sentiers2
sentiers1
mer1
Après cette promenade culturelle, place à la nature !
Depuis l’embarcadère, un sentier botanique fléché sillonne à travers la végétation méditerranéenne. Cèdres de l’Atlas, eucalyptus, pin d’Alep, olivier, chèvrefeuille, lavande de mer… Vous croiserez les plus belles espèces méditerranéennes et exotiques. La promenade complète durera environ 2 heures. Mais si vous aimez la randonnée, l’île est recouverte de sentiers que vous pourrez arpenter toute la journée si le cœur vous en dit !
etang1
étang3
En allant vers la pointe Ouest de l’île, vous découvrirez l’étang du Batéguier. Cette réserve ornithologique compte plus de 150 espèces répertoriées : grand cormoran, mouette rieuse, balbuzard pêcheur chevaliers… (J’adore les noms d’oiseaux !)
Après cette marche, peut-être aurez-vous une petite faim. Pas de problème, l’île est parsemée d’aires de pique-nique et elle compte également deux restaurants.
plage2
plage1
Si vous préférez lézarder au soleil, aucun soucis ! L’île Sainte Marguerite regorge évidemment de plages et de criques où vous pourrez vous reposer et vous baigner. La plage la plus proche du débarcadère est très adaptée aux enfants, mais c’est aussi celle qui est la plus fréquentée. Pour plus d’intimité, allez un peu plus loin ou de l’autre côté de l’île. Et si vos enfants sont suffisamment grands, n’hésitez pas à partir à la recherche d’une petite crique où ils pourront  escalader les rochers et plonger pour admirer les poissons avec leurs masque et tuba.
lerins
Et voilà, au terme d’une journée pleine d’histoire et de nature, vous reprendrez le bateau en direction de Cannes. Les enfants regarderont le fort s’éloigner, les yeux encore plein des aventures qu’on leur a contées. Ils penseront à toutes ces belles découvertes qu’ils ont faites : les oiseaux, les plantes…
Bref, il me semble que c’est une sortie en famille incontournable si l’on passe près de Cannes !
Mes conseils :
  • Si vous avez de jeunes enfants, je vous déconseille de prendre leur poussette. Vous pourrez vous en servir sur certains sentiers, mais les accès vous seront vite difficiles. Préférez l’écharpe de portage.
  • Il y a assez peu de commerces sur l’île. L’idéal est donc de préparer son pique-nique, ou à défaut, au moins de ne pas oublier de prendre suffisamment de bouteilles d’eau pour toute la famille. Rappelons qu’il peut faire très chaud en été !
  •  L’île est un écrin de nature. C’est génial, mais attention aux petites bêtes. Choisissez bien les aliments que vous emportez. La dernière fois que nous y sommes allés, les abeilles étaient très attirées par nos sandwiches…

Sites internet à visiter : 

  • Je l’admets, cet article manque cruellement de photos. Lorsque Maman Raconte a proposé d’écrire un article sur une sortie en famille sur le thème de la mer, j’ai tout de suite pensé à l’île Sainte Marguerite : le voyage en bateau, la plage tout y était, avec en prime la nature et l’Histoire ! Mais voilà, la dernière fois que j’y suis allée je n’avais pas encore ce blog et je n’avais pris que des photos de ma fille… Rien de bien intéressant à vous montrer. Je n’ai pas eu le temps d’y retourner, mais tenant particulièrement à vous parler de cet endroit, je me suis dit que cet article s’en passerait donc, car je ne veux utiliser ici que mes propres photos…. Mais je vous invite à aller en voir  sur TripAdvisor par exemple ou sur Google. Et c’est promis la prochaine fois que j’y vais, je mitraille l’île sous tous les angles ! édit du 20/09/2015 : Promesse tenue ^^
  • Cannes Jeunesse : pour les renseignements concernant les séjours au fort.
  • Trans-Côte d’Azur : pour tous les renseignements concernant le bateau qui vous mènera à l’île.

 

Cet article participe au Rendez-vous Une semaine pour rêver de la mer organisé par Maman Raconte.
édit du 20/09/2015 : La ville de Cannes a déposé sa candidature pour l’inscription de sa baie au patrimoine mondial de l’UNESCO. Si cela vous intéresse, vous pouvez en apprendre plus ici et ici, et si vous souhaitez aider la ville à atteindre son but, vous pouvez remplir ce formulaire de soutien à la candidature au patrimoine mondial de l’UNESCO.
Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+

La Méduse en Bouteille. Bricolage de la mer (Une semaine pour rêver de la mer)

Publié le

Cette semaine, le blog de Maman Raconte nous a proposé de parler de la mer. À chaque jour correspond un thème, et vous pouvez en trouver la liste ici.
Le sujet me plaît bien, je vais donc tenter de participer le plus possible cette semaine.
Le sujet d’aujourd’hui étant le bricolage de la mer, Colombe et moi nous sommes mises au travail pour réaliser cette “méduse en bouteille” !
Habitant près de la mer, cela fait un moment que j’ai expliqué à Colombe ce qu’est une méduse, et surtout qu’il ne faut pas y toucher au risque de se faire piquer (et là j’avoue que Le Monde de Némo m’est d’une grande utilité !).
J’avais envie d’un objet qui nous permettrait de continuer à parler de méduse.
Le matériel :
  • Une bouteille vide
  • Un sac plastique transparent
  • Un élastique
  • Du bolduc (facultatif, mais j’avais envie d’une demoiselle Méduse coquette)
  • Une petit ballon de baudruche
  • Deux gouttes de colorant alimentaire bleu
  • Deux gouttes de liquide vaisselle
Gonflez très légèrement le ballon. Attention à ne pas trop le gonfler, car il faut qu’il puisse passer par le goulot de la bouteille.
Coupez les anses du sac plastique. Au fond du sac, glissez le ballon de baudruche légèrement gonflé, puis attachez le sac et le ballon avec l’élastique.
Coupez le bas du sac en lanières plus ou moins fines. Fixez des petits morceaux de bolduc sur le sac plastique.
Remplissez la bouteille au trois quarts et ajoutez le colorant bleu pour la mer, et le liquide vaisselle pour l’écume. (ça c’est le moment où Colombe est entrée en action !)
Introduisez la méduse dans la bouteille. Fermez la bouteille (avec de la super glue si comme ici l’enfant risque d’ouvrir la bouteille.
Observez, admirez, rêver et inventez de merveilleuses aventures pour Mlle La Méduse !
Si vous avez aimé, n'hésitez pas à partager :Share on Facebook
Facebook
Pin on Pinterest
Pinterest
Share on Google+
Google+